Confinement: les agressions contre les policiers se multiplient dans les Yvelines

VA – L’escalade de la violence a pris une nouvelle dimension dans les Yvelines. Comme le relaye Le Parisien, la nuit de vendredi à samedi a en effet été le berceau de nombreuses échauffourées un peu partout dans le département. Une situation qui s’aggrave quotidiennement et menace un peu plus les forces de l’ordre. Selon les précisions du quotidien, la cité des Mureaux a vu ainsi une quinzaine d’individus jeter des projectiles sur une patrouille. Alors que le véhicule des officiers de police a été percuté par un pavé, les fonctionnaires ont été contraints de tirer quatre grenades désencerclantes.

(…) La situation a été encore plus tendue à Mantes-la-Jolie où une trentaine de jeunes ont agressé des policiers avec des jets de pierres. (…) Toujours selon le récit du Parisien, les policiers ont été la cible d’une véritable embuscade, attaqués et poursuivis en motocross. 80 jeunes se sont réunis avant de mettre des poubelles en travers de la route. Si le calme est finalement revenu, ces épisodes d’agressions répétés envers les forces de l’ordre soulèvent une nouvelle fois le problème du non-respect du confinement dans les banlieues les plus risquées d’Ile-de-France.

Valeurs actuelles

https://www.tvlibertes.com/actus/confinement-les-agressions-contre-les-policiers-se-multiplient-dans-les-yvelines

Louis-Philippe le dernier roi des Français

Louis-Philippe le dernier roi des Français.jpegSpécialiste de la IIIe République, auteur de biographies consacrées à Lyautey et Péguy, Arnaud Teyssier apporte une vision renouvelée d’un des rois les moins compris de l’histoire de France : Louis-Philippe. Cette biographie très documentée offre une lecture politique exemplaire de l’histoire de France entre Louis XVI et Louis-Philippe (et même au-delà !). Que pouvait-il se dire de nouveau sur ce prétendu « roi-bourgeois » caricaturé en poire, défendu pourtant par Victor Hugo ?

Entretien avec Arnaud Teyssier

Qu’est-ce qui vous a amené à vous intéresser à ce roi ?

La personnalité de Louis-Philippe m’a toujours paru infiniment plus riche et plus complexe qu’on ne le prétend. Cette coalition d’hostilités à son égard – à droite comme à gauche -, cette façon de le noyer dans un « orléanisme » nécessairement abominé, tout cela, d’instinct, me paraissait un peu faisandé. Et j’avais toujours été frappé de la considération que lui portaient Bainville et Maurras, pourtant peu portés à l’indulgence envers les diverses figures de la modernité. Lire la suite « Louis-Philippe le dernier roi des Français »

Le troisième âge est trop susceptible !

6a00d8341c86dd53ef0240a4fcc91a200d-800wi

La France est un pays difficile à gouverner, délicat à manier. Parfois il faut le rudoyer avec une forme de tendresse bourrue, d’autres fois le traiter avec des pincettes.

Je me souviens de la période pas si éloignée que cela où le président de la République houspillait avec ironie ou vigueur ses concitoyens avec des saillies, des foucades et des traits qui pour n’être pas toujours infondés avaient pour dénominateur commun de tous critiquer les Français.

Aujourd’hui il me semble que c’est le contraire. Depuis la date du 11 mai annoncée pour le début du déconfinement (qui à l’évidence ne pourra être que fragmenté, précautionneux et progressif), le pouvoir paraît marcher sur des oeufs comme on dit familièrement.

Il se trouve confronté à l’ire d’un troisième âge qui apparemment devrait rester confiné plus longtemps que d’autres catégories de la population. Et qui se révolte car il aurait été offensé par ce qu’il a pris pour une injonction de continuer à demeurer chez soi (Le Parisien). Comme s’il n’énonçait pas un état mais dénonçait un défaut ! Pas un opprobre, une salubrité. Pas un ostracisme, un altruisme sélectif (Le Figaro). Lire la suite « Le troisième âge est trop susceptible ! »

Violer la loi et se faire passer pour une victime…

capture-decran-2019-08-07-a-15-38-53.png

« L’homme de ce temps a le cœur dur et la tripe sensible », écrivait Bernanos, en 1936.

Autres temps, autres circonstances, mais le constat est le même. Depuis quelques jours, nous assistons à la médiatisation larmoyante des verbatim de candidats français à la GPA, que la fermeture des frontières empêche de réceptionner la livraison du bébé commandé. On peut « admirer » la puissance du lobby pro-GPA qui leur assure une couverture médiatique de première importance. Mais n’ayons crainte, dans quelques années, lorsque les enfants achetés par GPA saisiront les tribunaux pour dénoncer la violation de leurs droits fondamentaux, ces mêmes médias pousseront des cris de vierge effarouchée comme ils le font, aujourd’hui, autour des scandales de pédophilie mondaine.

Cœur dur et tripe sensible privent l’homme moderne de ses capacités de raisonnement. Ainsi, dans ces tristes affaires, il détourne les concepts et vide les mots de leur sens : il parle d’humanité et d’intérêt de l’enfant pour justifier des processus qui ne sont rien d’autre que de l’exploitation de la misère humaine et du trafic d’êtres humains. Il se noie dans une obsession victimaire, caractérisée par « du ressentiment, des jérémiades sans fin, un médiocre apitoiement »[1] pour des personnes qui s’autoproclament indûment victimes. Lire la suite « Violer la loi et se faire passer pour une victime… »

Le « crime » racial est imprescriptible Où s’arrêtera la chasse aux sorcières ?

Où s'arrêtera la chasse aux sorcières ?.jpegJusqu’où iront-ils ? « Ils », ce sont tous ceux qui se focalisent jusqu’à la névrose, sur les années 1940. Il faut en parler toujours. Trouver la phrase ou découvrir le simple mot qui permettent de recommencer l’éternel procès des acteurs de ces années qui ont dérapé, ne fut-ce qu’une fois, sur la question raciale.

Le 8 mai 1945, l’Allemagne capitule sans condition. Exit le nazisme. Au diable Hitler. Outre-Rhin, le procès de Nuremberg rime avec condamnations et pendaisons. En France, c’est l’épuration avec son cortège de dégradations et d’exécutions. Soixante ans plus tard, chacun pourrait croire que la page est bien tournée. Il n’en est rien. Nous avions déjà eu droit aux procès à retardement des octogénaires sortis du formol pour rejoindre le banc des accusés Barbie, Touvier, Bousquet, Papon, ou la gérontologie au centre des réquisitoires.

Les fonds de tiroir raclés jusqu’à épuisement, il faut trouver ailleurs. Les écrivains ! Beaucoup sont morts, mais leurs écrits sont restés. Il y a dix ans, le cadavre du docteur Alexis Carrel, prix Nobel de médecine et de physiologie en 1912, et auteur d’un ouvrage magistral, L’homme, cet inconnu, publié en 1935, est exhumé. Carrel a défendu des thèses eugénistes. Il a donc ouvert la porte des chambres à gaz. Les rues qui portent son nom sont débaptisées. Lyon. Paris. Rennes. Plus d’une quinzaine de villes épurent la voirie du nom de ce médecin de sinistre mémoire. Philippe Marini, le maire de Compiègne, qui s’obstine à vouloir conserver sa rue Alexis-Carrel, est dénoncé par les ligues de vertu. Lire la suite « Le « crime » racial est imprescriptible Où s’arrêtera la chasse aux sorcières ? »

Sur le blog de Michel Onfray : des nouvelles de Radio-Paris.

Je ne sais où en est le journalisme français dans le classement international mais, avec l’épidémie de coronavirus, il me semble qu’il doit maintenant bientôt faire jeu égal avec celui de la Corée du nord…

Reporter sans frontière a donné un classement mondial de la liberté de la presse en 2019: la France était déjà trente-deuxième et l’on trouvait, avant elle, hors pays européens, la Jamaïque (8ème), le Costa-Rica (10 ème), l’Uruguay (19 ème), le Surinam (20 ème), Samoa (22 ème), la Namibie (23 ème), le Cap-Vert (25 ème), le Ghana ( 27 ème) et, juste avant, l’Afrique du sud (32 ème). C’est dire l’état de la démocratie française!

Le récent discours du président de la République a été vu par trente sept millions de téléspectateurs. Chacun aura pu mesurer l’indigence d’une prise de parole de presque une demi-heure dans laquelle l’information majeure était que le confinement, si les citoyens ont d’ici là été sages et soumis, et non si le gouvernement s’est montré intelligent et performant, pourrait être levé le 11 mai. En dehors de cela, du vent, de la bise, du zéphyr, de l’aquilon, de l’autan, du mistral, comme il en soufflait sur les tréteaux du théâtre scolaire de madame Trogneux. Mais, pitoyable jusqu’au bout, ce vent était même un faux fabriqué par les ventilateurs de communicants. Tiens d’ailleurs, puisque je parle de ventilateurs communicationnels, où est donc passée Sibeth Ndiaye depuis sa sortie sur les profs qui ne fichent rien depuis qu’ils sont confinés et feraient mieux d’aller ramasser les gariguettes chez les maraîchers ?

Lire la suite « Sur le blog de Michel Onfray : des nouvelles de Radio-Paris. »

Luc Montagnier : «Le coronavirus est un virus sorti d’un laboratoire avec de l’ADN de VIH»

Dans l’émission HDPros présenté par Pascal Praud, le Professeur Luc Montagnier révèle que le coronavirus a des séquences ADN du SIDA dans une seule partie de la longue séquence ADN du Covid19 ce qui prouve que ce n’est pas naturelle

6:23 , il a découvert le Sida , a reçu un prix Nobel !

2:37 l’appareil génétique du virus est un long ruban , dans ce ruban on a fixé des séquences de VIH a un endroit prècis mais pas n’importe quelles séquences , celles ci ont un but antigénique !

15:05 vous nous dites qu’il y a plusieurs séquences artificielles dans ce virus , pourquoi personne d’autres ne le dit ? alors il y a une réponse mauvaise la dessus c’est que ces séquences sont courtes ,elles sont trop courte etc , mais on répond tout de suite parce que ces longueurs sont quand même des longueurs qui portent une information génétique , contrairement a ce qui est dit que c’est le hasard ,ce n’est pas vrai ! Lire la suite « Luc Montagnier : «Le coronavirus est un virus sorti d’un laboratoire avec de l’ADN de VIH» »