Les Cahiers de psychologie politique : Samuel Tomei, « Du bon usage du populisme », compte-rendu de l’ouvrage « Faut-il avoir peur de l’homme providentiel ? » d’Alexandre Dorna

Homme-providentiel-Dorna.pngLes démocraties vacillent et ceux qui les gouvernent semblent aussi impuissants que craintifs face au bruit et à la fureur, au tumulte et au fracas – la paraphrase est tentante… Et, après Hugo, on pourrait, pour résumer le sentiment des élites, solliciter Marx – « un spectre hante le monde : le spectre du populisme » – ou encore Jaurès : « le populisme porte la dictature comme une nuée dormante porte l’orage »… Car « populisme », « charisme », « homme providentiel » ont mauvaise presse. Autant de notions dont se sert l’oligarchie régnante pour disqualifier ses adversaires quand ils l’accusent de trahir les intérêts du peuple – notions utiles car efficaces et dispensant de toute réflexion.

Cependant, la caricature est-elle sans le moindre fondement ? Certainement pas, répond Alexandre Dorna à la fin de son dernier ouvrage, Faut-il avoir peur de l’homme providentiel ? (1), mais les détracteurs du populisme « non seulement excluent les causes et déforment les faits, mais également se dispensent de l’examen des conséquences ». Lire la suite « Les Cahiers de psychologie politique : Samuel Tomei, « Du bon usage du populisme », compte-rendu de l’ouvrage « Faut-il avoir peur de l’homme providentiel ? » d’Alexandre Dorna »

Pierre SIDOS, combattant historique de la cause nationaliste, est décédé

2010_06_22_23h18h54_Ronchons_Dîner_Sémis_Pierre_Sidos.jpg

Pierre Sidos en juin 2010 lors d’un banquet organisé par Synthèse nationale à Paris.

A la fin des années 1940, Pierre Sidos fut (avec ses frères François, Jacques et Henri) l’un des premiers à relever l’étendard du camp nationaliste en créant le mouvement Jeune nation. Celui-ci fut dissous, alors qu’il était à la pointe du combat pour l’Algérie française, à la fin des années 1950. Pierre Sidos participa alors au lancement du Mouvement Occident puis, en avril 1968, il créa l’Œuvre française qu’il présida jusqu’en 2010, année au cours de laquelle il en confia la direction à Yvan Benedetti. Fidèle à sa ligne nationaliste et catholique, il défendit toute sa vie les idées de sa jeunesse ainsi que la mémoire de sa famille qui a beaucoup donné pour la France. 

Un an jour pour jour après son frère François cliquez ici, il est décédé vendredi muni des sacrements de l’Eglise et entouré de sa famille.

A plusieurs reprises, il participa à nos réunions de Synthèse nationale et il m’invita aussi à certaines qu’il avait organisées. Lire la suite « Pierre SIDOS, combattant historique de la cause nationaliste, est décédé »

Göteborg (Suède) : Des gangs de migrants criminels terrorisent et contrôlent la ville

Tirs et attaques, barrages routiers illégaux et criminels lourdement armés contrôlant les citoyens – la guerre des gangs à Göteborg s’est intensifiée ces dernières semaines. 
La police pense avoir la situation sous contrôle.
Göteborg est en alerte rouge. La police de la deuxième plus grande ville de Suède est en état d’alerte depuis que le conflit entre les deux gangs dominants s’est aggravé en août. 
Elle a été déclenchée par une dispute dans une station-service qui a conduit à une fusillade.
Peu de temps après, il y a eu plusieurs fusillades et un homme a été grièvement blessé.
Bien que des gangs rivaux de deux banlieues s’affrontent, le conflit s’est étendu à d’autres parties de Göteborg. 
La semaine dernière, certains quartiers ont été temporairement désertés après que les habitants ont été invités à rester chez eux. 
Les gangs ont placé des barrages routiers où des jeunes hommes, armés, munis de gilets pare-balles et certains même masqués, contrôlent les voitures.
Les gangs n’ont pas non plus hésité à s’installer dans le centre ville animé : le mercredi après-midi, un grand nombre de criminels se sont réunis dans un hôtel près de la gare centrale pour des « pourparlers de paix ». 
Lorsqu’ils ont été refoulés, une douzaine d’entre eux ont refusé de quitter les lieux. 

Lire la suite « Göteborg (Suède) : Des gangs de migrants criminels terrorisent et contrôlent la ville »

Mairies écologistes : les Khmers verts ne prennent jamais de vacances !

melon-water-melon-2442003_960_720-845x475.jpg

C’est toujours un crève-cœur de voir une belle idée prônée par des andouilles, telle l’écologie par ces Verts qui, c’est le moins qu’on puisse prétendre, ne font pas toujours l’unanimité. Pour sa défense, Amine Smihi, adjoint chargé de la Sécurité à la mairie de Bordeaux, se dresse donc contre « la caricature des écolos en beatniks ».

Pourtant, nul besoin d’avoir fait les grandes écoles pour savoir que les « beatniks » étaient des énergumènes plutôt sympathiques, à rebours de nos actuels écologistes, Khmers verts faisant preuve d’une fantaisie toute prussienne et d’un sens du dialogue de type nord-coréen. La preuve par Manon Aubry, naguère tête de liste mélenchoniste aux dernières élections européennes, mais qui se veut plus verte que les Verts : « Défendre une limitation des libertés au nom du changement climatique n’est pas liberticide. » Lire la suite « Mairies écologistes : les Khmers verts ne prennent jamais de vacances ! »

Face à la racaille : un pouvoir désarmé ou cynique ?

6a00d8341c86dd53ef0263e95f6771200b-800wi

On ne sait plus où donner de l’indignation. Chaque jour, agressions et violences. De plus en plus gratuites, de plus en plus odieuses. Plus aucun frein, plus aucune limite : les maires, les élus deviennent une cible prioritaire, à Bondy comme ailleurs. Des jeunes gens courageux venant au secours de leurs proches sont tabassés. Avec une totale arrogance la malfaisance se déploie et s’accomplit.

Je n’oublie pas ce qui a suscité l’ire politique la plus vigoureuse, la réprobation la plus ferme : la racaille ayant incendié, vandalisé, frappé, dévasté autour du Parc des Princes, durant et après la finale ayant opposé le PSG au Bayern de Munich (Le Figaro).

Laissons d’emblée de côté le « il n’y a qu’à » qui n’est que le refuge confortable de ceux qui ne sont pas aux responsabilités.

Mesurons comme il convient les semonces partisanes, les conseils péremptoires : je suis persuadé que, quel que soit le pouvoir à tous niveaux, il serait confronté aux mêmes épreuves et ferait l’objet, peu ou prou, des mêmes critiques. Aucune recette magique n’existe dans le carquois républicain, sinon peut-être demain un peu plus de courage, un peu moins de mansuétude. Je le dis avec prudence, tant je ne suis pas sûr de ce que mon espérance souhaiterait mais qui est battu en brèche par mon pessimisme civique informé.

Lire la suite « Face à la racaille : un pouvoir désarmé ou cynique ? »

La France confrontée à l’insécurité – La revue de presse de Radio Courtoisie

france-insecurite-revue-presse-radio-courtoisie-800x450.jpg.webp

La revue de presse du Libre journal de Dominique Paoli sur Radio Courtoisie du 31 août 2020 portait sur les tensions récentes en Méditerranée mais aussi sur la montée de l’ensauvagement constaté durant la période estivale.

À côté de la crise sanitaire et de la polarisation qu’elle suscite de la part des médias et des pouvoirs publics, une autre actualité a dominé ces semaines d’été : la montée irrépressible des actes violents. Cette expression d’actes violents doit être privilégiée par rapport à l’emploi du terme de violence, reflet d’un environnement qui tendrait dans son usage à diluer la responsabilité individuelle. C’est bien ce qui est observé aujourd’hui où une idée dominante, mais nullement partagée par une majorité de la population, privilégie, pour les faits délictuels et criminels considérés, des causes sociales et économiques basculant ainsi la responsabilité individuelle sur une responsabilité collective, pour autant que les faits ne soient pas simplement ignorés, en témoigne, par exemple, l’absence d’articles sur ce thème dans le journal Le Monde. Lire la suite « La France confrontée à l’insécurité – La revue de presse de Radio Courtoisie »

La désindustrialisation à la française.

L’industrie a détruit des emplois de façon continue jusqu’en 2017, année d’inversion de tendance. En 2018 et 2019 , il y eu aussi plus d’emplois créés que détruits dans ce secteur. Les destructions ont repris au premier trimestre 2020.  Crédits : Marie Viennot – Radio France

Source : https://www.franceculture.fr/

Réindustrialiser la France, c’est l’un des axes majeurs du plan de relance. On part de loin, la France est le pays de l’Union européenne qui s’est le plus désindustrialisé depuis les années 70. Quelles sont les causes spécifiquement françaises de ce phénomène ?

« Depuis quelques mois, le textile est en crise. Réductions d’horaires, fermeture d’ateliers, d’usines même. De mois en mois, on espère la relance… »

Extrait du journal télévisé en avril 1965. La relance évoquée à l’époque n’est que commerciale, saison du blanc, printemps… et le textile fait alors vivre plus de 500 000 personnes en France.  

Lire la suite « La désindustrialisation à la française. »