La Légion des Maliens de France

capture-decran-2019-11-27-a-11-38-21.png

Lundi 25 novembre. 13 militaires français de l’opération Barkhane trouvent la mort au cours d’une mission aux confins du Mali.

Dès le lendemain, une figure emblématique de la communauté malienne de Paris – jeune universitaire très actif dans une ONG de la diversité – interpelle vigoureusement ses concitoyens. En quelques jours, une conscience commune s’est émue, un élan s’est formé et des centaines, puis des milliers de jeunes hommes, âgés de 18 à 35 ans, se sont présentés, soit spontanément, soit poussés par leur famille, à des centres de recensement installés à la va-vite dans le quartier de La Chapelle, répondant au mot d’ordre « Malien de France, avec Barkhane et tes frères, viens combattre pour ta patrie ! » Une noria aérienne est organisée vers Bamako, où ces volontaires sont équipés, formés puis intégrés dans les unités du G5 Sahel…

Fin de la fiction. Voilà ce qui serait juste, normal et digne.

Or, comment ne pas être révolté devant ce scandaleux paradoxe : de jeunes Français combattent et meurent pour le Mali – État failli incapable de restaurer la paix dans ses frontières – tandis que des milliers de jeunes Maliens en âge de combattre errent dans nos banlieues, en mal de reconnaissance, d’identité et d’avenir.

Aurions-nous imaginé, en 1914, qu’une diaspora française, jeune et nombreuse, reste oisive au-delà des mers tandis que le pays était en guerre ?

L’auteur de ces lignes, dont l’un des fils, officier, rentre à peine d’une mission au sein de Barkhane, ne trouve pas tolérable que nous entretenions chez nous une population étrangère dont le pays en guerre est défendu par nos propres soldats.

Jacques Coudrais

https://www.bvoltaire.fr/la-legion-des-maliens-de-france/

Drame médiatique : le petit artisan pro-réforme des retraites était en fait un bourgeois macroniste

A quelques jours de la mobilisation du 5 décembre contre la réforme des retraites, France Info nous sort de son chapeau “Olivier, plombier, favorable à un régime de retraite “pour tout le monde””.
Un épisode d’une “série de portraits de Français face à la retraite”.
Très représentatif, Olivier est “artisan”, “à la tête d’une petite entreprise de plomberie depuis 16 ans”. 
Sauf qu’avant sa “reconversion”, Olivier était cadre-sup en marketing et commercial dans l’agro-alimentaire, après de “belles études”.
Depuis, ils serait donc devenu un plombier chauffagiste “lambda”… qui gagne tout de même “80 000 euros nets par an”, tandis que le salaire moyen d’un plombier chauffagiste tourne autour des 2000 euros mensuel.
Lui gagne donc en moyenne plus de trois fois plus.

Droite/Gauche : fin ou transformation du clivage ? Par Arnaud Imatz

L’une des questions les plus débattues au cours des dernières années par les observateurs politiques européens – journalistes et politologues – est la possibilité ou l’impossibilité de surmonter la division droite / gauche. Il en a été ainsi tout particulièrement dans les pays dits d’Europe « latine » que sont la  France et l’Italie où pourtant la « vieille » dichotomie, implantée depuis plus d’un siècle, semblait solidement et durablement établie. Dans les sondages qui ont été effectués depuis la fin des années 2000, 60 à 70% des citoyens ont déclaré sans équivoque (du moins lorsqu’il leur a été permis de le faire) que la démocratie a cessé de fonctionner correctement, qu’il n’existe pas de différences substantielles entre les gouvernements de droite et de gauche et que le clivage n’est plus vraiment pertinent.

J’ai moi-même contribué au débat sur la permanence ou la fin du clivage, sa transformation ou son déclin, en publiant huit mois avant les élections présidentielles de 2017, Droite / Gauche : pour sortir de l’équivoqueHistoire des idées et des valeurs non conformistes du XIXe au XXIe siècle (éditions Pierre Guillaume de Roux, 2016). Si je reviens aujourd’hui sur ce sujet, c’est afin de répondre au souhait de nombreux amis qui m’ont demandé de résumer la teneur de ce livre, et que je sais en outre, par expérience, combien un fort volume documenté peut rebuter les lecteurs pressés[1]. Lire la suite « Droite/Gauche : fin ou transformation du clivage ? Par Arnaud Imatz »

Des musulmans peuvent-ils être vraiment Français ? Exceptionnellement, oui. D’une manière générale, non

Des musulmans peuvent-ils être vraiment Français ? Exceptionnellement, oui. D’une manière générale, non

A propos du film Les Misérables, sur la violence des bandes à Montfermeil, le maire de cette ville, Xavier Lemoine, écrit dans Le Figaro, en évoquant les émeutes de 2005 :

[…] En trois mots il s’agit de faire connaître, respecter et aimer la France. C’est cette politique que devrait porter la nation tout entière. Mais à regarder la complaisance pour tout ce qui dénigre et culpabilise la France, on mesure l’écart abyssal qu’il y a. «Tout royaume divisé contre lui-même périra.» Rien de moins.

Pour aller plus loin dans la compréhension et la recherche de solutions je ne peux que redire ce qu’en 2005, convoqué après les émeutes par l’Intérieur, Matignon puis l’Élysée, j’ai dit: «Le seul document qui vaille la peine d’être lu pour nous éclairer sur les événements en cours est la lettre de Charles de Foucaud à René Bazin du 29 juillet 1916». À nul endroit mes interlocuteurs n’en ont ri. Tous l’ont lue. Par trois fois la réponse fut: «M. le maire c’est vous qui avez raison, (un silence) mais comment le dire?». Il est maintenant minuit moins cinq.

Voici un extrait de cette lettre :

Lire la suite « Des musulmans peuvent-ils être vraiment Français ? Exceptionnellement, oui. D’une manière générale, non »

Mali : des héros français, pour oublier les lâches, par Ivan Rioufol

mali-soldats-1c0810489bd663cf907e865cf945a35b7042e20b.jpg

Dans une France gangrenée par les traîtres, leur mort accidentelle prend une dimension héroïque : les treize officiers et sous-officiers qui ont été tués, lundi soir au Mali, dans une collision entre deux hélicoptères qui les transportaient, forcent l’admiration. Leur destin tragique enchantera les djihadistes du Sahel et des banlieues françaises. Mais l’exemple de ces soldats rappelle qu’il existe encore une jeunesse prête à mourir pour sa patrie, tandis que beaucoup d’autres ont capitulé ou collaborent déjà avec l’ennemi intérieur. Les victimes s’appellent Nicolas, Benjamin, Clément, Alex, Pierre, Julien, Romain, Romain, Alexandre, Antoine, Valentin, Jérémy, Andreï. Ils ont des prénoms et des noms qui se retrouvent familièrement sur les monuments aux morts des guerres passées. Lire la suite « Mali : des héros français, pour oublier les lâches, par Ivan Rioufol »

Dhimmitude : tout le monde ne se laisse pas faire

2307618253.jpgLa chronique de Philippe Randa

Lors de sa revue de presse le lundi 18 novembre, la journaliste Amandine Begot sur RTL a dû faire sursauter plus d’un sourcilleux garde-chiourme de la Bien-pensance lorsque celle-ci a raconté la monté des incivilités en France… Dans le temps, les incivilités  expliqua-t-elle, c’était surtout les week-ends, de la part de quidams en fort état d’ébriété. Mais aujourd’hui, c’est partout et à tout bout de champs et par forcément sous l’effet de l’alcool. On crie, on menace pour un oui ou pour un non, pour un regard ou un mot mal interprété, ou encore pour… un refus de dhimmitude !

Amandine Begot relata le témoignage d’un homme qui attendait son tour à une caisse de supermarché. Une « femme voilée » lui demanda de lui céder sa place. Il refusa parce qu’il était pressé d’aller chercher à temps ses enfants à l’école… Hurlements de la femme voilée à qui il refusait d’obéir et qui l’a poursuivi de ses insultes jusqu’à sa voiture, le traitant de… raciste ! Ben voyons…

Une scène qui vous en rappelle une autre ? Beaucoup d’autres ?

Ce qui est plus étonnant, c’est que ce triste – et de plus en plus courant – fait-divers ait été relaté à une heure de grande écoute (juste avant Laurent Gerra). Depuis des décennies, les journalistes avaient appris à taire l’origine des voyous ou autres faiseurs de troubles, terrorisés à l’idée d’être accusé par les associations auto-proclamées anti-racistes de « faire le jeu de l’extrême droite. »

Comment expliquer un tel changement d’attitude ? Une telle libération de la parole ? Un tel retour à une information libre et honnête sur « la première radio de France » comme RTL aime tant à le rappeler ?

Tout change pour que rien ne change, dit-on habituellement, mais est-ce toujours exact ? Ne devra-t-on pas dire désormais « Tout change parce que ça a trop changé » ? 

Diapositive1 copie 10.jpg

Ecoutez les émissions cliquez ici

http://synthesenationale.hautetfort.com/archive/2019/11/29/dhimmitude-tout-le-monde-ne-se-laisse-pas-faire-6194363.html