Le féminisme à l’épreuve du rap

rap

Où sont les féministes pour s’indigner d’un rap, non pas simplement misogyne, mais ordurier et putassier – c’est le cas de le dire –, où les femmes ne sont plus que des objets, sex toys à part entière, tout juste bonnes à prendre et à jeter ? Aux abonnées absentes. Il y a là pourtant matière à soulever le cœur d’une Caroline De Haas, mais son silence, le sien et celui des féministes, est éloquent. Tentative d’explication.

J’vais rentrer au pays
Marier quatre grognasses qui m’obéissent

Booba

Je connais bien le rap. Enfant des années 80 et né en HLM, j’étais le « public cible » lorsqu’il a commencé à se développer chez nous. C’était la musique du « ghetto », et apparemment ma cité en était un. Lire la suite

Autriche : des dizaines de milliers de personnes défilent contre l’obligation vaccinale

Plusieurs dizaines de milliers de personnes ont manifesté contre l’obligation vaccinale en Autriche le 27 novembre alors que la vaccination obligatoire sera appliquée dans le pays à partir du 1er février prochain. La mobilisation a été particulièrement importante à Graz, où la police a annoncé près de 25 000 personnes s’étaient rassemblées contre les mesures gouvernementales. Lire la suite

Violences faites aux femmes : les pressions pour les obliger à avorter

Violences faites aux femmes : les pressions pour les obliger à avorter

Confrontées à une grossesse imprévue, non désirée, nombre de femmes subissent harcèlement et pressions pour les conduire à avorter.  Pressions et harcèlement sont des réelles violences faite aux femmes qui la subissent et sont reconnues comme telles par la loi. (Code pénal – Section 3bis – Art 222-33-2-2)

L’avortement est trop souvent imposée par les hommes sous le prétexte qu’ « un enfant ça se fait à deux ». Or les hommes ne portent pas les enfants, ils ne ressentent pas les symptômes de la grossesse comme les femmes. Pour certains hommes, confrontés à une grossesse imprévue, l’avortement est une solution d’autant plus facile que ce n’est pas eux qui le subissent.

Lire la suite

Colbert, le héros de la lutte contre la mise en esclavage des Européens par les Barbaresques

colbert-1688145-jpg_1606641_660x281

Il y a deux ans, prenant l’exemple sur le déboulonnement d’une statue du général Lee aux États-Unis, des militants indigénistes et décoloniaux, soutenus par des personnalités et rejoints aujourd’hui par l’oubliée Rama Yade, s’en sont pris à Colbert. L’objet de leur courroux : le ministre de Louis XIV est accusé d’avoir été l’auteur du Code noir et l’initiateur de la traite négrière et, donc, de s’être rendu coupable de crime contre l’humanité. Ils appellent, depuis lors, au retrait des statues, des noms de rues ou de lycées honorant Colbert qui, selon eux et la ralliée au « wokisme » Rama Yade, constituent une micro-agression ! Lire la suite

La maîtrise des fonds transférés par les diasporas reste une arme redoutable à l’encontre des pays d’origine des migrants.

Et, même si Arnaud Montebourg a été contraint de capituler sur ce terrain sous la pression du « politiquement correct« , nous restons convaincus de sa nécessité.*

Les transferts de fonds par les migrants vers leurs pays d’origine devraient connaître une hausse spectaculaire de 7,3 % cette année, à 589 milliards de dollars (520 milliards d’euros). Les migrants originaires des pays sous-développés envoient trois fois plus d’argent que l’ensemble de l’aide publique au développement dépensée par les pays riches dans le monde. La Banque mondiale, qui publiait ces chiffres mercredi 16 novembre, souligne leur « importance » comme rempart à la crise économique qui frappe actuellement les pays à bas et moyen revenu. Comprenez bien ce que cela signifie : c’est un levier essentiel pour faire accepter par ces pays le renvoi de tous leurs ressortissants qui ne sont pas éligibles au droit d’asile ou qui sont tout simplement expulsés :

PAS DE VISAS DE RETOUR = BLOCAGE DES FONDS = ASPHYXIE FINANCIÈRE. Lire la suite

Frontière polonaise : Biélorusses et Passeurs des ONG même combat ?

migrands-pologne

Par Louis-Joseph Delanglade*

« Si tous ces gentils migrants rentrent au pays, ce sera une bonne leçon pour tout le monde. »

On les a vus bien équipés et faisant preuve d’une grande agressivité. Pourtant, sous prétexte qu’ils ont été manipulés et instrumentalisés par le pouvoir biélorusse, la presse bien-pensante souligne que ces milliers de migrants massés à la frontière polonaise ne constituent en rien le danger dénoncé par certains. On croit comprendre qu’ils constitueraient une sorte d’erreur migratoire, erreur que l’Union européenne bien soudée devrait résoudre par « des mesures pour que cesse cette opération honteuse ». Inutile de s’inquiéter donc : tout cela n’a rien à voir avec la grande vague de 2015 ou même la pression migratoire constante en provenance d’Afrique du Nord. On ne peut pourtant pas nier que l’offre de Loukachenko correspond à une demande réelle et que ces migrants, loin d’être des pantins, sont d’abord des gens décidés à venir en Europe – comme tous les autres migrants.  Lire la suite

La géopolitique de Staline 4/4

Ne disposant pas, pour réaliser sa politique nationale et étatique des forces suffisantes, Staline fut contraint d’accepter l’ultimatum de Lénine et la création de l’URSS. Il se réservait néanmoins le droit de s’attaquer ultérieurement au modèle d’organisation nationale encombrant et incohérent, inventé par Lénine pour la Russie. Staline, par exemple, prédit que l’existence à Moscou de deux instances législatives suprêmes, le VTsIK et le TsIK de l’URSS « ne donnera rien, hors des conflits » et qu’il faudra procéder à l’avenir à « une utile refonte en profondeur ». Malheureusement, l’actuelle débâcle de l’URSS a, à bien des égards, confirmé les craintes de Staline. Lire la suite

Marine Le Pen :  » Il y a un risque de voir une véritable partition de certains territoires. Il y a des zones de non-droit, des zones de non-France, contre lesquelles le gouvernement est incapable d’agir »

Marine Le Pen dans le Grand Jury ce dimanche : « Il y a un risque de voir une véritable partition de certains territoires. Il y a des zones de non-droit, des zones de non-France, contre lesquelles le gouvernement est incapable d’agir ».

Lire la suite sur TVL