Extrême gauche : une bienveillance politique, médiatique et judiciaire !

Entre deux manifestations contre la réforme des retraites, des militants d’extrême gauche, rejoints par des écologistes radicaux, se sont donnés rendez-vous, ce samedi 25 mars, à Sainte-Soline, dans les Deux-Sèvres, pour s’opposer au projet de méga-bassines, une vaste retenue d’eau destinée à l’arrosage des cultures. Malgré l’interdiction de la préfecture, ces militants – 6.000 selon la police, 30.000 selon les organisateurs – ont tenté de prendre d’assaut la bassine en construction. Venus pour « casser du flic », certains, dont 200 fichés S, n’ont pas hésité à lancer des projectiles (pierre, cocktails Molotov…) en direction des forces de l’ordre. Bilan de la manifestation : 47 gendarmes blessés, dont 27 en urgence relative, et 7 manifestants secourus, dont 3 en urgence absolue. Deux d’entre eux, dont un trentenaire fiché S dans les années 2010 « pour appartenir à l’ultra-gauche »selon une information Europe 1, sont toujours dans le coma.

Insoumis et médias complaisants

Ces violences de l’extrême gauche bénéficient de la généreuse complaisance de la NUPES. Ceints de leur écharpe tricolore, huit députés insoumis sont venus en personne à Sainte-Soline participer à ce rassemblement pourtant interdit. Parmi eux, Clémence Guetté, figure montante de La France insoumise, produit sur son compte Twitter une description totalement hors-sol de l’événement. « De nombreuses familles, des personnes âgées, des costumes, des chants, des rires, des fanfares. L’ambiance est festive et bon enfant », écrit-elle, sans jamais mentionner les éléments radicaux. Ils étaient pourtant près d’un millier, selon les services de renseignement, présents dans le cortège. Au contraire, la jeune députée accuse les forces de l’ordre d’avoir attaqué sans raison les manifestants présents. Un propos qu’elle réitère, ce 27 mars, au micro de RTL : selon elle, ce sont « les choix politiques qui ont transformé une manifestation festive et pacifique en scène de guerre ». Même son de cloche du côté de Marine Tondelier, secrétaire nationale d’Europe Écologie Les Verts (EELV), également présente à la manifestation. Jean-Luc Mélenchon ajoute : « Il ne se serait rien passé de violent si Darmanin n’avait pas déployé 3.000 policiers et gendarmes. » À les écouter, tous ces militants radicaux seraient simplement venus profiter d’une marche bucolique dans les champs quand la police aurait déclenché les hostilités. Une version qui fait fi des nombreux projectiles (boules de pétanque, hachette, bonbonnes de gaz) saisis sur ces manifestants.

À cela s’ajoute une certaine bienveillance médiatique. Après la manifestation « spontanée » pour ne pas dire « illégale »,  après la « colère » pour ne pas parler d’« exactions »Libération vient de trouver un nouvel euphémisme. Désormais, plutôt que de parler de casseurs ultra-violents, le journaliste de Libé préfère l’expression « manifestants les plus déterminés ». De son côté, Mediapart fait le choix de l’ellipse. Faisant le récit de la manifestation, le journal d’Edwy Plenel dénonce « les gaz lacrymogènes qui se sont mis à pleuvoir sur les manifestants » en omettant de mentionner la charge portée en amont par les militants contre les forces de l’ordre. Des pudeurs que ces deux titres n’auraient évidemment pas eues s’il était question de l’extrême droite…

Cette complaisance politique et médiatique s’accompagne d’une certaine bienveillance judiciaire. Au pire, ces militants dont le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin dit que « les modes opératoires relèvent de l’écoterrorisme », lorsqu’ils sont poursuivis pour dégradations et violences, n’écopent que de quelques mois de prison avec sursis, parfois assortis d’une interdiction de se rendre dans certains départements. Ce week-end à Sainte-Soline, en dépit de l’extrême violence, aucun militant n’a finalement été interpellé !

Face à l’ultra-gauche, le gouvernement dénonce la bienveillance de certains cadres de la NUPES, mais son inaction, ces six dernières années, le condamne. Sur les quelques dissolutions prononcées par l’exécutif, récemment, presque aucune ne concerne des groupuscules d’extrême gauche. En revanche, nombreux sont les collectifs d’extrême droite (Génération identitaire, Bordeaux nationaliste, Les Zouaves…) à avoir été dissous. Pour tenter d’endiguer l’extrême gauche, le gouvernement doit passer de la parole à l’action. En a-t-il la volonté ?

Clémence de Longraye

https://www.bvoltaire.fr/extreme-gauche-une-bienveillance-politique-mediatique-et-judiciaire/

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s