Jean-Paul Brighelli rappelle que Giscard fut le premier fossoyeur de l’école

Jean-Paul Brighelli, enseignant et essayiste, revient dans Marianne sur les conséquences pour l’Éducation nationale des réformes de Giscard :

[…] Giscard a pris pour ministre de l’Éducation René Haby. C’était l’ancien DGESCO (direction générale de l’enseignement scolaire) des années 1960 — il faisait partie de cette bande de libéraux atlantistes et pan-européanistes qui comme Giscard lui-même ont miné la politique gaullienne — et fait échouer le référendum de 1969. Lire la suite « Jean-Paul Brighelli rappelle que Giscard fut le premier fossoyeur de l’école »

État d’urgence La revanche de Carl Schmitt (texte de 2016)

Après les attentats meurtriers du 3 novembre 20 5 revendiqués par l’État islamique, le président de la République a réuni un conseil des ministres afin de décréter l’état d’urgence. Une décision qui marque le retour de la souveraineté de l’État.

La politique, c’est « un coup de pistolet au milieu d’un concert », a écrit Stendhal dans . Elle détonne de manière imprévue, bousculant alors le cours normal des choses. Pour le juriste allemand Cari Schmitt, ce qui fait la distinction spécifique du politique « c’est la discrimination de l’ami et de l’ennemi ». Cet ennemi politique, « l’autre, l’étranger », n’est pas l’ennemi au sens privé, le rival personnel. Il est public, car sa lutte vise la collectivité dans son ensemble. « L’ennemi ne saurait être qu’un ennemi public, précise Carl Schmitt dans La notion de politique, parce que tout ce qui est relatif à une collectivité, et particulièrement à un peuple tout entier, devient de ce fait affaire publique ». Lire la suite « État d’urgence La revanche de Carl Schmitt (texte de 2016) »

I-Média n°325 – Les médias et l’extrême gauche attaquent la police

01:37 L’image de la semaine

L’image de la semaine, ce sont ces pistes de ski fermées qui font beaucoup parler dans tous les médias !

03:01 Les médias et l’extrême gauche attaquent la police

Un producteur de musique, noir, a été violenté par des policiers, alors qu’il résistait à son interpellation. Face à cette situation complexe, la caste politico-médiatique s’est indignée en bloc, cherchant peut-être à créer une affaire George Floyd en France…

19:54 Revue de presse

Censure envers Eric Zemmour et ses soutiens, propagande pro-migrants…
Nous reviendrons sur l’actualité médiatique de la semaine dans notre revue de presse

34:53 Violences de l’extrême gauche : complicité médiatique

La scène du lynchage d’un policier par des « black blocs » lors des manifestations contre la loi « Sécurité globale » a été très commentée. Certains journalistes et médias semblent complices de cette violence de l’extrême gauche.

https://www.tvlibertes.com/i-media-n325-les-medias-et-lextreme-gauche-attaquent-la-police

Les commerçants ruinés n’ont que ce qu’ils méritent, selon un joyeux chroniqueur de France Inter

france-inter.jpg

Sa carte de visite impressionne. Ricaneur sur France Inter, boutiquier en ligne d’articles pro-migrants, Français malgré lui. Guillaume Meurice cumule les titres de noblesse. Bouffon du roi bobo, pilier du conformisme ambiant, le personnage ne sait plus où donner de la tête, tant il croule sous les missions dont il a été investi par sa bien-aimée direction. Lire la suite « Les commerçants ruinés n’ont que ce qu’ils méritent, selon un joyeux chroniqueur de France Inter »

La place des migrants dans la République ? Toute la place !

migrants-place-republique-800x450.jpg.webp

Par Pierre Boisguilbert, journaliste spécialiste des médias ♦ Les réactions médiatico-politiques au démantèlement d’un campement sauvage de migrants, place de la République à Paris, le prouvent : ce gouvernement ne fera jamais rien contre l’immigration, serait-elle clandestine.

Succès d’une embuscade

Un piège médiatique a été tendu. Il a fonctionné. Des organisations immigrationistes et gauchistes ont rameuté des centaines de clandestins pour occuper la place de la république. Tout ce monde est arrivé pour s’engouffrer dans des tentes standardisées et bien alignées. Il ne leur reste plus qu’à attendre, mais pas seuls. Bien sûr, la presse a été convoquée et rameutée, dont certains militants avec carte de journaliste. Ces derniers seront les premiers à dénoncer, comme par hasard, des brutalités policières. Dans les rares images diffusées, toujours les mêmes, on voit que ceux qui s’affrontent aux policiers ne sont pas des migrants mais des militants des droits de l’homme — étranger. Il y a aussi des élus qui en font des tonnes, se drapent dans leur dignité bousculée, alors qu’ils ne devraient pas être auprès de gens qui sont dans l’illégalité vis-à-vis de cette république qu’ils prétendent incarner. Lire la suite « La place des migrants dans la République ? Toute la place ! »

Celui qui désarma la France

Par Benoît Busonier

Personnene lui enlèvera une chose : il a été un précurseur. Lorsqu’il est élu présidentà 48 ans en 1974, il est une incarnation quasiment parfaite de la génération qui aura la vie la plus facile de l’histoire de l’humanité. Quasiment : parce que contrairement aux enfants du baby-boom, il faut reconnaître à Giscard le courage de s’être battu pour la France. Elève brillant à Louis-le-Grand lors de la libération de Paris, il s’engage dans la 1e armée française de De Lattre, combat comme canonnier dans un char, et reçoit la croix de guerre. Lire la suite « Celui qui désarma la France »

Éric Zemmour : “Les mineurs délinquants mènent une guerre de conquête en chassant les Français de souche des banlieues”

Dans Face à l’info, l’éditorialiste a démontré le “changement de nature” de la délinquance depuis les années 70, qui s’apparente aujourd’hui à une “conquête de territoire”.

Lire la suite « Éric Zemmour : “Les mineurs délinquants mènent une guerre de conquête en chassant les Français de souche des banlieues” »