La France est dans un «ensauvagement général» avec un «degré de violence inédit», alerte le renseignement

1025412849-800x445.jpg

Le coordinateur national du renseignement a mis en garde contre «une forme d’ensauvagement général» à laquelle fait face la France et d’autres sociétés occidentales, constatant un «degré de violence inédit», rapporte l’AFP.

Lors d’une conférence au salon dédié à la sécurité intérieure des États, Milipol, à Villepinte, en Seine-Saint-Denis, Pierre de Bousquet de Florian, le coordinateur national du renseignement, a mis en garde contre plusieurs dangers.

«On constate une forte dégradation des rapports sociaux dans les sociétés occidentales», a observé jeudi le coordinateur national du renseignement, Pierre Bousquet de Florian, parlant d’«un degré de violence» inédit.

Evoquant des «postures populistes de plus en plus véhémentes», il estime que l’on est face à «une forme d’ensauvagement général de notre société avec un degré de violence et une rapidité de montée vers la haine que nous n’avions jamais connus auparavant».

La France n’est «pas la seule concernée», et le djihadisme n’est pas «la seule idéologie» préoccupante, a-t-il expliqué.

Dans ce contexte, il a évoqué plusieurs points «d’attention majeurs» pour les services: l’ultradroite et l’ultragauche, mais aussi «les radicaux de tous bords».

Selon lui, cela comprend tous les groupes se distinguant par des discours «de plus en plus violents» c’est-à-dire les antispécistes, les autonomistes, les identitaires, demain peut-être une marge radicale de mouvements écologistes…»

Il a enfin évoqué «une quatrième catégorie à laquelle il faut être attentif, les Etats». Si «on n’a pas constaté de véritable terrorisme étatique contre nos intérêts ces dernières années», «il n’est pas exclu qu’un Etat acculé puisse recourir à ce type d’extrémités.»

Source: Sputnik

Crédit photo: © AFP 2019 Thibauld MALTERRE

https://www.alterinfo.ch/2019/11/22/la-france-est-dans-un-ensauvagement-general-avec-un-degre-de-violence-inedit-alerte-le-renseignement/

AU-DELÀ DU POPULISME : UN TEXTE DE GABRIELE ADINOLFI

2753196623.jpgLes récents succès du populisme en Europe, s’ils doivent être considérés comme un pas dans la bonne direction, ne constituent qu’un point de départ et doivent être complétée par une action plus approfondie, celle, en particulier, que mène le réseau européen des Lansquenets, créé et animé par notre camarade Gabriele Adinolfi. Celui-ci vient de mettre les choses au clair dans le texte que nous publions ci-dessous-ForumSi

« AU-DELÀ DU POPULISME »

« La forte percée de Vox en Espagne débouche sur un gouvernement minoritaire de gauche qui accentue la tension. Ce n’est pas si différent de ce qui se passe en Italie, en France, en Allemagne.

Nous assistons aujourd’hui à une “crise de représentativité” de la classe dirigeante (progressistes et bourgeois), face aux exigences de déçus de la mondialisation s’exprimant dans le “populisme”. Entre la première et les seconds, se situe le pouvoir économique, qui n’est pas complètement unitaire et s’articule en fonction des besoins du moment historique.

Cette divergence à trois niveaux crée une impasse apparente. Sur le plan du pouvoir réel qui, plus que des stratégies, exprime des orientations, nous avons la classe politique vétuste et obsolète, laquelle, ancrée sur l’”Etat profond”, livre une guerre civile abstraite mais constante, évoquant et provoquant des fantasmes et des climats d’urgence, et les représentants du populisme, qui avancent dans les urnes mais sans rien exprimer de concret. Lire la suite « AU-DELÀ DU POPULISME : UN TEXTE DE GABRIELE ADINOLFI »

Le Samedi Politique – Gilets Jaunes, crise sociale : Que fait la Police ?

Après un an de mobilisation des Gilets Jaunes, le bilan sécuritaire du ministère de l’Intérieur de Christophe Castaner est calamiteux. Les ordres donnés à la police sont incompris voire honnis par les manifestants et une partie des Français. Les blessés parmi les Gilets Jaunes se comptent par dizaines quand des révoltes violentes de banlieues restent souvent impunies par peur de l’embrasement.

Alors que le pouvoir politique d’Emmanuel Macron tremble, les forces de l’ordre sont devenues des garde-fous, écrasées entre leurs faibles moyens et la colère sociale à affronter. A quelques jours de la grande manifestation du 5 décembre contre la réforme des retraites, l’exécutif retient son souffle.

Philippe de Veulle, avocat au barreau de Paris et défenseur de nombreux Gilets Jaunes, et Eric Roman, secrétaire national du Syndicat France Police – Policiers en colère, reviennent sur cette situation complexe où le peuple des deux côtés des barricades souffre souvent des mêmes maux.

https://www.tvlibertes.com/le-samedi-politique-gilets-jaunes-crise-sociale-que-fait-la-police

Congrès EELV : Yannick Jadot, à peine couronné et déjà guillotiné !

images.jpeg

Nicolas Gauthier

Si certains en doutaient encore, le congrès d’EELV, tenu ce week-end à Saint-Denis, vient d’administrer la preuve que les écologistes persistent à communier dans la haine du bonheur et la détestation du vivre ensemble.

En effet, avec Yannick Jadot, leur candidat aux dernières élections européennes, tout juste auréolé de ses 13,5 %, se trouve désormais sur la sellette, sachant que l’une des quatre motions qu’il soutenait, « Le temps de l’écologie », menée par l’ancienne députée Éva Sas, ne recueille que 26,2 % des suffrages. Aux deux phobies plus haut évoquées, on peut donc en ajouter une autre : celle du succès.

Les résultats des trois autres motions en lice ? « Démocratie écolo », de Philippe Stanisière et Christine Juste, se contente de 8,5 %, « Le Souffle de l’écologie », d’Alain Coulombel, de 21,5 %. Quant à la « vainqueuse » ou la « vaincrice », pour causer en dialecte local, menée par Julien Bayou, de la direction sortante, elle caracole en tête avec 43 % des vot.e.s exprimé.e.s. Son intitulé ? Un concept navigant à vue entre Sibeth Ndiaye et Laurent Gerra : « L’écologie au pouvoir, grandir ensemble pour gagner enfin ». Ce qui n’est pas exactement « inzepocket », objectera-t-on. Lire la suite « Congrès EELV : Yannick Jadot, à peine couronné et déjà guillotiné ! »

Les black-blocs, fidèles fils de 1789

6a00d8341c86dd53ef0240a4a71468200b-800wi.jpg

Nombreux sont ceux qui s’offusquent face à la violence présente dans les manifestations de gilets jaunes. Ça condamne à tout va. Le dernier exemple que l’opinion publique retient est le saccage, à Paris, du monument rendant hommage au Maréchal Juin, le 16 novembre dernier.
Plusieurs questions se posent ? S’agissait-il de gilets jaunes ? S’agissait-il de black blocs ? Ou bien de « casseurs ».

Le casseur passe bien, c’est à la fois un gilet jaune et un black bloc. Les uns voient dans ces manifestations, seulement des black-blocs d’extrême gauche et d’autres pensent que les gilets jaunes sont tous des casseurs. Et ceux-ci demandent qu’il serait mieux que les choses se règlent autour du fameux « débat démocratique ». « Il faut s’asseoir autour d’une table et discuter » nous dit-on. À chaque fois qu’un média parle d’une manifestation, on a l’impression que la violence ne devrait plus exister au XXIe siècle et que c’est chose étrange de voir des heurts, des troubles et des dégâts surgirent à cette occasion ! Lire la suite « Les black-blocs, fidèles fils de 1789 »