Covid-19 : les préfets s’affolent… les Français aussi

Les informations se succèdent à un rythme qui s’accélère, et elles semblent toutes aller dans le sens d’une seconde vague de Covid-19. Israël reconfine pour trois semaines. L’Espagne est confrontée à un raz-de-marée, la Grande-Bretagne s’inquiète, l’OMS prédit une augmentation du nombre de morts en octobre-novembre. En France, Marseille, Bordeaux et la Guadeloupe sont d’ores et déjà dans le rouge.

Les préfets sont en première ligne, ils s’agitent tels des rats dans un labyrinthe dont ils ne trouveraient pas l’issue. C’est qu’ils n’en savent guère plus que le Français moyen – (et l’on serait même tenté d’ajouter qu’ils n’en savent pas plus et pas moins que les médecins, que les politiques, que les membres du Conseil scientifique) – et ils ignorent en conséquence sur quels leviers agir efficacement pour enrayer le mal, même s’ils connaissent au moins l’étendue de leur pouvoir de contrainte.

Lire la suite « Covid-19 : les préfets s’affolent… les Français aussi »

Gilets jaunes stop ou encore ?

6a00d8341c715453ef026bde92dc0d200c-320wiCe 12 septembre, soutenant la manif en partie interdite des Gilets Jaunes, le député d’extrême gauche Quatennens citait, sans hésiter, Saint-Just : « Les malheureux sont les puissances de la terre. Ils ont le droit de parler en maître aux gouvernements qui les négligent. » Au même moment son chef appelait, sans rire lui non plus, les militants de son parti qu’on dit insoumis à ne surtout pas commettre de violence.

N’enterrons pas trop vite ce mouvement. En deux ans, il a totalement perdu sa dimension initiale. En 2018, il pouvait sembler plus ou moins anti fisc, ce que certains voulaient confondre avec une résurgence du poujadisme, y compris dans sa dimension de sauvegarde de la France rurale. Or, ce qui s’est relancé en ce début de septembre ne paraît plus guère constituer qu’un rassemblement de gauchistes, agrémenté de quelques malcontents divers, protestataires anti masques et gérants de discothèques, le tout étant limité à quelques grandes villes. En tout, si l’on se base sur les chiffrages officiels les piétons additionnés de Paris, Marseille, Lyon, cela ferait, tout mouillé, 7 000 personnes dont à peine 2 000 dans la Capitale. D’après le communiqué du ministère de l’Intérieur, 256 d’entre eux auraient fait l’objet d’interpellations. Par conséquent cela a permis de mettre à jour les fichiers de la Sécurité territoriale. Sans se focaliser sur les armes par destination et autres objets contondants saisis, retenons la réapparition des black blocs sur les Champs Élysées. Soulignons aussi la division, évidente dans la pratique, entre les défilés ainsi que l’incident autour du citoyen Bigard. Ce comique, certes discutable et trop souvent vulgaire, que l’on qualifie abusivement comme « humoriste », s’est trouvé agressé par une partie de ceux-là mêmes qu’il entendait rejoindre. N’est pas Coluche qui veut. Et ce genre de manifs ne représente ainsi, définitivement, pas la révolution dans la révolution, mais l’anarchie dans l’anarchie. Lire la suite « Gilets jaunes stop ou encore ? »

Autriche : coincés entre leur “conscience” et leur participation au gouvernement, les Verts votent contre l’accueil de migrants !

Autriche – Les partis de gauche SPÖ et NEOS ont tenté d’obtenir l’accueil de migrants venant du camp incendié de Moria, en Grèce, et de diviser encore plus le gouvernement “turquoise-vert” déjà divisé sur cette question. Mais les Verts ont voté à l’unanimité contre l’accueil de migrants pour des raisons de coalition et contre leur propre conscience. 

Dans sa motion, la NEOS a demandé à la coalition gouvernementale de veiller à ce que l’Autriche, comme d’autres pays de l’UE, accueille des migrants mineurs de Moria.

Le chef des Verts : “Si nous avions voté pour, nous aurions brisé la coalition”.

Sigrid Maurer, une dirigeante des Verts, avait déjà fait savoir dimanche qu’elle était favorable à l’accueil des migrants du camp de Moria, mais qu’elle ne voterait pas avec l’opposition.

(…) Krone.at

https://www.fdesouche.com/2020/09/16/autriche-coinces-entre-leur-conscience-et-leur-participation-au-gouvernement-de-sebastian-kurz-les-verts-votent-finalement-contre-laccueil-de-migrants/

L’Institut Iliade organise ce samedi son colloque annuel à Paris

15/09/2020 – FRANCE (NOVOpress avec le bulletin de réinformation de Radio Courtoisie) :
« La nature comme socle », c’est le titre du colloque que l’Institut Iliade qui s’est donné entre autres pour mission de fonder une « écologie à l’endroit ». L’écologie telle que la pratique les Verts par exemple est une écologie à l’envers, c’est-à-dire une écologie qui veut défendre la nature en faisant fi de la biologie et de l’enracinement culturel. En ce sens, elle n’est qu’un autre symptôme de l’idéologie libérale-libertaire et encourage la mondialisation et ses effets délétères.

L’Institut Iliade souhaite de son côté une écologie qui tienne compte de l’héritage biologique et culturel, des lois de la filiation, des frontières naturelles entre les sexes, les peuples, etc. L’objet du colloque est donc de réfléchir à une manière spécifiquement européenne de façonner notre environnement.

Ce colloque aura lieu samedi 19 septembre 2020, de 10h00 à 18h30, à la Maison de la Chimie, 28 rue Saint-Dominique 75007 Paris. Comme orateurs, nous aurons : Philippe Conrad, Rémi Soulié, François Bousquet avec Michel Maffesoli, Henri Levavasseur, Jean-Philippe Antoni, Slobodan Despot, Anne-Laure Blanc, Fabien Niezgoda avec Hervé Juvin et Julien Langella, Alain de Benoist, Lionel Rondouin, Jean-Yves Le Gallou. Venez nombreux, le prix d’entrée est de 10 €.

Plus d’infos : https://institut-iliade.com/2020-la-nature-comme-socle/

https://fr.novopress.info/218829/linstitut-iliade-organise-ce-samedi-son-colloque-annuel-a-paris/

Nous aurons le déshonneur et la guerre raciale

Nous aurons le déshonneur et la guerre raciale.jpeg

Beaucoup d’observateurs ont pris conscience de la dégénérescence du tissu social et de ses risques d’implosion jusque dans la violence des armes. Mais la potentielle guerre civile à venir n’aura sans doute que peu à voir avec un quelconque « grand soir ».

Nous aurons le déshonneur et la guerre raciale 1.jpegSi la potentialité d’une guerre civile restait de l’ordre de l’anticipation dystopique il y a dix ans lorsque je rédigeais Beyrouth-sur-Loire, elle devient désormais une option obligatoire dans toute discussion lucide sur les futurs possibles de notre pays. J’ai beau me tenir éloigné de tout l’épicerie déclinologue et survivaliste (une fascination morbide de plus), une fois débarrassé des lunettes roses du progressisme, on ne peut que constater l’état de profonde dégénérescence de notre société. Politiciens haïs et marionnettes de la finance spéculative, young leaders de la start-up nation ridiculisés par un virus grippal plus virulent que la moyenne saisonnière…  Capitaines d’industries tous vendus à la logique mondialiste et aux stock options sans frontières… Lire la suite « Nous aurons le déshonneur et la guerre raciale »

Sur le Média Pour Tous, les gilets jaunes, deux ans plus tard… – Lapierre Brut !

Ce 12 septembre 2020 devait être le grand retour des Gilets Jaunes. Première mobilisation nationale depuis le confinement, plusieurs point de rassemblement étaient donnés à Paris par différents organisateurs : Champs Élysées, Wagram, place de la bourse. Vincent Lapierre et son équipe étaient sur place pour tenter de couvrir l’événement… les antifas aussi.

http://lafautearousseau.hautetfort.com/archive/2020/09/16/sur-le-media-pour-tous-les-gilets-jaunes-deux-ans-plus-tard-6263718.html