Les jeunes Français tués au Niger, moins émouvants que Floyd et Traore – par Olivier Piacentini

https://i2.wp.com/www.leparisien.fr/resizer/rTeIOlEFz3i9_smz_e4hLrK3RAI=/932x582/cloudfront-eu-central-1.images.arcpublishing.com/leparisien/IILRUD2U3SK7QZXYFOUYLO5KVM.jpg?w=840&ssl=1

Tribune libre d’Olivier Piacentini, essayiste (ses livres ici) :

« Je ne sais pas vous, mais moi, à chaque fois qu’un Français, ou même qu’un Occidental est tué quelque part dans le monde par une de ces pourritures de djihadiste, ça me fait mal au ventre, me donne des nausées, me retourne le cœur, me fait rêver de les voir tous passés au napalm une bonne fois pour toutes.
Mais il est vrai que je suis un de ces méchants homme de droite, un anthropophage à la limite de la civilisation.
Dans le cas précis de ces six jeunes humanitaires, ma haine est décuplée : Antonin, Charline, Léo, Nafissa, Stella et Myriam étaient jeunes, brillants, courageux, et avaient la charité chevillée au cœur.
Au point d’avoir laissé leur vie, dans la fleur de l’âge, pour cette Afrique que je sais par tradition si hospitalière, mais qui est désormais souillée par l’ignoble racaille islamiste.
Lire la suite « Les jeunes Français tués au Niger, moins émouvants que Floyd et Traore – par Olivier Piacentini »

Italie. Luigi Di Maio : « Il n’y a pas de place pour quiconque arrive irrégulièrement en Italie, car entrer en fraude signifie l’expulsion »

Il n’y aura plus de place pour les migrants illégaux en Italie, a averti lundi 17 août à Tunis le ministre italien des Affaires étrangères, Luigi Di Maio, à l’issue d’un entretien avec le président tunisien Kais Saied. L’arrivée de migrants en Italie a augmenté de près de 150% au cours des 12 derniers mois, la majorité arrivant de Tunisie. Luigi Di Maio a ajouté qu’”il n’y a pas de place pour quiconque arrive irrégulièrement en Italie, car entrer en fraude signifie l’expulsion.

Le chef de la diplomatie italienne effectue lundi une visite de travail à Tunis avec la ministre de l’Intérieur Luciana Lamorgese outre Oliver Varhelyi, commissaire européen à l’Élargissement et Ylva Johansson, commissaire européenne aux affaires intérieures. Après une rencontre avec le président tunisien, Luigi Di Maio a indiqué que son pays «est prêt à présenter toutes les aides nécessaires à la Tunisie» pour lutter contre l’immigration illicite.

Mais «il n’est pas question de laisser en Italie ceux qui arrivent d’une façon illégale», a-t-il ajouté selon un communiqué de la présidence de la République tunisienne. Les négociations entre l’Italie et la Tunisie se poursuivront «pour trouver des formules de coopération bilatérale», a indiqué encore le ministre italien, rapporte la même source. […]

Le Figaro ; tunisienumerique

http://www.fdesouche.com/1414261-italie-luigi-di-maio-il-ny-a-pas-de-place-pour-quiconque-arrive-irregulierement-en-italie-car-entrer-en-fraude-signifie-lexpulsion

CADOUDAL : CELUI QUI DIT NON

Chef de l’Ouest royaliste, doué d’une belle intelligence et d’une force herculéenne, le « gros Breton », selon le mot de Bonaparte, refusera de se soumettre au Premier consul, complotera contre lui, et finira sur l’échafaud.

Le 5 mars 1800, aux Tuileries, Bonaparte reçoit les chefs de l’Ouest royaliste. En Bretagne, en Normandie, en Anjou et dans le Maine, les derniers chouans viennent de se soumettre. La délégation qui s’est rendue à Paris comprend notamment le général de Bourmont, le comte de Châtillon, le chevalier de Saint-Hilaire et un colosse au type paysan : Georges Cadoudal. En fin de journée, le Premier consul dicte un billet au futur maréchal Brune, qui dirige les troupes chargées de pacifier les Côtes-du-Nord, le Morbihan, l’Ille-et-Vilaine et la Loire-Inférieure : « J’ai vu, ce matin, Georges ; il m’a paru un gros Breton dont peut-être il sera possible de tirer parti pour les intérêts mêmes de la patrie » . Le 12 février précédent, en échange d’une amnistie totale, Cadoudal a déposé les armes et accepté de se rendre dans la capitale. Lassitude ? Calcul ? Curiosité de voir de près ce Bonaparte qui a pris le pouvoir trois mois plus tôt et qui vient de désamorcer un conflit intérieur qui durait depuis dix ans ? Lire la suite « CADOUDAL : CELUI QUI DIT NON »

La Vierge Marie, de Tino Rossi à Eric Clapton en passant par les Beatles ? Comme une chanson populaire !

statue-holy-virgin-2710070_640-640x475.jpg

« Vierge Marie », de Tino Rossi (1941)

On en sait assez peu sur cet hymne du Corse roucouleur ; si ce n’est qu’il en aurait écrit les paroles : « Toi qui toujours dans mon enfance/Toi qui toujours m’as protégé/Sur ma douleur, sur ma souffrance/ […] Je mets en toi mon espérance/Ne m’abandonne pas/Reine des cieux. » Dans un semblable registre, Tino Rossi a repris L’Ave Maria de Schubert, avec un certain talent, voir un talent certain, pour qui apprécie le registre pâtissier collant à la fois aux dents et aux oreilles. Mais comme seule compte l’intention, respect et absolution. Lire la suite « La Vierge Marie, de Tino Rossi à Eric Clapton en passant par les Beatles ? Comme une chanson populaire ! »

Le Coronacircus en marche vers le gouffre financier 2/2

4028926725.jpg

Tous les européens s’en foutent, égoïstement, car cela n’arrive pas près de chez eux !

« Cela coûte un pognon de dingue » avait affirmé le Docteur Micron.

Il parlait surtout du déficit de la Sécurité Sociale et de la santé hospitalière. Mais au cours des semaines on a donc appris que le Pouvoir décidait d’attribuer des dons, des aides, des subventions ou des prêts garantis par l’Etat à différents secteurs de l’économie française, par dizaines de milliards d’euros. Tout cela afin de tenter de sauver des dizaines de milliers d’entreprises et des centaines de milliers d’emplois.

Afin de trouver grâce aux yeux d’une partie des électeurs, le gouvernement Français a promis la distribution de différents hochets  et des breloques :

  1. Des primes pour ceux qui ont soigné les malades et ceux qui participaient à la chaîne alimentaire.
  2. Un défilé des soignants le 14 juillet sur les Champs-Elysées.
  3. La construction d’un mémorial consacré aux victimes de l’épidémie
  4. Sur proposition de loi du député Philippe Gosselin, création d’une médaille Covid 19.
  5. D’autres élus aimeraient que le personnel médical décédé du virus reçoive la Légion d’Honneur et que sur leur tombe on inscrive « Mort pour la France ».

Lire la suite « Le Coronacircus en marche vers le gouffre financier 2/2 »

Se sacrifier pour le climat

L’idéologie climatisme a été approuvée avec un bel ensemble en Europe. Mais voici le temps des sacrifices économiques au nom du climat les pays européens sont nettement moins enthousiastes !

Début octobre, les ministres de l’Environnement de l’Union européenne se sont réunis à Luxembourg pour voter un texte sur les normes d’émission de C02 concernant les voitures neuves. Avec pour objectif la réduction des émissions gazeuses de 35 % d’ici 2030. L’opération est cependant plus délicate qu’il n’y pourrait paraître de prime abord. En effet, nombre d’États-membres sont plus soucieux et on peut comprendre que, dans une période de crise économique, ils s’interrogent sur le bien-fondé de la démarche proposée – de protéger leurs industries que de s’engager pour l’environnement – ou, du moins, ce que l’idéologie nomme tel. Lire la suite « Se sacrifier pour le climat »

Le Coronacircus en marche vers le gouffre financier 1/2

4028926725.jpg

Pieter Kerstens

Lorsque nous avions rédigé notre article dans le précédent numéro de la revue, la prévision et l’anticipation des conséquences d’une crise sanitaire, doublées par un chaos des marchés pétroliers, ignoraient alors la stratégie et les décisions aberrantes des gouvernements français et européens, face à la pandémie. En conclusion, nous jugions que « il suffirait d’une petite bourrasque comme…le Covid-19, qui pourrait entraver non seulement l’industrie chinoise, mais aussi par conséquence stopper l’activité de certains secteurs de l’économie mondiale et perturber les activités bancaires et financières, pour déclencher un nouveau krach mondial. » Lire la suite « Le Coronacircus en marche vers le gouffre financier 1/2 »

Le danger de l’impérialisme néo-ottoman.

erdogansuleiman-768x342.jpg

Contrairement à ce que disait le calamiteux Mitterrand, ce n’est pas le nationalisme qui est la guerre, mais l’impérialisme. Une nation a vocation à défendre son identité, sa population, son territoire et non à s’en prendre à ses semblables. La guerre sera pour elle défensive, fondée sur la légitime défense et compatible avec la conception chrétienne des conflits. La politique royale tendait à assurer le pré carré, c’est-à-dire un territoire national capable de se défendre sur des frontières naturelles. La Révolution et l’Empire ont au contraire mené des guerres impérialistes dont l’échec final a définitivement clos la réalisation du premier objectif. L’impérialisme allemand appuyé sur le peuple, sa langue, sa culture, sa race a pris le relais en dévastant l’Europe. L’impérialisme soviétique s’est déployé après l’effondrement de l’Allemagne. Comme les Français s’étaient appuyés sur leurs idéaux révolutionnaires, les Russes ont brandi l’étendard du communisme pour mener une entreprise de domination du monde, et non plus de l’Europe. Ils avaient en face d’eux un autre impérialisme, celui des Etats-Unis, sous les drapeaux de la liberté, du droit, et du marché ouvert, infiniment plus sympathique, mais servant lui aussi les intérêts mondiaux d’un Etat, d’une culture, d’une civilisation, celle qui prolongeait l’Empire britannique, en alliant la langue anglaise, la liberté économique et l’exploitation des richesses planétaires. Pendant un court moment, celui où a triomphé Fukuyama et sa « Fin de l’Histoire », on a cru que le second avait terrassé le premier, et que la « pax americana » allait régner sur le monde… L’illusion s’est dissipée. Lire la suite « Le danger de l’impérialisme néo-ottoman. »