La rentrée de la gréviculture

6a00d8341c715453ef026be40dc255200d-320wiC’était la rentrée des classes ce 1er septembre. C’est aussi le recommencement de l’agitation systématique programmée par les bureaucraties syndicales. Ainsi donc la CGT-Cheminots confirme qu’elle s’apprête à empoisonner la vie des Français qui travaillent. Premier syndicat à la SNCF, elle a en effet déposé un préavis de grève pour le 17 septembre. Ceci entrera dans le cadre d’une Journée nationale d’actions soi-disant « pour l’emploi, pour les salaires et les retraites. » Vaste programme. Nouvelles complications en vue dans la vie quotidienne des Français. Pour rien.

Le mot d’ordre remonte à juillet. Il a été repris par la FSU, Solidaires et plusieurs organisations de jeunesse.

L’annonce de cette grève a été, bien poliment, trop prudemment, critiquée par le ministre de l’Économie, Bruno Le Maire. Celui-ci déclare avoir « du mal à comprendre » cette grève alors que le plan de relance prévoit des investissements massifs dans le ferroviaire ainsi qu’une reprise de la dette de la compagnie ferroviaire à hauteur de 35 milliards d’euros. On ne sort pas d’une ligne constante de relative complaisance de la part de nos dirigeants.

Et, puisque M. Le Maire dit ne pas comprendre, essayons de lui expliquer ce qu’est et à quoi sert l’appareil de la CGT. Lire la suite « La rentrée de la gréviculture »

Me Gilles-William Goldnadel : « Que cela plaise ou non, l’immigration incontrôlée et l’islamisme sont des obsessions légitimes pour les Français »

Durant l’été, en France, on a assisté à de nombreux faits divers témoignant d’une insécurité galopante en France, un véritable ensauvagement. Dans les colonnes de Boulevard Voltaire, Me Gilles-William Goldnadel dénonce « l’occultation des faits » de la plupart des médias.

Depuis le début de l’été, on parle d’ensauvagement et de multiplication des faits divers. Gérald Darmanin avait de son côté promis que les dealers arrêteraient de dormir. Nous avons vu des photos de dealers protégés par des miliciens armés de fusils à pompe. Que pouvez-vous dire de cette période ?

Il faut prendre les problèmes un par un. Cet été, nous avons assisté à un triomphe extrêmement platonique de la réalité sur le virtuel ou du réel sur l’idéologie. Pendant des années, on vous a expliqué que la sécurité ou l’insécurité étaient une sorte de fantasme et d’obsession qui reposait sur un ressenti, mais sur rien de réel. De temps en temps, cette interdiction de ne pas respecter l’idéologie était provisoirement arrêtée par la venue du réel. En général, l’idéologie retrouve assez vite ses droits lorsque le réel s’estompe et que les morts dorment dans la terre redevenue froide.

Lire la suite « Me Gilles-William Goldnadel : « Que cela plaise ou non, l’immigration incontrôlée et l’islamisme sont des obsessions légitimes pour les Français » »

Plan de relance : saupoudrage, illusions et vieilles recettes.

jean-castex-invite-les-ministres-a-aller-sur-le-terrain.jpg

L’avis de Jean-François Touzé

Sur 100 milliards d’euros financés aujourd’hui  en monnaie de singe mais que devront, en tout état de cause, rembourser les générations futures, le plan de relance de l’économie présenté par le Premier ministre, Jean Castex, n’en consacre que trois à la garantie d’Etat aux fonds propres des entreprises, seule mesure, si elle avait été ambitieuse, qui aurait permis aux entrepreneurs de faire face à la crise, d’investir et d’embaucher. Dans ces conditions, l’espoir de l’exécutif de 160 000 emplois créés dans les deux ans n’est qu’une vue de l’esprit. Quant à l’hypothèse d’un plan de réindustrialisation de la France et de relocalisation des secteurs vitaux de notre vie économique et de notre indépendance énergétique ou sanitaire, la modestie des sommes engagées montre bien que, pour le gouvernement, il ne s’agit en aucune façon d’une priorité nationale. Aucun plan, au demeurant – la nomination de François Bayrou au poste de Haut commissaire témoigne, par elle même, de son  inutilité – ne peut être établi par un pouvoir faible uniquement préoccupé de sa pérennisation et n’ayant, au mieux, de visibilité que sur dix neuf mois.
Tout le reste relève de la politique du saupoudrage et de l’art éculé d’accommoder les restes suivant les vieilles recettes politiciennes et par prestidigitation cuisinière en attendant le festin imaginaire de 2022.
C’est le grand retour des emplois aidés, du camouflage statistique des réalités du chômage, des chiffres masqués, des formations-cul de sac et des mythes pervers de la transition écologique fantasmée comme base incontournable de la nouvelle économie libérale, équitable, durable et universelle.
L’accompagnement social de la crise, lui, se fera a minima. « Cachons ces pauvres que nous ne saurions voir ». 

Esclavage : « La complicité de monarques africains est une donnée objective », selon l’anthropologue sénégalais Tidiane N’Diaye.

Document d’archives montrant une capture d’esclaves. • ©DR
abolition de l’esclavage du 10 mai

Source : https://la1ere.francetvinfo.fr/

Les traites et les esclavages occidental et arabo-musulman n’auraient pas été possibles sans la collaboration active des Africains. Décryptage avec l’historien et anthropologue sénégalais Tidiane N’Diaye.

C’est une réalité sur laquelle historiens, journalistes et militants ont souvent jeté un voile, par lâcheté intellectuelle ou opportunisme idéologique. Mais les faits sont têtus, et il existe assez d’archives pour l’attester. Durant les longs siècles de traite et d’esclavage arabo-musulman puis occidental, des Etats négriers d’Afrique ont participé et se sont enrichis grâce à ce commerce, comme les royaumes d’Ashanti ou d’Abomey (actuels Ghana et Bénin) par exemple (voir cartes ci-dessous).
Auteur d’un ouvrage remarqué sur l’esclavage arabo-musulman, « Le génocide voilé » (éditions Gallimard, 2008), l’anthropologue et économiste sénégalais Tidiane N’Diaye explique à propos de la traite que « la complicité de certains monarques et leurs auxiliaires africains dans ce commerce criminel est une donnée objective ». Interview sans langue de bois.
Ce sont des faits historiques souvent négligés ou occultés par les chercheurs, mais des Africains ont aidé à alimenter la traite transatlantique et le système esclavagiste durant des siècles. Comment cela se passait-il ? Qui étaient les principaux protagonistes ?

Lire la suite « Esclavage : « La complicité de monarques africains est une donnée objective », selon l’anthropologue sénégalais Tidiane N’Diaye. »

La droite condamnée au populisme ? (2019)

La droite en France joue actuellement son avenir. Il avait fallu rien moins que Charles de Gaulle pour la réintroduire dans la vie politique. La nullité de ses épigones semble siffler la fin de l’intermède. Y aura-t-il encore une droite capable de remporter une élection dans les décennies qui viennent ?

Il existe une particularité de la vie politique française qui depuis des années frappe tous les commentateurs : c’est l’absence d’un vrai parti conservateur. Les Torries en Angleterre structurent la vie politique et même, lorsque passe un Churchill, déterminent la stature internationale de la perfide Albion. De leur côté, les chrétiens démocrates font, avec leurs alliés bavarois du CSU la pluie et le beau temps Outre Rhin. Dans l’Hexagone, rien de tel. Les conservateurs existent à la marge dans un parti comme le Centre National des Indépendants et Paysans, le parti d’Antoine Pinay qui est aujourd’hui un parti résiduel. Ils ne parviennent pas à s organiser longtemps, victimes sans doute de la Révolution française, victimes de cette identification fantasmée entre la France et sa Révolution, qui empêche toute perspective contre-révolutionnaire, tout conservatisme, d’émerger de manière durable. Lire la suite « La droite condamnée au populisme ? (2019) »

Professeurs, pour nous tous, retrouvez votre fierté !, par Natacha Polony.

Source : https://www.marianne.net/

« La France paye aujourd’hui l’abandon de son école. Elle le paye économiquement, elle qui ne peut plus se prétendre une nation d’ingénieurs et de techniciens. (…) Professeurs, nous avons besoin que vous retrouviez cette fierté d’œuvrer pour la nation, et en particulier pour ses enfants les plus fragiles », argumente Natacha Polony.

La rentrée scolaire, on l’a bien compris, c’est l’enjeu du moment. Emmanuel Macron décide de décaler l’annonce du plan de relance parce que l’économie, le chômage de masse, les dépôts de bilan, la désindustrialisation, ça peut attendre : les parents d’élèves ont peur. La rentrée scolaire est au cœur des préoccupations, mais on a de plus en plus l’impression que l’école, en revanche, est le cadet de leurs soucis. Pouvoirs publics, politiques de tous bords, syndicats enseignants et fédérations de parents… l’école, ça ne leur dit rien. Ah ! Si, ce lieu où les enfants se font des copains pendant que leurs parents travaillent…

Le protocole et les syndicats

Lire la suite « Professeurs, pour nous tous, retrouvez votre fierté !, par Natacha Polony. »

Election partielle dans la 3e circonscription du Maine-et-Loire : Jean-Eude Gannat annonce sa candidature

maxresdefault.jpg

Jean-Eude Gannat intervenant lors du Rendez-vous « Bleu Blanc Rouge » de Synthèse nationale en octobre 2019.

Un communiqué de Jean-Eude Gannat :

Après quatre années d’engagement local au service des français, j’ai décidé de me présenter à l’élection législative partielle de Saumur Nord avec le soutien de l’Alvarium, afin de proposer aux électeurs un choix de droite authentiquement nationale, sociale et populaire. Lire la suite « Election partielle dans la 3e circonscription du Maine-et-Loire : Jean-Eude Gannat annonce sa candidature »

Témoignage de Vincent sur le port du masque obligatoire aux enfants de plus de 11 ans

Capture d’écran 2020-09-01 à 19.46.18.png

Masques : collégiens, lycéens, étudiants, vous avez le choix

Face à la propagande actuelle, c’est un devoir qu’à notre génération d’agir, car le monde de demain dépend de nos actes d’aujourd’hui. Alors faisons le choix, ensemble, de refuser cette nouvelle mesure liberticide.

http://synthesenationale.hautetfort.com/archive/2020/09/01/temoignage-de-vincent-sur-le-port-du-masque-obligatoire-aux-6260680.html

La présidente (PS) de la région Occitanie, Carole Delga, a été définitivement condamnée pour discrimination politique envers le RN

La présidente (PS) de la région Occitanie, Carole Delga, a été définitivement condamnée pour discrimination politique envers le RN

Et ces gens-là donnent des leçons de démocratie et de républicanisme à longueur de journée. En réalité, la gauche est intolérante. Carole Delga avait été condamnée en 2019 (voir ici) pour discrimination envers le maire Rassemblement national (RN) de Beaucaire (Gard), Julien Sanchez, pour « discrimination fondée sur des opinions politiques » et « entrave à l’exercice d’une activité économique »Elle s’était notamment opposée à la construction d’un lycéeLes enfants pris en otage par la politique partisane ! La cour de cassation vient de confirmer définitivement sa condamnation :

Lire la suite « La présidente (PS) de la région Occitanie, Carole Delga, a été définitivement condamnée pour discrimination politique envers le RN »

Rien n’est plus actuel que les traités de 1920

6a00d8341c715453ef0263e9615a87200b-320wiLes anniversaires pleuvent en cette année 2020 et on doit s’interroger : pourquoi telle date et pas telle autre ?

C’est ainsi, curieusement, le président français qui se rend à Beyrouth. Il enjoint aux Libanais d’abolir leur désastreux statut politico-confessionnel. Hélas, c’est bien notre  troisième république, pourtant furieusement laïciste chez elle, qui l’avait institué, il y a exactement 100 ans. Elle agissait au nom du mandat, reçu des traités de la première guerre mondiale. En 1943, le fondateur des quatrième et cinquième républiques décidait d’abandonner sans guère s’en préoccuper aussi bien le Liban que la Syrie, elle même déchirée par un découpage de même nature. C’est largement ce qui a produit dans le premier pays la guerre civile de 1973 et la paralysie institutionnelle qui aujourd’hui encore le rend tributaire de la pression du Hezbollah ; quant au pouvoir contesté depuis 2011 des alaouites à Damas, il a été engendré par l’éclatement si mal géré de ce mandat. Qu’on relise les Mémoires de Guerre de l’illustre général et la phrase fameuse où « vers l’Orient complique, il s’envolait avec des idées simples » pour comprendre combien cette inadvertance, et cette irresponsabilité de nos dirigeants a produit de conséquences. Lire la suite « Rien n’est plus actuel que les traités de 1920 »