Faut-il vraiment en passer par là?

Horace_Vernet-Barricade_rue_Soufflot-300x234.jpgEmmanuel Macron est en opération de reconquête de la France des terroirs.  Mercredi, 2024 maires pour être précis étaient invités à l’Elysée par le président de la République qui a décidé de  changer de braquet…du moins dans le vocabulaire employé. Il a ainsi tenté de récupérer l’épithète de   populiste;   populisme désigné jusqu’alors par lui comme par ses amis marcheurs et/ou progressistes comme la marque d’un projet politique infâme et condamnable. De manière très emblématique et symbolique, le ministre républicain macroniste Bruno Le Maire avait  déclaré lors de sa participation en janvier dernier au 48e  Forum Économique Mondial(iste) de Davos:   «Nous ne devons pas oublier que le populisme et l’extrémisme sont à la porte de chaque pays européen ! » Or, M. Macron a affirmé mercredi devant les maires: «Nous sommes de vrais populistes, nous sommes avec le peuple, tous les jours. »  Un article de RT  s’est penché sur  ce changement: « Cette nouvelle approche sémantique semble faire partie du plan de communication du président de la République avant les élections européennes. »  «Depuis plusieurs jours, Emmanuel Macron prépare de fait le terrain pour les élections européennes de mai 2019, s’appropriant le terme populisme qu’il souhaite différencier de la démagogie et du nationalisme.   La veille, lors d’un débat à l’Université catholique de Louvain, Emmanuel Macron avait ainsi estimé que les élections européennes viseraient à départager «ceux qui croient encore à l’Europe et ceux qui n’y croient plus», jugeant fondamentale l’opposition entre d’une part les progressistes et d’autres part les nationalistes et les démagogues, termes qu’il a dit donc préférer à celui depopulistes. »

La séance de calinothérapie des maires voulue par Emmanuel Macron a été accueillie pour le moins avec une grande réserve et sans beaucoup d’illusions mercredi soir par les élus qui avaient fait le déplacement. Elle  a été également  boycottée par beaucoup d’entre eux qui n ‘avaient pas envie d’entendre  à quel point on les aime …malgré les désengagements financiers de l’Etat. La réalité là encore est implacable et les maires ruraux sont en première ligne pour la constater: la France périphérique est en voie de paupérisation accélérée  sur fond de disparition/destruction des commerces de proximité, des  emplois, des lignes de chemin  de fer, des  services publics…

Toutes choses, c’est désormais une évidence admise par tous, qui expliquent la colère et l’angoisse exprimées  par le  mouvement des gilets jaunes,   la   flambée du prix du pétrole n’étant qu’une donnée parmi d’autres. Coïncidence des dates, une étude de l’Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE)   publiée mardi  sur le site de l’Insee, a confirmé  que les politiques sociales et fiscales menées par les gouvernements européistes et immigrationnistes  appauvrissent les Français.  Ainsi, sous  les quinquennats de Nicolas Sarkozy et de François Hollande, entre 2008 et 2016, les hausses d’impôts ont dépassé 21 milliards d’euros. Le revenu disponible moyen des ménages a ainsi  baissé de 1,2 %, soit 440 euros, une  perte se montant à  470 euros pour  la classe moyenne.

Les maires de France ont été très nombreux à manifester leur sympathie pour les gilets jaunes, et M. Macron avait  jugé habile  de  recevoir les édiles  sur son terrain à l’Elysée. Et ce, plutôt que de se rendre au congrès de l’Association des maires de France (AMF)  qui débutait la veille, auquel  il avait pourtant promis  de se rendre l’année dernière…Dans ce palais de l’Elysée,  lieu solennel et qui en impose , il était en effet plus facile de maintenir un   dialogue avec les élus sous une forme  plus policée, moins directe. 

Cela sera-t-il suffisant pour désarmer leur  colère ?   Car si la fonction de maire, d’élu de proximité,  reste celle  pour laquelle nos compatriotes manifestent le plus d’attachement et d’empathie, le ras-le-bol des élus, notamment dans les petites communes rurales,  est patent. Selon le sondage réalisé par l‘Association des maires ruraux de France (AMRF), près de 6 maires sur 10  disent que  si l’élection avait lieu aujourd’hui, ils décideraient ne pas se représenter. Au nombre des principales raisons  de la sinistrose des élus ruraux, ces derniers  pointent     « la toute-puissance des intercommunalités qui rogne les pouvoirs des maires», «les contraintes budgétaires (baisse des dotations, absence de visibilité, etc.) », «Les normes (contraintes réglementaires et complexité des démarches », «le mépris des représentants de l’État»…

Enfin, et nous conclurons sur cette remarque, Emmanuel Macron et son gouvernement sont dans leur rôle quand ils promettent   que  l’Etat sera « intraitable »  vis-à-vis des voyous et autres gilets noirs  encagoulés qui ont phagocyté depuis samedi  sur l‘île de la Réunion le  mouvement des gilets jaunes pour casser du flic (on déplore de nombreux blessés au sein des forces de l’ordre), piller, brûler, saccager, détruire .

 L’Afp le rapporte,  à la Réunion  « île (qui)  affiche un taux de chômage de 22,8% et un taux de pauvreté de 40%, selon l’Insee »,   « toutes les tentatives pour désamorcer le mouvement se sont avérées jusqu’à présent vaines. Dernière en date, celle du président de région Didier Robert, qui a annoncé le gel de la hausse d’une taxe spécifique à La Réunion sur les carburants, sans dissuader pour l’heure les gilets jaunes. »

Faut-il en arriver à de telles extrémités pour se faire entendre? La tentation de le croire existe en tout cas dans un pays comme la France où beaucoup, et pas seulement chez les militants de  la gauche de la gauche, expliquent que depuis l’épisode révolutionnaire de  1789les avancées sociales ont toujours été conquises par l’épreuve de  force, la violence, l’insurrection pour faire plier ou se débarrasser du   pouvoir en place. Le chemin des urnes est pourtant  bien moins douloureux et dangereux pour peu qu’on ait le simple courage de voter pour une véritable alternative au Système. C’est-à-dire comme Bruno Gollnisch le croit, pour un RN porteur dans son programme de l’indispensable  Révolution patriotique que nous appellons de nos voeux. Les millions d’abstentionnistes de France et de Navarre – et ils sont nombreux chez les sympathiques gilets jaunes! -, seraient  bien inspirés de s’en souvenir.

https://gollnisch.com/2018/11/22/faut-il-vraiment-en-passer-par-la/

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s