Macron : “Peut-être que je devrai faire des choses dans la dernière année, dans les derniers mois, dures, qui rendront impossible le fait que je sois candidat “

Ce vendredi 4 décembre, Emmanuel Macron a été longuement interviewé par le média Brut. Si le président de la République a surtout été interrogé sur les violences policières, la laïcité et les mesures sanitaires, une minute de son intervention sur sa candidature ou non en 2022 a de quoi faire frémir.

L’entretien d’environ deux heures disponible en replay sur la chaîne YouTube de Brut prévoyait une place pour les questions des internautes. Et l’un d’entre eux lui demande s’il compte se représenter pour un second mandat. Lire la suite « Macron : “Peut-être que je devrai faire des choses dans la dernière année, dans les derniers mois, dures, qui rendront impossible le fait que je sois candidat “ »

SPARTA, UNE NOUVELLE REVUE ENRACINÉE

Communiqué de l’éditeur :

Sparta, nom de l’épouse d’un fils de Zeus qui renvoie bien sûr à la célèbre cité grecque, est le titre d’une publication sans périodicité fixe des éditions Aidôs. Sparta n’a aucun équivalent dans l’espace francophone et n’a eu que très peu de devancières dans la culture européenne depuis 1945: la revue romaine Ordine Nuovo, essentiellement évolienne; Nouvelle École (dans une certaine mesure); et Mars Ultor, dirigée en Allemagne par Pierre Krebs. Sparta est une publication ouvertement païenne, racialiste et identitaire, qui naît sous le triple parrainage augural du Rig-Veda, de Nietzsche et de Savitri Devi. Sparta, dès son premier volume, fait le pari de la qualité, tant sur le plan graphique, sobre et soigné, que sur celui du contenu. Grâce à Sparta, vos idées sont enfin défendues et affirmées avec rigueur et érudition ; vous y trouverez une écriture élégante, des références dûment vérifiées et complètes, des traductions (de l’allemand, de l’anglais, de l’italien) vraiment fiables. Sparta reflète le professionnalisme et la compétence de collaborateurs qualifiés, qui ont fait leurs preuves depuis longtemps : Jean Haudry, Philippe Baillet, Pierre Krebs, Jean Plantin, David Rouiller, auxquels viendront bientôt s’ajouter d’autres noms. Lire la suite « SPARTA, UNE NOUVELLE REVUE ENRACINÉE »

Que font les socialistes pour ceux qu’ils accueillent ? Rien (texte de 2015)

On a pu constater ces dernières semaines que les États-membres de l’Union européenne se trouvaient fort démunis ne disposant que de politiques d’asile inefficaces…

Bruxelles en avait été réduit, le mois dernier, à distribuer une quantité de mauvais points à une majorité de ces pays, à commencer par la France, et à multiplier sommets et réunions pour voir ce qu’il était encore possible défaire. Lire la suite « Que font les socialistes pour ceux qu’ils accueillent ? Rien (texte de 2015) »

Macron chez Brut : plus communautariste que jamais

macron-brut.png

L’interview d’ à Brut fera date. Comme on dit, et sans mauvais jeu de mots, ce fut du brutal. À moins d’un an du début de la campagne présidentielle, on ne peut d’ailleurs que recommander l’écoute de cet entretien, notamment pour tous ceux qui, à droite, sont frappés de strabisme macronien. Pour la faire courte, Emmanuel Macron entérine le fait qu’une société multiculturelle s’installe en France et il se fait le gentil accompagnateur de ce mouvement. Lire la suite « Macron chez Brut : plus communautariste que jamais »

Franz Stock, un archange en enfer

Une figure de la réconciliation franco-allemande

     Le 22 janvier 1963, le général de Gaulle et le chancelier Adenauer signent un traité d’amitié préludant à une coopération accrue entre la France et l’Allemagne, en matière de politique étrangère, de défense et d’éducation. L’accord de l’Elysée pose les bases du couple franco-allemand, qui sera le moteur de la construction européenne, même si Adenauer, contrairement à de Gaulle, n’est pas prêt à marquer son indépendance vis-à-vis des Etats-Unis. Cinq mois plus tard, le 15 juin 1963, la dépouille de Franz Stock est transférée à Chartres, afin d’être inhumée dans l’église Saint-Jean-Baptiste de Rechèvres, bâtie deux ans plus tôt afin de symboliser la réconciliation franco-allemande. Lire la suite « Franz Stock, un archange en enfer »

Les bas du front de la police et de la justice à l’œuvre

Le procureur a lui aussi demandé la clémence du tribunal, mais il n'y a pas eu de relaxe

 –

Par France Bleu BesançonFrance Bleu

Vesoul : une dame de 73 ans malade d’Alzheimer condamnée pour une attestation de déplacement mal datée 
Vendredi 4 décembre 2020, une femme a été condamnée pour défaut d’attestation par le tribunal de police de Vesoul, en Haute-Saône.  Lire la suite « Les bas du front de la police et de la justice à l’œuvre »

Le fantasme de Thulé

Depuis l’époque du Matin des magiciens, la Société de Thulé n’a cessé d’enflammer les imaginations des tenants d’un « nazisme magique ». De cette société « secrète » seraient sortis les principaux dirigeants de la NSDAP qui, une fois arrivés au pouvoir, n’auraient rien eu de plus pressé que d’en réaliser le « programme ». Lire la suite « Le fantasme de Thulé »

Violences habituelles à Paris : la part de responsabilité qui revient à Macron…

Certes, les « Cagoules noires » existent et cassent depuis longtemps. Mais on les connaît, il y en a entre 2 et 300 à Paris, et environ 3.000 dans toute la France. Pourquoi la police ne reçoit-elle pas (jamais) d’ordres pour les mettre hors d’état de nuire ? Par ailleurs, le président de la République, en campagne électorale auprès de la jeunesse sur #Brut, a validé de fait la notion de #ViolencesPolicières, même s’il a essayé de proposer un subtil distingo avec son « je préfère parler de violences commises par des policiers » : le reste du débat a bien tourné autour du thème imposé par les révolutionnaires de « violences policières », et c’est cette expression-là qui a été, qui est et qui reste dans toutes les bouches. La réponse, à défaut d’être nouvelle, a été immédiate ce samedi, et Emmanuel Macron, qu’il le veuille ou non, a bien joué le rôle de pyromane en chef… 

http://lafautearousseau.hautetfort.com/

Les droits de l’homme contre la famille

La Révolution, coupeuse de têtes – et au premier chef, si l’on peut dire, celle du roi ! – avait pour cible l’autorité paternelle et les inégalités fécondes. Elle a voulu créer une société d’individus. Nous arrivons au terme du processus.

Le droit français post-révolutionnaire a continué sur la lancée de 1789 Certes la Terreur était passée, on retrouvait la paix et une forme d’ordre social mais le code Napoléon, pour remarquable qu’il soit de précision et de concision, est resté dans cette logique de refus d’une société organique, construite sur la fondation stable des cellules familiales et de corps intermédiaires qui contiennent le pouvoir étatique dans de justes limites. Lire la suite « Les droits de l’homme contre la famille »