Le monde : un malade en phase terminale

J’écris ces lignes le 19 décembre 2020; le monde est dans la plus complète absence de repères quant à son avenir immédiat; les populations de la planète s’apparentent à des zombies qui n’ont plus aucune espèce de jugement critique, exécutant machinalement toutes les directives que leurs dirigeants leur transmettent, certains mêmes réclamant de plus grandes contraintes qui les mèneront inévitablement à la mort ou à un statut d’esclave ou de robot qu’il n’est pas bien difficile à imaginer quand on a gardé un minimum de lucidité. Le monde entier est sous l’emprise d’une peur irraisonnée et injustifiée savamment instillée dans les cerveaux défaillants de 99 % de l’humanité.

La planète Terre est devenue un immense asile d’aliénés à ciel ouvert où ne sont effectivement enfermés dans les hôpitaux psychiatriques que les rares personnes qui ont conservé une bonne santé mentale. Lire la suite « Le monde : un malade en phase terminale »

Il y a 800 ans, Saint Louis

Comment gouverner en sauvant son âme.

     Il y a exactement huit cents ans, le 25 avril 1214, le futur Louis IX voyait le jour à Poissy. Celui qui deviendrait Saint Louis reste une des plus prestigieuses figures de notre histoire. Est-ce parce qu’il était roi et qu’il a été canonisé que la République laïque se montre si timide quand il s’agit de célébrer l’anniversaire de sa naissance? Les historiens, en tout cas, n’ont pas de ces pudeurs. Lire la suite « Il y a 800 ans, Saint Louis »

Les « Gaulois réfractaires » ont-ils renoncé à lutter contre Macron ?

gilets-jaunes-histoire-michel-geoffroy

Par Michel Geoffroy, auteur de La Super-classe mondiale contre les peuples et La Nouvelle guerre des mondes ♦ Il est courant, dans les allées du pouvoir, de gloser sur les « Gaulois réfractaires ». Mais ces fameux Gaulois ont à l’évidence disparu… D’abord en 2019, pour cause de répression policière, et surtout en 2020, pour cause de Covid-19.
Les néo-gaulois, qui les remplacent, n’inquièteront plus le Pouvoir. Ce sont désormais des réfractaires en peau de lapin, ou plus exactement en peau de mouton. Déjà mûrs pour une nouvelle dhimmitude. Car, en 2020, les néo-gaulois, en se soumettant à la dictature sanitaire, ont envoyé un message clair à l’oligarchie : « Nous nous soumettrons à tout ».

Le ciel sur la tête

Les Gaulois, peuple fier, ne craignaient qu’une chose : que le ciel leur tombe sur la tête.
Lire la suite « Les « Gaulois réfractaires » ont-ils renoncé à lutter contre Macron ? »

Les Royalistes et la préservation de l’environnement dans les années 1970. Partie 2 : Bureautechnocratie et multinationales contre nature et santé.

Dans le cadre de la rédaction d’une nouvelle brochure sur les Royalistes et l’écologie, voici ci-dessous la 2ème partie d’une brève étude historique sur ce thème déjà publiée en 2017.

Le souci environnemental s’intègre dans la réflexion plus large sur les conditions de la vie en société et celles de la pérennisation de la Cité nécessaire aux citoyens et à leurs libertés civiques, et, tout bonnement, au bon ordonnancement de la vie en société elle-même : c’est une constante de la politique des royalistes (avec sans doute quelques exceptions pour ces derniers) de s’inquiéter de « ce qui doit durer », en particulier en l’absence angoissante d’une dynastie qui inscrive le temps du moment dans un temps plus long, en amont comme avec la promesse de l’aval. En somme, les royalistes assument une forme de régence idéologique, « en attendant l’héritier », et elle se marque par la volonté de « préserver l’héritage » dont l’environnement, dans tous ses aspects et éléments, est une énorme part et, plus encore, le cadre de vie et de mouvement des sociétés françaises et humaines.

Lire la suite « Les Royalistes et la préservation de l’environnement dans les années 1970. Partie 2 : Bureautechnocratie et multinationales contre nature et santé. »

Sœur Bernadette, la miraculée de Lourdes

Le 11 février 2018, Mgr Benoit-Gonin, évoque de  Beauvais, annonçais la reconnaissance du 70e miracle attribué à l’intercession de Notre Dame de Lourdes, le jour même où l’Église la fête.

Par un mandement officiel (document juridique du droit canonique), il explique : « observant que ladite guérison fut soudaine, instantanée, complète, durable et « reste inexpliquée selon l’état actuel de nos connaissances scientifiques  » observant les liens étroits entre la démarche de pèlerinage effectuée par sœur Bernadette Moriau, à Lourdes, et cette guérison, nous déclarons le caractère « prodigieux-miraculeux » et la valeur de « signe divin » de la guérison de sœur Bernadette Moriau, obtenue par l’intercession de la Bienheureuse Vierge Marie, Notre-Dame de Lourdes. » Lire la suite « Sœur Bernadette, la miraculée de Lourdes »

Demain, dimanche 3 janvier à 14 h, mobilisation pour défendre le calvaire de Plorec-sur-Arguenon (22)

Source Breizh info cliquez là

Les militants gauchistes de la Libre Pensée ont réussi à faire quasiment l’unanimité contre eux concernant l’affaire dite du Calvaire de Plorec-sur-Arguenon, dans les Côtes d’Armor.

Localement d’abord, car les habitants interrogés sont, dans l’ensemble, circonspects sur l’acharnement « laïque » de cette association dans une région qui, traditionnellement et historiquement, est chrétienne et catholique.

Lire la suite « Demain, dimanche 3 janvier à 14 h, mobilisation pour défendre le calvaire de Plorec-sur-Arguenon (22) »

Le coût des personnes hébergées par l’État à l’hôtel atteint près d’un million d’euros par jour en Île-de-France

Vu sur Fdesouche – Dans la région, les centres d’hébergement sont littéralement saturés. À tel point que sur les 130 000 places destinées à l’accueil de personnes dans le besoin, près de 40 % sont des chambres d’hôtel, indique Le Parisien dans une enquête au format long. Depuis quelques années, les chiffres demeurent en constante augmentation. Tandis qu’en 2015, 35 000 personnes étaient accueillies dans des hôtels de la région parisienne, le nombre quotidien de nuitées s’est établi à plus de 53 000 en octobre dernier. […]

Le Point Lire la suite « Le coût des personnes hébergées par l’État à l’hôtel atteint près d’un million d’euros par jour en Île-de-France »