Le troisième homme, par Stéphane Blanchonnet.

Il y a dans l‘air comme l’odeur d’une fin de règne pour la Macro­nie. La pro­chaine pré­si­den­tielle a déjà com­men­cé. La France est à la croi­sée des che­mins. Va-t-elle renou­ve­ler le bail de ces poli­ti­ciens de gauche comme de droite, dont Macron est l’héritier, qui nous ont valu le déclas­se­ment éco­no­mique et géo­po­li­tique, l’invasion migra­toire, l’insécurité, le laxisme judi­ciaire, l’entretien de la mau­vaise conscience et de la repen­tance, les déli­rantes mesures dites socié­tales qui ont aggra­vé un déli­te­ment des struc­tures fami­liales qu’il aurait plu­tôt fal­lu frei­ner ?

Ou bien va-t-elle au contraire bra­ver les inter­dits moraux que des esprits inté­res­sés à la per­pé­tua­tion de leur propre domi­na­tion ont dres­sés contre le vote Le Pen, et enfin « ren­ver­ser la table » ? Le second terme de l’alternative a bien sûr ma pré­fé­rence.

Lire la suite « Le troisième homme, par Stéphane Blanchonnet. »

« Écologistes » et mondialistes main dans la main contre la France

ecologistes-mondialistes-main-dans-la-main-france-800x450.jpg.webp

Par Laurence Maugest, essayiste ♦ Les écologistes semblent vouloir nous démontrer que l’homme est néfaste et qu’il est de salubrité planétaire de l’empêcher de nuire. Cela signifierait que celui-ci cesse de s’exprimer, d’apparaître, voire de vivre ? Ainsi, Grégory Doucet, maire de Lyon fraîchement élu, bon élève s’il en est de la mouvance verte, lance un pavé dans la mare de notre pays en s’attaquant au Tour de France. Il serait pollueur par sa caravane, plus commerciale il est vrai que sportive. Le Tour de France serait machiste car réservé à la gent masculine. Il faut donc, à ses yeux, le supprimer.
Mais, son plus grand tort n’est-il pas d’être populaire ?
Détruire un peu de France, là en l’occurrence un beau symbole mythique de notre pays, serait pour ces êtres plus accrochés à leur commerce écologiste qu’à leur terre, une aubaine à saisir. Nous lisons à travers leurs lignes qu’ils cherchent à ligoter ce qui reste de français en nous. Mais, plus grave encore, ces dandys, à la désinvolture étudiée, veulent surtout la mort du héros. Les qualités masculines, le courage, la pugnacité, le dépassement de soi, sont dénigrées depuis des décennies. Dans la caste des écologistes, les combats sont bien mous car il s’agit de défendre des valeurs féministes, indigénistes, immigrationnistes… face à un monde médiatique écologiste, féministe, indigéniste, immigrationniste… Lire la suite « « Écologistes » et mondialistes main dans la main contre la France »

Louis XIII, une réhabilitation heureuse

Louis XIII, une réhabilitation heureuse.jpegDepuis l’âge romantique, le personnage de Louis XIII est malmené tant dans l’historiographie que dans la littérature en général. Pourtant, ces quinze dernières années, l’ancien roi de France est l’objet d’une réhabilitation indirecte. On pense notamment à l’excellent livre de Françoise Hildesheimer consacré au cardinal de Richelieu (Flammarion). Cependant, jusqu’à présent, aucune biographie consacrée au fils d’Henri IV et père de Louis XIV avait fait le point sur cette réhabilitation. Lire la suite « Louis XIII, une réhabilitation heureuse »

Dictature sanitaire ?, par Clément Martin (Les Identitaires)

« Dictature sanitaire ». L’expression fleurit sur les réseaux sociaux et Internet, au sujet des mesures prises par le gouvernement dans le cadre de l’épidémie de Sras-Cov-2 (dite « Covid-19 »). Partout les mêmes témoignages : un jeune homme verbalisé par des policiers en civil dans le métro pour avoir ôté son masque le temps de manger une friandise, contrôles de bars et restaurants accompagnés d’un homme en arme à l’entrée, etc. Et puis, bien sûr, il faut évoquer la pression mise par les Français eux-mêmes sur leurs compatriotes, devançant les attentes du gouvernement.

Lire la suite « Dictature sanitaire ?, par Clément Martin (Les Identitaires) »

La déchirure française…

technocrates2-1024x456.jpg

Les élections sénatoriales se sont déroulées hier dans l’indifférence la plus totale des Français. Dans la Ve République, l’exécutif l’emporte sur le législatif. Celui-ci n’existe que dans la mesure où il y a cohabitation et lorsque la majorité de l’Assemblée nationale soutient un gouvernement opposé au Président de la République. Le quinquennat et l’élection des députés dans la foulée de celle du Président a fermé cette hypothèse pour donner systématiquement au Chef de l’Etat des majorités introuvables. Et cette fois, elle est à peine croyable par son mélange d’incompétence et de soumission.  L’Assemblée vidée de son rôle de contrôle du gouvernement comme l’ont montré les commissions d’enquête dirigées depuis l’Elysée, le Sénat dont le rôle est marginal depuis 1959, incarne une opposition limitée dans la forme et presque nulle sur le fond. Lire la suite « La déchirure française… »

Des milliers de sympathisants du Vlaams Belang paradent pour dénoncer la formation d’un gouvernement des perdants

Belgique – Le Vlaams Belang s’était vu refuser l’autorisation de manifester à Bruxelles contre la nouvelle coalition gouvernementale qui se dessine et qui repose sur une alliance des perdants plus d’un an après les élections fédérales belges.

Le parti nationaliste flamand a trouvé une alternative en appelant ses sympathisants à rejoindre Bruxelles dimanche en arborant le drapeau flamand sur le véhicule. Environ 5.000 voitures et motos ont donc formé un impressionnant cortège très visible sur l’autoroute puis dans Bruxelles. Les automobilistes et motards du Vlaams Belang se sont ensuite retrouvés sur une aire de parking du Heysel où un grand podium avait été installé pour permettre aux figures du parti de prendre la parole.

Il faut préciser que la coalition gouvernementale qui se met en place n’a pas de majorité en Flandre, plus importante région du pays.

Donald Trump nomme Amy Coney Barrett juge à la Cour Suprême

Donald Trump nomme Amy Coney Barrett juge à la Cour Suprême

Il l’a donc fait : le président des Etats-Unis a choisi Amy Coney Barrett, professeur à la faculté de droit de l’université Notre-Dame (Indiana), mère de 7 enfants (dont 2 adoptés), déjà nommée par Trump juge à la 7e cour d’appel fédérale (Chicago) en 2017, catholique et pro-vie.

En 2017, le choix de Trump avait été ratifié par le Sénat des États-Unis par 55 voix contre 43, alors que le Sénat ne comptait alors que 51 membres Républicains (ils sont 53 actuellement) : preuve que plusieurs sénateurs Démocrates avaient alors voté pour elle.

Il reste au Sénat de confirmer la nomination de cette brillante magistrate de 48 ans. Dans son discours à la Maison Blanche, Donald Trump a salué Mme Barrett :

« C’est une femme qui a connu des réussites sans pareille, à l’intelligence hors pair, aux compétences remarquables ».

Jeanne Smits souligne qu’elle sera la seule femme ayant des enfants à exercer la fonction de juge à la Cour suprême. Sonia Sotomayor, nommée par le président Barack Obama, est divorcée et n’a jamais eu d’enfants, tandis qu’Elena Kagan, également nommée par Obama, ne s’est jamais mariée.

https://www.lesalonbeige.fr/donald-trump-nomme-amy-coney-barrett-juge-a-la-cour-supreme/

Crise sanitaire : à quand la fin de la paralysie ?, par Floris de Bonneville.

Des milliards de déficit. Des milliards qui tombent du ciel mais qu’il faudra que nos descendants remboursent bien un jour. Des décisions à l’emporte pièce et contradictoires prises dans l’atmosphère ambiante d’une psychose collective qui émane de nos gouvernants. Des Français sans visage. Des maladies graves qui passent au second plan.

La déprime, la catastrophe à tous les niveaux, économique, sociale, morale. En quelques mois, , qui aura tout dit et surtout son contraire, aura abandonné la France à la peur. Certes, rarement, sauf en cas de guerre, un chef de l’Etat aura eu à affronter un tel défi. En 14-18 et 39-40, ce défi était qu’il fallait vivre avec la guerre et l’occupation. En 2020, notre Président et ses deux assistants successifs n’auront pas été capables de nous faire vivre avec le virus.

Lire la suite « Crise sanitaire : à quand la fin de la paralysie ?, par Floris de Bonneville. »

René Goscinny 1926 – 1977 Un grand humoriste français

René Goscinny 1926 - 1977.jpegLa bande dessinée fut longtemps une activité méprisée. Il fallut donc à René Goscinny un talent hors du commun pour imposer son œuvre dans l’imaginaire collectif des Français et de bien d’autres peuples. René Goscinny est né en 1926 à Paris. Ses parents n’ont été naturalisés Français que très peu de temps avant sa naissance. Il appartient en effet à une famille juive, originaire de l’Europe orientale et plutôt bourgeoise. Sur le plan philosophique, la famille est profondément laïque et le père de René sera même franc-maçon. En 1928, les parents et leurs deux fils, Claude et René, partent pour l’Argentine, où René passera toute sa jeunesse. Cependant, il n’y aura pas de rupture avec la culture française, car il fera toutes ses études au collège français de Buenos Aires. Il s’y révélera bon élève et obtiendra son baccalauréat en 1943. Il est alors fasciné par la bande dessinée encore balbutiante et par la littérature humoristique. A la suite du décès de son père en 1943, il doit travailler comme comptable, mais ne brille guère dans ces fonctions bien éloignées de ses préoccupations et de sa grande culture. En 1945, il quitte l’Argentine pour les Etats-Unis, où vit un de ses oncles. Sa mère et lui habitent New York et exercent divers petits emplois. Son service militaire, effectué à Aubagne, lui permet de renouer avec la France durant l’année 1946-1947 Lire la suite « René Goscinny 1926 – 1977 Un grand humoriste français »