JACQUES ATTALI SENT QUE LA TEMPETE APPROCHE

Économie de la pénurie, hyperinflation en route ? Ultime crise avant l’apocalypse ? Lire : le pronostic d’Attali qui inquiète (Les Échos, Capital, etc.). La presse économique s’aligne sur JSF

Par Jacques Attali

Économie de la pénurie, hyperinflation à venir ? Dernière crise avant l’apocalypse ? Suite… « LA HAUSSE DES PRIX SERA BRUTALE ». Jacques Attali a publié l’article ci-après dans Les Échos (28.10) et sur son site officiel, aussitôt repris et commenté dans la presse économique, tel Capital (29.10). Des analyses similaires avaient déjà été menées dans JSF par Rémi Hugues il y a plusieurs mois. Aujourd’hui, les mêmes craintes s’expriment au cœur des puissances économiques mondiales. La question est d’importance. Nous y reviendrons. 

Parfois, des dangers s’annoncent longtemps à l’avance ;  on a le temps de s’y préparer  et de les éviter si on est sérieux. Trop souvent pourtant, même si les signes avant-coureurs se font de plus en plus présents, et convaincus que le problème s’arrangera tout seul, on ne fait rien et on ne prend aucune précaution sérieuse pour éviter les catastrophes.

On connait tous cela dans nos vies privées, ou dans celles de l’un ou l’autre de nos proches, quand on refuse de prendre au sérieux des alertes de santé, des petits échecs au travail, des contrariétés sentimentales ; tous signes qu’on veut croire sans importance et qu’on préfère négliger. On connait aussi tous cela dans la vie de nations qui n’ont pas pris au sérieux des menaces évidentes, par exemple quand un voisin belliqueux se réarmait à grande vitesse, ou quand une idéologie mortifère commençait à  ruiner le consensus national.  On connait cela aussi à l’échelle de l’humanité, quand on ne prend pas aussi au sérieux qu’on le devrait la tragédie climatique qui est devant nous ; ou quand on laisse prospérer la pandémie du Covid dans les pays  émergents sans leur fournir les vaccins qui permettraient d’éviter de les transformer en usines à fabrication de variants, de plus en plus dangereux pour le monde tout entier.

Il existe aussi une tout autre source de dangers, qui, à la différence de ceux qui précèdent, s’annoncent beaucoup moins ou même pas du tout, et qui frappent ensuite brutalement, mortellement, sans préavis.  C’est le cas de certaines maladies, de ruptures  dans un ciel  sans nuage, de faillites imprévisibles, de licenciements sans justification.

C’est aussi le cas de dangers  brutaux et mortels pour les sociétés. Ainsi, par exemple, d’un danger qui rode, partout, encore invisible : ce que je nommerai «l’inflation discontinue».

Les consommateurs, aujourd’hui, ne le ressentent pas vraiment, car, statistiquement, globalement, les prix, pour eux, restent relativement stables, et les hausses de certains produits, (tels en ce moment les carburants), sont compensées par les baisses d’autres, tels les équipements domestiques, ou les vêtements.

Et pourtant, tout se prépare pour qu’une très forte inflation se déclenche brutalement, ce que je nomme une «  inflation discontinue ».

Et c’est là l’essentiel :  ce ne sera pas  une augmentation progressive de la hausse des prix, qui passerait de 2% à 3%, puis 4 %, et 5%  par an, grignotant tout doucement le pouvoir d’achat des salaires et la valeur des épargnes, et qu’on pourrait arrêter en utilisant les armes classiques de la politique monétaire, qui sont les taux d’intérêt et la restriction du crédit. Ce sera  une inflexion très brutale de la hausse des prix, qui passerait en un an de 2 à 8 ou 10%. Une inflation discontinue.

Le mécanisme de cette rupture est en place : Si les hausses massives des matières premières et des produits intermédiaires, aggravées par d’innombrables pénuries, n’ont pas  encore été répercutées sur les consommateurs, c’est parce que, pour le moment, les producteurs de biens de consommation sont  obsédés par les enjeux de la concurrence. Et, pour l’instant, ces firmes en contact avec les consommateurs amortissent assez largement  les  chocs, pour rester compétitives.

Mais, à un moment encore indécidable,  si  la hausse  des coûts  des intrants et les pénuries de toutes natures persistent, l’un ou l’autre des grands producteurs mondiaux de produits alimentaires,  de véhicules,  ou d’équipement ménagers, cédera et  augmentera  ses prix massivement. Brutalement.  Il sera ensuite  très vite suivi par ses concurrents qui n’auront attendu  que cela pour améliorer leurs comptes.

Autrement dit, comme dans « Les Dents de la Mer », tout ira bien jusqu’à ce qu’il soit  trop tard et que la catastrophe soit inévitable. Car, à ce moment-là,  aucune arme disponible ne pourra plus l’empêcher : la hausse des taux ne servira plus à rien ; la restriction du crédit  provoquera la récession sans maitriser l’inflation.  Et on n’aura plus alors le choix,  (comme dans les  épisodes  passés du même genre)  qu’entre l’indexation des salaires pour protéger le pouvoir d’achat des gens, ou  une politique  d’austérité pour sauver l’Etat. Ce  choix est peut-être pour bientôt…

Ce  que j’écris  ici à propos de l’économie est aussi vrai pour la politique : on n’est plus très loin , en France comme ailleurs,  d’un possible  changement  institutionnel  radical, d’une véritable discontinuité démocratique. On ne pourra pas dire qu’on n’aura pas été prévenu.

j@attali.com

http://marcrousset.over-blog.com/2021/11/jacques-attali-sent-que-la-tempte-approche.html

Une réflexion sur “JACQUES ATTALI SENT QUE LA TEMPETE APPROCHE

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s