Eric Zemmour, une candidature jubilatoire

Comment ne pas se réjouir de la candidature d’Eric Zemmour, maintenant qu’elle est acquise. Certes il y a loin de la coupe aux lèvres et les obstacles à franchir dans les mois qui viennent abondent. Mais l’on ne peut s’empêcher d’éprouver d’ores et déjà une joie mauvaise, bien peu charitable nous le confessons mais tellement roborative, en pensant à tous ceux que cette candidature va placer dans une position inconfortable et qui craignent désormais de voir se briser bientôt leurs ambitions médiocres. Lire la suite « Eric Zemmour, une candidature jubilatoire »

Très cher 93, trop coûteux RSA !

rsa_2-845x475-1

Une annonce à rajouter aux promesses de la campagne présidentielle de  d’Emmanuel Macron. Le Premier ministre, Jean Castex, a confirmé, mardi 21 septembre, la prise en charge par l’État du surcoût du revenu de solidarité active (RSA), dont le conseil départemental a la responsabilité. Plus exactement, le département et l’État cofinanceront le dispositif jusqu’à un montant plafond de 520 millions d’euros, mais l’État prendra à sa charge toute hausse de ce budget due à l’augmentation – continue depuis plus de quinze ans – du nombre de bénéficiaires. « Dès 2022, c’est ainsi entre 50 et 70 millions d’euros que le département n’aura plus à financer au titre du RSA », souligne le communiqué du conseil départemental. Lire la suite « Très cher 93, trop coûteux RSA ! »

Le silence éloquent de Salah Abdeslam

Jean-Frédéric Poisson sur le procès des attentats du 13 novembre 2015.

Depuis le 8 septembre se tient le procès des attentats terroristes du 13 novembre 2015. Un événement douloureux pour les familles de victimes dont la douleur est cruellement ravivée. Si certains n’attendent rien de particulier de cet événement médiatique, d’autres au contraire souhaitent obtenir justice pour leurs disparus. D’autres encore déclarent qu’ils ne souhaitent pas de récupération politique autour de ce procès.

Pourtant, et malgré tout le respect que nous devons à ces victimes, il n’est pas question d’éviter ce sujet. En effet, l’enjeu de cet événement va bien au-delà d’un simple procès. Il met en lumière la lutte qui s’est amorcée entre deux civilisations incompatibles. Une lutte dont beaucoup de Français semblent ne pas avoir conscience, sans doute par méconnaissance de nos adversaires.

Nous ne pourrons pas combattre l’Islam conquérant tant que nous ne comprendrons pas l’état d’esprit de ceux qui ont frappé le Bataclan, l’Hyper Cacher, mais aussi Nice, le marché de Strasbourg et qui ont assassiné le Père Hamel, Arnaud Beltrame et tant d’autres. À cet égard, le silence de Salah Abdeslam depuis son incarcération nous en apprend davantage que les propos qui peuvent émerger de différents interrogatoires de terroristes : Salah Abdeslam se tait. Il ne dialogue qu’avec ses codétenus qu’il influence. Il se tait, car le dialogue ne l’intéresse pas ; notre point de vue n’a pas la moindre valeur pour lui. Il n’attend pas davantage de notre part que nous le comprenions. Il se tait jusqu’à son procès, occasion pour lui de déclarer : « je tiens à témoigner qu’il n’y a point de divinité à part Allah et que Mohamed est son messager » [1]; ce qui constitue, mot pour mot, la profession de foi à l’Islam. Beaucoup semblent étonnés par cette sortie, mais l’explication de son attitude est pourtant limpide : Abdeslam appartient à une autre civilisation au sein de laquelle existe un état d’esprit particulier, façonné par le Coran. Le terroriste n’est pas disposé à la repentance parce que ce qu’il défend se trouve dans une dimension religieuse qui transcende de loin la laïcité, la liberté, l’égalité et la fraternité, valeurs apparemment indépassables de nos sociétés modernes. Pour les musulmans, il s’agit de défendre un véritable droit soufflé par Dieu à son prophète et qui structure toutes les sociétés appartenant à l’Oumma, la communauté des croyants. De là découle le modèle immuable d’une religion qui interdit depuis le Xe siècle et la réforme du calife al-Mutawakil, toute actualisation ou interprétation du Coran. C’est le fond du problème. Et c’est d’ailleurs pour cette raison que j’avais développé ce sujet dans mon ouvrage L’Islam à la Conquête de l’Occident en 2018. Tout dialogue est impossible tant que les adeptes du Coran se refusent à l’autocritique.

Nous devons comprendre que ces hommes n’ont pas peur de notre justice, qu’ils n’ont pas honte de ce qu’ils ont fait, qu’ils appliquent les conseils du prophète : « Je ne veux rien ni de vous ni du juge. Il n’y a que la justice d’Allah qui compte ! » déclarait Abdeslam en décembre 2020 [2]. Au contraire, ils se réjouissent de pouvoir confirmer leur allégeance à Daech, d’avoir une tribune pour montrer leur bravoure face aux mécréants. Si de notre point de vue, ce sont des criminels, du point de vue de nombreux musulmans, ce sont des héros qui sont allés jusqu’au bout de leurs convictions. Le procès peut avoir du sens pour les victimes, il n’en aura jamais aucun du point de vue des bourreaux.

L’enjeu dépasse l’action de quelques islamistes radicaux, puisqu’une véritable stratégie de conquête de l’Occident est mise en place depuis une vingtaine d’année par les États musulmans qui n’ont jamais caché leurs ambitions pour notre continent. L’idée pour eux consiste à faire avancer la cause de l’Islam dans le monde, quelle qu’en soit la manière. C’est d’ailleurs en substance ce qu’affirme un document stratégique adopté à l’unanimité par ces États réunis au sein de l’Organisation islamique pour l’éducation, la science et la culture en 2000. Il y a chez eux une négation de notre identité et une volonté de conquête qui pardonne aux terroristes tous leurs excès au nom de la sainte cause du Djihad. Voilà pourquoi, indépendamment du rôle que la justice doit poursuivre dans cette affaire, la question de fond de ce procès est bien celle de l’incompatibilité idéologique de l’Islam conquérant avec notre société européenne. Au-delà de la connaissance de ceux qui nient ce que nous sommes, nous devons également retrouver l’esprit de nos pères, un esprit de service et d’héroïsme, cultiver les vertus qui nous permettront d’opposer notre force à leurs forces, notre civilisation à leur civilisation.

[1] « Attentats du 13 Novembre : fin d’une première audience mouvementée, reprise du procès jeudi à 12h30 »,Le Parisien, le 08/09/2021
[2] « L’administration pénitentiaire rapporte le prosélytisme de Salah Abdeslam en prison », Mediapart, le 08/09/2021

Jean-Frédéric Poisson

Tribune reprise de Causeur

https://fr.novopress.info/

Lire la suite « Le silence éloquent de Salah Abdeslam »

Rendez-nous Trump !

Notre microcosme médiatique et notre oligarchie politique attendaient Biden comme le Messie. Enfin, les Etats-Unis allaient redevenir le modèle de la démocratie exportable, le grand protecteur de l’Europe, le plus vieil allié de la France, celui qui, dans le fond, avait très tôt converti celle-ci à la République. L’Obamania avait déferlé durant huit ans sur notre pays. 

Lire la suite « Rendez-nous Trump ! »

La flambée des matières premières alimentaires menace-t-elle l’économie ?

A Paris, plusieurs boulangeries ont franchi le pas cet été : le prix de la baguette tradition est passé de 1,20 à 1,30 euro. Soit près de 8 % de hausse. Il illustre bien la pression des hausses de matières premières sur les prix alimentaires. L’évolution des cours du blé tendre, prisé par les fabricants de baguettes et de viennoiseries, est, à ce titre, exemplaire. Mi-août, la tonne de grains dorés, livrée à Rouen, se négociait à plus de 250 euros. Du jamais-vu depuis janvier 2013. Même s’il a quelque peu reflué en septembre, le cours affiche une progression de près de 25 % en un an. Lire la suite « La flambée des matières premières alimentaires menace-t-elle l’économie ? »

De Gaulle, troisième César 2/2

[Ci-contre : De Gaulle, D. de Roux, Classiques du XXe siècle, 1967]

Le plan d’ensemble du gaullisme géopolitique s’articule en 5 zones stratégiques plus une d’appui et de manœuvre, en place ou à créer :

  • renforcement du bloc franco-allemand, selon la fidélité historique au devenir éternel de l’Europe
  • dégager le Sud-Est européen de l’empire soviétique, afin de stopper l’action de l’URSS sur son propre axe de clivage et l’obliger à composer pour se mouvoir stratégiquement
  • dégager le Sud-Est asiatique de l’empire américain, afin de stopper l’action des USA sur leur propre axe de clivage et les obliger à composer pour se mouvoir stratégiquement

Lire la suite « De Gaulle, troisième César 2/2 »

Mathieu Slama: «Le gouvernement envisage de prolonger le passe sanitaire pour des raisons électoralistes»

qr code

Le passe sanitaire qui devait initialement être abandonné après le 15 novembre pourrait être prolongé. Pour l’analyste politique, cette manœuvre vise surtout à séduire un électorat plutôt âgé et favorable au dispositif.

Cette fois, le doute n’est plus permis : le gouvernement prépare les esprits à la prolongation du passe sanitaire. Il y a quelques jours, il affirmait, par la voix de son porte-parole Gabriel Attal, que le passe sanitaire pourrait être supprimé dans certains territoires où le virus ne circule plus mais conservé dans d’autres.

Lire la suite « Mathieu Slama: «Le gouvernement envisage de prolonger le passe sanitaire pour des raisons électoralistes» »

L’endettement stratosphérique de la Ville de Paris est passé de 4,1 milliards en 2015 à 7,7 milliards en 2021

[…]

Au-delà des chiffres bruts, c’est l’évolution de l’endettement sous la gouvernance Hidalgo qui frappe le plus. Le 1er janvier 2015, quelques mois après sa première élection, l’encours de la dette s’élevait seulement à 4,1 milliards d’euros. Il a grimpé de 88% depuis.

Lire la suite « L’endettement stratosphérique de la Ville de Paris est passé de 4,1 milliards en 2015 à 7,7 milliards en 2021 »