Une Europe totalement soumise aux États-Unis

marek-studzinski-R-kZS-y11n4-unsplash-scaled.jpg

Markku Siira

Source: https://markkusiira.com/2022/09/29/yhdysvalloille-alistunut-eurooppa/

Les États-Unis, aux abois, sont prêts à détruire les derniers vestiges de souveraineté de leurs alliés – principalement européens. Même l’Union européenne, autrefois fondée avec le soutien des Américains, est désormais un rival de l’hégémon paranoïaque, un rival qui doit être affaibli.

Bien sûr, la soumission honteuse des gouvernements européens aux ordres de Washington tente toujours d’être camouflée derrière la proclamation d’un « partenariat transatlantique ». Ce n’est pas seulement le cas des fervents gouvernements pro-occidentaux des petits États baltes, perpétuellement traumatisés, que sont l’Estonie, la Lettonie et la Lituanie. L’Allemagne, la France, l’Italie et l’Espagne, elles aussi, ont eu tendance à entonner le mantra invraisemblable de « l’unité occidentale ». Lire la suite

Notre combat pour l’Iran.

Mg-3452-bearbeitet-2-sq-srgb-2000px

J’avais 16 ans, et j’étais élève au lycée Chateaubriand, un beau patronyme d’établissement aux yeux du royaliste que je n’étais pas encore alors. Nous étions à l’automne 1978, puis en hiver 1979, et je dévorais l’actualité le matin au petit déjeuner dans les pages du Ouest-France que maman laissait à la disposition des enfants de la famille, et le soir devant la télévision quand Roger Gicquel et Jean-Claude Bourret nous mettaient au courant des nouvelles du jour. Le vendredi matin, il y avait aussi le Paris-Match que papa avait acheté la veille pour lire dans le train qui le ramenait de Poitiers, mais aussi Le Point et Valeurs actuelles qu’il laissait sur la table du grand bureau parental. Et puis, je dévorais les tracts et les journaux distribués devant le lycée, Avant-Garde pour les communistes (que je n’aimais guère, je l’avoue, et avec lesquels j’avais eu quelques frictions) comme Civilisation, qui était le bulletin rennais du Parti des Forces Nouvelles, mouvement de la droite musclée dans une époque qui l’était tout autant, si l’on évoque l’ambiance politique du moment… Dans le même temps, j’étais constamment plongé dans les collections des années 1933-1944 de la revue L’Illustration que mon grand-père et ma mère avaient eu la bonne idée de faire relier pour en faciliter la lecture. Lire la suite

Papa Scholz refuse de plafonner le prix du gaz en Europe.

Allez Manu, il faut faire ton colonel Hogan et envoyer promener papa Schultz et ses méthodes de fixation du prix du gaz! Ca suffit maintenant.

Les Allemands suivent toujours leurs propres intérêts quand ils ne se soumettent pas à ceux des Américains.

Si les sanctions prises à l’égard de la Russie l’ont essentiellement été sous la pression américaine, ce qui nuit évidemment aux intérêts allemands, lorsque les Américains ne mettent pas leur grain de sel alors l’Allemagne reprend immédiatement sa stratégie de domination en Europe.

Lire la suite

Représailles au sabotage des gazoducs par les États-Unis : Les câbles sous-marins internet

par Marc Rousset.

Vladimir Poutine, lors de son discours au Kremlin, qui fera date, d’unification à la Fédération de Russie, du vendredi 30 septembre, ont accusé les États-Unis d’avoir provoqué l’explosion des gazoducs : « La dictature des États-Unis repose sur la force brute, c’est la loi du plus fort ». Poutine a imputé ce sabotage aux États-Unis qui « font pression » sur les pays européens pour qu’ils coupent complètement leur approvisionnement en gaz russe « afin de s’emparer (eux-mêmes) du marché européen ».

Et Poutine accusateur encore plus direct et formel contre les États-Unis d’ajouter dans son discours afin d’ouvrir les yeux aux Européens lobotomisés, des traîtres que sont Macron, Scholz, von der Leyen : « Les sanctions ne suffisent pas aux Anglo-Saxons ; ils sont passés au sabotage incroyable, mais vrai : après avoir organisé des explosions sur les gazoducs internationaux Nord Stream, qui longent le fond de la mer Baltique, ils ont commencé à détruire les infrastructures énergétiques paneuropéennes. C’est clair pour tous ceux qui en bénéficient. C’est celui qui en profite qui l’a fait, bien sûr ». Le saboteur, c’est donc bien les États-Unis et personne d’autre ! À qui profite le crime ? Aux seuls États-Unis !

Lire la suite

Ukraine : l’Etat va verser une aide de 150 euros par mois aux familles qui vont accueillir des réfugiés ukrainiens

Ukraine : l'Etat va verser une aide de 150 euros par mois aux familles qui vont accueillir des réfugiés ukrainiens

Comme l’avait annoncé le cabinet du ministre délégué à la Ville et au Logement Olivier Klein dès le mardi 4 octobre, l’État va verser une aide financière de 150 euros par mois aux familles françaises qui hébergent des réfugiés ukrainiens.

Ce soutien financier, qui devrait selon le gouvernement concerner de 5 000 à 12 000 famillescouvrira la période du 1er avril au 31 décembre 2022 et sera versé sous réserve d’avoir accueilli pendant au moins 90 jours de tels bénéficiaires, selon le communiqué.

[…] 

OuestFrance 

https://tvl.fr/actus/ukraine-l-etat-va-verser-une-aide-de-150-euros-par-mois-aux-familles-qui-vont-accueillir-des-refugies-ukrainiens

Rangueil / Vieille-Toulouse (31) : une femme de 38 ans menacée avec une arme à feu, enlevée, puis violée, les auteurs présumés sont deux clandestins algériens de 18 et 21 ans

C’est une affaire terrible : une femme de 38 ans menacée avec une arme de poing par deux individus puis enlevée et violée par l’un d’eux. Tout commence à Rangueil dans la soirée du 24 septembre.  La victime rentrait chez elle en voiture. Elle dit avoir été abordée devant sa résidence par deux jeunes hommes. Les deux agresseurs présumés l’auraient alors menacée avec une arme à feu, forcée à s’arrêter, puis ils se seraient emparés de son véhicule en la forçant à monter avec eux. 

Lire la suite

L’Occident fatigué

homme-fatigué-dormant-dans-le-bureau-se-reposant-sur-une-chaise-rouge-derrière-d-affaires-travaillant-l-ordinateur-115044178.jpg

Gaëtan de Capèle

C’est une lame de fond que personne n’avait vue venir. Longtemps obsédé par la lutte contre le chômage, ce cancer social qui détruit les individus, les familles, parfois des territoires entiers, l’Occident affronte désormais son double négatif : la remise en question du travail. En France, en Europe, aux États-Unis, les jeunes générations, mais aussi celles déjà installées dans la vie, refusent de faire de leur activité professionnelle le centre de leur existence. Au diable l’ambition, le besoin d’émancipation, la soif de reconnaissance, le désir d’enrichissement. Lire la suite