Loin de chez nous en Afrique

6a00d8341c715453ef0240a4badb91200b-320wi.jpgLe général Joseph Dunford, chef d’État-major des armées américaines, l’annonçait clairement dès 2017, la zone de guerre tend à se déplacer du Proche-Orient vers l’Afrique.

Si l’on ne se place que du point de vue de Washington, du Département d’État et du Pentagone, cette prédiction peut sembler quelque peu contredite par la nouvelle distribution des cartes, des alliances et des hostilités régionales, entre Méditerranée et Iran.

Si au contraire, on observe, depuis Paris, les engagements militaires très concrets dans lesquels on demande, de plus en plus, à une armée de Terre limitée à 114 000 hommes, à une Marine dont le budget est rogné depuis 60 ans, etc… alors, oui, c’est bien en Afrique que se pose à l’évidence le problème.

Et, sur ce continent les forces françaises se trouvent, non moins franchement, engagées aux côtés des États-Unis.

La ligne définie par le département d’État ne cultive pas l’ambiguïté. Appliquant sa doctrine, au Sahel, les États-Unis « aident les partenaires en Afrique de l’Ouest et du Nord à accroître leurs capacités immédiates et à long terme pour faire face aux menaces terroristes et empêcher la propagation de l’extrémisme violent ».

En juin[1], Florence Parly, ministre des Armées, le confirmait. Elle rendait hommage aux alliés, partenaires de nos soldats et de nos officiers sur le terrain. On comprend même que, sans eux, nos troupes ne seraient pas transportées.

Or, sans que les médias français en avertissent l’opinion publique, le temps presse, et la menace territoriale s’aggrave, depuis maintenant au moins 4 ans.

On peut considérer comme un événement décisif à cet égard le ralliement, apparemment insignifiant, en mai 2015, d’un Abu Walid al-Sahraoui ancien dirigeant du Mujao passé avec armes et bagages, de ce Mouvement pour l’Unicité [de Dieu[2]et le Jihad en Afrique de l’Ouest. Ceci équivaut à une montée en puissance du Califat.

Depuis septembre 2001, on avait pris conscience d’un combat antiterroriste international. Une partie des responsables de nos pays avaient dès lors compris qu’ils se trouvent dans une lutte à mort commune contre la nébuleuse salafiste. Ceci requiert donc une volonté de coopération transfrontalière entre services de polices et de renseignement, y compris, à terme, en collaboration avec ceux de pays, imprévus jusque-là, comme l’Algérie, l’Inde etc.

Avec l’apparition de Daech et la proclamation de son califat à Mossoul en juin 2014 on a affaire à une stratégie territoriale. Depuis la chute de Rakka en octobre 2017, cette pieuvre criminelle et fanatique a déplacé ses pions vers d’autres horizons d’un monde islamique qui s’étend jusqu’en Extrême Orient.

Et sa marche vers l’Afrique impacte dès lors la nécessité accrue de la projection des Français dans un espace continental dont on aurait pu croire que nos gouvernants le considèrent comme secondaire depuis 1962.

Ainsi, de graves affrontements viennent de se produire au Niger. À l’origine, en 2012[3], quelques jeunes Nigériens avaient été embrigadés par le Mujao. Au lendemain de l’opération Serval menée par l’armée française dans le Nord du Mali, et notamment après la libération de Tombouctou en janvier 2013 par les parachutistes et les légionnaires, ces jeunes djihadistes se sont retrouvés démobilisés puis ils ont formé Al-Mourabitoun[4]. Opérant sous la direction du sinistre borgne Mokhtar Belmokhtar, ils se situaient dans l’orbite d’al-Qaïda. Le groupe s’est rendu responsable notamment de l’attaque de l’hôtel Radisson Blue à Bamako, capitale du Mali, en novembre 2015. Au cours de cette agression sanglante 20 personnes ont été tuées. Leur nouveau chef Saharaoui les fit quitter Mokhtar Belmokhtar pour Daech.

Les mêmes hommes dirigés désormais par Al-Sahraoui se sont encore illustrés par une opération militaire en février 2017 à Tiwa, au Niger, qui avait tué une douzaine au moins de soldats nigériens.

C’est donc bien une ramification locale de l’organisation État islamique qui, le 1er juillet, a attaqué le camp d’Inates, à la frontière avec le Mali, qui a coûté la vie à 18 soldats nigériens.

« Les soldats du Califat ont attaqué la base militaire d’Inates il y a deux jours », se félicite leur communiqué qui parle de dizaines de morts et de blessés au sein des troupes nigériennes. Il cite le groupe ISWAP, État islamique en Afrique de l’Ouest, ayant fusionné avec l’État islamique dans le grand Sahara (EIGS).

Le ministère nigérien de la Défense évoque de son côté une riposte avec l’appui aérien des partenaires, c’est-à-dire des Français et des Américains, qui ont donc permis de mettre l’ennemi islamo-terroriste en déroute hors des frontières de ce pays.

De tels événements ne font que continuer ceux apparus crescendo les années précédentes. Au-delà du Niger, ils frappent toute la zone. Pays très pauvre, le Niger, également confronté aux raids de Boko haram au sud-est de son territoire, fait face dans l’Ouest, comme ses voisins sahéliens, le Mali et le Burkina, à des attaques récurrentes des groupes djihadistes.

Aucun de ces États ne dispose des moyens de lutter sans l’appui de la France. Or, celle-ci doit se savoir tributaire, non seulement d’une sanctuarisation, et même à l’avenir d’une augmentation de son effort budgétaire dans les domaines régaliens[5], mais aussi de la solidarité, qu’on espère sans failles, de ses alliés.

JG Malliarakis  
Pour recevoir en temps réel les liens du jour de L’Insolent, 
il suffit de le demander en adressant un message à 
courrier.insolent@gmail.com

Apostilles

[1] cf. le 13 juin Figaro avec AFP.
[2] Au sens islamique de ce concept, en opposition explicite, et guerrière, au Dieu trinitaire des chrétiens. Lire à ce sujet « L’islam, croyances et institutions » par Henri Lammens.
[3] cf. à ce sujet sur le site Est-et-Ouest. [4] Ce groupe reprenait à son compte l’appellation arabe des Almoravides du XIe siècle.
[5] Lire à ce sujet mon petit livre bleu « Pour une Libération fiscale ».

https://www.insolent.fr/2019/07/loin-de-chez-nous-en-afrique.html

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s