17 000 ans qui contredisent la théorie de l’effet de serre

Entre 2000 et 2011, à partir de l’analyse des carottes glaciaires, des cycles climatiques récurrents, des variations glaciales alpines, des fluctuations du PDO ou Oscillation Décadale du Pacifique, de celles de l’ENSO (El Niño) etc… Easterbrook publia toute une série d’études démontrant l’inéluctabilité d’une évolution de notre climat vers un refroidissement plutôt qu’un réchauffement. Insistant tout particulièrement sur le fait que le premier serait bien plus dramatique pour l’ensemble des sociétés humaines que le second. Il rappelait notamment que depuis 1470 se sont succédé des cycles alternativement chauds et froids de plus ou moins 27 années qui n’avaient rien à voir avec le C0₂ anthropique.

De même depuis 17 000 ans sont survenus une dizaine de changements climatiques en moyenne dix fois plus brutaux que ne le fut le petit réchauffement observé entre 1977 et 1998 (03° d’augmentation de la chaleur depuis un siècle). Ce qui tend à indiquer que les causes ayant provoqué les changements climatiques passés sont tout autant responsables du plus récent d’entre eux. En octobre 2006 Easterbrook énumérait les plus importants bouleversements survenus au cours de ces 17 000 ans pouvant expliquer les évolutions actuelles. 1°) À la fin de la dernière grande glaciation. 2°) Au début du Younger Dryas ( Fin du Pléistocène, il y a 12 700 ans). 3°) A la fin du Younger Dryas ( il y a 11 500 ans). 4°) Au début de l’Holocène ( il y a 8 200 ans). 5°) Durant le Petit Âge Glaciaire. Chacune de ces périodes se traduisit par des refroidissements brutaux avec des incidences cataclysmiques sur la géographie, le climat, la faune, la flore et des ruptures sociales brutales pour les sociétés humaines pulvérisées par ces événements. Le GISP2 ice core, qui est le Groenland Ice Sheet Project 2 ou carottage en profondeur de la glace du Groenland permettant de remonter sur l’échelle du climat plusieurs millénaires en arrière, aura ainsi permit d’observer à la fin du pléistocène des chutes de températures de 8° à 12° sur une période de 20 à 100 ans. Avec les cataclysmes socio-économiques qu’on peut imaginer pour nos ancêtres.

9100 ANNÉES DE CHALEUR

Ces refroidissements brutaux ne représentèrent que des épiphénomènes assez courts dans le temps, s’ils furent dévastateurs. En réalité au cours des 10 000 et quelques dernières années il fit sur la terre bien plus chaud qu’actuellement, ce qui d’ailleurs permit l’émergence de toutes les grandes civilisations.

Ainsi Easterbrook observe-t-il que l’année la plus chaude du XXe siècle aura été 1934, suivie par 1998 et peut-être 2010. Toutes les trois ayant été marquées par la présence d’un puissant El Niño, il doute fort que cela ait quelque rapport avec le C0₂ anthropique. Mais, bonhomme, il veut bien admettre tout ce que les météorologues de cour affirment. La NASA trafique-t-elle les données pour faire croire que, en réalité, 1998 aura été plus chaud que 1934, ce qui, du point de vue des gaz à effet de serre, serait plus conforme à la doxa du GIECC ? Il en sourit. Il doute même que 2010, malgré le début d’année en fanfare, réchauffé par El Niño, puisse concourir pour l’année la plus chaude. Décembre, en effet, aura été à peu près partout dans le monde le plus froid depuis un siècle. Quant aux six premiers mois de 2011, ils auront été les plus froids et les plus neigeux jamais relevés en Amérique du Nord depuis le XVe siècle. Et ce ne fut guère mieux en Europe.

En fait, explique notre géologue de l’État de Washington, quelle importance tout cela peut-il avoir ? Et si on veut nous faire croire qu’un quelconque réchauffement actuel serait provoqué par les activités humaines, c’est vraiment nous prendre pour des imbéciles. S’appuyant sur les carottes du Groenland, dont on commence à avoir décrypté une bonne partie d’entre elles, il montre que quelles que soient les températures actuelles, elles sont considérablement plus basses que celles de la plus grande partie des 100 derniers siècles. Et on ne peut accuser les activités humaines – même si elles se distinguèrent avec les civilisations minoenne et romaine – d’en être responsables. En réalité, conclut Easterbrook, « le climat s’est réchauffé lentement depuis le Petit Âge Glaciaire mais il a un long chemin, à parcourir avant de parvenir aux niveaux de température qui étaient les siens tout au long des 10 500 dernières années ».

Sur ces 10 500 années en effet 9 100 furent plus chaudes que 1934/1998/2010.

R.B. Rivarol du 1er juillet 2011

Un commentaire sur “17 000 ans qui contredisent la théorie de l’effet de serre

Répondre à faguet Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s