L’antiracisme de Charles Maurras

Le nationalisme français traditionnel, tel qu’il fut notamment théorisé par Charles Maurras, a tout au long du XXe siècle rejeté vigoureusement le racisme. Parce que celui-ci est perçu, dans ce courant de pensée, comme totalement étranger à ce qui a fait la France.

« Si le racialisme de Gobineau n’a pas fait école en France », écrit le politologue Pierre-André Taguieff, c’est notamment du fait « de l’incompatibilité du nationalisme français, incarné par l’Action française (fondée en juin 1899), avec toute forme de matérialisme biologique »(1) Charles Maurras, en effet, traitait volontiers le comte de Gobineau, père du racialisme, de « Rousseau gentillâtre » ou de « stupide et indigne Français », selon l’humeur mais avec une belle constance. A lire le défenseur du nationalisme intégral, la pensée d’Arthur de Gobineau était en ce domaine toute pénétrée de germanisme et d’esprit allemand. Comme il l’écrira le 10 octobre 1926 dans le quotidien L’Action française : « Nous sommes des nationalistes. Nous ne sommes pas des nationalistes allemands. Nous n avons aucune doctrine qui nous soit commune avec eux. Toutes les falsifications, tous les abus de textes peuvent êtres tentés on ne fera pas de nous des racistes ou des gobinistes. »(2) Lire la suite « L’antiracisme de Charles Maurras »

Faudra-t-il choisir : mourir du Covid ou mourir de faim ?

« Combien de gens faut-il affamer pour désengorger les hôpitaux ? »

Bonne question, la seule qui vaille aujourd’hui, titre d’une tribune publiée dans Le Point, le 2 novembre dernier, jour des Morts…

C’est le Secours populaire qui décrivait, au début de ce mois, « une précarité jamais vue depuis la Seconde Guerre mondiale », expliquant que, pendant les deux mois du confinement de mars, environ 1,3 million de personnes avaient sollicité son assistance – dont 45 % jusque-là inconnues de l’association – contre « un peu plus de 3 millions sur l’ensemble de l’année 2019 ».

Lire la suite « Faudra-t-il choisir : mourir du Covid ou mourir de faim ? »

Zoom – Pierre-Henri Leroy – Système monétaire : les banksters en prison !

Il y a dix ans, la crise des subprimes a donné lieu à une création monétaire sans précédent, en grande partie détournée par des intérêts privés. Depuis, les banquiers bénéficiaires ont conservé leurs immenses privilèges et poursuivent leurs activités spéculatives en augmentant l’endettement non productif. Conséquences de cela : vassalisation des Etats, gâchis écologique et chômage de masse.
Pourquoi les banques ne s’intéressent plus aux particuliers au profit exclusif des grands groupes ? Pourquoi ces grands groupes sont dispensés de payer les impôts ?
Face à ce système financier dévoyé par la mégalomanie, la cupidité et l’irresponsabilité des grands banquiers, Pierre-Henri Leroy, l’auteur de « La conjuration bancaire », propose le retour à une vraie séparation des fonctions bancaires, système en vigueur sous les 30 glorieuses.

https://www.tvlibertes.com/zoom-pierre-henri-leroy-systeme-monetaire-les-banksters-en-prison

Plus d’immigration, c’est plus de terrorisme : un mensonge, vraiment ?

beaune.png

Invité du « Grand Rendez-vous », dimanche 15 novembre, sur Europe 1, le secrétaire d’État aux Affaires européennes, était interrogé, entre autres, sur la politique migratoire et le lien entre immigration et terrorisme. À ce sujet, il déclarait : « On peut se voiler la face, dire plus d’immigration = plus de terrorisme. C’est un mensonge, nous ne tomberons jamais dans cet amalgame. » Allez tenir ce discours si politiquement correct, Monsieur le secrétaire d’État, face aux familles de victimes de Nice dont l’assaillant venait d’être accueilli par la Croix-Rouge à Lampedusa. Seront-elles sensibles à ce souci d’éviter toute « récupération politique » ? Clément Beaune poursuit : « Ce serait une erreur factuelle de dire que c’est l’immigration qui entraîne le terrorisme. Sur 30 attentats terroristes qui ont lieu en France, ces dernières années, 22 ont été commis par des gens qui sont nés en France. » Lire la suite « Plus d’immigration, c’est plus de terrorisme : un mensonge, vraiment ? »

La première révolte des bonnets rouges

Le royaume de France était en guerre contre les Provinces unies, depuis 1672. Le Roi-Soleil ayant besoin d’argent pour financer ce conflit, leva en 1674 de nouveaux impôts, frappant notamment le tabac, la vaisselle d’étain et les actes notariés, qui devraient désormais être rédigés sur papier timbré. Ces nouvelles taxes provoquèrent une flambée de colère, d’abord à Bordeaux, d’où le mécontentement gagna Nantes, puis Rennes.

Les Bretons avaient quelques raisons d’être mécontents de la décision de Louis XIV : d’une part, elle piétinait les libertés bretonnes, que François Ier en son nom et celui de ses successeurs, s’était engagé à respecter, par le traité de Vannes de 1532, qui unissait définitivement la Bretagne et la France. Lire la suite « La première révolte des bonnets rouges »

Le formatage des journalistes sur l’immigration, un travail au quotidien

journalistes immigration

Alors que les flux d’immigrés extra-Européens arrivant dans notre pays ne font qu’augmenter, la couverture médiatique de l’immigration bénéficie d’une extrême bienveillance.

De récentes initiatives visant à orienter le traitement par les médias de ce phénomène nous montrent que l’establishment ne relâche pas la pression.
Une information orientée par le lobby immigrationniste

Dans un récent article, nous soulignions les importants efforts faits par l’Union européenne pour inciter les journalistes à présenter sous un jour favorable l’immigration extra-Européenne. L’OJIM fait fréquemment la chronique du traitement totalement biaisé par les médias de grand chemin de l’immigration massive que notre pays connait, en dépit de nombreux problèmes que celui-ci rencontre (islamisme, quartiers de non-droit, etc.).

Lire la suite « Le formatage des journalistes sur l’immigration, un travail au quotidien »

Un ancien de Big Pharma remet en doute la 2e vague de covid-19

Même des pontes tels le docteur britannique Mike Yeadon, ancien vice-président et directeur scientifique de Pfizer pendant 16 ans, remettent en cause la 2e vague de covid-19 et dénoncent des tests défectueux.

Ainsi Mike Yeadon, dans un entretien accordé la semaine dernière à News Uk Studios, affirme que des résultats faussement positifs provenant de tests COVID intrinsèquement peu fiables sont utilisés pour fabriquer une « deuxième vague » basée sur de « nouveaux cas ». Lire la suite « Un ancien de Big Pharma remet en doute la 2e vague de covid-19 »

La République en comité restreint, par Jean Bouër.

Hémicycles quasiment vides, lois votées en présence de peu d’élus, mesures décisives prises par l’exécutif : on savait que la politique désintéressait les citoyens, mais là, ce sont les élus qui s’en détachent. Analyse d’un phénomène inquiétant où l’apathie des masses est maintenant relayée par celle des élites.

Ces derniers mois, plusieurs décisions ont été votées en catimini. Non seulement au nez des citoyens mais à la barbe des élus eux-mêmes, lesquels découvrent dans les médias ou dans les réseaux sociaux des textes sur lesquels ils auraient dû être vigilants. Ainsi, l’interruption médicale de grossesse (IMG) pour des raisons psycho-sociales a été votée en pleine nuit du 31 juillet au 1er août 2020, lors de la discussion du controversée projet de loi relatif à la bioéthique.

Lire la suite « La République en comité restreint, par Jean Bouër. »

Françaises, Français, ayez confiance dans le nouvel ordre sanitaire. Pastiche

Françaises, Français, ayez confiance dans le nouvel ordre sanitaire. Pastiche

Toute ressemblance avec divers discours du Maréchal Pétain en 1940/1941 ne serait que le fruit d’une intention maligne qu’il faut dénoncer au plus vite à la junte sanitaire qui gouverne la France.

Françaises, Français,

J’ai des choses graves à vous dire. De plusieurs régions de France, je sens se lever depuis quelques semaines un vent mauvais.

L’inquiétude gagne les esprits, le doute s’empare des âmes. L’autorité de mon gouvernement est discutée ; les ordres sont souvent mal exécutés. Nos difficultés intérieures sont faites surtout du trouble des esprits, de la pénurie des places en réanimation et de la raréfaction des produits sanitaires.

Le trouble des esprits n’a pas sa seule origine dans les vicissitudes de notre politique sanitaire. Il provient surtout de notre lenteur à reconstruire un ordre sanitaire nouveau, ou plus exactement à l’imposer.

Lire la suite « Françaises, Français, ayez confiance dans le nouvel ordre sanitaire. Pastiche »