Humanitaires exécutés au Niger : ce que les politiciens et les médias ne disent pas

7219441626_0e3a5e16a2_z.jpg

Le 9 août dernier, en milieu de journée, au , six membres français de l’ONG française ACTED et deux accompagnateurs nigériens ont été exécutés par surprise par des sauvages à moto, démontrant que, désormais, le danger est partout.

On a déjà évoqué ici les raisons de l’échec annoncé – et confirmé – de la coalition du G5 Sahel, ainsi que l’inutilité persistante des sommets internationaux. Les mêmes causes produisant les mêmes effets dans un contexte qui empire sans changer de nature, il n’y a aucune raison que s’améliore de soi la sécurité dans la région.

Les terroristes et leurs complices en tirent profit pour étendre leurs capacités de nuisance, leur présence et leur influence le long d’une bande territoriale continue de deux mille kilomètres. Ce « couloir de la mort » relie le Mali au Cameroun en passant par le Burkina Faso, le Niger et le Nigeria ; il s’étend dans leurs onze pays voisins, bases logistiques actuelles, zones d’exactions en devenir. Tout le monde ne semble pas encore en être conscient. Lire la suite « Humanitaires exécutés au Niger : ce que les politiciens et les médias ne disent pas »

Dans Présent de vendredi dernier, Francis Bergeron commente le livre de Michel Vial, « La chute de l’empire occidental »

3590419268.2.jpgFrancis Bergeron, Présentcliquez ici

Il y a quelques mois, Michel Vial était venu proposer un article à Présent. Mais à la vérité, il s’agissait d’une étude d’une certaine densité, faite pour être publiée dans une revue pas dans un quotidien d’actualité générale et politique, qui plus est à la pagination réduite. Nous avons donc décliné son offre. Mais à quelque chose malheur est bon : il a revu son travail, pour en faire un essai de 130 pages, intitulé La Chute de l’empire occidental. Et c’est cet essai qui vient de paraître chez Synthèse, dans la collection « Idées ».

MICHEL VIAL ET MOI, nous nous étions croisés au cours de notre jeunesse militante. Le Liban, où nous avons l’un et l’autre crapahuté (pas tout à fait pendant la même période de 1976), nous a plus récemment rapprochés, grâce à la constitution de l’Association des anciens volontaires français du Liban. En bref une connivence politique née dans les années 1970, et concrétisée… 40 ans plus tard. Lire la suite « Dans Présent de vendredi dernier, Francis Bergeron commente le livre de Michel Vial, « La chute de l’empire occidental » »

La France poignardée au cœur (2018)

Tous les jours depuis le début de l’été, une nouvelle attaque au couteau endeuille la France. Qu’ il s’agisse de clandestins ou de racailles, leur volonté de tuer est manifeste. Est-ce insigne d’ensauvagement ou le symptôme d’un mal encore plus grave ?

25 août, un jour ordinaire en France un homme meurt poignardé dans le métro, un autre est entre la vie et la mort à Toulouse, agressé à coups de machette et de batte de base-bail. Deux jours auparavant, un homme fiché pour radicalisation islamique tue deux membres de sa famille et en blesse grièvement une troisième, un acte revendiqué par l’État islamique. Ce faisceau d’éléments pointant vers la piste terroriste n’empêche pas Gérard Collomb de nous servir l’habituelle rengaine du « déséquilibré ». Lire la suite « La France poignardée au cœur (2018) »

Renationalisons les autoroutes !, par Nicolas Dupont-Aignan.

« Cet été, vous allez sans doute prendre l’autoroute et vous faire racketter à chaque péage ! Mais saviez-vous qu’un scandale d’Etat se cache derrière la privatisation des autoroutes depuis 2006 ?
Renationalisons-les pour les rendre gratuites : c’est possible et ce serait une bonne affaire pour le contribuable ! »

http://lafautearousseau.hautetfort.com/archive/2020/08/16/renationalisons-les-autoroutes-par-nicolas-dupont-aignan-6257806.html

LA FEMME GAULOISE (CELTE)

La femme celte n’était ni effacée ni passive, elle ne jouait pas un rôle secondaire, comme à Rome ou en Grèce. Cet aspect des choses est inhérent à la nature de la culture celtique, dans la spiritualité qui servait jadis de ciment à celle-ci, le principe divin supérieur n’était pas masculin mais bien féminin. Les Celtes avaient un grand respect de la femme qu’ils ont toujours considérée comme un être moralement supérieur, tandis que les Germains et les Romains en ont fait un être hypocrite et mensonger.
La femme gauloise jouit d’un statut particulier, exceptionnel même si on le compare à celui de la femme romaine dont la dépendance à l’égard du mari est non seulement morale mais aussi économique. La Gauloise, au contraire, dispose d’une certaine indépendance financière et assume une part de son destin à la mort de son mari. Ce privilège, qu’il faut malgré tout relativiser, a un prix : cette place dans la société et dans l’économie de la maison a été acquise par des générations de femmes qui, d’une manière générale, ont travaillé plus que les hommes. Strabon présente cette évidence comme un topos, un lieu commun qui caractérise les civilisations barbares : « Le fait qu’entre les hommes et les femmes les travaux sont distribués à l’inverse de ce qu’ils sont chez nous (c’est-à-dire en Grèce et à Rome) est commun à beaucoup d’autres peuples parmi les barbares. » Mais Poseidonios qui, le premier, donne cette information, l’accompagne d’exemples qui confirment cependant sa profonde réalité. Lui-même, lorsqu’il était hébergé chez un riche propriétaire terrien, a vu des femmes travailler aux champs (d. Naissance, ch. 5). Mais surtout sa description générale de la société gauloise met particulièrement en évidence la répartition générale des activités. Aux hommes sont réservés la guerre, son entraînement, l’équitation, la chasse, les pratiques cultuelles, l’exercice de la politique, du droit et de l’éducation, certains métiers artisanaux (les métiers du feu et des métaux entre autres). Aux femmes reviennent la plupart des tâches domestiques, c’est-à-dire une bonne part des travaux des champs, la gestion des troupeaux, la réalisation de certains types d’objets, tels que la céramique, les vêtements, peut-être la cordonnerie, la bourrellerie, la tabletterie. Le travail à la maison et à la cuisine était considérable du point de vue du temps passé et de l’énergie déployée.
Lire la suite « LA FEMME GAULOISE (CELTE) »

La Terreur blanche

La Terreur blanche.jpeg

La Terreur blanche 1.jpegInventé par les partisans de la République et de l’Empire pour faire contrepoids à la Terreur de 1793-1794, la Terreur blanche est une dénomination particulièrement malhonnête. En effet, en termes de victimes, si la première fit plus de 40 000 morts dans la France entière, la seconde n’en fit qu’au maximum 500, et ce uniquement dans le Sud de notre pays.

Cependant, l’étude de ce moment historique, facilité par la reparution aux éditions Ars Magna de La Terreur blanche d’Ernest Daudet (frère d’Alphonse et oncle de Léon), est particulièrement intéressante pour tout ce qu’elle révèle et annonce.

Le peuple occitan se soulève

L’historien André-Jean Tudesq a analysé la Révolution dans le Midi comme une «une promotion bourgeoise et protestante» et attiré l’attention sur l’élite marchande et manufacturière qui a entre ses mains les plus grosses fortunes de l’aire occitane. Par un effet mécanique, la contre-révolution est le fait des élites anciennes (l’aristocratie) et des classes dominées (petits agriculteurs et ouvriers). Guerre de classe, la Révolution est dans le même temps vécue comme un nouvel épisode des guerres de Religion, tant et si bien qu’en 1791 les catholiques fêtent ostensiblement la saint Barthélémy ! Dans le même temps dans les zones montagneuses, où la guérilla est plus facile à se manifester que dans les plaines, se multiplient les soulèvements et les «Vendées» locales avec leurs héros maintenant bien oubliés le Grand Chanéac, le Donnât Duny, Claude Brun, l’abbé Pialat, Jean-Louis Solier dit Sans Peur, etc. Lire la suite « La Terreur blanche »

Municipales à Paris : des promotions pour les candidats LREM battus

La campagne municipale de LREM s’est soldée par un fiasco dans la capitale, mais cela n’a pas empêché plusieurs de ses candidats d’obtenir de belles nominations. A-t-on récompensé leur prise de risque, leur sens du sacrifice ou leurs compétences ?

Rien n’est officiel, mais l’ex-ministre de la Santé, Agnès Buzyn, pourrait être nommée à la rentrée présidente d’Universcience, un établissement public parisien, croit savoir le Canard Enchaîné. De retour à l’Assemblée, Benjamin Griveaux, s’est vu confier début août par le gouvernement Castex une « mission temporaire » sur « les moyens d’assurer aux jeunes une meilleure alimentation accessible à tous ». Dans le Xe, le candidat Karim Amellal (arrivé troisième avec 10,5 % des voix au second tour) a quant à lui été nommé délégué interministériel à la Méditerranée. […]

Le Parisien

http://www.fdesouche.com/1413885-municipales-a-paris-des-promotions-pour-les-candidats-lrem-battus

Suite au drame de Beyrouth, retour sur la Guerre de 1976…

2555498534.2.jpgSource Furia francese cliquez ici
Nous avons posé quelques questions à Emmanuel Albach concernant son engagement au Liban et nous le remercions pour ses réponses riches d’enseignements !
Vous êtes parmi les deux premiers volontaires Français à partir pour le Liban, quelles ont été vos motivations ?
La honte de voir la France abandonner encore un peuple ami auprès duquel notre honneur était engagé depuis mille ans, probablement, a été le déclencheur. Mon camarade Philippe, et moi, qui militions depuis déjà trois ans au Groupe Action Jeunesse – et pour ma part au Mouvement Jeune Révolution (NDLR SN : mouvements solidaristes des années 1960-1970) avant – nous sommes retrouvés un matin de début décembre à une terrasse de café, près de notre fac. Il avait acheté Paris-Match. S’y étalaient, en doubles pages intérieures, des photos des grands hôtels où des poignées de combattants chrétiens luttaient contre des hordes de « palestino-progressistes ».
Nous avons dit ensemble : « Et la France les laisse tomber ! Et le serment de Saint Louis est bafoué, sur la terre des croisades ! ». L’évidence nous est apparue. Je crois que j’ai dit : « L’histoire ne doit pas pouvoir écrire qu’aucun Français n’est venu combattre avec eux. Il faut y aller. » Et Philippe a dit : « Chiche ? On part ? Je vais cet après-midi au bureau de la MEA, à l’Opéra. » « J’ai simplement dit : oui, vas-y ! ». J’ai pensé : « Si moi, je n’y vais pas, avec la conscience que j’ai du devoir qui nous incombe, qui ira ? ».

Lire la suite « Suite au drame de Beyrouth, retour sur la Guerre de 1976… »

La Ripoublique exemplaire (2018)

Vous croyez que le quinquennat de Hollande avait battu tous les records en matière d’affairisme ? C’était compter sans le « nouveau monde » et la « République exemplaire  Macron ». Litanie des affaires !

La macronie remercie Alexandre Benalla ! Les frasques du collaborateur d’Emmanuel Macron auront, eu le mérite de faire oublier aux Français l’incroyable chapelet d’affaires qui touche le Président, son gouvernement et sa majorité. Impossible de les citer tous, un florilège thématique fera l’affaire.

Quatre (ex-) ministres ont fait l’objet de soupçons de conflits d’intérêts : Agnès Buzyn, à la Santé, dont le mari est PDG de l’INSERM, qui dépend de son ministère, Nicolas Hulot, feu ministre de l’Écologie, était mal à l’aise entre les donateurs de sa fondation (Areva, EDF…) et ses fonctions… Mais rien à voir avec sa démission. Françoise Nyssen, à la Culture, qui chapeaute le Centre national du livre, verra celui-ci octroyer 100 000 € à Actes Sud, sa maison d’édition. La même a d’ailleurs réalisé des travaux sans permis de construire à Arles et à Paris, pour la même boutique. Citons enfin Stéphane Travert, ministre de l’Agriculture, qui aurait fait fuiter un amendement sur l’interdiction du glyphosate au lobby de l’agrochimie. Lire la suite « La Ripoublique exemplaire (2018) »

Crise : après une simple correction, l’or va continuer de grimper

gold-4957492_960_720-845x475.jpg

Après une correction spectaculaire, ce mardi 11 août, la plus importante depuis 2013, les métaux précieux sont repartis à la hausse. Alors qu’il avait dépassé les 2.070 dollars l’once, l’or est très vite repassé sous les 2.000 dollars, et même sous la barre des 1.900 dollars, mais pour terminer à 1.936,20 dollars, ce vendredi 14 août. La correction a été initiée suite à une prise de profits, mais du côté des fondamentaux économiques, rien n’a changé car les dettes, les créations monétaires, les dépenses publiques et déficits publics, quelques conflits possibles sont toujours présents.

L’endettement va empirer et la seule porte de sortie est l’inflation. La plupart des pays sont engagés dans des programmes de relance sans précédent. Simultanément, la pression de la  qui a permis de limiter l’inflation diminue. Même en cas de signes d’inflation, les  centrales ne relèveront pas les taux d’intérêt pour la maîtriser, de peur d’empêcher une éventuelle reprise économique et de diminuer l’inflation qui aide à résoudre le problème de la dette irremboursable. Lire la suite « Crise : après une simple correction, l’or va continuer de grimper »