Entretien avec Fabrice Robert (Fraction) : « La vie est un combat, aussi bien dans la rue que dans l’octogone ! »

Le site Breizh-info.com a récemment publié un entretien avec Fabrice Robert qui relance différents projets autour de Fraction. Un groupe qui – de par son engagement sans concessions – a considérablement marqué de son empreinte la scène du rock enraciné. Un retour qui se produit quelques temps après la sortie d’une nouvelle production d’In Memoriam.

Découvrez cet entretien !

S’il y a un retour musical sur lequel peu de gens auraient misé, c’est bien celui du groupe Fraction, groupe phare de la scène rock identitaire dans les années 90 et 2000. Derrière ce retour, un homme qui, après quelques années de retrait de la scène politique, fait donc son retour sur la scène musicale : Fabrice Robert.
Un nouveau site Internet vient de sortir, des nouveaux morceaux sont annoncés, et pourquoi pas une reformation en concert dans les prochains mois ? C’est ce que nous avons demandé à Fabrice Robert. Entretien avec le fondateur du mouvement identitaire, et vétéran du hardcore 100 % Nissa, 100 % Europa, qui nous a accordé une interview exclusive, lui qui ne s’était plus exprimé dans un média depuis de nombreuses années.

Breizh-info.com : On s’attendait à retrouver Fabrice Robert en politique, et c’est finalement sur la scène musicale qu’il refait parler de lui. Fraction est donc de retour ? Concrètement, par quoi va se traduire ce retour ?

Fabrice Robert (Fraction) : La scène musicale est une tribune politique et je pense que le message porté par des groupes a une influence plus durable que des discours politiciens court-termistes. Ceci étant dit, j’ai toujours été très impliqué dans le combat culturel à travers mon groupe de musique mais également les labels, les sites d’information et les revues que j’ai animés. J’ai toujours eu une approche gramsciste du combat politique. Pour moi, il est impossible d’envisager de prendre le pouvoir si l’on n’a pas auparavant réussi à conquérir les esprits. Cela passe par les canaux les plus divers : médias alternatifs, associations, formations musicales, etc.

Lire la suite « Entretien avec Fabrice Robert (Fraction) : « La vie est un combat, aussi bien dans la rue que dans l’octogone ! » »

Le Brexit favorise la position de Marine Le Pen à Bruxelles

1-43-2-2b468.jpgAvec le départ des députés britanniques du Parlement européen, le groupe appartenant à Marine Le Pen en sort gagnant. En devenant effectif ce vendredi 31 janvier à minuit, le Parlement européen va voir son nombre de députés et son équilibre des forces changer après ce vote historique.

 Ce mercredi 29 janvier, le Parlement européen a voté dans la soirée sur l’accord, qui fait plus de 500 pages. Comme l’écrit le service presse du Parlement européen , 621 députés européens ont voté pour le contrat de retrait du Royaume-Uni, 49 contre et 13 se sont abstenus https://www.europarl.europa.eu/news/fr/press-room/20200128IPR71204/brexit-l-accord-de-retrait-approuve-par-le-parlement-europeen . Lire la suite « Le Brexit favorise la position de Marine Le Pen à Bruxelles »

Le règne technocratique, de Frédéric Winkler.

2627229029.jpg« Les dimensions de l’entreprise néoradicaliste, avec ses ambitions, ses rouages, ses tentacules européennes, son arsenal financier, cette volonté de vampiriser les masses s’apparente beaucoup à une prise de pouvoir totalitaire » (Dominique de Roux). L’instabilité, l’hétérogénéité du personnel politique des IIIe et IVe Républiques ont en effet permis l’apparition d’une nouvelle classe dont la Ve République devait consacrer le règne et que Saint-Simon, au XIXe siècle, appelait de ses voeux : les « experts », les technocrates. Le changement régulier du personnel administratif, non seulement empêche une intégration locale de celui-ci mais rend le service parfaitement anonyme. Telle est l’origine du transfert progressif des pouvoirs aux technocrates. La planification devait les conduire à proposer un État apparemment plus fort et plus stable : ce fut l’origine de la Ve République. Lire la suite « Le règne technocratique, de Frédéric Winkler. »

Retraites : l’agonie du mouvement social – Journal du jeudi 6 février 2020

Retraites : l’agonie du mouvement social

Deux mois et un jour de mobilisation contre la réforme des retraites… le mouvement entamé le 5 décembre aura marqué par sa durée. Il semble aujourd’hui prendre fin et pourrait marquer, avec son échec, un tournant dans le paysage social français.

Coronavirus : l’économie tousse

Alors que l’épidémie de Coronavirus a fait plus de 560 morts en Chine, la crise sanitaire contamine également l’économie du pays. Les conséquences s’annoncent majeures dans la région, faisant planer un doute sur l’organisation des Jeux Olympiques de Tokyo l’été prochain.

L’Ethiopie face à sa révolution industrielle

Pour attirer les investisseurs étrangers, l’Ethiopie s’est lancée dans la construction d’un grand réseau de parcs industriels. Une aubaine pour l’emploi local mais les conditions de travail poussent des milliers d’Ethiopiens à la démission.

L’actualité en bref

https://www.tvlibertes.com/retraites-lagonie-du-mouvement-social-journal-du-jeudi-6-fevrier-2020

Perles de Culture n° 240 : Le véritable engagement du maréchal Pétain

Anne Brassié et Frédéric Pic évoquent les films “La llorona”, “Scandale”, “L’adieu”, “Qu’un sang impur…” et “La fille au bracelet”. Puis, Jacques Boncompain, dans son livre, Je brûlerai ma gloire (Muller Editions), révèle à partir d’archives inédites, le véritable engagement du maréchal Pétain.https://vimeo.com/389440835

https://www.tvlibertes.com/perles-de-culture-n-240-le-veritable-engagement-du-marechal-petain

Etats-Unis : les Démocrates tombent dans le grotesque

Etats-Unis : les Démocrates tombent dans le grotesque

De Franck Deletraz dans Présent :

[L]a primaire des démocrates dans l’Iowa aura véritablement tourné au cauchemar pour les adversaires de l’homme fort de la Maison Blanche.

Vainqueur haut la main de la primaire républicaine dans ce petit Etat du Midwest contre deux adversaires qui n’ont pas même recueilli plus de 1 % des suffrages chacun, Donald Trump riait encore mardi matin du spectacle consternant offert par le caucus démocrate de l’Iowa, en observant sur Twitter que « rien ne fonctionne, exactement comme lorsqu’ils dirigeaient le pays » ! Il faut dire que, en matière de dysfonctionnements, les démocrates auront été servis lundi soir. Victimes d’un bug informatique lié à l’application spécialement développée pour que les responsables des quelque 1 700 bureaux de vote rapportent leurs résultats, les organisateurs ont en effet été dans l’incapacité totale de fournir des résultats officiels avant… mardi soir. Une absence de scores qui a bien évidemment donné lieu à une situation ubuesque, au cours de laquelle on a pu voir l’extrémiste Bernie Sanders et le modéré gay Pete Buttigieg revendiquer l’un l’autre la victoire.

Lire la suite « Etats-Unis : les Démocrates tombent dans le grotesque »

Pourquoi Donald Trump peut gagner, par Ivan Rioufol

Donald Trump

Donald Trump a de bonnes chances d’être réélu président des Etats-Unis, en novembre prochain. Son excellent bilan économique et social tend à faire oublier les défauts du personnage outrancier. D’autant que ses adversaires, mobilisés depuis son élection pour obtenir sa destitution à tout prix, peinent dans le même temps à élaborer un projet de gouvernement cohérent. Ce mercredi, les sénateurs républicains devraient laver Trump des accusations d’”abus de pouvoir” et d’”entrave au travail du Congrès” portées par les démocrates. Ces derniers reprochent à Trump d’avoir incité l’Ukraine à salir son principal adversaire, Joe Biden. Dans le même temps, les premières primaires démocrates dans l’Iowa se sont conclues cette nuit par un échec retentissant du favori Biden, le vice-président de Barack Obama, dont le fils est soupçonné de turpides affairistes.

Un bug informatique a retardé les résultats. Mais la première place semble acquise à un inconnu, Pete Buttigieg, 38 ans, premier candidat ouvertement homosexuel. Il aurait pris l’avantage sur le sénateur Bernie Sanders et sur la sénatrice Elizabeth Warren. Selon le dernier sondage Gallup, le président sortant enregistre 49% d’opinions favorables. De quoi enrager encore davantage une opposition qui ne cache plus sa détestation pour cet homme qui ne cesse de la moquer.

Lire la suite « Pourquoi Donald Trump peut gagner, par Ivan Rioufol »

Macron, le roi de la gaffe !, de Christian Vanneste.

2781930984.jpg

On en avait déjà ri à l’époque. Aujourd’hui on ne peut réécouter le pontifiant et sentencieux Le Gendre sans être saisi d’un élan de pitié : en Décembre 2018, il reconnaissait que le macronisme avait commis une erreur : « avoir probablement été trop intelligents, trop subtils, trop techniques… » C’était le temps où les Français étaient encore pour certains fascinés par le brillant jeune homme, « Mozart de la finance », orateur impeccable, metteur en scène jupitérien, dont l’affaire Benalla suivie par la révolte fiscale des Gilets Jaunes, avaient commencé à fissurer l’image, à abattre le décor.

Depuis, les Français ont perçu l’aspect théâtral du personnage et sifflent ses prestations. Philosophe et banquier, amateur de littérature et de citations… Petit-à-petit les artifices ont été déjoués. Il s’agit d’un homme dénué de la première qualité requise d’un politique : l’expérience. Il lui restait l’intelligence, ou plutôt la brillance d’un énarque parvenu à l’inspection des finances après des concours difficiles, membre éminent du cabinet élyséen du président Hollande, et ministre de l’économie ensuite. Or cela aussi a sombré. Le parcours n’a pas été si parfait, en grande partie fondé sur le copinage plus que la sélection, jalonné de coups douteux et même foireux, comme l’élimination de Fillon, ou la vente d’Alstom à General Electric, contre l’avis de Montebourg.. Lire la suite « Macron, le roi de la gaffe !, de Christian Vanneste. »

Espagne : victoire judiciaire contre la mafia de l’avortement

Espagne : victoire judiciaire contre la mafia de l’avortement

La justice de la Cour provinciale d’Oviedo a reconnu que l’association professionnelle représentant 28 centres d’avortement en Espagne, l’ACAI (Asociacion de clinicas acreditadas para la interrupcion del embarazo), a utilisé une publicité trompeuse pour promouvoir l’avortement.

Ce combat a commencé il y a plusieurs années lorsque les militants pro-vie de l’association des Avocats chrétiens Abogados Cristianos ont poursuivi l’ACAI et de nombreux centres d’avortement pour mensonges :

  • “L’avortement n’a pas de conséquences”,
  • “Il n’y a aucun risque d’infertilité pour avoir un ou plusieurs avortements”.
  • “L’avortement représente une expérience de maturation pour certaines femmes”
  • “Celles qui ont un avortement ont généralement un respect de soi supérieur à celles qui refusent de mettre fin à une grossesse non désirée”

La justice reconnaît que les centres d’avortement mentent en omettant les conséquences de l’avortement. Ils mettent la santé des femmes enceintes en danger pour gagner de l’argent.

Selon la sentence du juge:

“Étant donné que les informations de l’ACAI omettent des informations essentielles concernant les risques du service qu’elles fournissent (essentiellement des conséquences mentales produites par l’avortement), nous constatons que cela oblige le consommateur moyen à prendre une décision qu’il n’aurait pas prise autrement. Cela justifie la mot d’un “effet de traction” dans cette publicité “.

La décision est accessible ici, en espagnol.

Le lendemain, mardi, la Cour de justice des Asturies a rendu un jugement inverse, estimant que l’Association des Avocats Chrétiens manque de légitimité dans son recours contre la publicité de l’ACAI.

https://www.lesalonbeige.fr/espagne-victoire-judiciaire-contre-la-mafia-de-lavortement/