Jean Castex annonce la « suspension du Pass Vaccinal » à moins d’un mois du premier tour de la présidentielle

Vu sur TVL

Le Premier ministre s’est fait le porte voix d’un gouvernement calculateur. Les élections approchent, Emmanuel Macron déclare sa candidature ce soir et l’allégement des mesures contraignantes sonne comme un cadeau fait aux Français. 

Invité du JT de 13H sur TF1, Jean Castex, déclare : « A partir du lundi 14 mars, nous allons suspendre l’application du Pass Vaccinal partout où il s’applique ».

De l’indo-européen aux indo-européens

indo-europeen

ie-jh10.jpgI. – Histoire de la recherche

La recherche sur les Indo-Européens (1) est passée par 2 phases opposées. À l’enthousiasme parfois téméraire des premiers temps ont succédé le désenchantement et l’hypercritique :

« Après les espoirs, nourris par les travaux de Kuhn, de Grimm, de Max Müller et de Schrader, que l’étude comparée des vocabulaires permettrait de reconstituer un état de civilisation, on était entré dans une ère de critique et de doute qui menaçait de réduire l’Indo-Européens à la condition de fantôme linguistique : d’une part, on ne voulait plus connaitre d’eux que la langue ; d’autre part, l’idée d’une langue commune, dont toutes les autres seraient issues, cédait la place à l’hypothèse de dialectes entre lesquels des affinités auraient existé au départ ou se seraient développées au cours des temps » (2). Lire la suite

Emmanuel Macron prépare l’annonce de sa candidature : Manuel Valls, le passeport vaccinal…

Pour ceux qui en doutaient, Emmanuel Macron a confirmé son intention de briguer un second mandat, en officialisant sa candidature à l’élection présidentielle de 2022 avec une «Lettre aux Français», qui sera publiée jeudi soir et diffusée vendredi dans l’ensemble des titres de la presse quotidienne régionale (PQR). Une vidéo sera publiée sur les réseaux sociaux. Lire la suite

Les Femmes et les Enfants d’abord ! – Présidentielle : qui pour sauver la famille ?

Durant le quinquennat d’Emmanuel Macron, la famille a été la grande absente de la politique présidentielle. Un président sans enfants qui n’a pas l’intention d’innover davantage, si ce n’est en ravageant un peu plus les bases qu’il a déjà bien abattues durant son mandat. Quid des autres candidats ? Qui pour sauver et réinventer la Famille en France ? À l’approche des élections, il était temps de faire un point dans « Les Femmes et les Enfants d’abord ! » sur les propositions des candidats à la présidentielle. Avec Christine Boutin, ancien ministre et député pro-famille, et François Billot de Lochner, président de « Libertés Politiques », respectivement sur la politique familiale et l’éducation !
Lire la suite

Pénaliser la Russie, c’est pénaliser aussi l’Europe

Jarente de Senac

Ce pourrait être une nouvelle version de « l’arroseur arrosé » des frères Lumière, en nettement moins comique évidemment puisqu’il s’agit des sanctions économiques prises par Washington et ses affidés européens à l’encontre du sieur Poutine qui vient de déclarer la guerre à l’Ukraine.  A y regarder de près, on se demande qui fait les frais de ces sanctions ? Leur nature est, certes, d’ordre purement économique car à défaut d’affronter l’armée russe, les Occidentaux – mais pas que – ont décidé de s’en prendre à son économie en cherchant à l’asphyxier. Lire la suite

D’une « guerre » à l’autre, la macronie mise sur la peur

Emmanuel Macron est ambigu dans son rôle attendu d’homme de paix. Certes, le chef de l’Etat a maintenu le contact avec Vladimir Poutine et c’est une bonne chose. Il a également contraint, mardi, Bruno Le Maire à corriger ses propos belliqueux. Le ministre de l’Economie s’était cru autorisé à rappeler la détermination de l’Europe à « livrer une guerre économique et financière totale à la Russie (…) et provoquer l’effondrement de l’économie russe ». « Le terme de guerre était inapproprié et ne correspond pas à notre stratégie de désescalade », s’est amendé Le Maire, hier. Lire la suite

 La Monarchie fédérale, par Charles Maurras 3/4 

Les dialectes, les coutumes, les goûts locaux s’en allaient, il n’en fallait pas davantage à la fin du XIXème siècle ; l’on noyait ce qui ne demandait qu’à se sauver à la nage. On se gardait d’examiner pour chaque victime condamnée ses titres à la vie. On alléguait, en bloc, la formation prochaine d’États-Unis d’Europe, la fatale tendance du monde à s’unifier, l’inévitable disparition des nationalités consécutive à l’effacement des anciens petits États devenus simples préfectures ou sous-préfectures de pays plus grands. Lire la suite