Pécresse préfère subventionner le lobby LGBT qu’une université libanaise

Pécresse préfère subventionner le lobby LGBT qu’une université libanaise

Pour le lobby LGBT, l’argent du conseil régional d’Ile-de-France coule à flots.

La région Ile-de-France a retiré mercredi le vote d’une subvention à une université privée libanaise, l’université Saint-Esprit de Kaslik (USEK), établissement catholique et francophone situé près de Beyrouth. La raison : cet établissement a osé être partenaire de l’ISSEP, l’école fondée par Marion Maréchal.

La majorité LR de Valérie Pécresse a cédé devant le groupe communiste, rejoint par les autres groupes de gauche, qui a signalé le partenariat entre l’Institut des sciences sociales, économiques et politiques et l’université libanaise.

La droite qui se soumet aux élus communistes, c’est du gaullisme pur jus !

https://www.lesalonbeige.fr/pecresse-prefere-subventionner-le-lobby-lgbt-quune-universite-libanaise/

24 mars 1999: Le génocide des Serbes par l’OTAN… et Biden

 

[Message de Vyacheslav Volodine, Président de la Douma Fédérale]

Il y a exactement 23 ans, le 24 mars 1999 les civils yougoslaves se sont réveillés des sirènes des raids aériens. L’OTAN bombardait Belgrade.

Environ 5 000 personnes ont été tuées, plus de 10 000 ont été blessées. Un millier et demi d’infrastructures ont été détruites. Les bombardements se sont poursuivis sans interruption pendant 78 jours. Des armes à sous-munitions et des obus à l’uranium appauvri ont été utilisés.

Aucun des dirigeants des États-Unis et des pays de l’OTAN n’a jamais été puni.

De plus, l’actuel président américain Joe Biden était alors sénateur et a activement soutenu l’attentat, appelé à l’occupation de la Yougoslavie Lire la suite

La fragile légitimité des dirigeant mal élus

La démocratie française est fragile. Or la guerre en Ukraine accentue son mal-être. Le chef de l’État s’abrite derrière le conflit pour refuser de débattre, sinon avec des interlocuteurs choisis. La stratégie de la peur produit les effets anesthésiants escomptés, avec un ralliement des uns derrière l’homme en place et un renoncement des autres à aller voter. Lire la suite

La remigration, seule solution pour une France retrouvée ?

remigration-idee-force-reconquerir-notre-pays-800x450-1

En novembre 2020, Polémia consacrait son 6e Forum de la Dissidence au thème de la remigration. Aujourd’hui, Éric Zemmour, un des principaux candidats à l’élection présidentielle, annonce qu’il mettra en place un ministère de la Remigration s’il était élu. Retour sur cette notion de remigration avec la rediffusion d’un article, paru en octobre 2020 sous un titre légèrement différent, de Paul Tormenen, spécialiste des questions migratoire.
Polémia

De longue date, l’assimilation des étrangers souhaitant s’installer en France est allée de soi. Mais rien ne s’est passé comme prévu. Une partie des immigrés présents en France et une frange de plus en plus importante de descendants d’immigrés de la deuxième et de la troisième génération manifestent ouvertement qu’ils ne souhaitent pas s’assimiler. Au lieu de l’assimilation souhaitée, c’est parfois la séparation volontaire qui a été choisie. Pendant ce temps, l’immigration massive continue alors que la France est frappée par une grave crise économique et que le nombre de chômeurs explose. Lire la suite

Ukraine : le nécessaire « tri » entre migrants, la question que les médias de grand chemin ne veulent pas poser

migrants

La guerre en Ukraine qui a débuté le 24 février dernier entraine d’importants mouvements de population. Le gouvernement français a rapidement annoncé que notre pays allait accueillir des réfugiés ukrainiens. Parmi les “migrants” qui arrivent en France, nombre d’entre eux n’ont pourtant pas la nationalité ukrainienne. Ceux qui l’ont souligné ont rapidement et vertement été critiqués par des médias de grand chemin. Était-ce justifié ? Revue de presse.

Lire la suite

Du rôle attribué à l’archaïsme dans la pensée de l’histoire (remarques sur deux contemporains des événements de 1848 : Marx et Flaubert) 3/5

De ce même paradoxe Harold Rosenberg, dans son essai sur La Tradition du nouveau (10), tire une sorte de loi psychologique de l’histoire : « C’est la crise révolutionnaire, l’effort à fournir pour “créer quelque chose d’entièrement neuf” qui oblige l’histoire à se voiler de mythe ». Il est en effet des cas où la nouveauté de la situation est si angoissante pour ceux qui doivent l’affronter, qu’il leur est nécessaire de s’identifier à une figure historique afin de surmonter la peur qui résulte de la perte des références. Lire la suite

Le président ukrainien accuse les entreprises françaises présentes en Russie « de financer le meurtre d’enfants »

Mercredi 23 mars, Volodomyr Zelensky s’est exprimé en visioconférence devant les députés et les sénateurs français. Il a accusé des grands groupes français d’être des complices de l’armée de Vladimir Poutine : « Les entreprises françaises doivent quitter le marché russe. Renault, Auchan (groupe Mulliez), Leroy Merlin et autres, ils doivent cesser d’être les sponsors de la machine de guerre de la Russie […] Ils doivent arrêter de financer le meurtre d’enfants et de femmes, le viol ». Peu après cette intervention, le chef de la diplomatie ukrainienne Dmytro Kouleba a appelé à un « boycott » mondial du constructeur automobile français Renault qui refuse de quitter la Russie.

https://www.tvlibertes.com/actus/le-president-ukrainien-accuse-les-entreprises-francaises-presentes-en-russie-de-financer-le-meurtre-denfants

En Espagne, face à la hausse des prix, VOX a le vent en poupe.

A la différence de la France qui a perdu la mémoire des « Gilets-jaunes » (https://conseildansesperanceduroi.wordpress.com/2022/03/16/mais-ou-sont-passes-les-gilets-jaunes-suite/ et aussi https://conseildansesperanceduroi.wordpress.com/2022/02/15/mais-ou-sont-donc-passes-les-gilets-jaunes/), l’Espagne se réveille face à la flambée des prix de l’énergie mais aussi des denrées alimentaires. Et elle le fait en pointant du doigt le silence assourdissant de nos révoltés de 2018, avec… des gilets oranges sur les épaules, comme ici à Madrid !

A la veille du Conseil européen des jeudi 24 et vendredi 25 mars, les deux grandes centrales syndicales espagnoles, ainsi que les principales associations de consommateurs, ont organisé une nouvelle manifestation à Madrid pour dénoncer la flambée des prix, mercredi 23 mars. Il s’agit du dernier épisode de protestation qui secoue l’Espagne depuis plus d’une semaine, sur fond d’inflation à 7,5 %. Partout, le même malaise s’exprime dans les cortèges : « La hausse des prix nous ruine », clame la foule. Lire la suite