À six mois de la présidentielle : taper sur l’Europe, même les anciens européistes s’y mettent !

european-union-6405066-845x475-1

Qui l’eût cru ? Autrefois, pour avoir une chance de se faire élire, il fallait rivaliser d’européisme ; aujourd’hui, c’est un peu le contraire. En effet, à six mois de l’échéance présidentielle, c’est à qui sera le plus eurosceptique ; exception faite, évidemment, d’Anne Hidalgo et Yannick Jadot, qui donnent peu ou prou l’impression de regarder passer l’Histoire comme les vaches le font des trains. Et d’Emmanuel Macron, tel qu’il se doit. Lire la suite « À six mois de la présidentielle : taper sur l’Europe, même les anciens européistes s’y mettent ! »

Renaud Camus face au remplacisme global

grand remplacement

Le Grand Remplacement n’est pas une « théorie » : c’est un constat et un signal d’alarme. Derrière le droit des peuples à la continuité historique, il s’agit de défendre la polyphonie du monde – tout ce qu’il conserve encore d’irremplaçable.

Si l’expression « Grand Remplacement » est désormais assez systématiquement associée au nom de Renaud Camus, notamment par tous les automatismes journalistiques autour de la « théorie » du grand remplacement, on ne peut que déplorer que les écrits de celui-ci restent peu lus. Il est vrai en particulier, quoique cela n’excuse en rien les non-lecteurs, que Le Grand Remplacement[1] n’avait pas connu jusqu’ici une aussi grande diffusion que l’expression.

Lire la suite « Renaud Camus face au remplacisme global »

Aux côtés d’Orban en Hongrie, Marine Le Pen fustige l’UE et la « submersion migratoire »

Vu sur FdeSouche

Contre “l’asservissement” de l’UE et la “submersion migratoire”, Marine Le Pen a fait bloc mardi à Budapest avec le dirigeant ultraconservateur hongrois Viktor Orban, à l’occasion de leur premier tête-à-tête.

C’était pour la candidate du Rassemblement national (RN) un rendez-vous très attendu, un mois après la visite du polémiste Eric Zemmour, son rival potentiel mais non encore déclaré à la présidentielle française de 2022, et de sa nièce Marion Maréchal.

Le Point

Les fondements de l’identité Française 

Un pays est défini tout d’abord par ses hommes. Il est donc intéressant de savoir ce que sont les peuples fondateurs de la France actuelle pour définir notre identité. Les manuels républicains d’histoire ou de géographie nous enseignent qu’il n’y a pas de race française. Nous allons voir que ceci est une interprétation purement idéologique, et qu’à l’inverse, incontestablement, lorsque nous étudions les différentes composantes de la population fondatrice, l’identité française est de race celto-germanique baignée dans une culture gréco-latine. Lire la suite « Les fondements de l’identité Française « 

Covid : les biens publics comme garantie des contrats Pfizer

Depuis le début de la propagation du Covid, une méfiance s’est progressivement propagée qui a pris des traits de certitude au fil du temps : le pouvoir excessif acquis par les multinationales du médicament, souvent au détriment de la souveraineté des Etats ainsi que de la santé.

Il y a quelques mois le Bureau of Investigative Journalism, une organisation de journalisme d’investigation à but non lucratif a dénoncé, à travers les témoignages de représentants des gouvernements argentin et brésilien, l’existence d’une attitude d’intimidation et de harcèlement de la part de Pfizer envers les États. Lire la suite « Covid : les biens publics comme garantie des contrats Pfizer »

Croatie 1945 : une nation décapitée 1/3

Particulièrement impitoyable, la guerre à laquelle fut confronté l’État Indépendant Croate entre 1941 et 1945 s’est achevée, en mai 1945, par l’ignoble massacre de Bleiburg (1). Tueries massives de prisonniers civils et militaires, marches de la mort, camps de concentration (2), tortures, pillages, tout est alors mis en œuvre pour écraser la nation croate et la terroriser durablement. La victoire militaire étant acquise (3), les communistes entreprennent, en effet, d’annihiler le nationalisme croate : pour cela, il leur faut supprimer les gens qui pourraient prendre ou reprendre les armes contre eux, mais aussi éliminer les “éléments socialement dangereux”, c’est à dire la bourgeoisie et son élite intellectuelle “réactionnaire”. Lire la suite « Croatie 1945 : une nation décapitée 1/3 »