Espagne : énorme succès pour les « Caravanes de la Libertés » lancées dans tout le pays par VOX…

2711544811.jpg

Samedi, pour exiger la démission du gouvernement Sanchez et l’organisation immédiate de nouvelles élections, Vox a occupé avec des gigantesques « Caravanes de la Liberté » aux couleurs nationales, sang et or, les rues de toutes les villes du pays…

http://synthesenationale.hautetfort.com/archive/2020/05/24/espagne-enorme-succes-pour-les-caravanes-de-la-libertes-lanc-6240885.html

Dépôts de bilan : l’hécatombe ne fait que commencer

de l’essayiste Olivier Piacentini (ses livres ici) :

« En quelques jours, les annonces des dépôts de bilan, licenciements et fermetures d’usines ont plu dans les médias. Naf Naf et Alinea ont d’ores et déjà déposé le bilan, Conforama devrait suivre dans les jours qui viennent. Comme André, la Halle, 5 à sec et hélas, bien d’autres. Redressements judiciaires, plans de sauvegarde, ces dernières essaieront de survivre, mais ne pourront résister qu’en réduisant le nombre de magasins et les effectifs… Lire la suite « Dépôts de bilan : l’hécatombe ne fait que commencer »

Algérie 1958 : un « printemps » pourri

Fin 1957 le FLN et la Tunisie laissent filtrer un renseignement selon lequel, dans la nuit du 10 au 11 janvier 1958, une bande rebelle tentera de franchir la frontière tunisienne. Le capitaine commandant le quartier situé près du secteur concerné reçoit l’ordre de sa hiérarchie de monter une embuscade et d’intercepter la bande. Il réunit 43 hommes des 23e RI et 18e Dragons.

Janvier : Les deux pièges du FLN

Le piège fonctionne : ce sont trois katibas (compagnies) fortement armées qui se présentent et, de chasseurs, les soldats français deviennent gibiers. Les rebelles, repoussés avec de lourdes pertes, sont appuyés et couverts dans leur repli par des tirs de mitrailleuse et de mortier qui partent de Tunisie. Quatorze de nos soldats sont massacrés, éventrés, émasculés avant l’arrivée de renforts, quatre sont faits prisonniers et emmenés en Tunisie. Lire la suite « Algérie 1958 : un « printemps » pourri »

Quand Pascal Brice, ex-directeur de l’Ofpra, favorisait l’invasion migratoire

pascal-brice-ofpra-invasion-588x330.jpg

Pascal Brice, énarque et diplomate, se vit proposer en 2012 la direction générale de l’Office français de protection des réfugiés et apatrides (Ofpra), alors en pleine crise.
Il a rejoint le siège de l’Office avec, sous le bras, la photo de ses grands-parents maternels qui, avant-guerre, fuirent l’Allemagne pour échapper aux persécutions. Il installa cette photo dans son bureau pour que ses grands-parents ne cessent de l’accompagner et de le surveiller.
Après six ans à la tête de l’Office, P. Brice a publié un livre sur ses deux mandats comme directeur : Sur le fil de l’asile. A-t-il résolu la crise du droit d’asile qu’a connue et que connaît toujours notre pays ? Et, surtout, a-t-il observé les objectifs et les règles de fonctionnement de cet établissement public ?
C’est ce à quoi tente de répondre cette note de lecture.

Droit d’asile et politique migratoire : la duperie

« Le droit d’asile, rien que le droit d’asile, tout le droit d’asile », telle fut la déclaration de Pascal Brice devant le Parlement en 2012 lorsqu’il fut nommé à la tête de l’Ofpra, établissement public né en 1952 avec la convention de Genève, qui a pour mission de statuer sur les demandes d’asile en France. Lire la suite « Quand Pascal Brice, ex-directeur de l’Ofpra, favorisait l’invasion migratoire »

Appel à l’union des droites aux municipales : illustration des enjeux à Tarascon

Appel à l’union des droites aux municipales : illustration des enjeux à Tarascon

Le gouvernement a annoncé la tenue du second tour des élections municipales le 28 juin, sauf forte dégradation des conditions sanitaires. Nos lecteurs savent tout le mal que nous pensons de cette date, qui ne permettra pas la conduite d’une campagne de second tour dans des conditions satisfaisantes.

Pour autant, notre appel à la fusion des listes de droite qualifiées pour le second tour pour battre la gauche et ses alliés reste plus pressant que jamais. La limite de dépôt des listes étant le 2 juin, il ne reste plus que quelques jours pour éviter des défaites évitables. 

Nous avions évoqué en mars le cas de Carpentras, où une victoire reste possible si le candidat divers-droite soutenu par le RN et le candidat soutenu par LR acceptent de fusionner. 

Tarascon évoqué ici, une fusion de deux listes issues de la droite nationale offrirait des chances sérieuses de victoire face au maire sortant prétendument « divers-droite », en réalité allié localement à la gauche. 

Lire la suite « Appel à l’union des droites aux municipales : illustration des enjeux à Tarascon »

Charles Gave : « C’est le moment de vérité pour la zone euro »

Charles Gave c'est le moment de vérité pour la zone euro.jpeg

Propos recueillis par l’abbé Guillaume de Tanoüarn

Charles Gave, économiste libéral bien connu, considère que la présente crise sanitaire va déboucher sur une crise économique sans précédent dans la zone euro, crise providentielle qui va rendre aux nations leur légitimité pour sortir de la grande récession annoncée.

Nous sommes en train de voir venir une crise sans proportion avec aucune autre, une crise économique qui ne ressemblera ni à la crise de 1929 ni à celle de 2008 et qui risque bien de prendre tout le monde de court ?

Effectivement les deux crises auxquelles vous faites allusion étaient des crises financières. Cette crise n’est pas une crise financière, c’est une crise sanitaire, qui a été mal gérée au départ et qui entraîne déjà l’effondrement du chiffre d’affaires des sociétés de service sur lesquelles depuis la désindustrialisation repose notre économie : les sociétés d’événementiel, le tourisme, mais aussi, cher Père, à sa manière l’Église catholique, toutes ces entreprises connaissent une baisse de leur chiffre d’affaires qui pour l’instant est de 100 %. Ce à quoi on assiste, c’est à un effondrement de la rentabilité du secteur privé, ce qui immédiatement va créer du chômage et une vaste déstabilisation de notre économie. Lire la suite « Charles Gave : « C’est le moment de vérité pour la zone euro » »

Est-ce vraiment de Montcornet qu’il faut parler ?

1200px-Chaourse_et_Montcornet_1a.jpg

André Posokhow 

Pour faire oublier son incurie dans la lutte contre l’épidémie, Macron, en pleine opération de communication relayée par les médias bien-pensants, a souhaité célébrer la « victoire » de Montcornet qui aurait été remportée par le colonel De Gaulle le 17 mai 1940.

Il n’y a pas eu de victoire, ni même un succès. Il y a eu, sur ordre supérieur, l’engagement de l’embryon de la 4e DCR, pour ralentir le déferlement ennemi afin de barrer la route de Paris. Cette action qui a surtout été un va et vient, s’est traduite par des pertes sensibles et un échec tactique et stratégique, les blindés de Guderian poursuivant leur avance sans désemparer.

Il ne s’agit pas de gaullisme ou d’antigaullisme mais de refuser d’être dupe d’un bobard à répétition.

Au moins le chef d’une grande unité, incomplète, sous équipée et sous entrainée, a tenté de faire front et de retourner le destin.  Lire la suite « Est-ce vraiment de Montcornet qu’il faut parler ? »

Splendeurs et misères de la gouvernance

Splendeur et misères de la gouvernance.jpeg

La crise du coronavirus marquera, à plus d’un titre, l’histoire du monde. Peut-être moins en raison du nombre de morts que la pandémie aura provoqué qu’en raison de ce qu’elle aura révélé sur l’aveuglement des gouvernants et la docilité des gouvernés. Que sait-on au juste de ce virus ? Malgré des médias mainstream abreuvant d’informations, le péquin moyen ne dispose de quasiment rien de précis et de fiable. Il est, par exemple, impossible de calculer le taux de létalité du virus puisque, faute de tests, on ignore le nombre de personnes infectées. Et pourtant, les tenants de la gouvernance ne cessent de justifier leurs décisions en brandissant l’argument d’autorité scientifique (la consultation d’un comité d’experts). Si cela a permis, un temps, d’étouffer le débat et d’essayer de Étire passer les esprits critiques pour des irresponsables, la cohérence du discours s’est assez rapidement fissurée quand sont apparues au grand jour les concurrences entre équipes de chercheurs laissant entrevoir des intérêts plus financiers que médicaux. S’il existe un traitement (qui n’est certes pas une panacée) à base de chloroquine associée à d’autres médicaments pour soigner les seuls malades, pourquoi certains veulent-ils (à tout prix…) un vaccin susceptible d’être imposé à toute l’humanité ? Lire la suite « Splendeurs et misères de la gouvernance »

Hongrie et immigration : Viktor Orban serre la vis au droit d’asile

Après la récente décision de la Cour de justice de l’UE qui a défini illégale la détention d’environ 300 immigrants illégaux effectuée par la Hongrie à travers des structures situées le long de la frontière avec la Serbie, le gouvernement Orban a annoncé un resserrement radical précisément dans le domaine des migrations.

En fait, Budapest a récemment annoncé, en même temps que la libération des aspirants réfugiés en question, une réforme dans un sens encore plus restrictif de la législation nationale sur le droit d’asile. Le changement promu par l’exécutif dirigé par le Fidesz permettra, dans l’intention du Premier ministre magyar, de décourager définitivement les migrants de se blottir aux frontières hongroises pour présenter des demandes de protection internationale aux autorités du pays de l’Europe de l’Est. Lire la suite « Hongrie et immigration : Viktor Orban serre la vis au droit d’asile »