Le casse-tête du redressement de l’économie

Travailler plus pour rattraper le retard ! Voilà la nouvelle idée lancée par plusieurs responsables politiques. Mais les Français ont-ils envie de faire un effort pour gagner plus d’argent à l’heure où les habitudes de production et de consommation sont en pleine remise en question ? Surtout, travailler plus pour réparer les conséquences de l’amateurisme d’un président qui ne reconnaîtra jamais ses erreurs ? En tout cas, les prévisions plus que pessimistes pour l’année 2020 devraient suffire à faire peur aux Français et les faire marcher droit. Lire la suite « Le casse-tête du redressement de l’économie »

L’héritage de mai 68

L'héritage de mai 68.jpeg

Mai 68 n’a pas été une victoire politique mais sociétale. Elle a conforté le triomphe d’un libéralisme économique soi-disant honni, et installé tous les germes pour détruire l’identité française traditionnelle.

Dès l’été 68, Raymond Aron écrivait à chaud La Révolution introuvable (un livre d’entretiens avec le déjà servile Alain Duhamel, paru chez Fayard). Il y parlait à juste titre de « décomposition soudaine de la société française ».

Une France en mutation

Au milieu des années 6o, la France est au cœur de ce qu’on a appelé les Trente Glorieuses, une période de prospérité où la croissance atteint les 5 %. Les guerres coloniales (Indochine, Algérie) sont terminées. Et on assiste à une « seconde révolution », selon le terme du sociologue Henri Mendras (La Seconde Révolution française 1965-1984, Gallimard, 1986), où la France comble son retard en matière d’urbanisation et d’industrialisation. Comme le reste des pays occidentaux développés, elle sacrifie au mythe faustien du progrès (économique, scientifique, technologique). L’économie se tertiarise et le travail féminin se développe. Une spirale qui, on le sait 50 ans après, n’a cessé de s’accélérer, enterrant une France traditionnelle, rurale, la France de toujours avec son village et son clocher (que l’on trouvait encore comme un symbole sur l’affiche présidentielle de Mitterrand en 1981). Mais ce progrès et cette urbanisation ne sont pas sans créer de nouveaux problèmes : anonymat des villes, solitude sociale… Certes, le Système capitaliste envoie un contrepoison avec la société de consommation (sur le modèle de l’american way of life). La publicité, les loisirs, les vacances, le cinéma, tout est bon pour faire passer la pilule. Dans son roman Les Choses Gulliard, 1965), Georges Perec montre un couple moderne pour lequel seul importe la possession de biens de consommation. Et ce couple ni heureux ni malheureux semble être finalement la chose de ses choses… Une fable toujours très actuelle. Lire la suite « L’héritage de mai 68 »

Bonne nouvelle : réouverture aujourd’hui des librairies non-conformistes parisiennes

2661_6137_18-07-30-18-13-59.jpg

Avoir été obligées de fermer deux mois durant est un exercice hasardeux dont se seraient volontiers passées les librairies libres de Paris (et de province). Les éditeurs, comme nous, aussi d’ailleurs… Mais les « pires moments » ont toujours une fin et, ce matin, nous sommes en mesure de vous annoncer la réouverture de, au moins, cinq bonnes librairies parisiennes :

– La Nouvelle Librairie, 11 rue de Médicis Paris 6e

– La Librairie Duquesne diffusion, 27 avenue Duquesne Paris 7e

– La Librairie Vincent, 15 avenue de la Bourdonnais 7e

– La Librairie française, 5 rue Auguste Bartholdi Paris 15e

– Notre Dame de France, 33 rue Galande Paris 5e

pour ne citer qu’elles.

Ces librairies sont des espaces de libertés et il est indispensable que nous les soutenions toutes. Alors, amis lecteurs, si vous passez à proximité de l’une d’entre elles, n’hésitez pas à pousser la porte. Vous pourrez en profiter pour vous y procurer les livres que nous publions cliquez ici ainsi que la revue Synthèse nationale et les Cahiers d’Histoire du nationalisme.

Et, ne l’oubliez jamais : lire et s’instruire, ainsi qu’instruire et faire lire, sont des actes militants de base.

S.N.

http://synthesenationale.hautetfort.com/archive/2020/05/11/reouverture-aujourd-hui-des-librairies-non-conformistes-pari-6237577.html

Pas plus de 100 km pour éviter les « brassages de population »… et si on reparlait des frontières ?

Au mois de décembre, on sort de sa boîte le confit de canard. Au mois de mai, on déverrouille le couvercle du confit de Français. Enfin, on l’entrouvre. Pas plus de 100 km, essentiellement pour aller au boulot. Mais n’est-ce pas là la vraie liberté, mes chéris ? Arbeit macht frei, comme disaient d’autres grands confineurs historiques de Français.

Youpi ! Le formidable progrès, et c’est à peu près le seul, est que nous n’aurons plus à produire, dans notre département ou dans un rayon de 100 km « à vol d’oiseau », notre auto-autorisation de sortie, document de confinement confinant surtout à l’absurde, fruit des amours monstrueuses du « trouple » Courteline, Ionesco et Devos.

Lire la suite « Pas plus de 100 km pour éviter les « brassages de population »… et si on reparlait des frontières ? »

La France, pays de la préférence étrangère ?, par Christian Vanneste.

En ce 10 Mai, jour des grandes catastrophes nationales, de l’invasion de 1940 à l’élection de Mitterrand, il n’y a aucune raison d’être joyeux, même si demain le confinement va ouvrir modérément ses fenêtres. Pour un Français qui a encore le sens de l’appartenance nationale, et qui pensait que la seule communauté qui vaille était la nation, riche de son histoire et de son identité, et dotée d’un Etat, certes coûteux et bureaucratique, mais capable de le protéger, et de faire valoir les qualités exceptionnelles du pays, l’épisode du coronavirus aura été une descente aux enfers avant l’heure.

Lire la suite « La France, pays de la préférence étrangère ?, par Christian Vanneste. »

Aux charlots qui (parait-il) nous gouvernent…

2020 ENQ SN AU DELA.jpg

Aujourd’hui, notre enquête sur « l’après » passe par le Midi de la France. Nous reproduisons donc ici les conseils de notre ami Richard Roudier, président de la Ligue du Midi, promulgués avec bon sens, du haut de ses belles montagnes cévenoles, à l’attention de ceux qui, à Paris ou ailleurs, sont censés nous gouverner.

S.N.

Richard Roudier

En cette veille de déconfinement, sur le plan politique et administratif les choses sont claires et une certitude s’impose d’ores et déjà : certains pays ont bien géré la crise. D’autres non, et la France est de ceux-là.

Trois mois plus tard, nous sommes toujours en situation de pénurie

Plus de trois mois après l’arrivée du virus en France le pays reste en situation de pénurie. Les personnels de santé non hospitaliers (médecins de ville, Ehpad, dentistes, personnels paramédicaux) ne disposent toujours pas des moyens de se protéger, qu’il s’agisse des masques, des blouses ou des autres équipements de protection. Même à l’hôpital les moyens de protection paraissent insuffisants, au moins dans certains établissements, et les actions en justice sont en train de se développer. Nous sommes toujours également confrontés à une pénurie de tests : par exemple le nombre de tests disponibles est insuffisant pour permettre des dépistages dans les Ehpad, obligeant ainsi à consigner dans leur chambre tous les pensionnaires y compris les personnes qui ne sont pas atteintes. Quant aux capacités hospitalières elles restent aux limites de la saturation dans la moitié des régions. De façon générale, cette crise a révélé que nous sommes désormais presque totalement dépendants de l’étranger, d’où nous importons tout, masques, blouses, tests, médicaments et autres appareils de réanimation… Lire la suite « Aux charlots qui (parait-il) nous gouvernent… »

Calais : grogne de riverains sur la question migratoire

Une quarantaine de riverains de la route de Gravelines ont manifesté leur mécontentement devant la sous-préfecture, ce lundi matin à 9 heures, sur les nuisances liées à la présence de migrants dans le secteur. Nuisances qui, selon eux, se sont aggravées durant la période de confinement, notamment des points de vue de l’hygiène (déchets attirant des rats) et de la sécurité (intrusions, tentatives de vol, agressions).

[…]

L’article dans son intégralité sur La Voix du Nord

http://www.fdesouche.com/1373767-calais-grogne-de-riverains-sur-la-question-migratoire-video