L’État peut-il faire faillite ? (2009) 2/2

3. Les véritables enjeux du déficit et de la dette publique

Le débat sur la dette publique et la possibilité d’une défaillance de l’État est obscurci par le flou qui entoure la notion de dette.

La faillite résulte techniquement d’une impossibilité de faire face à son passif exigible avec son actif disponible. En conséquence, le montant de la dette publique d’un État n’est qu’un aspect de la solidité ou de la vulnérabilité des économies développées.

Si effectivement, comme la plupart des ménages, l’Etat est titulaire d’un passif constitué de dettes, il possède également un actif infrastructures, immobilier, actifs financiers. Même si ces derniers ne sont pas directement mobilisables en paiement des dettes, une partie de ce patrimoine public est évaluable et évalué dans les comptes nationaux, ce qui implique une référence à un prix de marché et donc à la possibilité, au moins théorique, d’une cession de ces actifs. Les privatisations ne sont qu’une modalité de monétisation de ce patrimoine, ce qui pose par ailleurs d’autres problèmes (notamment de politique industrielle). En outre, une partie de ce patrimoine ne figure pas dans un bilan patrimonial et se diffuse dans l’économie productivité du travail (dépenses dans l’enseignement supérieur), expertise technologique (efforts publics de recherche et développement), niveau de vie… Lire la suite « L’État peut-il faire faillite ? (2009) 2/2 »

Lutte contre le séparatisme ou contre nos libertés?, par Guillaume de Thieulloy

Le 2 octobre, M.Macron a prononcé aux Mureaux (quartier emblématique du merveilleux «vivre-ensemble» chanté sur tous les tons par nos chers dirigeants) un important discours sur le «séparatisme».

J’ai déjà dit que le mot «séparatisme» me semblait particulièrement inadéquat pour définir le problème que l’islam pose à la France: l’objectif ultime des islamistes n’est pas de régner sur des quartiers où la loi française ne s’appliquerait plus (c’est déjà le cas dans plusieurs centaines de quartiers «sensibles»), mais de soumettre tout le territoire français à la charia.

Cela fait maintenant plusieurs décennies que la France a un problème islamique, mais les dirigeants font mine de ne pas comprendre.

Lire la suite « Lutte contre le séparatisme ou contre nos libertés?, par Guillaume de Thieulloy »

L’État peut-il faire faillite ? (2009) 1/2

Face à la crise mondiale, les États  sont devenus à la fois des remparts et les garants du maintien de l’ordre économique et social. Mais ne risquent-ils pas d’être exagérément fragilisés par la récession, les faillites d’entreprises et l’augmentation du chômage, qui viennent s’ajouter à un endettement souvent excessif ? La question, qui semblait encore Incongrue l’été dernier, peut désormais se poser : la faillite de l’État lui-même est-elle possible ?

Le 16 avril 2009, l’Agence France Trésor (AFT), organisme chargé de la gestion de la dette de l’État français, a procédé à l’adjudication de 8,57 milliards d’euros de titres de dette. Ce montant, en apparence considérable, est en réalité une opération courante dans la gestion de la dette française : l’AFT émet régulièrement des titres de dette de la France sur les marchés financiers ainsi, l’État français a emprunté 59,9 milliards d’euros depuis le 1er janvier 2009

I. Qu’est ce que la dette publique ?

Cette somme parait presque anecdotique, comparée au montant total de la dette publique française, estimée par l’Insee à 1327,1 milliards d’euros au quatrième trimestre 2008, et répartie comme suit

– 86,3 % pour l’État et organismes d’administrations centrales,

– 11,1 % pour les collectivités territoriales,

– 2,6% pour les organismes de Sécurité Sociale.

En 2007 François Fillon déclarait qu’il était « à la tête d’un État qui est en situation de faillite sur le plan financier ». Lire la suite « L’État peut-il faire faillite ? (2009) 1/2 »

Non à la France liberticide !

zemmour-1024x456.jpg

La France ressemble de plus en plus à un navire dont le commandant et les officiers s’obstinent à suivre un cap suicidaire, droit sur le récifs, et font régner à bord une discipline de plus en plus sévère et absurde tandis que les passagers se partagent entre soumission et révolte, mais toujours sans penser au bateau, uniquement à leurs peurs intimes et à leurs intérêts personnels. Notre pays continue à ouvrir ses portes à une immigration dont on pèse désormais le coût, non seulement sur la dépense publique, sociale, médicale, et sécuritaire, mais aussi et surtout de manière plus qualitative sur la dégradation de notre cohésion nationale. Et cette politique migratoire irresponsable s’inscrit dans une double perspective, progressiste, qui fait de l’immigration un devoir, et mondialiste qui fonde le progrès sur l’ouverture à tous les échanges, de biens, de services et d’individus. Lire la suite « Non à la France liberticide ! »

Le Samedi Politique avec Gérald Olivier – Covid, Etat profond, « fake-news media » : Trump contre tous ?

Le 3 novembre prochain, dans moins d’un mois, le verdict tombera… ou pas !

En route pour un deuxième mandat, Donald Trump aura vécu une année 2020 particulièrement mouvementée. Son bilan économique est largement chahuté par l’épidémie de Covid-19. Un point sur lequel le camp démocrate, fébrilement emmené par Joe Biden, a bien l’intention d’insister. La mort de George Floyd a également mis le feu aux poudres dans de nombreux Etats démocrates, donnant lieu à des situations véritablement insurrectionnelles agitées par des officines antiracistes, notamment financées par Soros.

De leur côté, les médias, comme en 2016, s’en donnent à cœur joie pour jouer leur partition simple à résumer : »Haro sur Trump ! ».

Journaliste spécialiste de la politique américaine et des Républicains, Gérald Olivier (Sur la route de la Maison Blanche Ed Jean Picollec) dessine le panorama de la dernière ligne droite de la présidentielle américaine. Une présidentielle tellement incertaine que nul ne peut affirmer aujourd’hui que le prochain président des Etats-Unis sera connu le 3 novembre prochain.

https://www.tvlibertes.com/le-samedi-politique-avec-gerald-olivier-covid-etat-profond-fake-news-media-trump-contre-tous

Les gérants de la Librairie Les Deux Cités (Nancy) dénoncent des groupuscules « qui n’acceptent ni la diversité, ni le débat d’idée, ni la liberté d’expression et d’opinion »

photo-1601887966.jpg

Source Breizh-info.com cliquez ici

Nous relations hier les menaces, les tags visant la Librairie Les Deux Cités, qui vient d’ouvrir à Nancy. La municipalité n’a pas dénoncé clairement les agissements des « antifas » qui s’attaquent à la liberté d’entreprendre. De notre côté, nous nous sommes entretenus avec les gérants, qui n’entendent pas baisser la tête, bien au contraire.

Breizh-info.com : Pouvez vous vous présenter à nos lecteurs ?

Nous sommes deux associés, Sylvain Durain et Alexis Forget, qui se sont retrouvés en février dernier autour de ce projet de création de librairie, à Nancy. Passionnés l’un et l’autre par les livres en tant qu’ils contribuent à l’élévation intellectuelle de ses lecteurs, nous avons souhaité cette librairie portée par la thématique du conservatisme et de l’enracinement.

Lire la suite « Les gérants de la Librairie Les Deux Cités (Nancy) dénoncent des groupuscules « qui n’acceptent ni la diversité, ni le débat d’idée, ni la liberté d’expression et d’opinion » »

IVG, la fuite en avant : « À 14 semaines de grossesse, un bébé peut remuer les doigts, serrer son poing, sucer son pouce ! »

ivg-845x475.png

À la suite de débats houleux, les députés ont voté, le jeudi 8 octobre, en première lecture par 102 voix contre 65, pour l’allongement du délai légal de 12 à 14 semaines de grossesse pour recourir à l’avortement. Le texte prévoit également de supprimer la double clause de conscience pour les médecins.

De nombreuses voix s’élèvent contre ce texte. Reportage.

Les services de renseignement allemands persécutent les nationalistes et leurs structures, tant politiques qu’intellectuelles

f0444c50e1ea448e41ecb32d1975e9d9-1508328214.jpg

Lionel Baland cliquez ici

L’Office fédéral de protection de la Constitution (Bundesamt für Verfassungsschutz – BfV) est un service allemand de renseignement actif dans toute l’Allemagne, avec pour mission essentielle de surveiller les activités contraires à la Constitution. Chacun des seize États allemands dispose également de son propre Office de protection de la Constitution, qui lui est inféodé. Les structures nationalistes, tant politiques qu’intellectuelles, subissent les pressions et attaques de cette organisation.

Persécutions contre l’AfD 

Le parti politique patriotique allemand Alternative pour l’Allemagne (AfD) est soumis aux pressions de l’Office fédéral de protection de la Constitution.

Ainsi, en 2019, l’aile nationale de l’AfD est-elle considérée par l’Office de protection de la Constitution comme « cas suspect », au même titre que l’organisation de jeunesse du parti Junge Alternative (JA). Lire la suite « Les services de renseignement allemands persécutent les nationalistes et leurs structures, tant politiques qu’intellectuelles »

Apprendre l’arabe à l’école pour combattre l’islamisme ?, par Francis Bergeron

9718-20201010.jpgVendredi, Macron avait tenu son discours contre le « séparatisme », sifflé par la gauche, et applaudi par une partie de la droite. Mais le débat se prolonge sur un point précis de son intervention, qui pourrait ruiner le côté « droit dans ses bottes » du discours : c’est l’idée qu’il faudrait développer en parallèle l’apprentissage de l’arabe, à l’école et dans le cadre périscolaire.
On croyait pourtant que la majorité avait tourné le dos à la pratique si confuse et paralysante du « en même temps ». Darmanin, le dur de dur sur ces questions, Blanquer, le Jules Ferry du XXIe siècle, applaudissent pourtant des deux mains.

Lire la suite « Apprendre l’arabe à l’école pour combattre l’islamisme ?, par Francis Bergeron »