MINNEAPOLIS : L’AMALGAME BAT SON PLEIN

1316294-10550945882jpg.jpg

Après trois jours de manifestation à Minneapolis, dans le Minnesota, et dans plusieurs villes à travers les États-Unis, le policier blanc mis en cause dans la mort de George Floyd, un Afro-Américain de 46 ans, a été inculpé d’homicide involontaire, ont annoncé les autorités fédérées vendredi 29 mai. « Le policier impliqué, qui a été identifié comme Derek Chauvin, a été placé en détention » par la police criminelle, a déclaré le commissaire John Harrington, du département de la sécurité civile de l’Etat du Minnesota.

Le procureur du comté de Hennepin, où se trouve la ville de Minneapolis, a annoncé que ses services l’inculpaient d’acte cruel et dangereux ayant causé la mort et d’homicide involontaire. Des poursuites devraient être engagées contre les trois autres policiers. Lire la suite « MINNEAPOLIS : L’AMALGAME BAT SON PLEIN »

Europe : le temps joue pour le populisme 2/2

Ailleurs :

Dans le Sud de l’Europe, l’Espagne n’a pas connu jusqu’ici de mouvements populistes les clivages gauche/droite et régionalistes/unitaires suffisent pour structurer le débat politique. Au Portugal, un « Parti national rénové » a entrepris de se positionner contre l’excès d’immigration (en reprenant les images de campagne de l’UDC suisse) sans qu’il soit encore possible d’apprécier quel succès il sera susceptible de remporter. En Grèce, l’Alarme orthodoxe (LAOS) a dépassé à deux reprises aux élections européennes de 2004 et aux élections législatives de 2007 le score de 4 %. En Grande-Bretagne, les faits majeurs sont l’émergence du Parti pour l’indépendance du Royaume-Uni (UKIP), qui a atteint 16 % aux élections européennes de 2004, et la persistance du Parti national britannique (BNP) qui obtient régulièrement plus de 10 % des suffrages dans un certain nombre de circonscriptions et compte un élu au Conseil du grand Londres. Le BNP qui a réalisé en 2008, lors d’élections législatives partielles, des percées inquiétantes pour le parti travailliste, semble en mesure d’entrer au Parlement européen en juin 2009. Lire la suite « Europe : le temps joue pour le populisme 2/2 »

Raoult, ou le territoire victime de la carte !, par Christian Vanneste.

Pour un habitant du nord de la France, l’aphorisme célèbre d’Alfred Korzybski, « la carte n’est pas le territoire » prend tout son sens. La dénomination dont on a affublé sa grande région, essentiellement plate, et dénuée de la moindre identité réelle, qui s’étend de la proximité parisienne jusqu’à la frontière belge, est grotesque. Aucune montagne n’y a arrêté le flux des invasions, mais lorsqu’on quitte le territoire pour regarder la carte, effectivement Lille, la capitale régionale, à une grosse dizaine de kilomètres de la Belgique, se trouve tout en haut. Personne, toutefois, n’aurait eu la malencontreuse idée d’appeler l’une des régions méridionales, « les bas de France ».

Lire la suite « Raoult, ou le territoire victime de la carte !, par Christian Vanneste. »

Europe : le temps joue pour le populisme 1/2

par Jean-Yves LE GALLOU

1. Le populisme : une dissidence politique populaire

Le populisme est une attitude politique et électorale qui conduit les électeurs à se recentrer sur des notions sous-jacentes à l’identité et aux libertés nationales et à se détacher des « partis de gouvernement » qui se partagent le pouvoir en Europe ; pouvoir que ces partis exercent dans le sens des intérêts de l’hyperclasse mondiale et de son idéologie dominante, l’idéologie mondialiste et antiraciste qui la conforte.

En ce sens et contrairement à certaines interprétations sommaires, au-delà des attitudes verbales, il n’y a guère de populisme de gauche ou d’extrême gauche en Europe, car ces partis ne contestent pas l’ordre idéologique dominant ; bien au contraire, ils en sont souvent les chiens de garde, ce qui explique d’ailleurs la bienveillance des grands média à leur égard. Les populistes, eux, ne croient pas aux bienfaits de la mondialisation ; a contrario, ils jugent que les frontières sont utiles pour protéger l’économie et l’emploi des excès du libre-échange mondial et de l’immigration. Les populistes refusent la culpabilisation des peuples européens et des sentiments patriotiques tout autant que l’antiracisme officiel qui impose une immigration toujours plus nombreuse et de moins en moins bien intégrée. Lire la suite « Europe : le temps joue pour le populisme 1/2 »

Zemmour, Villiers, Raoult, Bigard… Pourquoi Macron cajole les adversaires du «système», par Chloé Morin.

LUDOVIC MARIN/AFP

Source : https://www.lefigaro.fr/vox/

2922848172.3.jpgLes clins d’oeil présidentiels à des personnalités dites «populistes» relèvent d’une stratégie politique millimétrée, analyse la sondeuse Chloé Morin. Emmanuel Macron craint l’émergence d’un outsider qui devienne le champion du camp «anti-système».

Depuis quelques semaines, le Président a enchaîné les clins d’œil à des figures inattendues, n’appartenant pas a priori à son monde, tant sur le plan sociologique qu’idéologique. Des clins d’œil qui n’ont rien d’anodin et ne doivent sans doute pas grand chose au hasard. Ils semblent dessiner par petites touches une stratégie de communication, voire une stratégie politique en vue de 2022.

Lire la suite « Zemmour, Villiers, Raoult, Bigard… Pourquoi Macron cajole les adversaires du «système», par Chloé Morin. »

Assemblée nationale : l’inéluctable déclin parlementaire – Olivier Frèrejacques

Et de dix ! Depuis mardi, une nouvelle entité parlementaire a été créée, portant à dix le nombre de groupes que compte la chambre basse française. Une inflation des groupes qui ne constitue cependant pas un gage de pluralisme et facilite encore moins l’échange démocratique tel qu’il est censé s’exercer dans l’esprit de la Constitution.

La « tentaculaire » République En Marche

La majorité s’effrite mais ne s’effondre pas. Mardi le gouvernement a perdu, au moins en façade, sa majorité absolue. Le groupe de La République En Marche compte à présent 281 députés sur les 577 parlementaires qui siègent au Palais Bourbon. En ajoutant les voix du très docile groupe du Mouvement Démocrate (affilié à François Bayrou) cette perte de majorité est à relativiser. En ajoutant les voix des deux groupes « dissidents » composés de 17 élus chacun et qui ne constituent pas une véritable opposition, LREM peut compter sur 361 parlementaires. Lire la suite « Assemblée nationale : l’inéluctable déclin parlementaire – Olivier Frèrejacques »

Jean-Jacques Bourdin, chauffard à plus de 100 km de chez lui

Le journal La Montagne signale que l’animateur de radio-télévision Jean-Jacques Bourdin a été arrêté par les gendarmes du Peloton motorisé de Saint-Flour alors qu’il était au volant de sa limousine Audi A6 et roulait à 186 km/h sur une zone limitée à 130 km/h.

Pour cet excès de vitesse, les gendarmes ont ordonné l’immobilisation du véhicule du journaliste et une rétention administrative du permis de conduire. Lire la suite « Jean-Jacques Bourdin, chauffard à plus de 100 km de chez lui »