Union européenne : la vraie question (juin 2018)

Qu’est-ce que l’Union Européenne ? Cette question est essentielle. Elle est trop souvent remplacée par une autre question doit-on sortir de l’Union européenne ? Question littéralement inaudible tant que l’on n’a pas répondu efficacement à la première.

Après 20 ans de la politique du voleur chinois, nous nous sommes laissé dérober beaucoup de notre souveraineté. Nous nous trouvons aujourd’hui saucissonnés dans les transferts de souveraineté, ligotés, incapables de la moindre politique française. Et pourtant, la première chose à faire n’est pas forcément de sortir de l’Union européenne. Il faut reconquérir pied à pied notre indépendance, comme l’Italie est en train de le faire par la bouche de Matteo Salvini, rappelant par exemple que « la Russie est notre allié fondamental » ou que « nous n’ouvrirons pas nos ports » à n’importe quel bateau de migrants. Lire la suite « Union européenne : la vraie question (juin 2018) »

Jean Messiha (RN) : « On veut bien nous dépeupler par souci écologique, à condition que ce soit le dépeuplement des Blancs »

Breizh Info – Jean Messiha, membre du bureau politique du RN était invité par les journalistes du Point à défendre la politique nataliste du Rassemblement national, politique dézinguée quelques jours avant par ces mêmes journalistes dans un article.

Et il a défendu les propositions de son parti au cours d’une interview dans laquelle il n’a pas hésité à pourfendre quelques idées reçues, et à dénoncer les charlatans de l’écologie (représentés notamment par EELV qui n’évoque jamais la démographie ni l’immigration, deux phénomènes pourtant anti écologiques au possible). Des positions toujours teintées d’un républicanisme bon teint dont les communicants du RN ont le secret, sans que l’on puisse toutefois mesurer l’impact électoral sur ces déclarations « 100% vivre ensemble », lisez plutôt : Lire la suite « Jean Messiha (RN) : « On veut bien nous dépeupler par souci écologique, à condition que ce soit le dépeuplement des Blancs » »

Royalisme ontologique ou idéologie royaliste ? par Michel MICHEL

Lys-noir.png

Au début des années 60 (il s’est bien amendé depuis), Alain de Benoist, était alors leader maximo d’une Fédération des étudiants nationalistes qui professait une idéologie panblanchiste (« du Cap à Atlanta »). Sous le pseudonyme de Fabrice Laroche, il avait publié un Dictionnaire du nationalisme dans lequel il définissait le nationalisme comme « l’éthique de l’homme occidental »Dès lors que l’idée de nationalisme était coupée de la réalité de la communauté française, elle devenait le réceptacle de tous les fantasmes et la source des pires dérives.

Je crains qu’à trop se centrer sur une conception ontologique, sans rapport avec la France réelle, ignorant des obstacles concrets qui résistent à notre action, notre royalisme ne devienne au mieux que l’adhésion à un archétype (qui comme tout archétype se suffit à lui-même) et au pire à une idéologie.

Ce n’est pas la Vie, ni l’Enfance que sauve une mère, c’est son enfant. Lire la suite « Royalisme ontologique ou idéologie royaliste ? par Michel MICHEL »

Viktor Orbán : « l’UE ne doit pas imposer sa politique climatique en Europe centrale et orientale »

156889D_MTI20191212057b-800x445.jpg

A la suite du sommet de l’Union européenne à Bruxelles la semaine dernière, le Premier ministre hongrois Viktor Orbán a affirmé dans une vidéo publiée vendredi sur sa page Facebook qu’il était désormais possible de garantir que les pays et les citoyens les plus pauvres de l’UE ne seraient pas obligés de supporter les coûts de la lutte contre le changement climatique.

Orban a salué la Hongrie pour être un « champion du climat », en disant qu’il était parmi les Etats membres de l’UE qui a fait les plus importantes réductions des émissions de CO2 au cours des 30 dernières années, rapporte Hungary Today.

« Nous avons réussi parce que nous avons créé une chance de garantir que les futures réglementations en matière de protection du climat seront telles que ce ne seront pas les pays et les personnes les plus pauvres qui devront supporter les coûts de la lutte contre le changement climatique », a déclaré le Premier ministre après le sommet.

Les dirigeants européens se sont concentrés sur deux questions clés lors du sommet: le budget du bloc et le changement climatique. Orbán a notamment déclaré que les discussions de jeudi portaient sur « qui paiera la note. »
Lire la suite « Viktor Orbán : « l’UE ne doit pas imposer sa politique climatique en Europe centrale et orientale » »

À propos du « survivant désigné »

designated-survivor-le-survivant-designe-existe-t-il-vraiment.jpg

Georges Feltin-Tracol cliquez ici

La chaîne de télévision C8 diffuse depuis le 17 novembre dernier chaque dimanche soir quatre épisodes de la première saison de Survivant désigné. Lancée en 2015, cette série étatsunienne s’est arrêtée au terme de trois saisons en juillet 2019. On trouve parmi ses auteurs David Guggenheim, un rédacteur des discours de Bill Clinton et d’Al Gore et l’acteur – producteur Kal Penn, fort proche de l’entourage de Barack Obama. Quant à la vedette principale, le Canadien Kiefer Sutherland, elle ne cache pas sa sympathie pour le Nouveau Parti démocratique, l’équivalent à Ottawa de Génération.s de Benoît Hamon. Cette série synthétise toutes les lubies néo-conservatrices et progressistes qui constituent l’idéologie de l’État profond yankee. Lire la suite « À propos du « survivant désigné » »

Frère Macron et les musulmans

En théorie, Macron reste le garant de la laïcité face à l’islamisation et de notre sécurité face au terrorisme islamique. En pratique, sa grande porosité aux thèses communautaristes, voire fondamentalistes, inquiète. Les Frères musulmans ne se contentent pas de le soutenir, ils le conseillent parfois directement, comme Yassine Bellatar.

Pour Ahmet Ogras, président du Conseil français du culte musulman (CFCM) l’absence d’Emmanuel Macron au dîner de rupture du jeûne le 12 juin « est perçue par la communauté musulmane comme un boycott ». Voilà qui en dit long sur la capacité de chantage victimaire dont est capable ce proche des Frères musulmans et voilà qui manifeste la dépendance dans laquelle il estime qu’Emmanuel Macron est tombé. S’il est le premier Président depuis 10 ans à avoir, l’an dernier, assisté à cette cérémonie, c’est loin d’être le seul gage qu’il a donné à un islam plus ou moins radical. À ce titre, est-il le mieux placé pour protéger la France de l’islamisation, dont l’expression paroxystique est le terrorisme islamique ? Poser la question, c’est déjà y répondre. Lire la suite « Frère Macron et les musulmans »

Le nombre de migrants arrivés par la mer en Italie a baissé de 50% en 2019

Selon le ministère italien de l’Intérieur, le nombre de migrants ayant atteint l’Italie par la mer en 2019 a baissé de moitié par rapport à l’année précédente. La baisse est encore plus importante (-90,38%) en comparaison à 2017.

Dans le détail, les arrivées de migrants en 2019 ont concerné 11 439 personnes, soit 50,72% de moins qu’en 2018, quand ce chiffre était de 23 210, selon les données du ministère communiquées le 25 décembre. La baisse est encore plus importante (-90,38%) si on compare les chiffres de cette année à ceux de 2017, quand 118 914 migrants avaient débarqué sur les côtes de la péninsule.

Effet Salvini ?

L’Italie a été dirigée entre juin 2018 et août 2019 par une coalition formée par le Mouvement 5 Etoiles (M5S, antisystème) et la Ligue du souverainiste Matteo Salvini qui était ministre de l’Intérieur. Ce dernier avait mis en place une politique de fermeté en matière migratoire en faisant adopter un décret qui prévoyait de lourdes amendes pour les bateaux de sauvetage d’ONG en Méditerranée et jusqu’à dix ans de prison pour leurs commandants en cas de résistance.

RT

https://www.tvlibertes.com/actus/le-nombre-de-migrants-arrives-par-la-mer-en-italie-a-baisse-de-50-en-2019

Cochin : Les mécanismes de la Révolution

Numériser.jpegLes travaux que produisit Augustin Cochin au début du xxe siècle, sur la nature du phénomène révolutionnaire, de 1789 à 1794, n’ont pas été dépassés. Les éditions Tallandier offrent un gros volume de ses Œuvres, republiées sous la direction de Denis Sureau : Un événement éditorial !

Augustin Cochin a été l’un des premiers à vouloir « penser la Révolution française » lorsque tant d’autres se contentaient d’en raconter les événements et d’en présenter les acteurs. Joseph de Maistre en 179S et Jules Michelet en 1850, avaient bien compris la nécessité d’un regard qui cherche non seulement à narrer les événements mais à mettre au jour leur logique interne, cachée aux regards distraits. C’est pourquoi Maistre analysa la révolution en théologien et y vit l’image de Satan. Quant à Michelet, il étudia la Révolution en poète et plaça « le peuple » au-dessus de toutes les contingences chronologiques. Maistre et Michelet firent de la métaphysique, chacun à leur manière. Quant à Augustin Cochin, c’est en sociologue qu’il aborde le problème, au grand dam des historiens de son temps, qui ne comprennent pas sa tentative. Sociologie ? Augustin est un jeune homme brillant, qui a touché un peu à tout littérature, philosophie. Lire la suite « Cochin : Les mécanismes de la Révolution »