Rousseau, un révolutionnaire conservateur ? 2/3

Rousseau observe aussi que chaque nation a un « projet national » différent de celui des autres nations; il en déduit que, si la nature humaine est partout la même, une telle diversité ne peut être regardée comme un pur « fait de nature ». La volonté (politique et historique) est ce qui différencie l’homme de l’animal mené par ses seuls instincts : c’est par un consentement des volontés que se constituent les sociétés particulières. Si l’on admet cela, alors on doit aussi admettre que l’homme s’est affranchi à un moment donné de certains traits « naturels » qui le rattachaient au monde animal : la société humaine n’est pas « naturelle » à la façon de celle des termites ou des fourmis. C’est à cet affranchissement que correspond chez Rousseau le passage de l’état de nature à l’état social.

Cette remarque permet de mieux comprendre ce qu’entend Rousseau lorsqu’il parle de la « bonté naturelle » de l’homme à l’état de nature. Cette « bonté naturelle » n’est pas une qualité morale, mais une simple propension, et cet « homme » n’en est pas encore tout à fait un, puisqu’il n’a pas encore intériorisé dans sa conscience l’existence des autres. Rousseau le dit très explicitement : l’humanité proprement dite ne commence qu’avec le surgissement simultané de la conscience d’autrui, la distinction entre le bien et le mal, et la possibilité d’agir librement. Lire la suite « Rousseau, un révolutionnaire conservateur ? 2/3 »

CENSURE : Les Pr Toussaint, Toubiana et 200 autres scientifiques, universitaires et professionnels de santé censurés par le JDD. Lisez la tribune interdite.

censure3-716x403.jpg

Voici la tribune incriminée et censurée par le JDD (Journal du Dimanche).À l’origine de ce texte on trouve notamment le sociologue Laurent Mucchielli, les professeurs Jean-François Toussaint et Laurent Toubiana

Il est urgent de changer de stratégie sanitaire face à la Covid-19

Avis au lecteur : Cette tribune devait initialement paraître dans le Journal du Dimanche (JDD) ce 27 septembre 2020. Acceptée le samedi matin par le journaliste en charge de la rubrique “Tribune/Opinions”, elle devait paraître intégralement sur le site Internet du journal et faire l’objet d’un article dans la version papier du lendemain. Le journaliste nous disait s’en féliciter car cela allait permettre un débat contradictoire avec d’autres opinions très alarmistes exprimées ce jour dans ce journal. A 16h, ce journaliste nous a pourtant prévenu que sa rédaction en chef interdisait la publication. Certitude de détenir soi-même la vérité ? Couardise ? Volonté de ne pas déplaire au gouvernement ? Nous ignorons les raisons de cette censure que personne n’a jugé utile (ou tout simplement courtois) de nous expliquer. Lire la suite « CENSURE : Les Pr Toussaint, Toubiana et 200 autres scientifiques, universitaires et professionnels de santé censurés par le JDD. Lisez la tribune interdite. »

La dette migratoire : cette bombe à fragmentation…

immigration-845x475.jpg

Depuis la crise de 2008-2009, la France, comme d’autres pays, s’inquiète de son niveau d’endettement public. Il a effectivement explosé sous la pression de nos déficits, devenus hors de contrôle, passant de l’étiage de 60 % à plus de 90 %, à la fin de l’ère Sarkozy, chiffre que Hollande n’a pas pu faire baisser par la suite. Le brillant technocrate, qu’une majorité a élu en 2017 avec la promesse d’une réduction de ce fardeau, l’a gaillardement porté à environ 100 %. La pandémie du Covid-19 a refait « péter les compteurs » et va nous emmener aux alentours de 120 % de dette sur PIB. On nous rassure : « Ce n’est pas très grave, cela ne coûte rien puisque les taux d’intérêts sont à 0 %. » Et on va même jusqu’à nous assurer que dès que la crise sera terminée, on s’emploiera à réduire notre dette publique. Lire la suite « La dette migratoire : cette bombe à fragmentation… »

Rousseau, un révolutionnaire conservateur ? 1/3

« Ce batteur d’estrade », s’écriait Charles Maurras. Depuis trois siècles, la droite convoque l’auteur du Contrat social au tribunal de l’histoire Au-delà des déformations et des incompréhensions, Alain de Benoist nous invite à une salutaire relecture d’un des penseurs politiques les plus importants des temps modernes.

Hobbes dit que l’état de nature était une sorte d’enfer, et que l’avènement du Léviathan lui a substitué une manière de paradis. Rousseau croit le contraire : la guerre de tous contre tous dont Hobbes faisait le trait dominant de l’état de nature correspond bien plus exactement à la société qu’il a sous les yeux, où chacun est devenu le rival et potentiellement l’ennemi de tous. Le point de départ du raisonnement de Rousseau tient tout entier dans ce constat que dans la société moderne l’homme est tout à la fois méchant et malheureux. « Or, il n’est pas naturel à l’homme d’être méchant et malheureux. Cette société est donc contre nature » (Pierre Manent). Il faut alors savoir comment l’homme moderne a été « dénaturé » et comment il pourrait se réapproprier son propre. Telle est la grande préoccupation de Rousseau, d’où il va tirer sa propre conception du contrat social et sa métaphore de l’« homme naturel ». Lire la suite « Rousseau, un révolutionnaire conservateur ? 1/3 »

Covid-19 : Macron vers le reconfinement forcé ? – JT du mardi 29 septembre 2020

Dans l’actualité ce soir, le petit vent d’autoritarisme souffle de plus en plus fort sur le pays. Avec le Covid-19, le gouvernement continue sur sa lancée en multipliant les décisions incohérentes et de plus en plus de commentateurs évoquent la possibilité d’un reconfinement…

Egalement au programme de cette édition, nous sommes allés enquêter dans les bidonvilles qui fleurissent un peu partout à Paris.

Et puis une page internationale avec un conflit armé aux portes de l’Union européenne. Depuis dimanche, les tensions anciennes entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan sont ravivées autour de la question du Haut-Karabakh.

https://www.tvlibertes.com/covid-19-macron-vers-le-reconfinement-force-jt-du-mardi-29-septembre-2020

Sur Front Populaire, je suis noire et je ne suis pas une victime.

Forte de son vécu et de son expérience, Stella Kamnga est venu pousser un coup de gueule sur la gestion hypocrite de certains élus de banlieue qui assignent explicitement les Français d’origine immigrée dans une posture de victime éternelle.

http://lafautearousseau.hautetfort.com/archive/2020/09/29/sur-front-populaire-je-suis-noire-et-je-ne-suis-pas-une-vict-6266557.html

Attentats et agressions commis par des étrangers en situation irrégulière : le 5e pouvoir des médias aux abonnés absents

Vendredi 25 septembre, un Pakistanais de « 18 ans » a agressé au couteau deux personnes à proximité du bâtiment où travaillait l’équipe de Charlie hebdo, en plein centre de Paris. Selon les premiers éléments de l’enquête, l’auteur de l’attentat était en situation irrégulière en France. La revue de presse de la couverture médiatique de cette agression et du phénomène plus général du terrorisme et de la délinquance des étrangers en situation irrégulière aboutit au constat que le 5e pouvoir des médias est trop souvent aux abonnés absents à ce sujet.

Cinquième pouvoir ?

Les médias ont un rôle éminemment important dans la société. On prête au journaliste Ignacio Ramonet la création du terme « cinquième pouvoir ». Le collaborateur du Monde diplomatique désignait avec celui-ci le pouvoir qu’ont les médias, grâce à leur rôle d’aiguillon dans l’opinion publique et la classe politique. Un pouvoir qui leur permet de lancer des débats voire de pousser les pouvoirs publics à prendre des mesures de bon sens. La couverture médiatique de récents attentats et agressions commis par des étrangers en situation irrégulière nous montre que, dans les médias de grand chemin, l’heure est souvent à la résignation et non à susciter la recherche de solutions pour protéger efficacement les citoyens.

Lire la suite « Attentats et agressions commis par des étrangers en situation irrégulière : le 5e pouvoir des médias aux abonnés absents »

Pologne : des mauvais perdants

L’élection présidentielle, en Pologne a vu la victoire du PiS, le Parti Chrétien Conservateur. Au grand dam des européistes des mondialistes.

Réélu à la présidence de la Pologne le 12 juillet dernier, Andrzej Duda doit faire face à une contestation en justice de son adversaire malheureux. Mais surtout à l’opposition d’une grande part de la classe politico-médiatique européenne qui n’admet toujours pas que l’élu conservateur du PiS puisse avoir le soutien d’une majorité de Polonais alors que Bruxelles n’apprécie guère son indépendance politique.

On donnait les deux hommes au coude à coude. Et, de fait, Andrzej Duda, le président sortant et candidat du PiS, et Rafal Trzaskowski, son adversaire libéral de la Plate-forme civique, auront eu des résultats très proches : 51,2% contre 48,8%. Aussi n’a-t-on pas tardé à entendre grincer bien des dents… Lire la suite « Pologne : des mauvais perdants »