Benalla : des règlements suspects dans les comptes de campagne de Macron

emmanuel-macron.jpgCertains paiements à des membres du service d’ordre de celui qui n’était alors que candidat à la présidentielle auraient échappé à la CNCCFP.
D’après une information du Monde, plusieurs versements à des membres du service d’ordre (SO) du candidat à la présidentielle Emmanuel Macron, alors dirigé par Alexandre Benalla, n’auraient pas été déclarés auprès de la Commission nationale des comptes de campagne et des financements politiques (CNCCFP), chargée de valider l’ensemble des dépenses de campagne. Plusieurs membres de ce SO ont témoigné, sous couvert d’anonymat, pour le quotidien. 
Alors candidat à l’élection présidentielle, Emmanuel Macron réussit le tour de force de rassembler 15 000 personnes, selon son équipe, lors d’un meeting porte de Versailles, à Paris. Il est alors entouré d’un service d’ordre nouvellement dirigé par un certain Alexandre Benalla, 25 ans, et alors inconnu du grand public. Selon les informations du Monde, la présence des membres du SO n’aurait laissé aucune trace dans les documents comptables remis à la CNCCFP. « J’ai été payé plus tard au QG de campagne, de la main à la main par Benalla, 120 euros en liquide », explique l’un d’eux au quotidien, qui confie également avoir assisté à une distribution de billet « pour dix gars », après un autre meeting. Lui qui a enchaîné les rassemblements et déplacements autour du président entre décembre 2016 et mai 2017, est incapable de présenter une fiche de paie antérieure à février 2017, deux mois après son arrivée. Contacté par Le Monde, Alexandre Benalla s’est, lui, défaussé, renvoyant les journalistes vers les responsables financiers de la campagne et du parti.
[…]
En savoir plus sur valeursactuelles.com
Sur le même thème lire aussi:

Records de température : quelques précisions

capture-decran-2019-07-27-a-15-04-43.png

Paris suffoque, la France suffoque, donc l’Europe doit aussi suffoquer, et pourquoi pas le monde entier ? C’est le pas allègrement franchi par les journaux télévisés du 25 juillet, celui de France 2 en particulier. Oui, il a fait très chaud en région parisienne et dans ce que l’on appelle le Bassin parisien et dans son prolongement vers le Bassin des Flandres et le nord-ouest de l’Allemagne. Mais qu’en est-il réellement ailleurs ?

Pour le savoir, il suffit de consulter des sites météo comme le site allemand http://www.wetterzentrale.de. Pour la journée du 25 juillet (la plus chaude), on peut constater l’étendue de la vague de chaleur mais aussi ses limites. En Biélorussie, par exemple, il ne faisait que 18 ou 19 petits degrés à 14 h. En Irlande et en Écosse, la température n’est pas montée bien plus haut, 20 à 22 °C, et si l’on va jusqu’en Islande, il ne faisait que 12 °C. La Suède a des températures à 30 °C, mais les côtes norvégiennes sont restées froides : 15 ou 16 °C. Plus au sud, en Espagne ou en Italie, par exemple, on s’attendrait à trouver également des températures exceptionnelles. Eh bien, non, elles sont élevées, 28 à 37 °C, 40 °C ponctuellement dans le centre de l’Italie, mais rien d’exceptionnel pour ces pays. Quant au Portugal, dans le nord, il y faisait à peine assez chaud pour se baigner, 19 ou 20 °C, et 26 °C dans le sud. Lire la suite

Gafa : Macron, la Grenouille qui veut se faire aussi grosse que le bœuf ? Journal du lundi 29 juillet 2019

Voir la video

Une nouvelle provocation du président étasunien fait craindre le pire pour la production de vin français. Alors que la France entend taxer les GAFA, Donald Trump menace d’une riposte à la manière de celle menée contre la Chine.

2) Professionnels du tourisme : vers une saison morose ?

Alors que de fortes chaleurs ont touché le territoire national, le secteur touristique a connu une baisse de rythme depuis mi-juin. Un ralentissement inquiétant mais qui peut encore être rattrapé dans les semaines à venir.

3) Les personnes âgées face à la solitude

Alors que de plus en plus de personnes âgées se retrouvent livrées à elles-mêmes, les smartphones leur viennent en aide. De nombreuses applications ont vu le jour pour leur permettre de sortir de la solitude.

4) L’actualité en bref

https://www.tvlibertes.com/gafa-macron-la-grenouille-qui-veut-se-faire-aussi-grosse-que-le-boeuf-journal-du-lundi-29-juillet-2019

Une Europe qui protège son économie par des écluses douanières

L’Europe bruxelloise, en supprimant tous les obstacles aux échanges commerciaux entre l’Union et le monde extérieur, a exposé les entreprises européennes à une concurrence sauvage et déloyale. Ce faisant, elle a provoqué des délocalisations en grand nombre, créé un chômage de masse et initié un processus d’appauvrissement des Européens. Ligne droite considère en conséquence que la nouvelle Union doit suivre une voie inverse et mener une politique commerciale combative fondée sur une régulation des échanges commerciaux à ses frontières.

L’Europe bruxelloise, le bon élève de la classe mondialiste

Depuis 1974, l’organisation bruxelloise s’est engagée dans l’abaissement progressif des droits de douane extérieurs et dans la suppression de tous les obstacles aux échanges. Elle a ainsi tourné le dos à la philosophie première du Marché commun qui prévoyait un tarif extérieur commun et même, comme en matière agricole, le principe de la préférence communautaire. Le marché créé entre les pays d’Europe est dès lors devenu sous la pression britannique un marché ouvert totalement soumis aux vents dévastateurs de la concurrence sauvage venue des quatre coins du monde. Lire la suite

États-Unis : Trump veut classer les « antifas » comme organisation terroriste

Affirmant vouloir «faciliter le travail des policiers» face aux «dégonflés de la gauche radicale», le président américain a annoncé sur son réseau social préféré qu’il envisageait de classer Antifa comme organisation terroriste.

«Nous envisageons de classer Antifa [comme] une organisation terroriste majeure […] Cela faciliterait le travail des policiers», a déclaré le 27 juillet Donald Trump sur Twitter. Habitué aux déclarations houleuses sur le réseau social, le chef d’Etat américain s’est en effet livré à une diatribe sans concession à l’encontre de ceux qu’il a qualifiés de «détraqués» et de «dégonflés de la gauche radicale», affirmant que les antifas avaient pour habitude de frapper des personnes pacifistes avec des battes de baseball.

Donald J. Trump
@realDonaldTrump

Consideration is being given to declaring ANTIFA, the gutless Radical Left Wack Jobs who go around hitting (only non-fighters) people over the heads with baseball bats, a major Organization of Terror (along with MS-13 & others). Would make it easier for police to do their job!

66,7 k personnes parlent à ce sujet

Ces propos s’inscrivent dans un contexte de violences répétées aux Etats-Unis entre d’une part des activistes classés à l’extrême gauche du paysage politique et d’autre part, des partisans de Donald Trump.

(…) RT

http://www.fdesouche.com/1242657-etats-unis-trump-veut-classer-les-antifas-comme-organisation-terroriste

Zoom – Bruno Lafourcade : Le tombeau de la France périphérique

Essayiste et romancier, Bruno Lafourcade puise dans ses souvenirs d’enfance et nous emmène en 1960 dans une famille de la ruralité avec “Le tombeau de Raoul Ducourneau”. Le roman d’un drame familial qui donne voix à une France périphérique désormais au cœur de l’actualité. Le tout dans un style mordant et ironique, véritable signature de Bruno Lafourcade.

https://www.tvlibertes.com/zoom-bruno-lafourcade-le-tombeau-de-la-france-peripherique

NOTRE FEUILLETON ESTIVAL : UN ETE AVEC JACQUES BAINVILLE… (8)

Illustration : La tombe de Rousseau, transportée au Panthéon le 11 octobre 1794, malgré les protestations du marquis de Girardin, chez qui Rousseau fut d’abord enterré. 
Il est significatif et révélateur, ce fait que les Révolutionnaires, pères fondateurs de l’idéologie de la Nouvelle religion républicaine, aient souhaité ce transfert : il veut bien dire quelque chose, « quelque part », comme on dit aujourd’hui dans le jargon…. 
En 1812, pour le centenaire de la naissance de Rousseau, aucune commémoration officielle n’eut lieu : Napoléon avait bien d’autres chats à fouetter, il partait attaquer la Russie, c’était pour lui le commencement de la fin…
Par contre, son bicentenaire fut célébré très officiellement en 1912, par une République encore mal assurée : cette célébration souleva d’ailleurs une tempête de protestations, comme le discours « anti-Rousseau » de Barrès à la Chambre : « profondément imbécile » (pour le Contrat social) et « demi-fou » (pour Jean-Jacques), Barrès n’y était pas allé de main morte !… Comme Jules Lemaître qui, peu auparavant, en 1907, écrivait : « (Rousseau) qui, semble-t-il, ne savait pas bien ce qu’il écrivait.. ». Sans parler bien sûr de « Charles » (Maurras) et son « misérable Rousseau »…
Et puis, en 2012, pour le tricentenaire : rien….

Aujourd’hui : 8. Jean-Jacques Rousseau

« Qu’est-ce que la célébrité ? Voici le malheureux ouvrage à qui je dois la mienne. » Je ne vous donnerai pas en plus de trois ou quatre le nom de l’auteur de ces lignes et vous avez déjà reconnu cet accent de désenchantement et d’orgueil. C’est l’homme que le gouvernement de la République fêtera bientôt au Panthéon qui inscrivait ces mots en tête d’une réédition de son premier ouvrage, ce célèbre et absurde « discours » où il niait la civilisation et l’art dans le pays et le temps même où l’art et la civilisation étaient parvenus au degré d’achèvement le plus haut. On imagine assez bien une sorte de dialogue, pareil à ceux où Rousseau se faisait le juge de Jean-Jacques et dans lequel l’auteur du Contrat social examinerait la séance de la Chambre où il a été question de lui, et où il répéterait, l’appliquant à toute son oeuvre, ses paroles d’une amertume et d’un amour-propre incurables : « Voici le malheureux ouvrage à qui je dois ma célébrité. »

Lire la suite

Migrants : QUI SONT LES FINANCIERS INTERNATIONAUX ?

113 migrants subsahariens, dont des mineurs, sont morts noyés à proximité des eaux territoriales libyennes, à 8 kilomètres des côtes.

Ils ont été envoyés à la mort sur des embarcations qui en aucun cas ne pouvaient traverser la Méditerranée, ni jusqu’à Lampedusa, ni jusqu’à La Valette, par des « passeurs » qui n’ont même pas pris la précaution de prévenir les navires des ONG, comme ils le font d’habitude. Ces navires qui ne sont là que lorsqu’on les attend, avec lesquels on a pris rendez-vous ! Comme cela vient d’être prouvé par la justice italienne.

Ils viennent s’ajouter aux milliers de migrants qui ont déjà péri dans ces traversées, victimes de ces « marchands de chaire humaine », ces esclavagistes du XXIe siècle.

Et nos gouvernants européens, et plus particulièrement ceux de la France, de l’Espagne et d’une douzaine d’autres pays, sont, paraît-il, bouleversés, offusqués, peinés, mais n’entreprennent absolument rien pour que cela cesse.

Le port de La Valette, sur l’Ile de Malte, a accueilli en moins d’une semaine plus de 250 migrants, dont une vingtaine de mineurs isolés.

135 migrants sont actuellement bloqués sur un navire des gardes-côtes italiens, secourus en mer le 26 juillet alors qu’ils étaient entassés sur des embarcations de fortune. Lire la suite

Valérie Bugault décortique le cas Raymond Barre ou la trahison des dirigeants français stipendiés de la finance anglo-américaine

9782917329955-volume-web.jpgRaymond Barre a été doublement remercié pour ses bons et loyaux services au monde financier anglo-saxon, lequel monde avait fermement décidé, une fois De Gaulle éliminé, de prendre la France pour cible.

Les financiers anglo-américains ont « récompensé » Raymond Barre, en tant qu’heureux continuateur de la doctrine Pompidou, d’avoir si bien et si efficacement agi pour étouffer la réforme de l’entreprise voulue par De Gaulle (alors appelée « participation »).

C’est ainsi que le fameux Barre a :

  1. reçu de l’argent sur un compte en suisse
  2. vu une spectaculaire avancée promotionnelle de sa double carrière « d’économiste » – doctrinologue stipendié – et de « politique ». Pour rappel, le monde financier anglo-saxon, dûment et fidèlement relayé par la haute fonction publique « française » compradore, a commencé à attaquer l’économie française dans le début de la seconde moitié des années 1970 (ma famille fut aux premières loges de ce nouveau concept de « ciblage » économique). Les aléas de la société Alstom énergie ne sont que les derniers sursauts de cette volonté de destruction du modèle politique et économique français qui avait émergé à la fin de la 2nde Guerre Mondiale par la grâce du CNR.

Lire la suite