Maurras ?… Toujours là !

Dans l’ordre des idées politiques, la pensée maurrassienne demeure l’une des plus riches et des plus structurées. Elle fait aujourd’hui l’objet d’un regain d’intérêt.

Il y a quelques années, Jean Madiran soulignait la marginalité dans laquelle se trouvaient Charles Maurras et son œuvre. Son petit opuscule publié chez Consep et intitulé Maurras toujours là, rappelait, cinquante ans après la mort de ce dernier, la présence intellectuelle du « proscrit » en dépit de l’ostracisme dont il fut la victime dans le passé, mais aussi dans les temps présents. Tant il est vrai que citer un Bainville ou même un Barrès, comme certains hommes de pouvoir surent le faire dernièrement, peut provoquer les foudres de plusieurs béotiens, vrais faux gardiens d’un temple décadent. Qu’importe, cet ostracisme tout médiatique, teinté à la fois d’idéologie et d’inculture, semble largement se dissiper dans le monde clos mais tellement prolifique des universités françaises. Lire la suite « Maurras ?… Toujours là ! »

« ILS NE PASSERONT PAS ! »

5NTEEFYTV5MTCV5EGSQ5TDX4WI.jpg

Pieter Kerstens

« Ils ne passeront pas »… Ce mot d’ordre a été lancé par Dolores Ibarruri, « la Pasionaria », le 19 juillet 1936 du balcon du Ministère de l’Intérieur à Madrid : « le Parti Communiste vous appelle au combat, pour écraser définitivement les ennemis de la république et des libertés populaires. NO PASARAN ! »

Si le docteur Micron s’inspire du passé et reprend à son compte ce slogan, la situation n’a rien de comparable, parce qu’à cette époque la guerre civile faisait rage en Espagne, ce qui n’est pas (encore ?) le cas en France. Il aurait mieux fait de se souvenir du message audio, diffusé le lundi 22 septembre 2014, par Abou Mohamed El-Adnani* qui avait déclaré à l’attention des musulmans : « la meilleure chose que vous puissiez faire est de vous efforcer de tuer tout infidèle, qu’il soit Français, Américain ou d’un de leurs pays alliés. Si vous ne pouvez pas trouver d’engin explosif ou de munitions, alors isolez l’Américain infidèle, le Français infidèle ou n’importe lequel de ses alliés. Ecrasez-lui la tête à coups de pierre, tuez-le avec un couteau, renversez-le avec votre voiture, jetez-le dans le vide, étouffez-le ou empoisonnez-le ! » Lire la suite « « ILS NE PASSERONT PAS ! » »

Petite généalogie du Pacte budgétaire européen (fin)

Petite généalogie du Pacte budgétaire européen

Marché commun, marché unique : les deux termes sont souvent confondus alors qu’ils désignent deux étapes très différentes dans l’histoire de la construction européenne. Le marché commun est l’objectif assigné par le Traité de Rome (1957), et consiste principalement à supprimer les droits de douanes entre les États membres, afin de favoriser la prospérité économique qui doit résulter de la libéralisation des échanges. Le marché commun reste cependant un marché international ou, plutôt, inter-étatique, respectueux de la souveraineté des États. Cette étape est atteinte dès 1968, avec une avance d’un an sur l’objectif initial. Au début des années 1970, les gouvernants de l’Europe décident d’aller plus loin dans la constitution d’un marché intégré, entamant la souveraineté des États et des peuples. Ils décident de créer un marché unique ou intérieur. Lire la suite « Petite généalogie du Pacte budgétaire européen (fin) »

La « République » : que ce mot-là à la bouche !, par Georges Michel.

5.jpg

Ils n’ont que ce mot-là à la bouche : « République ». Le terroriste islamiste de Conflans-Saint-Honorine « a voulu abattre la République dans ses valeurs », déclarait, vendredi soir, le président de la République. « Celles et ceux qui tiennent la République et, à leurs côtés, magistrats, élus, enseignants… toutes et tous, nous ferons bloc », ajoutait-il. Samedi matin, le ministre de l’Éducation nationale ne pouvait que plagier le Président : « Ce professeur a été assassiné à cause de ce qu’il représentait : la République. » Lire la suite « La « République » : que ce mot-là à la bouche !, par Georges Michel. »

Marine Le Pen exige “une législation de guerre” contre l’islamisme

Quelques heures après avoir rendu hommage à Samuel Paty à Conflans-Sainte-Honorine, Marine Le Pen s’est adressée aux Français ce lundi matin. Depuis le siège de son parti, la présidente du Rassemblement national a violemment taclé, l’inaction, à ses yeux, des pouvoirs publics depuis plusieurs années et demandé la mise en place d’une “législation de guerre” pour lutter “la dérive sectaire d’un Islam politique et de son idéologie criminelle, l’islamisme”.

Lire la suite sur FdeSouche

Miracle !

Miracle !

Yves Daoudal constate le miracle :

Depuis la fin de l’épidémie de Covid-19 en Europe (en avril), il n’y a pas eu un seul cas de grippe, toutes souches confondues, dans l’hémisphère nord. Du jamais vu.

Ou bien le coronavirus a proprement exterminé le virus de la grippe.

Ou bien le virus de la grippe est très malicieux, et il se déguise en coronavirus pour faire une « deuxième vague ».

Ou bien on se fiche de nous.

Il ressort en tout cas des statistiques que le vaccin contre la grippe, disponible depuis le 13 octobre, est efficace à 100% depuis fin mars.

https://www.lesalonbeige.fr/miracle/

Petite généalogie du Pacte budgétaire européen

Petite généalogie du Pacte budgétaire européen

L’objet du présent article est de repérer la filiation néo-libérale dans l’histoire de la construction européenne* et de montrer en quoi le Pacte budgétaire, innovant par certains aspects, s’inscrit cependant pleinement en continuité avec des choix fondamentaux exprimés dès les années 1980, au moment de la diffusion des idées néo-libérales en Europe** et de l’adoption de l’Acte unique européen (1986), qui traduit en langage juridique les principes du néo-libéralisme

« Dans le contexte de la montée générale du néo-libéralisme, écrit Perry Anderson, l’autosatisfaction des élites européennes et de leurs porte-parole accompagne le mépris des populations »(1).

Ce mépris des populations n’est cependant pas de la condescendance, mais un projet politique, qui transparaît très clairement dans un rapport de la Commission Trilatérale, en 1975, intitulé The Crisis of Democracy(2). Invités à formuler un diagnostic, les experts, Michel Çrozier, Samuel Huntington et Joji Watanuki, constataient que les gouvernants étaient devenus incapables de gouverner du fait de la trop grande implication des gouvernés dans la vie politique et sociale et se lamentaient de l’excès de démocratie. Le développement de l’Union européenne est depuis venu compenser cet excès démocratique par un déficit qui n’est donc pas un défaut, mais un projet. Que le fonctionnement de l’Union ne doive pas être trop démocratique, c’est aussi ce que s’est attaché à démontrer et à justifier l’historien américain Andrew Moravcsik dans un ouvrage qui est aujourd’hui un classique de l’histoire de la construction européenne, The Choice for Europe(3). Nul doute que le Pacte budgétaire européen – un « pacte contre la démocratie »(4) – qui doit entrer bientôt en application illustre cette tendance. Lire la suite « Petite généalogie du Pacte budgétaire européen »