Présidentielles : qui pour 2022 ?, par Jean-Baptiste Baron (Entrepreneur).

OPINION. Malgré une période estivale sous ambiance sanitaire, la campagne présidentielle a déjà commencé, en tout cas officieusement. Après le fiasco des régionales, il est urgent que l’offre politique réconcilie les Français avec la démocratie, à un an d’un scrutin crucial pour le pays.

Le coup d’envoi de la précampagne présidentielle de 2022 est lancé. Il y a comme un arrière-goût de faux départ. Les élections régionales décalées de mars à juin sont en effet considérées comme un « test » pour « prendre le pouls » des citoyens. Et quel pouls ! Les commentateurs (non concernés) et les politiques (bien concernés !) n’ont, comme d’habitude, pas voulu comprendre le signe que les citoyens leur ont adressé : le silence de l’abstention est un cri. Un cri contre la déconnexion totale entre les préoccupations politiciennes et celles du quotidien ; un cri contre la décentralisation insensible et insensée ; un cri dont le mouvement des Gilets jaunes s’était fait et continue encore de se faire le porte-voix ; un cri que les commentateurs et personnalités politiques susnommés ne veulent pas entendre.

Lire la suite « Présidentielles : qui pour 2022 ?, par Jean-Baptiste Baron (Entrepreneur). »

Réchauffement climatique : les nouveaux charlatans (2015) 2/3

Les courants atmosphériques 2), 3) et 4) transportent de l’air soit humide soit sec et produisent les précipitations, tant au-dessus des mers et océans qu’au-dessus des terres émergées. Ces précipitations aboutissent aux cycles de l’eau douce : évaporation au- dessus des océans −> nuages+vents −> précipitations −> eaux de surface des terres+ eaux profondes dans les terres −> écoulements de surface dans les terres (ruisseaux, rivières et fleuves)+infiltrations en profondeur (eaux souterraines, plus abondantes que les eaux de surface) −> retour des eaux de surface aux mers et océans, et ainsi de suite.

De nombreux facteurs commandent ces variations du climat. Ils sont très nombreux, et on ne les connaît pas tous. Les principaux, et de loin, sont les facteurs astronomiques. Citons les quatre paramètres astronomiques les plus anciennement identifiés : Lire la suite « Réchauffement climatique : les nouveaux charlatans (2015) 2/3 »

Conférence du Dr Louis Fouché : « La joie au temps du Corona »

C’est une conférence fleuve (3 h 27) que l’association Joy for the Planet (on excusera l’anglais, l’association étant suisse avec probablement une visée internationale) nous propose ici. Le Dr Louis Fouché, qui a émergé à la faveur de la crise sanitaire, est d’abord un médecin qui a su respecter son serment d’Hippocrate et demandé que l’on soignât les patients avant de les laisser s’acheminer vers une mort certaine – pour quelques-uns – en les abandonnant à leur lit accompagné de quelques dolipranes. Mais c’est ici aussi le penseur de notre temps, le philosophe même, qui est convoqué et qui s’exprime.


D’aucuns trouveront à cette conférence un côté légèrement illuminé et des airs New Age, mais que l’on ne s’y trompe pas, c’est aussi une vision du monde de paix dans un esprit pragmatique et une recherche de l’action. Louis Fouché est une personne de grande culture qui articule ses savoirs et leur insuffle un saut qualitatif. L’écouter est toujours un enrichissement ou tout au moins nous propose un éclairage nouveau. Lire la suite « Conférence du Dr Louis Fouché : « La joie au temps du Corona » »

Réchauffement climatique : les nouveaux charlatans (2015) 1/3

Un collectif de scientifiques nous a transmis son analyse de la théorie en vogue chez les khmers verts et autres Lyssenko nouveaux : Le réchauffement climatique !!! Désolé pour Nicolas Hulot mais nous n’avons pas pu transférer le texte en format album à colorier..

Depuis plus de trente ans, l’opinion occidentale a été manipulée, pilonnée sans répit, jour après jour, par tous les énormes moyens médiatiques et de pouvoir que permet la technologie moderne, pour la détourner de ce qui a fait naguère sa force : la science en général et les sciences exactes en particulier. Lire la suite « Réchauffement climatique : les nouveaux charlatans (2015) 1/3 »

200 manifestations contre le pass sanitaire organisées samedi à l’occasion de la 6e semaine de mobilisation

A l’occasion d’une sixième semaine consécutive de mobilisation, plus de 200 manifestations sont organisées dans les principales villes de France, un chiffre confirmé par une note du renseignement territorial que BFMTV a pu consulter ce vendredi. Dans cette note, le renseignement dit attendre entre 170.000 et 220.000 personnes, dont environ 12.000 à Paris.

BFMTV

https://www.tvlibertes.com/actus/200-manifestations-contre-le-pass-sanitaire-organisees-samedi-a-loccasion-de-la-6e-semaine-de-mobilisaiton

Départ de Didier Raoult : « Ce n’est pas une nouveauté, c’était prévu, mais ça devient un scoop »

Responsable du laboratoire NSB3 de l’IHU Méditerranée Infection, le Pr Bernard La Scola évoque le départ en  de Didier Raoult comme un événement déjà prévu depuis deux ans mais qui avait été repoussé avec la pandémie. Dénonçant la politique vaccinale de masse « comme si on vaccinait du bétail », sachant que les  ne sont pas efficaces à 100 %, et rappelant le manque de recul sur l’ARNm, il regrette cette censure du débat scientifique qui ne permet plus d’émettre un questionnement ou un avis différent de celui du gouvernement. Pour lui, « on ne s’en sortira pas que par la  »

Macron, fort contre le Covid, faible contre l’islamisme

macron pass sanitaire

Emmanuel Macron, protecteur des Français, saura-t-il être à la hauteur du destin qu’il s’est donné ? Le doute est permis. Une chose est de déclarer la « guerre » à un virus en faisant du vaccin un acte moral et patriotique. Une autre est d’être le rempart à l’islamisme revigoré par la victoire des talibans en Afghanistan. Mardi, le président a donné le sentiment d’une confusion volontaire des mots et des rôles en rappelant, à propos de la chute de Kaboul le 15 août, « combien la liberté, la dignité (…) sont fragiles quand l’obscurantisme revient ».

Lire la suite « Macron, fort contre le Covid, faible contre l’islamisme »

José Antonio et le national-syndicalisme 2/2

[Ci-contre : José Antonio Primo de Rivera (1903-1936). Jeune avocat, il entre en politique pour défendre la mémoire de son père, le dictateur déchu. Tout d’abord favorable à la République, quelque peu influencé par le fascisme italien, mais d’une façon totalement idéaliste, il fonde la Phalange espagnole en octobre 1933]

Prolégomènes de la guerre civile

En décembre 1935, les Cortès sont dissoutes, à l’issue de la septième crise ministérielle de l’année. En vain, José Antonio tente de rompre l’isolement de son mouvement. Des envoyés phalangistes discutent à plusieurs reprises avec le leader syndicaliste-révolutionnaire Angel Pestana. D’autres entrent en contact avec Juan Negrin, un des principaux représentants de la fraction non-marxiste du parti socialiste. Mais ces négociations répétées n’aboutissent à aucun accord. À la veille des élections de février 1936, obsédé par l’éventualité d’une seconde révolution socialo-marxiste — après la tentative manquée d’octobre 1934 — José Antonio suggère la création d’un large front national. Proposition sans lendemain ! L’échec des pourparlers — cette fois avec des dirigeants de droite — laisse la Phalange en dehors du Bloc national, coalition comprenant les conservateurs-républicains, les démocrates-chrétiens, les monarchistes, les traditionalistes carlistes, les agrariens et les divers modérés de droite. Cinq mois plus tard, ce Bloc national constituera l’essentiel des forces civiles qui soutiendront le soulèvement militaire. Lire la suite « José Antonio et le national-syndicalisme 2/2 »