Sur l’illibéralisme hongrois par Georges FELTIN-TRACOL

Entre le milieu de la troisième décennie du XXe siècle et les années 1960, penseurs, écrivains et journalistes de la Droite nationale d’inspiration catholique allaient rencontrer le président du Conseil portugais Antonio Salazar. Leurs lointains successeurs intellectuels font aujourd’hui le déplacement au bord du Danube afin d’y saluer le Hongrois Viktor Orbán. Lire la suite « Sur l’illibéralisme hongrois par Georges FELTIN-TRACOL »

Le symbolisme du loup 3/4

[Ci-contre : Hati & Sköll, Kate Redesiuk, 2009]

Rome a connu un important rite fécondant : les Lupercales, dont l’étymologie renvoie à “loup”, et ircus, “bélier” ou “bouc”. Le 15 février — mois des purifications, qui deviendra celui du Carême et de la Purification de la Vierge dans le Catholicisme —, la confréries des Luperques sacrifiait, dans la grotte du Lupercal, au nord-ouest du Palatin, un bouc ou une chèvre, et un chien. Puis, munis de lanières taillées dans la peau des caprins, ils se répandaient dans Rome en flagellant les femmes, leur assurant ainsi la fécondité. Lire la suite « Le symbolisme du loup 3/4 »

Drôle de jeu

Le billet de Patrick Parment

Difficile de raison garder dans le contexte sanitaire, social et économique qui est le nôtre aujourd’hui. Mais l’Etat, ou plutôt le seul président de la République, Emmanuel Macron, est responsable de ce climat délétère dans lequel nous baignons. Au lieu de faire de la pédagogie, Macron a eu recours à des mesures autoritaires. On a bien conscience que la vaccination pour tous n’ajoute pas aux maux que nous connaissons et globalement à défaut de protéger totalement – ce que ne garantissent d’ailleurs pas les laboratoires -, elle atténue la pandémie. Au stade où nous en sommes, il n’était donc pas nécessaire de soulever une population contre une autre, les non vaccinés n’étant pas plus nombreux que les vaccinés eux-mêmes qui sont à ce jour près de 32 millions. Et ce n’est pas fini. Lire la suite « Drôle de jeu »

Le Baron Ungern, Khan des Steppes (Leonid Youzefovitch)

Roman Fedorovitch von Ungern-Sternberg, baron allemand, général russe de l’armée blanche à trente-cinq ans, prince mongol marié à une princesse chinoise, fait prisonnier et fusillé par les rouges en 1921, est un personnage stupéfiant dont le parcours bien réel dépasse la fiction des aventuriers romanesques les plus extraordinaires. Lire la suite « Le Baron Ungern, Khan des Steppes (Leonid Youzefovitch) »

Manifestations anti-passe sanitaire : la mobilisation ne baisse pas

img-0527-photo-720

Des milliers de manifestants à , des dizaines de milliers dans toute la France ; la deuxième journée de mobilisation face au  a, semble-t-il, conservé sa dynamique.

C’est, une nouvelle fois, à l’appel de  et de son mouvement Les Patriotes qu’à Paris, le gros des manifestants s’est réuni, cette fois-ci, place du Trocadéro, juste en face de la tour Eiffel. Au même titre que pour la première mobilisation du samedi 17 juillet, c’est une grande  sociale qui s’est rassemblée pour exprimer son refus du passe sanitaire obligatoire. Lire la suite « Manifestations anti-passe sanitaire : la mobilisation ne baisse pas »

UN TOTALITARISME PARADOXAL ?

Dictature ? Totalitarisme ? Les opposants à l’obligation vaccinale déguisée en interdictions, discriminations et sanctions soumises à la possession d’un passeport sanitaire ont souvent affaibli leur position par l’emploi de termes excessifs aux yeux de la majorité des médias et donc de l’opinion publique. Toutefois la mobilisation contre les mesures jugées liberticides semble s’amplifier et se durcir. La raison ne s’en trouve pas dans l’irresponsabilité et l’ignorance des réfractaires, mais bien dans la dérive d’un pouvoir qui n’est peut-être ni une dictature, ni encore moins un totalitarisme, mais qui connaît une dérive de la démocratie vers de tels régimes.  Lire la suite « UN TOTALITARISME PARADOXAL ? »

Grandes écoles : la gauche, meilleure ennemie de l’égalité des chances, par Marie d’Armagnac.

Dans la  « Destruction d’une culture commune à tous les Français », il faut y rajouter, en cette funeste semaine, l’épisode de l’introduction de la discrimination positive dans les grandes écoles.

Qu’on le veuille ou non, ces grandes écoles françaises où l’on rentre après deux ou trois années de classes préparatoires, c’est-à-dire de travail intensif, sont une spécificité bien française : elles visent, depuis des siècles, à créer une élite industrielle, professorale ou managériale. On pourra, bien sûr, s’insurger contre une certaine forme de reproduction sociale – la majorité de ces étudiants viennent de classes sociales privilégiées, du moins culturellement -, on pourra aussi, bien sûr, regretter que ces écoles prestigieuses forment des esprits selon « un moule », un modèle dominant peu propice à l’éclosion de personnalités originales, novatrices ou à contre-courant.

Lire la suite « Grandes écoles : la gauche, meilleure ennemie de l’égalité des chances, par Marie d’Armagnac. »

Le symbolisme du loup 2/4

[Ci-contre : Hati & Sköll, Kate Redesiuk, 2009]

Comme le vieux cycle, le vieil homme doit “mourir” pour que surgisse l’homme à nouveau à la lumière de la Vérité et d’une nouvelle Connaissance. Ce mythe est également en rapport avec un autre type d’alternance : celui du jour et de la nuit, de mort et de résurgence cycliques du Temps et des saisons. L’hiver qui dévore comme un loup la nature corrompue de l’automne, symbolisé par l’ouest, pour la ressusciter au printemps, symbolisé par l’est. Lire la suite « Le symbolisme du loup 2/4 »