Calais : La colère des plaisanciers monte face aux dizaines de vols d’embarcations par des migrants

Les traversées de la Manche par des migrants à bord de petites embarcations n’ont jamais été aussi importantes. Même si la plupart des embarcations et des moteurs proviennent des pays de l’Est de l’Europe, certains sont dérobés dans le Calaisis notamment au port de plaisance et base Tom-Souville.

onvention démocrate : Trump pris pour cible – Le Journal du mercredi 19 août 2020

Au programme de cette édition :
Nous nous rendrons aux États-Unis pour un grand sujet sur la Convention démocrate qui a investi le candidat Biden. Gérald Ollivier, spécialiste de la vie politique outre-Atlantique, évoque pour TV Libertés les enjeux de la campagne présidentielle en cours.
Et nous prendrons également la direction du Mali. Le président Ibrahim Boubacar Keita a démissionné après une révolte militaire. Une situation tendue qui fait craindre pour la sécurité de la région.

Loustaunau-Lacau la Résistance en dissidence

Loustauna-Lacau la Résistance en dissidence.jpeg

Fait inédit, une promotion de l’ESM Saint-Cyr doit être « débaptisée »  Le motif ? Son parrain, résistant et déporté, mort en 1955, était un officier de droite nationaliste.

« Quels sont vos nom, prénom, âge, adresse et qualité ? » « Loustaunau-Lacau, Georges. Né le 17 avril 1894. Déporté politique. Habitant à Oloron-Sainte-Marie ».

30 juillet 1945, huitième jour du procès Pétain. Cette franche voix pyrénéenne résonnant devant la Haute Cour, est celle d’un témoin discrétionnaire. Les magistrats veulent en savoir plus sur les liens existant entre le résistant nationaliste Loustaunau-Lacau et le Maréchal. Ce saint-cyrien béarnais, héros de deux guerres, est connu pour ses opinions anti allemandes – cela va de soi – mais aussi anticommunistes. C’est plus délicat, surtout dans la France de 1945. Loustaunau-Lacau est un homme de droite nationale. Sa déposition, prêtée sous serment, transpire de ses opinions. Les magistrats rendent la justice; ils sont vêtus de pourpre et d’hermine. Loustaunau, lui, s’affiche en complet sombre, s’aidant d’une canne. Fondateur du réseau Alliance, il revient de Mauthausen, camp autrichien de sinistre réputation où la Gestapo l’a envoyé en octobre 43. Il y est resté jusqu’à la fin, survivant même aux terribles marches de la mort imposées, onze jours durant, par les geôliers nationaux-socialistes. Lire la suite « Loustaunau-Lacau la Résistance en dissidence »

De Knokke-Heist et Blankenberge à Saint-Malo, bas les masques !

masque-800x600.jpg

La chronique de Philippe Randa

En cet été 2020, il semble moins risqué de sortir les fesses à l’air que le nez à découvert : la police, à qui on ne la fait pas en matière de respect de la loi – enfin, en dehors des zones de non-droit, cela va se soi désormais – se montre ainsi digne du maréchal des logis-chef Cruchot de Saint-Tropez, leur célèbre prédécesseur passé à la postérité du 7e Art.

Mais leur tâche est parfois rude et peut-être tout autant incomprise. Ainsi, en Belgique, il a fallu en arriver à interdire les stations balnéaires flamandes de Knokke-Heist et de Blankenberge aux « touristes d’une journée », soit des « jeunes » qui ne respectaient qu’assez modérément les mesures contre la pandémie de Covid-19… Une vidéo prise par un vacancier audacieux est toutefois assez explicite sur ces « jeunes », intimant aux forces de l’ordre d’aller rendre hommage à leur mère, plutôt que de perturber leur interprétation, assez personnelle certes, du « vivre ensemble » outre-Quiévrain. Lire la suite « De Knokke-Heist et Blankenberge à Saint-Malo, bas les masques ! »

Les menaces de Darmanin font rire les sauvages

darmanin.png

Ce gouvernement se moque de nous et, cette fois, sur une grande échelle. Vous et moi, si nous nous promenons sur les Champs-Élysées sans avoir notre muselière, nous sommes à peu près certains de recevoir une contravention de 135 euros. Et si le ministre de l’Intérieur envoie 130 CRS à Marseille, ce n’est pas pour endiguer ce que le Président appelle les incivilités mais bien pour veiller à ce que le port du masque soit respecté à la lettre. Alors certains médecins disent qu’il s’agit là d’une décision politique et non médicale lorsqu’elle s’applique en plein air ! Lire la suite « Les menaces de Darmanin font rire les sauvages »

La déraison écologique

La raison écologique est la meilleure avons-nous. Il ne faut pas oublie, pour autant, le développement d’une idéologie écolo, enseignant méthodiquement ce mépris de l’humain, qui pourrait être le drapeau de la nouvelle globalisation.

Gardiens de la Création, nous le sommes, mais l’homme est aussi à son sommet, dépassant le monde matériel qui l’entoure, parce qu’il est corps et âme et que sa destinée est ailleurs. La terre lui est donnée afin qu’il en dispose : non pour en abuser ni la détruire, mais pour en faire le meilleur usage. Qui saurait prétendre l’inverse ? Mais que de sacrifices absurdes ne lui demande-t-on pas au nom de l’environnement là est la notion religieuse qui prédomine aujourd’hui dans l’idéologie verte, qui n’a de cesse de montrer que l’homme est aujourd’hui le plus grand ennemi de la nature. Médias, programmes scolaires, réglementations à l’infini répètent les poncifs de l’écologie : réchauffement (à cause du C02, dont les dégâts seraient imputables à l’homme), surconsommation, épuisement des ressources, surpopulation, déchets polluants, injustice environnementale dont les pays riches, occidentaux et principalement chrétiens portent la responsabilité à l’égard des pauvres qui seront les premières victimes des dérèglements climatiques… tous ces mots nous sont familiers. Lire la suite « La déraison écologique »

Principe de précaution et servitude volontaire.

flutiste-1024x456.jpg

Le pouvoir actuel n’est pas libéral, mais « progressiste » ce qui est le contraire. Le libéralisme repose sur l’idée que la personne douée de raison peut au profit de la collectivité jouir d’une autonomie dont elle fera le meilleur usage non seulement dans son activité économique mais aussi dans l’ensemble de la vie sociale, avec bien sûr une juste répression des cas où son comportement nuirait à la collectivité. Cette conception conduit à concevoir la société comme un vaste espace de liberté avec en son centre un noyau capable d’exercer les sanctions qui s’imposent à ceux qui contreviennent à des lois les moins nombreuses et les plus claires possibles. Le progressisme repose au contraire sur l’extension indéfinie du noyau central sous la forme d’un Etat tentaculaire multipliant les règlements et les interventions mais en clamant que c’est pour l’augmentation du bien-être et des menus plaisirs de chacun, et la sauvegarde de la santé et de la sécurité de tous. Ce système a été annoncé notamment par deux auteurs français épris de vraie liberté : La Boétie qui dénonce le caractère volontaire de la servitude chez les peuples qui acceptent de perdre leurs libertés et par Tocqueville annonçant une nouvelle forme de despotisme qui ne ruine la liberté que pour prétendre apporter le bonheur. Il est fascinant de constater à quel point la situation actuelle accrédite leurs craintes. Lire la suite « Principe de précaution et servitude volontaire. »

Le Puy du Fou face à la haine de l’histoire de la France

puy-du-fou-haine-france-800x450.jpg.webp

Par Pierre Boisguilbert, journaliste spécialiste des médias et chroniqueur de politique étrangère ♦ Le succès du Puy du Fou est insupportable à l’idéologie médiatique. Il est la preuve charnelle et culturelle de la résistance de la France traditionnelle face à la France qu’on veut lui imposer. Le public, bien plus large que les cathos — c’est ce qui fâche — adhère au meilleur spectacle du monde, textes de Bainville et scénario de Jeanne d Arc. L’horreur culturelle absolue. Trop chrétien, trop blanc, trop français. A déboulonner d’urgence ! Lire la suite « Le Puy du Fou face à la haine de l’histoire de la France »