Grand remplacement : quand les décodeurs du Monde et France Culture inventent une citation qui n’existe pas

Cette année Le MondeLes Décodeurs du Monde et France Culture ont répété à leur public que le terme de grand remplacement avait une origine lointaine : l’écrivain Maurice Barrès. Cette affirmation ne se base sur aucune source sérieuse et est démentie par un simple ctrl+f.

Lire la suite

Une actualité éditoriale sur la Contre-Révolution

2324424432.jpg

784486985.jpgEx: http://www.europemaxima.com

Ancien rédacteur à la Nouvelle Revue d’Histoire et auteur d’ouvrages sur les hérésies, Pierre de Meuse s’attaque à un continent historiographique, politique et culturel immense : la Contre-Révolution. Dans Idées et doctrines de la Contre-révolution (préface de Philippe Conrad, Éditions DMM, 2019, 410 p., 23,50 €), l’ancien militant passé par l’Action Française examine à partir de nombreuses sources l’histoire et la postérité de cet univers intellectuel.

Écrit avec une plume alerte et sans le moindre jargon universitaire prétentieux, Pierre de Meuse convient que « le terme de Contre-révolution est l’un des plus ambigus du langage de la politique, ce qui le rend difficile à utiliser, car son sens est étroitement dépendant de son contexte (p. 18) ». Ainsi constate-t-il que « les doctrines contre-révolutionnaires sont diverses dans leurs fondements et leurs postulats, elles se combattent quelquefois entre elles, elles empruntent des raisonnements à leurs adversaires et surtout elles connaissent dans leurs propositions de graves contradictions, et mêmes de lourdes apories, dont certaines sont détectées par leurs contradicteurs, et face auxquelles les réponses proposées ne sont jamais définitives. Ces contradictions internes sont en grande partie à l’origine de l’échec de la praxis conte-révolutionnaire, parce qu’il est impossible de réussir en voulant des choses contradictoires (p. 29) ».

Lire la suite « Une actualité éditoriale sur la Contre-Révolution »

Zoom – Frédéric Rouvillois : Prendre au sérieux la question populiste

Frédéric Rouvillois est professeur agrégé de droit public à l’université de Paris. Il co-dirige avec Olivier Dard et Christophe Boutin la publication d’un véritable pavé : Le dictionnaire des populismes. Leur ambition : permettre au lecteur, grâce à 263 notices, de cerner plus précisément ce qui est devenu une réalité incontournable de la vie politique contemporaine. Une réalité aux multiples facettes car pour Frédéric Rouvillois, il existe autant de populismes que de peuples.

https://www.tvlibertes.com/zoom-frederic-rouvillois-prendre-au-serieux-la-question-populiste

Un observatoire des médias (trop) indépendant menacé à son tour, par Francis Bergeron

ojim-logo-2017-1.jpg

L’Ojim est un observatoire du journalisme, organisme indépendant, créé en 2012 à l’initiative de Claude Chollet. Son ambition est de publier en ligne des informations sur les journalistes, les groupes de presse, mais aussi – et c’est là que l’Ojim se distingue d’autres officines du même genre – sur « les conflits d’intérêts, les agendas idéologiques cachés ». De ce point de vue, son travail s’apparente davantage à celui du regretté Emmanuel Ratier qu’à un site spécialisé sur l’information des médias. Il diffuse sur Internet, via le site http://www.ojim.fr, et l’accès est gratuit. En huit ans, il a publié 4 000 articles, dont 220 portraits de journalistes.

Le 9 octobre, le dénommé Ramzi Khiroun attaque l’Ojim pour « injures publiques ». L’Ojim a publié une biographie de ce monsieur Khiroun, personnage de l’ombre, que Le Nouvel Observateur a eu l’occasion de présenter comme « l’homme le plus influent de France ». Sans doute quand il travaillait auprès de Strauss-Kahn, à une époque où le coquin de ces dames était présenté comme le futur président de la République. De façon certes un peu expéditive, l’article de l’Ojim le présente comme « exécuteur des basses œuvres de DSK ». Mais on a bien compris qu’il n’y a pas là allusion aux frasques sexuelles de DSK mais à leur proximité professionnelle et donc politique, dans la lignée de ce qu’avait écrit Le Nouvel Observateur. Lire la suite « Un observatoire des médias (trop) indépendant menacé à son tour, par Francis Bergeron »

Crise de la santé : les hôpitaux sous palliatifs ? – Journal du mercredi 20 novembre 2019

Regarder la video

Crise de la santé : les hôpitaux sous palliatifs ?

Après des mois de mobilisations des urgences et des personnels hospitaliers, le gouvernement veut éteindre la colère pour éviter la coagulation du 5 décembre prochain.

FDJ : le pari risqué de la privatisation

Depuis le 7 novembre dernier la FDJ est coté en bourse. Alors que l’addiction aux jeux d’argent est de plus en plus forte et que les retombées économiques pour l’Etat restent obscures, on peut s’interroger sur les conséquences sociales et sanitaires de cette privatisation.

Agriculteurs : la menace du système assurantiel

Les assurances privées remplacent peu à peu l’Etat pour dédommager les exploitants agricoles face aux aléas climatiques.
Un changement de modèle qui n’a rien d’anodin et qui pourrait plonger le pays dans une véritable régression qualitative de son agriculture.

L’actualité en bref

https://www.tvlibertes.com/crise-de-la-sante-les-hopitaux-sous-palliatifs-journal-du-mercredi-20-novembre-2019

Kakou Ernest Tigori: L’Afrique à désintoxiquer

2862598370.jpgKakou Ernest Tigori démonte l’escroquerie de la repentance de la colonisation des européens en Afrique. Il est écrivain ivoirien et homme politique et se bat pour remettre les pendules à l’heure. 

« Traite négrière, colonisation, néocolonialisme, racisme, immigration massive… Kakou Ernest Tigori (Prix Mandela de littérature 2017), intellectuel engagé, dénonce depuis la fin des années 1990 la classe politique qui ruine son pays, la Côte d’Ivoire. En exil en France depuis 2009, il invite, à travers ses écrits, à une réflexion sur cette Afrique post-coloniale décadente, productrice de désordre et de misère. Il dénonce particulièrement la trahison des élites noires, et milite pour la constitution d’une Conscience noire plus responsable. Kakou Ernest Tigori se propose de rétablir la vérité sur les relations entre l’Afrique noire et l’Europe occidentale depuis le XVe siècle. Il bat en brèche les lieux communs mensongers et appelle l’opinion du monde noir à sortir du déni confortable qui dédouane l’Afrique de toute responsabilité dans la conduite de son destin, et qui accable à tort l’Europe repentante à propos de l’esclavage, la traite négrière, la colonisation, le néocolonialisme, le racisme ou l’immigration massive. Il invite l’élite africaine à retrouver du sens pour porter l’ambition d’offrir de l’espérance aux masses populaires du berceau de l’humanité.
Amateur d’histoire de l’humanité, sa logique rigoureuse dans l’analyse des faits, ainsi que son courage politique, font de lui un auteur qui sort des sentiers battus. Tigori se distingue de cette élite noire, majoritairement incapable d’autocritique, qui perd son temps en jérémiades au lieu d’être exigeante envers elle-même. Avec cet essai, l’auteur veut liquider quatre-vingts ans de mensonge et, ainsi, libérer l’Afrique et l’Europe occidentale… de l’Union soviétique qui est morte depuis bientôt trente ans. Pour que l’attelage Europe-Afrique retrouve de la vigueur, il importe que les Africains sortent de l’irresponsabilité et de l’infantilisme… et les Européens de la repentance ! » 

Commandez ce livre ICI

http://synthesenationale.hautetfort.com/

Sommet de Nairobi : nouvel échec pour les pro-avortements

Sommet de Nairobi : nouvel échec pour les pro-avortements

D’Olivier Bault dans Présent :

Vingt-cinq ans après la conférence du Caire où une coalition de chrétiens et de musulmans avait empêché la reconnaissance internationale d’un droit à l’avortement, les ennemis du droit à la vie pensaient retourner la situation à la Conférence internationale sur la population et le développement (ICPD) organisée du 12 au 14 octobre à Nairobi, au Kenya, par le Fonds des Nations unies pour la population (UNFPA) ainsi que par les gouvernements du Danemark et du pays hôte.

Pour remettre en cause le consensus qui avait été atteint en 1994 au Caire – un consensus qui reconnaît le droit à la vie et refuse la promotion de l’avortement comme méthode de planification familiale –, les organisateurs avaient commencé par exclure de la conférence de Nairobi les organisations pro-vie afin de ne laisser la parole qu’aux partisans de l’avortement dans cette réunion rassemblant les représentants de 160 Etats (contre 179 au Caire il y a 25 ans). Parmi les nombreuses victimes de ces pratiques discriminatoires, la Manif pour tous, qui fait pourtant partie des ONG dotées d’un statut consultatif auprès de l’ONU. Très peu nombreuses étaient donc les organisations pro-vie à cette conférence internationale où il devait être question de planification des naissances et de « droits reproductifs », un euphémisme qui dans le langage de l’ONU désigne généralement le droit de tuer les enfants dans le ventre de leur mère.

Lire la suite « Sommet de Nairobi : nouvel échec pour les pro-avortements »

Municipales : LREM a la « marque honteuse ». Les autres partis aussi

Capture-d%E2%80%99%C3%A9cran-2018-06-16-%C3%A0-20.13.01.png

Il y a une semaine, Le Huffpost, dans un article au titre éloquent, « Les municipales commencent mal pour LREM », faisait le point sur la pétaudière LREM : dissidences, alliances à géométrie variable, avec LR ici (Toulouse), avec le PS là-bas, fronde des Marcheurs historiques (avec la création des Marcheurs libres). Mais surtout, ce qui ressort de cette tambouille préélectorale dans la nébuleuse LREM, c’est le syndrome de la « marque honteuse », identifié par Patrick Vignal, député LREM et candidat à Montpellier :

« Nous aurions dû nous compter au premier tour. Il fallait faire comme aux législatives, quand Macron osait faire les choses et mettre des candidats partout. Pour les municipales, on n’a pas osé et on a eu la marque honteuse. »

Il faisait allusion, entre autres, à Violette Spillebout, candidate à Lille qui, après avoir décroché l’investiture du parti, s’est empressée de déclarer que « les logos vont disparaître » de ses affiches et tracts. Commentaire de Patrick Vignal : « Tous ils font ça […] Il y a quand même une politique de faux-cul dans nos élus : je prends la marque pour la contenir, et dès que j’ai la marque, je deviens “citoyen”. » Au moins, nous voilà prévenus par un gars de la maison. Lire la suite « Municipales : LREM a la « marque honteuse ». Les autres partis aussi »