L’université française « gangrenée par l’islamo-gauchisme »

Paul Vermeulen

Il n’est que temps mais peut-être malheureusement trop tard tant la jeunesse étudiante française est endoctrinée par ce que le ministre de l’Enseignement supérieur Frédérique Vidal nomme « l’islamo-gauchisme », conception politique totali- sante, par nature exclusive des autres, partie prenante de l’indigénisme et des courants dits post-coloniaux, très présents aussi dans les rangs de LFI : Frédérique Vidal a annoncé, dimanche 14 février 2021, sur CNews, qu’elle demandait au centre national de la recherche scientifique de mener « une enquête sur l’islamo-gauchisme à l’université ». L’idée est en soi louable, même si l’on peut d’emblée douter des conclu- sions à venir d’une enquête qui sera justement menée par l’un des fleurons, l’un des pôles universitaires parmi les plus gangrénés par l’islamo-gauchisme et l’indigénisme, le CNRS. Il y a belle lurette que pour être coopté au CNRS, il convient de montrer patte noire décoloniale et genrée. De même, d’avoir été très attentif à tout ce que l’on a pu dire, depuis l’école maternelle, au sujet de l’islam et des musulmans.

Ce dimanche 14 février, une phrase de la ministre de l’Enseignement supérieur a particulièrement retenu l’attention de médias eux-mêmes massivement bien- veillants, au moins, vis-vis des théories qui conduisent à vouloir déboulonner les statues, changer les noms des rues ou des écoles et réécrire l’Histoire enseignée dans l’Education nationale, sous l’angle des diffé- rentes minorités, lesquelles aimeraient conduire la barque de ce qui devrait se penser en France. La phrase ? « L’islamo-gauchisme gangrène la société dans son ensemble. L’université n’est pas imperméable. L’université fait partie de la société. » C’est dans ce cadre que les gauches radicales, le « gau- chisme » et les musulmans menant une guerre de conquête en France, puisque c’est la nature même de l’islam, se rencontrent et luttent de concert : cela s’appelle « l’intersectionnalité des luttes ». Kesako La pratique contemporaine des groupuscules révolutionnaires : des groupes, aux intérêts apparemment différents, mais ayant des luttes communes s’unissent dans le cadre de ces dernières, durant un temps donné. Des alliances de circonstance. Ici, l’islam et la gauche radicale s’unissent pour déstabiliser la société française. Or, cet islamo-gauchisme est extrêmement présent dans les facultés, ce que confirmait la ministre de l’Enseignement supérieur : « Ce qu’on observe à l’ université, c’ est que des gens peuvent utiliser leurs titres et l’aura qu’ils ont. Ils sont minoritaires et certains le font pour porter des idées radicales ou des idées militantes de l’islamo-gauchisme en regardant toujours par le prisme de leur volonté de diviser, de fracturer, de désigner l’ennemi etc. » Autrement dit, ils n’enseignent pas, ils militent en utilisant des postes payés par l’Etat. Leur but ? Diffuser des conceptions politiques confinant à la haine de la France. Ils ne sont pas si rares : Lyon 2 en est un archétype, où il n’y a plus de cours de sciences humaines mais des cours indigénistes.  

Source : Présent 18/02/2021

http://synthesenationale.hautetfort.com/archive/2021/02/18/l-universite%CC%81-franc%CC%A7aise-gangrene%CC%81e-par-l-islamo-gauchisme-6298415.html

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s