Grand remplacement en Europe. Grande-Bretagne : l’échec du multiculturalisme

grand-remplacement-europe-grande-bretagne-588x330.jpg

Par Paul Tormenen, juriste ♦ Polémia continue son tour d’Europe du Grand Remplacement. Après avoir étudié l’emblématique cas de la Suède puis l’inquiétante submersion démographique de la Belgique et l’espoir d’une réaction politique au Danemark… c’est au tour de la Grande-Bretagne d’être étudiée par Paul Tormenen. La situation y est – comme partout en Europe de l’Ouest – désastreuse.
Polémia

La Grande-Bretagne est confrontée depuis plusieurs décennies à une immigration massive. A l’instar d’autres pays anglo-saxons, ce pays a cherché avec le multiculturalisme à faciliter l’intégration des extra-européens. Ce modèle de société est sérieusement remis en cause depuis quelques années. Suite au vote en faveur du Brexit, l’avenir nous dira si l’establishment permettra aux britanniques de retrouver la maîtrise de leur destin, en particulier dans le domaine migratoire.

Une hausse récente de l’immigration

Si la Grande-Bretagne a connu au cours de son histoire plusieurs vagues d’immigration, en provenance d’Irlande, d’Europe occidentale et de pays du Commonwealth, c’est surtout à partir des années 1990 que les flux ont commencé à augmenter de façon importante. Le contrôle de l’immigration s’est en particulier relâché sous le gouvernement travailliste au pouvoir entre 1997 et 2007 (1). Ainsi, un tiers des immigrés présents en Grande-Bretagne seraient arrivés au Royaume-Uni sous les mandats successifs du premier ministre libéral libertaire Tony Blair. Entre 1997 et 2009, la population étrangère a augmenté de 2,2 millions de personnes, dont la moitié issues de pays du Commonwealth (2). Lire la suite « Grand remplacement en Europe. Grande-Bretagne : l’échec du multiculturalisme »

L’Allemagne admet avoir « totalement » perdu la trace de 160 djihadistes revenus de Syrie

1236499.png

[…]

Un nouveau rapport des renseignements publié par le gouvernement allemand révèle que sur les 1 000 Allemands qui s’étaient déplacés pour rejoindre les rangs du groupe islamiste, 350 sont revenus.

Certains d’entre eux se trouvent dans des prisons allemandes, d’autres attendent d’être jugés, mais d’autres ont pu rentrer en Allemagne et y disparaitre.

Parmi ceux qui ne sont pas revenus, certains sont décédés, d’autres sont incarcérés dans des prisons kurdes en Syrie et en Irak.

Le rapport indique que les rapatriés [les revenants] pourraient poser un risque de sécurité important.

[…]

…certaines de ces personnes ayant l’expérience du combat et prêtes à commettre des actes de violence, indique le rapport. Lire la suite « L’Allemagne admet avoir « totalement » perdu la trace de 160 djihadistes revenus de Syrie »

Que sont les Français devenus ?, par Ivan Rioufol

Ivan-Rioufol.jpg

Que reste-t-il de la galanterie, du respect de la femme, de ces marques d’un peuple éduqué ? Que sont, cher Rutebeuf, les Français devenus ? Depuis le début de l’année, 75 femmes ont été tuées par un mari, un amant, un ami. En riposte, le gouvernement va organiser, le 3 septembre, un “Grenelle des violences conjugales”. Mais la décadence se lit aussi aux insultes qui pleuvent sur les femmes dans les rues, aux mains aux fesses dans le métro ou le bus, aux viols parfois.

Samedi dernier, à Paris, 1 500 personnes se sont retrouvées, place de la République, pour alerter sur cette régression. Toutefois, qu’attendent les femmes qui protestent pour parler clair ? Celles-ci dénoncent un “féminicide”, pour faire comprendre que les tuées l’auraient été parce que femmes. Dans “homicide”, elles entendent “homme”, au lieu d’”humain”. Ces néoféministes imposent au meurtre un mobile – la haine de la femme par l’homme prédateur – qui exclut des sources plus complexes, sociales ou culturelles. Elles obscurcissent les causes. Lire la suite « Que sont les Français devenus ?, par Ivan Rioufol »

Le gouvernement de M. Macron renonce à tout effort pour réduire le déficit

deficit-845x475.jpg

M. Macron s’est présenté pendant l’élection présidentielle comme le sauveur de la France. Il allait, paraît-il, relancer la machine économique et terrasser le déficit. En 2017, son gouvernement assurait qu’en 2022, le budget serait excédentaire. Las ! en 2 ans, ces prétentions ont été balayées malgré les admonestations de la Cour des comptes. Le Pouvoir avait promis en 2017 de réduire de 50.000 le nombre de fonctionnaires d’État, 100.000 étant supprimés par les autres administrations. Or la réduction ne sera que 15.000 et encore ! Peut-être que pour finir, le nombre d’agents de l’État va s’accroître comme en 2018.

Pourtant, lorsque nous nous comparons avec nos voisins européens, nous battons tous les records : 1 fonctionnaire pour 11,6 habitants chez nous ; 1 pour 19,6 en Allemagne ; 1 pour 22 en Grande-Bretagne ! Ces pays ne sont pas pour autant sous-administrés. Ils ne manquent ni d’enseignants ni de policiers. À partir de 2010, le Royaume-Uni s’est lancé dans la suppression de 500.000 postes de fonctionnaires sur 3,5 millions. Cela s’est fait sans drame, en jouant sur les départs en retraite. Ces réformes ont donné un coup de fouet à l’économie britannique. La situation ne s’est ternie que depuis que le Brexit se rapproche. Le déficit budgétaire britannique a été sensiblement réduit, tandis que le taux de chômage est au plus bas, preuve que les réductions des effectifs des agents de l’État produisent rapidement des effets positifs. Lire la suite « Le gouvernement de M. Macron renonce à tout effort pour réduire le déficit »

Qu’est-ce qu’un Homme d’État ?

MDCUMWC4MT72ORSXC6CGFNKDRI.jpg

Bernard Plouvier

Aucun être humain ne doit être calomnié. Mais tout homme public peut et doit être jugé, par ses contemporains d’abord, par la postérité ensuite. Cela ne signifie pas qu’il doive être vilipendé s’il s’est trompé de bonne foi. S’il s’est avéré médiocre, voire nul, il doit être dénoncé comme tel. S’il est prouvé qu’il a nui à sa nation ou à d’autres, sa mémoire doit être honnie. 

A contrario, un véritable grand homme doit être fêté. C’est le cas des authentiques Hommes d’État.

Il devrait être acquis pour tout le monde, au vu de la simple actualité, qu’être ministre ou chef d’État ne suffit pas pour obtenir cette appellation, sauf de la part des flatteurs, ces individus dont on sait depuis longtemps qu’ils vivent aux dépens de ceux qu’ils encensent.

Il est évident que la direction des affaires publiques, même en temps de guerre, ne suffit pas à faire d’un politicien un homme d’État. L’on doit exiger, pour accorder ce rare statut à un homme public, qu’il ait transformé, en l’améliorant, le cadre de la vie politique et sociale de son peuple ou qu’il ait résolu une grave crise morale ou économique.

Dans notre monde actuel, même le plus enragé des russophobes doit convenir que Vladimir Poutine a radicalement redressé la situation de la Russie. Alors qu’on chercherait vainement un Président de la République française bénéfique à la nation, parmi ceux qui sont en vie.    

Qu’on l’ait appréciée ou non n’est d’aucune importance, mais il est clair que Margaret Thatcher fut très brillante à la tête de la Grande-Bretagne, lui assurant une prospérité inconnue depuis 1919. Et son exemple prouve qu’en matière d’Homme d’État, on a surtout connu des femmes Outre-Manche : Elisabeth Ièreet Maggie. 

Lire la suite « Qu’est-ce qu’un Homme d’État ? »

Marine Le Pen qualifie « d’inadmissible » l’occupation du Panthéon par des « gilets noirs »

marine.jpgQuelques heures après que, ce vendredi en début d’après-midi, le Panthéon à Paris a été occupé par plusieurs centaines de « gilets noirs » qui dénoncent la situation des sans-papiers, les politiques s’emparent du dossier.
Sur Twitter, la présidente du Rassemblement national Marine Le Pen s’est montrée scandalisée, qualifiant « d’inadmissible » de « voir des clandestins revendicatifs occuper, en toute impunité, ce haut lieu de la République ».

Embedded video

Marine Le Pen
@MLP_officiel

Il est INADMISSIBLE de voir des clandestins revendicatifs occuper, en toute impunité, ce haut lieu de la République qu’est le .
En France, le seul avenir d’un clandestin devrait être l’expulsion, car c’est la LOI. MLP

2,987 people are talking about this

[…]
En savoir plus sur bfmtv.com
Sur le même thème lire aussi: 
➜ Plusieurs centaines d’immigrés clandestins ont occupé le Panthéon

https://www.peupledefrance.com/2019/07/marine-le-pen-inadmissible-occupation-pantheon-gilets-noirs.html

Grand remplacement en Europe : l’Autriche veut éviter le pire

Polémia continue son tour d’Europe du Grand Remplacement. Après avoir étudié l’emblématique cas de la Suède puis l’inquiétante submersion démographique de la Belgique, l’espoir d’une réaction politique au Danemark, le désastre multiculturel britannique et enfin le suicide de l’Allemagne… c’est au tour de l’Autriche d’être étudiée par Paul Tormenen. La situation y est compliquée mais les dirigeants de ce pays tentent d’éviter le pire !

L’immigration en Autriche a pris ces dernières décennies, comme dans d’autres pays européens, une ampleur inégalée. La transformation rapide et profonde du pays a contribué à amener au pouvoir en 2017 une coalition résolue à donner une nouvelle orientation à la politique migratoire. Bien que le gouvernement dirigé par le chancelier Kurz ait mis un terme anticipé à son mandat, ses premières mesures ont tranché avec le laxisme des gouvernements précédents.

L’immigration en Autriche : une ampleur inégalée dans les dernières années

L’Autriche a connu au cours du 20e siècle plusieurs vagues migratoires. La répression politique et la pauvreté dans les anciens pays communistes d’Europe de l’est ont fait affluer près de 180 000 hongrois en 1956, 162 000 Tchèques et Slovaques en 1968 et 33 000 Polonais en 1981. La guerre lors de la dislocation de la Yougoslavie a également amené dans les années 1990 de nombreux réfugiés dans le pays (1).

Mais c’est à partir des années 1970 que l’immigration a décollé, le nombre de ressortissants étrangers passant de 326 000 en 1978 à 713 000 en 1994. Dans les années 2000, le nombre d’étrangers arrivant chaque année dans le pays a continué à augmenter, passant de 82 000 en 2006 à un pic en 2015, avec 198 000 arrivées (2). Un nombre à rapprocher à la population totale de l’Autriche, 8,2 millions (3).

L’immigration nette (immigration moins émigration) est excédentaire en moyenne de 77 000 personnes par an dans la période 1998-2017.

La proportion d’habitants en Autriche nés à l’étranger est en augmentation croissante : elle est passée de 9,7 %en 2007 à 16,2 %en 2019 (4).Le gouvernement évalue à 22,8 % la population issue de l’immigration (5). Le nombre total d’étrangers est passé de 804 000 en 2007 à 1,395 millions en 2017. Ceci bien que sur le période 2006-2016, la nationalité autrichienne ait été accordée à 1,3 millions de personnes (6).

Lire la suite « Grand remplacement en Europe : l’Autriche veut éviter le pire »

Les grandes impostures (3) : Les « valeurs « de la « droite » chiraquienne.

6176057lpw-6177222-article-chirac-jacques-jpg_3890013_660x281.jpg

Franck Timmermans

Membre du Bureau politique du Parti de la France
Sitôt tombés les résultats des Européennes, les Médias lancèrent l’hallali, et la stratégie du duo Wauquiez – Bellamy fut vite taillée en pièces. Evidemment, et c’est à cela que se reconnaît la Droite française, ses propres caciques s’étaient rués sur la carcasse pour en découdre avec Sens Commun responsable présumé de l’horrible dérive réactionnaire. Au banquet on pouvait reconnaître le mufle écumant de Raffarin, suivi des incontournables Bachelot, Devedjian, Estrosi, tous pour la plupart déjà acquis à Macron. Mais la curée fut aussi couronnée par le revirement empressé des scélérats de la Droite forte, l’ancien fronto-mégrétiste Peltier et Geoffroy Didier. Enfin, le coup de grâce à l’aventure droitière des LR fut apporté par sa Majesté Sarkozy, qui avait pourtant oint l’initiative d’une tape dans le dos encourageante. Cet incroyable règlement de compte entre seconds couteaux d’une famille enfin agonisante illustre assez bien la veulerie de ces gens, même au sortir d’une élection sans grand enjeu pour le Pays. La peur, la haine, la trahison des idées, oui c’est à cela que se reconnaît la Droite française que l’on peut qualifier de « chiraquienne » pour ces 45 dernières années. En juin 1984, Chirac avait en effet prévenu : « J’exclus toute négociation avec M. Le Pen, tant son idéologie diffère de la nôtre ! ».
De quelle idéologie s’agissait-il ? Philippe Tesson répondait d’ailleurs à Chirac dans le Quotidien de Paris du 9 juin : « si Le Pen réalise de bons scores c’est parce qu’il voit venir vers lui de la gauche comme de la droite des électeurs frustrés dont le dépit confine à la rage (…) des votes d’humeur sans portée idéologique profonde et auxquels Le Pen est lui-même incapable de donner une portée idéologique profonde. ». Peut-être que Tesson venait de trouver la définition du Populisme…

Lire la suite « Les grandes impostures (3) : Les « valeurs « de la « droite » chiraquienne. »

Puisqu’ on vous dit que c’est pour votre bien…

justice-aveugle-bis.jpgSur le site du Point, Aziz Zemouri consacrait hier un article au sénateur LR marseillais et « gaulliste social » Bruno Gilles. Après « la débâcle de LR aux élections européennes combinée aux très mauvais scores de la liste Bellamy dans les bureaux de vote marseillais» , «Bruno Gilles s’est offert le surprenant ralliement de Vincent Vidal, responsable local du parti d’extrême droite et islamophobe Souveraineté identités et libertés (Siel). » « Bruno Gilles serait-il lui-même devenu sensible aux sirènes du  grand remplacement » ? s’interroge M.Zemouri qui ne manque pas de rappeler qu’ en février 2019, cet élu LR «annonçait sur les ondes de Radio Gazelle, une radio communautaire locale, que s’il était élu maire de Marseille, il s’engageait personnellement à ce que le nom du jeune Ibrahim Ali, assassiné par des colleurs du FN à l’âge de 17 ans, soit rajouté à une avenue des quartiers nord.» Petite précision sémantique au passage à l’adresse de l’auteur de l’article: l’assassinat, contrairement au meurtre, induit la préméditation, la volonté de tuer la victime avant d’accomplir son acte, or ce ne fut le cas dans ce terrible drame qui a vu la mort de ce jeune comorien, membre de la bande B-Vice , le 21 février 1995. Cette parenthèse étant fermée, Aziz Zemouri estime non sans raison que la « stratégie politique (de M. Gilles) qui consiste à courtiser l’électorat musulman ou comorien tout en draguant des élus qui dénoncent l’africanisation et l’islamisation de l’Europe laisse songeur.» Lire la suite « Puisqu’ on vous dit que c’est pour votre bien… »