Barrès, un professeur d’énergie

La publication des actes d’un colloque consacré en 2010 à Maurice Barrès remet à l’honneur une figure historique du nationalisme français.

Qui a dit que l’Université française ne brassait que des idées de gauche et délaissait la pensée politique de droite ? Depuis quelques années déjà, plusieurs historiens se distinguent par les travaux et colloques qu’ils organisent autour des penseurs qui, avant la Deuxième Guerre mondiale, ont marqué des générations, mais aussi la pensée politique bien au-delà des frontières de l’Hexagone. Il faut savoir gré à Olivier Dard et Michel Leymarie, Michel Grunewald ou encore Jacques Prévotat, d’avoir sorti de l’ostracisme toutes ces figures intellectuelles dont le souvenir s’étiolait. Lire la suite « Barrès, un professeur d’énergie »

L’essence métaphysique du paganisme (analyse de la véritable spécificité de la pensée païenne) 1/2

(analyse de la véritable spécificité de la pensée païenne)

On le sait, mais on l’oublie trop souvent, ce sont les principes situés à la racine même des choses, qui fondent véritablement les idées génériques placées à l’origine des différentes conceptions du monde. Or ce qui distingue radicalement le paganisme du christianisme (termes qui, rappelons-le, concrètement, aujourd’hui, ne qualifient plus en Europe aucune réalité religieuse distincte puisque, que cela plaise ou non, l’histoire a conjugué non sans quelques difficultés il est vrai, ces deux dénominations en un seul destin), est une divergence majeure qui ne porte pas entre polythéisme et monothéisme (1), mais de façon irréconciliable porte sur la notion de création.

Ce qui spécifie, et sépare de manière catégorique le paganisme de la pensée biblique c’est leur analyse divergente au sujet de l’origine du monde, de l’origine de l’être. Si, pour les païens, le monde est de toute éternité incréé et suffisant ontologiquement, par contre, la pensée hébraïque considère le monde comme résultant d’une création « à partir de rien », doctrine que la Bible place en tête de son introduction puisque le premier de ses versets nous dit, « Au commencement, Dieu créa le ciel et la terre » (2). Les points de vue, les concepts païens et hébreux sont irréductibles, radicalement hétérogènes, il y a une incompatibilité foncière entre les 2 approches de la question de l’existence du monde ; c’est sur ce point que se trouve la véritable ligne de partage des eaux, la césure entre pensée hébraïque et pensée païenne. C’est sur ce point, et non pas sur l’allégeance exprimée à telle ou telle figure divine, à telle ou telle divinité tutélaire, dans l’attachement à Zeus l’olympien ou au Yawhé du Sinaï, que se situe la divergence foncière. Lire la suite « L’essence métaphysique du paganisme (analyse de la véritable spécificité de la pensée païenne) 1/2 »

La flamme de la résistance ne doit pas s’éteindre !

Pour un gaulliste, mais pour tout patriote, la fierté nationale doit animer le combat de la France face à ses ennemis.

Elle appelle à se tenir debout, avec pour premier devoir celui de défendre la liberté de notre nation et celle de ses citoyens.

Le renoncement est un mot et une attitude à bannir. Or, jamais dans son histoire récente, la France n’a été autant appelée à renoncer à elle-même, à son indépendance, à son identité.

Lire la suite « La flamme de la résistance ne doit pas s’éteindre ! »

Comment le numerus clausus étrangle la médecine française

Une idée absurde a empêché des générations de jeunes Français de devenir médecins. Heurts et malheurs d’une idée catastrophique. Instauré en 1971-1972, le numérus clausus dans l’admission aux études médicales a été plus ou moins sévère, selon les a-priori que cultivaient les responsables politiques et les nécessités de l’actualité. Un ouvrage collectif publié en 1993 sous la direction de Raymond Soubie en expliquait le principe : réduire le nombre des médecins pour diminuer les dépenses de santé.

Dans le même but, le gouvernement proposa aux praticiens une allocation de départ en retraite (ADR) qui leur permettait d’interrompre leur activité avant l’âge légal : 9 000 d’entre eux y eurent recours. Lire la suite « Comment le numerus clausus étrangle la médecine française »

Attaque au couteau à Paris: un individu «neutralisé» après une tentative d’attaque de policiers dans le 15e arrondissement

Un homme a été «neutralisé» à Paris après avoir tenté d’attaquer des policiers au couteau. Selon le journaliste Clément Lanot qui se trouve sur place, aucun blessé n’est à déplorer. « Les policiers intervenaient initialement sur un différent de voisinage », précise le journaliste sur le Twitter. Le quartier où s’est déroulée l’attaque est actuellement bouclé par les forces de l’ordre. Un périmètre de sécurité a été mis en place.

Lire la suite « Attaque au couteau à Paris: un individu «neutralisé» après une tentative d’attaque de policiers dans le 15e arrondissement »

Covid-19 : les Français ne sont pas coupables

Une tribune d’Ivan Rioufol publiée le 28 octobre 2020, juste avant la prise de parole d’Emmanuel Macron.

Non, les Français ne sont pas responsables de l’épidémie de Covid-19. Ils n’ont pas à être punis de n’avoir pas été sages cet été. La deuxième vague, annoncée depuis des mois par le discours catastrophiste, donne enfin raison à Olivier Véran, ministre de la Santé. Selon les projections, cette flambée saisonnière semble sérieuse. Pour autant, il est insupportable d’infantiliser les citoyens en les déclarant coupables. C’est ce raisonnement que devrait tenir, ce mercredi soir, Emmanuel Macron en annonçant d’autres interdits.

Lire la suite « Covid-19 : les Français ne sont pas coupables »

Face à la menace d’une guerre civile, l’urgence d’une politique identitaire

Communiqué du Mouvement National-Démocrate

Pour la seconde fois depuis l’attentat du 14 juillet 2016, qui avait couté la vie à 86 personnes, la ville de Nice a été la cible d’une nouvelle attaque terroriste : un immigré tunisien, arrivé en France il y a un moins d’un mois, a commis hier une attaque au couteau dans la basilique Notre-Dame de Nice. Trois personnes sont mortes, dont une femme sauvagement décapitée. Deux semaines après la décapitation de Samuel Paty par un immigré tchéchène, cette nouvelle attaque vient s’ajouter à la longue liste des violences barbares perpétrées sur le sol Français au nom de l’islam.

Lire la suite « Face à la menace d’une guerre civile, l’urgence d’une politique identitaire »