Qu’est ce que le nationalisme-révolutionnaire ? 3/3

Elle oppose une Waffen SS matrice de la « révolution européenne », « socialiste » car sans intellectuel ni Juif, à une figure enrichie de l’Ennemi total où le discours sur l’anéantissement du judéo-bolchevisme désigne dorénavant un monstre judéo-américano-soviétique dont « l’impérialisme » agresserait l’Europe. Dès 1943, la République Sociale Italienne se veut un au-delà du fascisme, en renouant avec les racines révolutionnaires du phénomène grâce à une idéologie socialiste et eurofédéraliste. Les grands axes idéologiques du néo-fascisme n’ont ensuite plus guère variés jusqu’à nos jours.

A l’inverse de l’idée admise par une part de l’historiographie allemande, il n’y a donc pas d’époque du fascisme . Si celui ne cesse pas après 1945, c’est parce qu’il naît durant la guerre et que sa vision du monde se perpétue ensuite. Dans ce transfert, le rôle joué après-guerre par les jeunes collaborationnistes et Waffen SS non-Allemands est de première importance.

Le néo-fascisme s’intéresse plus à la société qu’à l’Etat et à l’Europe qu’aux nations. Il délaisse le thème du Parti-Etat national au profit de celui de la renaissance des communautés populaires européennes grâce à l’action d’une élite révolutionnaire. Il constitue son idéologie et sa propagande à l’échelle européenne, se saisissant de thèmes et slogans d’une nation l’autre. L’Europe est donc le mythe mobilisateur, la réalité et le cadre de cette action politique. En définitive, l’orientation internationale et anti-colonialiste n’est pas une évolution à gauche du fascisme, mais un élément qui s’inscrit dans l’histoire de sa dialectique interne et qui correspond au changement des structures géopolitiques.

Quant au fascisme français, il jouit d’une forme générale qui lui est propre. Sur les bases de ce que Raoul Girardet a baptisé le « nationalisme des nationalistes » du XIXe siècle, le fascisme français se produit, tout au long du XXe siècle, par hybridation de signes, globalement extra-nationaux, dans un processus de rhizome culturel qui correspond à sa structure de rhizome d’organisations de faible densité quantitative et sans réelle figure du Guide. L’après-guerre voit l’accentuation de cette structuration sous l’effet des contre-coups de l’Epuration, des formes horizontales et basistes du combat de l’OAS, et de la globalisation. Multiplication des Etats, perte de pans de leur souveraineté, délaissement de l’Etat au profit de la société, invasion des thématiques post-matérialistes comme « l’identité », déterritorialisation transnationale du politique, hybridation et mondialisation des biens culturels dont les offres politiques… tels sont les aspects de la mondialisation qui influent manifestement sur la restructuration des pratiques et idées d’un fascisme français inséré dans le champ des extrêmes droites.

La refondation et le fonctionnement du champ extrême droitier

Leur volonté modernisatrice a poussé les NR a tenté de réinventer des étiquettes, telles que « le solidarisme », le « tercérisme » ou le « national-bolchevisme », qui ont pu être appréhendées en-soi alors qu’elles n’ont aucune autonomie réelle. Cette situation a contribué à dessiner une image de l’extrême droite en courants monolithiques, en dépit des constants transferts d’idées, méthodes, slogans, capital humain. Le rapport critique que le nationalisme-révolutionnaire a au national-populisme est identique à celui qu’avaient au fascisme ses marges radicales : c’est une critique faite depuis la « plus extrême droite » et en aucune façon le signe d’un « non-conformisme » transcendant les clivages droite-gauche.

Certes, les thèmes et termes employés aboutissent à des tentatives de jonction avec des groupes régionalistes, gauchistes, libertaires et/ou écologistes. Cependant, lorsque cet ultra-nationalisme tente de progresser vers sa gauche, il transforme son positionnement politique mais non ses fondamentaux philosophiques et culturels (ce qui est conforme à son idée que la vision du monde supplante l’idéologie). Dans les faits, l’appel à l’union des extrêmes se réduit à une alliance à l’intérieur de l’extrême droite de ceux qui refusent le compromis nationaliste avec les nationaux, en particulier les nationaux-catholiques. Ils élaborent un nouveau bloc comptant des éléments de droite (racistes de type völkisch) et de gauche (les NR socialistes et laïques). L’alliance rouge-brune est une affaire de représentations avan tout.

En somme, l’extrême droite a survécu à sa longue traversée du désert par son immersion au plus profond de l’espace social, sous la forme d’un réseau groupusculaire. Ce dernier a permis la perpétuation de sa vision du monde, jusqu’à sa recréation partisane signifiante (Front National). L’extrême droite fonctionne comme un champ, et, au sein même du système politique concurrentiel, les groupuscules trouvent leur importance en leur travail de fournisseurs de concepts et éléments discursifs aux structures populistes qui ont, quant à elles, accès à l’espace médiatique. La Nouvelle droite et les NR ont donné quatre idées au FN : l’anti-immigration, l’anti-américanisme, l’anti-sionisme, la défense de « l’identité » face au « Système ». Ils l’ont ainsi sorti de l’ornière de l’antisoviétisme.

Quand bien même ce parti n’a pu disposer d’importantes responsabilités, la pression qu’il a exercée sur le débat n’a cessé de mener à des modifications de la législation relative à l’immigration (le FN étant en, ce sens, un parti-lobby dont l’action est en grande part du domaine métapolitique). Les propagandes provocatrices des groupuscules, par exemple un tract ou autocollant ouvertement altérophobe, permettent au FN de jouir de cette image de rupture totale avec les normes du système politique et de voir sociabiliser une demande politique à laquelle lui seul peut électoralement répondre. Les marges radicales trouvent quant à elles au FN : a) des débouchés sociaux, b) un référent commun, c) une légitimation euphémisée d’une part de leurs thèmes, d) un vivier de militants déçus par la modération d’une formation électorale.

Φ

La reconstruction du champ extrême droitier s’est ainsi faite par la conjonction d’un rhizome et d’un parti-lobby – un schéma organisationnel qui pourrait être demain un exemple opérationnel pour la gauche mouvementiste.

L’observation de cette configuration permet de comprendre la circulation patente au sein du système politique des argumentaires et champs lexicaux échafaudés, en particulier à gauche dans l’usage du thème anti-impérialiste, et à droite dans la péjoration des populations d’origine immigrée.

Ce vagabondage idéologique souligne le soin à prêter aux raisonnements et termes formulés autour de certains thèmes (identités, concurrence des « mémoires », luttes de libération, etc.), sachant qu’ils induisent une vision du monde. L’histoire du mouvement NR s’avère ainsi riche de leçons sur la manière dont une nébuleuse extrémiste peut tenter de s’intégrer au système politique ou y diffuser ses thèmes.

Fragments sur les temps présents

https://voxnr.com/548/quest-nationalisme-revolutionnaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s