Répartition : est-ce la fin du monopole ?

6a00d8341c715453ef0240a49a0bb5200d-320wi.jpgTrop souvent notre république enterre certaines réformes promises, et souvent nécessaires. Ainsi, les plus urgentes ne se réaliseront pas. D’autres, au contraire, beaucoup plus discutables, s’avancent comme inexorablement. On les dit sociétales, dès lors qu’elles flattent certaines sensibilités, pourtant minoritaires dans le pays. Interdit d’y toucher, sous peine d’être accusé de diverses phobies.

Ceci ne constitue pas un apanage du pouvoir actuel. Mais cette double atteinte à la démocratie, c’est-à-dire à la décision du peuple, semble, ces temps-ci, vouée à l’aggravation.

Ainsi a-t-on officiellement appris ce 24 juillet, la renonciation de l’État à une véritable diminution du poids de la fonction publique. Cette triste annonce se voit confirmée par les chiffrages réels. Pendant la campagne de 2017, on avait entendu parler de 120 000 postes en moins. Certes les collectivités locales étaient les plus menacées, par une perte représentant quelque 60 % de ce contingent fantasmé. Maintenant, sur tout le quinquennat, le déclin global des effectifs devrait à peine atteindre le nombre de 15 000.

Et encore : 15 000 en 5 ans cela veut dire 3 000 par an. Or, dans le monde réel, on se situe difficilement à ce niveau. L’objectif de 1 600 n’a pas été observé en 2018. Ceci malgré la seule suppression de 3 500 personnes gérant, dans les services dépendant de Bercy, une taxe d’habitation vouée à disparaître. Les 100 000 fonctionnaires de l’administration fiscale, surnuméraire si on la compare à celle de pays comparables, et si on accepte de mesurer l’impact de son informatisation, semblent à vrai dire le seul vivier de réduction.

Les bons esprits en attribueront, bien sûr, la faute aux gilets jaunes, puisqu’ils obligent à augmenter, quoique chichement, les moyens de la police.

On doit se féliciter au contraire, et sans doute ponctuellement soutenir, Bruno Le Maire, à propos du virage sémantique accompli le même 24 juillet. Au conseil des ministres, il n’intervenait pas dans l’interminable feuilleton Delevoye, du devenir, du calcul et de l’âge théorique, des pensions du système monopoliste, CNAV, AGIRC-ARRCO etc. Mais il finalisait, par une ordonnance définissant le nouveau régime des produits d’épargne retraite, la loi Pacte votée le 11 avril par le Parlement. On va enfin ouvrir, en France, petitement au départ, la porte à la concurrence des caisses privées, qu’on appelle fonds de pensions, pour bien les distinguer des caisses de retraite, alors que les deux mots devraient vouloir dire exactement la même chose.

Ce changement reste pour l’instant fragile, virtuel et, en partie, symbolique. Il importe donc de le renforcer et de le confirmer.

La lenteur avec laquelle le modèle social français évolue sur son dogme de la retraite par répartition constituera peut-être, en effet, un cas d’école dans la réflexion économico-politique du futur.

Il faut souligner deux ou trois choses bien distinctes :

1° l’État central parisien, droite et gauche confondues a toujours freiné des quatre fers pour empêcher cette réforme.
2° l’évolution est venue des circonstances du XXe siècle.
3° elle s’imposera désormais, du fait des réalités du XXIe siècle.

C’est en 2015, sous la présidence de Monsieur Patate que les socialo-centristes avaient envisagé d’ouvrir aux fonds de droit privé l’accès au marché de l’épargne vieillesse.

On doit se souvenir qu’en ce temps-là l’actuel chef de l’État servait François Hollande, en qualité de ministre des Finances. Valls, premier ministre mit son veto au projet.

1. L’enterrement des réformes depuis un quart de siècle. Les commentateurs professionnels ont, de toute évidence, oublié comment en 1997, Alain Juppé, toujours lui, chouchou de Chirac, et son successeur désigné, s’était employé à saboter une loi votée par le parlement. Fourcade, au Sénat, avait accompli une manœuvre de retardement fort efficace, à laquelle personne n’avait voulu attacher d’importance. Malgré le vote parlementaire, le gouvernement réussit à geler tout décret d’application.

En décembre 1997, au nom du patronat, Seillère considérait déjà que : « le développement des entreprises internationales s’est de longue date opéré à partir de cet engrais qui fait la croissance et que l’on refuse systématiquement aux entreprises françaises. (…) Quand je dis que Juppé n’a pas été plus motivant que Jospin, je traduis une réalité d’entrepreneur ».

Le verrouillage du modèle social français aura ainsi été théorisé et imposé pendant un quart de siècle autant par les chiraquiens que par le PCF. Il a paralysé ce pays.

2. La conception tragique du régime, il y 78 ans. On sait, ou plutôt on devrait savoir que le système dit de la répartition remonte à 1941. Il ne suffit pas de maudire cette date. Le contexte, quelque peu différent, c’est le moins qu’on puisse dire, mérite d’être rappelé. Le gouvernement d’alors se trouvait confronté à une situation concrète terrible : 2 millions de jeunes actifs, chefs ou soutiens de famille se trouvaient prisonniers ; de nombreuses pénuries se manifestaient dans divers secteurs ; les échanges commerciaux étaient largement bloqués, – ce qui réjouirait aujourd’hui nos écologistes ; cependant que l’on nourrissait une armée d’occupation.

Moins mal intentionné que ne le disent aujourd’hui les imbéciles, les ignorants et les communistes – ce sont parfois les mêmes, mais pas toujours – le Vieux Maréchal souhaitait, sincèrement je crois, à la fois reconstruire un pays dévasté et trouver des formules de réconciliation. Les gouvernements de Front populaire, puis radicaux-socialistes, qui s’étaient succédé à partir de 1936, étaient, certes, parvenus au désastre que l’on devrait savoir, mais non à la tenue de leurs promesses, laquelle comportait la fameuse retraite des vieux travailleurs. C’est dans cette affreuse époque qu’est née ce qu’on appelle la répartition, c’est-à-dire le système des caisses publiques monopolistes qui quadrillent la société.

Ce régime s’inspirait tout simplement de la formule étatiste du Social Security Act de 1935 mettant en place l’État-providence aux États-Unis. L’équipe gouvernementale dirigée par l’amiral Darlan, grand admirateur de Roosevelt, avait cédé les rennes de sa politique économiquement dirigiste à des cercles issus et imbus des idées planificatrices des années 1930. Ceux-ci, également à l’aise par ailleurs en tant qu’experts du conseil national de la Résistance, en rédigeaient les programmes, développaient les mêmes idées, martelaient les mêmes idées. Depuis, dans ce pays, rien n’a vraiment changé, sous la berceuse et les fadaises de nos pseudo-débats.

3. Ce sont les nécessités de l’avenir de l’économie française, de l’industrie et de la société qui imposeront l’essor de fonds privés. L’assurance-vie, privilégiée par le fisc parce qu’elle est recyclée, aux 3/4, 1 350 milliards sur 1 750, dans le financement de l’énorme dette étatique, contre à peine 230 milliards d’euros d’encours dans les produits actuels d’épargne retraite, ficelés par les monopoles.

Voilà pourquoi votre fille est muette et votre économie stagnante.

JG Malliarakis

https://www.insolent.fr/

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s