Les masques, enjeu de marché noir

9613-20200513.jpgC’est devenu un enjeu de taille pour la criminalité. Les vols des masques de protection anti-Covid-19, désormais essentiels à tout un chacun à l’heure du déconfinement, se sont multipliés dans l’Hexagone et se vendent au prix fort sur les marchés clandestins. Jeudi dernier, le maire communiste de Montreuil, une ville située en Seine-Saint-Denis (93) a déploré la disparition de centaines de milliers de masques dont une partie était destinée à ses administrés.

« C’est avec une immense colère que j’ai appris que le camion acheminant 500 000 masques en tissu, dont 50 000 étaient destinés aux habitants de Montreuil, a été victime d’un vol. Je condamne avec la plus grande fermeté cet acte criminel qui met en danger les habitants de Montreuil. » Sur son compte Twitter, Patrice Bessac, réélu dès le premier tour lors des dernières élections municipales, n’a pas caché son désespoir et sa colère. D’autant que le préjudice pour cette mairie communiste est de 112 000 euros. Parti du Portugal, le camion a été vidé de son contenu sur une aire d’autoroute en Espagne. Les circonstances de cette disparition ne sont pour l’heure pas déterminées mais témoignent de la situation actuelle à laquelle doivent faire face de nombreuses villes de France et de Navarre qui passent de grosses commandes de masques. Les criminels n’hésitent plus à « braquer » les camions transportant cette précieuse cargaison ou même à pénétrer dans les hôpitaux pour s’emparer du butin. Une fois sur le marché, ils sont revendus le double de leur prix à l’unité. L’affaire est juteuse d’autant que l’argent alimente aussi celui de la contrefaçon.

Lire la suite « Les masques, enjeu de marché noir »

Mai 68 du gauchisme juvénile au capitalisme libéral-libertaire

Mai 68 du gauchisme juvénile au capitalisme libéral-libertaire.jpeg

Mai 68 du gauchisme juvénile au capitalisme libéral-libertaire 1.jpegMai 68 n’est pas un phénomène né spontanément en France. Il est la rupture d’un point d’équilibre au sein d’une société qui défend encore des valeurs traditionnelles dont le général De Gaulle a épuré les meilleurs défenseurs (en 1944 à la Libération puis en 1962 à la fin de l’Algérie française).

Mai 68 a ainsi fait place nette aux forces de la subversion, mais aussi à un courant déconstructiviste souterrain qui, depuis plus de cinquante ans, travaillait à détruire l’ordre ancien pour donner naissance à une société ouverte, permissive, fluide. De fait, les gauchistes ont contribué à faire tomber les dernières digues qui empêchaient la mainmise totale du marché sur nos existences. Lire la suite « Mai 68 du gauchisme juvénile au capitalisme libéral-libertaire »

Le naufrage des masques se poursuit… « gouvernement prêt à accélérer la production de masques français »

J’adore ce titre exceptionnel de la Tribune qui nous apprend que « le gouvernement prêt à accélérer la production de masques français »…

Les mauvaises langues, dont je revendique faire partie, pourraient dire qu’au bout de 5 mois après le déclenchement de l’épidémie en Chine il serait temps de penser à « accélérer » la production de maques français…
Naïvement, je croyais que c’était déjà fait, mais en fait non… ce n’est toujours pas fait en fait !
« La secrétaire d’Etat à l’Economie a annoncé que l’Etat s’apprêtait à signer un contrat avec quatre entreprises pour augmenter la production de masques à usage unique en France.
D’une capacité de 3,5 millions de masques par semaine avant la crise du Coronavirus, l’Hexagone pourra en produire 20 millions fin mai et jusqu’à 50 millions en octobre.
Lire la suite « Le naufrage des masques se poursuit… « gouvernement prêt à accélérer la production de masques français » »

La tentation du cynisme et de la brutalité, par Philippe Kaminski.

Lorsque le jeune et sémillant Emmanuel Macron a été nommé ministre de l’Économie, il sut séduire nombre de gros poissons de l’industrie et de la finance. Il fit même forte impression sur notre chroniqueur, qui s’imagina un temps candidat à la députation, afin de porter ses valeurs d’économie sociale. La tentation fut éphémère, mais les motivations demeurent : le cynisme le plus assumé peut-il néanmoins servir le Bien commun ?

Actualités de l’économie sociale

Je viens de refaire un rêve. Le même qui continue. À la réflexion non, ce n’est pas un vrai rêve, mais plutôt un scénario qui se construit par petites touches, sur le temps long, dans ces moments de semi-éveil que nous traversons tous pendant une conférence ennuyeuse ou après quelque libation un peu trop appuyée. Et ce rêve qui n’en est pas vraiment un me fige, en ces temps de confinement, face à une question récurrente qui exige de moi, pour que j’y réponde, la maîtrise de tout ce qui me reste de facultés de réflexion conscientes : que ferais-je, que dirais-je, que ressentirais-je, si j’étais aujourd’hui un député anonyme de la majorité gouvernementale ?

Lire la suite « La tentation du cynisme et de la brutalité, par Philippe Kaminski. »

Une mesure de bon sens

3345987936.jpgGeorges Feltin-Tracol

L’oracle de l’Élysée a parlé : le 11 mai, en fonction d’une carte de France bicolore qui ne doit rien à l’évanescent Benjamin Griveaux, crèches et établissements de l’enseignement élémentaire pourront rouvrir, sauf opposition manifeste des équipes éducative, administrative et technique ainsi que des maires.

Le régime macronien ne s’inspire pas des déconfinements en cours chez ses voisins européens. En Espagne et en Italie, enfants et adolescents restent à la maison. En Allemagne, ce sont les élèves les plus âgés qui passent les examens de l’Abitur, leur baccalauréat. Cette étrange priorité hexagonale souligne la nécessité sous-entendue de remettre une grande partie de la population active au boulot. Sous prétexte de combattre un décrochage scolaire bien réel dû souvent à un sous-équipement informatique et à un désintérêt compréhensible, les autorités françaises offrent aux familles volontaires ou censées l’être une forme de garderie améliorée. Lire la suite « Une mesure de bon sens »

Le « gilet jaune » Christophe Chalençon placé en garde à vue à Nanterre

Le militant était recherché depuis des appels à faire tomber le gouvernement diffusés sur les réseaux sociaux.

Christophe Chalençon, figure des « gilets jaunes » originaire du Vaucluse, est en garde à vue mardi 12 mai dans les locaux de l’Office central pour la répression des violences aux personnes à Nanterre (Hauts-de-Seine), ont appris franceinfo et France Bleu Vaucluse de source proche de l’enquête. Il a été interpellé lundi soir.

France Info

https://www.tvlibertes.com/actus/le-gilet-jaune-christophe-chalencon-place-en-garde-a-vue-a-nanterre

Vers le flicage des parents dissidents ?

Vers le flicage des parents dissidents ?

Le ministère de l’Education nationale a publié plusieurs fiches de recommandations à l’intention des enseignants, parmi lesquelles il leur est notamment demandé de détecter les élèves tenant des propos critiques à l’égard de l’Etat et même d’inciter ces derniers à dénoncer les « dérives » de leurs parents.

La fiche Eduscol intitulée « Ecouter la parole des élèves en retour de confinement » évoque le cas d’enfants qui pourraient « tenir des propos manifestement inacceptables ». A partir de quand un propos devient-il inacceptable ?…

Dans Présent, Franck Deletraz évoque les élèves qui auraient l’outrecuidance d’évoquer :

le scandale des masques, celui des banlieues non confinées, ou plus globalement de ne pas s’esbaudir devant la gestion catastrophique de l’épidémie de Covid par le gouvernement.

Lire la suite « Vers le flicage des parents dissidents ? »

Le cinéaste gauchiste américain Michael Moore contre les énergies renouvelables

pexels-photo-1555806-845x475.jpg

Contrairement à presque tous les éminents climato-bien-pensants comme Robert De Niro, Madonna, Nicolas Hulot ou l’inénarrable chanteuse Angèle, ces repus de la société de consommation confinés dans leur loft ou dans leur « mansion » à la campagne, contrairement à Juliette Binoche qui est à l’initiative de cette pétition « Non à un retour à la normale » qu’ils ont signée,  a finalement admis que le roi de l’énergie renouvelable était nu. Loin d’être une énergie « propre », les énergies renouvelables sont en vérité un échec, qui plus est sale, laid et destructeur de la planète.

Planet of the Humans, le documentaire environnemental produit par Moore et réalisé par Jeff Gibbs, compte maintenant plus de sept millions de vues sur YouTube. Mais leurs alliés naturels de gauche ne sont pas du tout contents. « Il faudrait être de marbre pour ne pas rire des gémissements, des grincements de dents et de la décoloration générale au sein du mouvement vert provoquée par cette bombe anti-énergie renouvelables », s’amuse Delingpole, l’auteur de Pastèques : comment les écologistes tuent la planète, détruisent l’économie et volent l’avenir de vos enfants.

Lire la suite « Le cinéaste gauchiste américain Michael Moore contre les énergies renouvelables »

L’avenir énergétique de l’Europe libre

L'avenir énergétique de l'Europe libre.jpeg

L’énergie ne comporte pas qu’un seul intérêt écologique. Elle présente aussi des dimensions politique et économique non négligeables qui affectent le quotidien des particuliers. Depuis une quinzaine d’années, une pseudo-écologie punitive s’affirme prioritaire sur d’autres pans de la vie en communauté.

Au nom de la lutte contre la pollution, l’exquise mairesse de Paris interdit la circulation automobile sur les quais de Seine et restreint le déplacement des banlieusards alors que le réseau de trains, de RER et de métro est désuet, vétusté et saturé. Or la concentration en particules fines dans l’atmosphère qui frappe la capitale française ne sort pas des pots d’échappement, mais des vents qui apportent d’Allemagne des nuages chargés de gaz carbonique sorti des cheminées thermiques à la lignite.

Nucléaire ou charbon ?

C’est le paradoxe. La catastrophe de Fukushima en 2011 incita Angela Merkel à faire fermer les centrales nucléaires, à couvrir l’Allemagne d’éoliennes et à prolonger les usines thermiques au charbon. L’enjeu est de taille pour continuer à fournir une électricité bon marché à une population nombreuse et à des activités économiques motrices. Parallèlement, les voitures électriques et d’autres modes de déplacement « doux », c’est-à-dire avec un rejet minimal de C02 dans l’atmosphère, se développent moins timidement. Comment trouver des sources d’électricité non polluantes ? Apparaît un dilemme énergétique. Lire la suite « L’avenir énergétique de l’Europe libre »