Présidentielle : Jean-Marie le Pen se dit prêt à soutenir Éric Zemmour s’il est « mieux placé » que Marine Le Pen

Valeurs actuelles cliquez ici

Jean-Marie Le Pen n’a pas dit non plus son dernier mot ! Dans un entretien exclusif au Monde jeudi 30 septembre, le patriarche de l’extrême droite française affirme qu’il s’exprimera jusqu’au moment où il finira dans la « caisse en bois ». Il évoque sans fard le sujet Zemmour, très sensible au sein du Rassemblement national (RN). Et annonce, l’air de rien : « Si Eric est le candidat du camp national le mieux placé, bien sûr, je le soutiendrai. » Cette déclaration peut avoir l’effet d’une bombe, alors que l’essayiste n’est plus qu’à un point de Marine Le Pen dans un sondage Ipsos pour Le Parisien. Lire la suite « Présidentielle : Jean-Marie le Pen se dit prêt à soutenir Éric Zemmour s’il est « mieux placé » que Marine Le Pen »

Éric Zemmour à Lille : « Je me fous de la diabolisation. C’est vous qui là fabriquez. Je tiendrai mon discours, quelles que soient les réflexions des médias » (Vidéo)

Vu sur TVL

Éric Zemmour à Lille : « Je me fous de la diabolisation. C’est vous qui là fabriquez. Je tiendrai mon discours, quelles que soient les réflexions des médias ». via Fdesouche


 

Jean-Baptiste d’Albaret : « La République s’est imposée comme une religion de substitution »

Jean-Baptiste d’Albaret est rédacteur en chef de Politique Magazine.

Les notions de droite et de gauche vous semblent-elles avoir encore un sens aujourd’hui. Si tel est le cas» dans quelle mesure ?

Ces catégories restent utilisées par commodité de langage, mais nul ne sait plus à quoi elles renvoient Elles continuent cependant à nourrir le débat républicain et servent à masquer l’absence de légitimité des partis politiques : les hommes politiques sont déconsidérés, y compris par les journalistes, qui les font exister. Les notions de droite et de gauche entretiennent donc un faux débat, mais on ne voit pas de véritable différence entre les partis dits de droite et de gauche, PS et UMP, qui pratiquent la même politique : sur la question fondamentale de la souveraineté, par exemple, l’un et l’autre sont européistes. Lire la suite « Jean-Baptiste d’Albaret : « La République s’est imposée comme une religion de substitution » »

Zemmour-Trump contre Macron-Biden : l’élection volée, épisode 2

Du Philosopheur :

Eric Zemmour a laissé entendre que s’il devait être candidat, il ferait un “remake” français de Trump 2016. Une information qui n’est pas tombé dans l’oreille d’un sourd, si l’on compare les manœuvres en cours autour de Macron avec celle des soutiens “démocrates” de Biden.

En 2016 Trump a utilisé les médias à contre-pied en les faisant hurler à l’unisson contre lui, ce qui, en plus de lui permettre de substantielles économies de frais publicitaires, a rallié la population à sa cause sur le thème « les ennemis de mes ennemis sont mes amis ». Et Zemmour de jouer brillamment une adaptation de ce classique de la politique, les peuples, comme les journalistes, ne pouvant rien apprendre, puisque, par bonheur, la génération montante ne peut pas télécharger les souvenirs des anciens. Lire la suite « Zemmour-Trump contre Macron-Biden : l’élection volée, épisode 2 »

« Un troisième choc énergétique est en cours de préparation »

giraud-845x475-1

Chaque semaine, Jean-Baptiste Giraud, journaliste économique et coauteur de Dernière crise avant l’Apocalypse (Ring), livre aux lecteurs de Boulevard Voltaire son décryptage d’une actualité.

Aujourd’hui, l’augmentation du prix de l’énergie… 

Alors que l’augmentation du prix du gaz agite le débat public, Jean-Baptiste Giraud revient sur les causes de cette hausse, qui s’élève à 57 % depuis le début de l’année. Le journaliste économique souligne l’aspect inexorable de cette envolée des prix due à la forte tension sur le gaz au niveau international.

Jean-Baptiste Giraud

Blanche de Castille (Georges Minois)

Georges Minois est un historien médiéviste renommé. Il nous livre une biographie de Blanche de Castille qui débute par cette épitaphe, écrite en latin sur une plaque de cuivre érigée sur son tombeau, dans l’abbaye de Maubuisson :

Cette Blanche, que la nation française pleure, est sortie de toi, ô Castille, comme une étoile radieuse au firmament. Elle eut pour père le roi Alphonse, pour époux le roi Louis. Devenue veuve de lui, elle gouverna comme régente, afin que la nation pût jouir de la tranquillité. Pendant le voyage d’outre-mer de son fils, elle gouverna comme auparavant. Lire la suite « Blanche de Castille (Georges Minois) »

A-t-on encore le droit d’être Blanc ?

Quelques-uns des militants antifas interpellés par les forces de l’ordre de la ville de Portland (Oregon) lors des émeutes de l’été 2020 dans cette ville.

Rien de tel qu’un slogan pour décrire la déchéance symbolique des Blancs outre-Atlantique. Une formule comme « It’s OK to be White » (« Ce n’est pas un problème d’être Blanc ») le montre à sa manière. Elle a été reprise dans les milieux de la droite alternative américaine pour dire la dégringolade du statut des Blancs, soumis au laminoir du « privilège blanc » et du racisme systémique. Face à cette offensive racialiste, amplifiée par la pensée « woke », Éléments se penche dans son dossier de la rentrée sur ce nouveau racisme anti-Blancs.

ÉLÉMENTS : Ce n’est pas la première fois qu’Éléments s’intéresse au privilège blanc. On peut même dire que, depuis la mort de George Floyd, en mai 2020, c’est un sujet récurrent pour notre rédaction. Pourquoi ?

Lire la suite « A-t-on encore le droit d’être Blanc ? »

Orban : la migration de masse fait partie du « plan global » pour créer un « nouveau prolétariat »

S’exprimant lors de la 4e Conférence démographique de Budapest qui s’est tenue la semaine dernière, et organisée comme un forum sur les politiques en faveur de la famille et d’autres mesures pour inverser le déclin de la population sans recourir à l’immigration de masse, le premier ministre hongrois, Viktor Orbán s’est adressé aux participants, dont l’ancien vice-président des États-Unis  Mike Pence, le  président de la Serbie, le président serbe de Bosnie et les premiers ministres de Slovaquie et de Slovénie, ainsi que Marion Marechal et Éric Zemmour, notant que la cause du conservatisme national a « subi des pertes politiques importantes » ces dernières années. « Le président Trump n’a pas été en mesure de continuer son travail » aux Etats-Unis après janvier 2021, … « et Dieu sait ce qui va se passer en Allemagne ce dimanche » alors qu’Angela Merkel et théoriquement le parti de centre-droit pourrait être remplacés, aux élections nationales, par un parti de gauche au gouvernement qui inclurait peut-être le Parti communiste marxiste de gauche. Lire la suite « Orban : la migration de masse fait partie du « plan global » pour créer un « nouveau prolétariat » »