Charles Gave : « L’état de la droite en France est absolument abominable »

Ajoutée le 31 mai 2019
Quelques jours après les #élections #européennes, Sputnik est allé à la rencontre de Charles Gave, économiste, financier et président de l’Institut des Libertés.

Nous avons évoqué avec lui les conséquences de ce scrutin ainsi que les #économies européenne et américaine.

Notre capacité à nier le danger devient spectaculaire

Notre capacité à nier le danger devient spectaculaire

De Paul-Marie Coûteaux dans La Nef :

Quiconque s’est un jour penché sur l’Histoire ne peut qu’être frappé par la capacité des hommes à s’aveugler devant les dangers collectifs qui les menacent, et les plus immédiats. On pense à l’espèce d’obstination avec laquelle les Français (et les Anglais) refusèrent de voir, au long des années trente, la montée du péril allemand – péril pourtant annoncé dès les premières victoires d’Hitler (près de 38 % aux élections de juillet 1932), et d’autant plus évident que son effrayant programme Mein Kampf avait été publié en 1925. Rares furent ceux qui s’alarmèrent – l’Action française dès 1930, ou le futur Pie XII qui, bien en vain, écrivait en 1929 : « C’est un homme à enjamber des cadavres et à fouler aux pieds tout ce qui est en travers de son chemin. » L’aveuglement des Européens fut si constant que, en 1939 encore, alors qu’Hitler violait les accords de Munich signés six mois plus tôt en envahissant la Bohême et la Moravie, le Premier britannique, Neville Chamberlain, répugnant à s’entendre avec Staline, n’accepta son offre d’alliance qu’après des mois de tergiversations, envoyant des plénipotentiaires par le bateau le plus lent qu’il avait trouvé : en août, las d’attendre, Staline finit par accepter l’offre d’alliance de Ribbentrop et signa le traité qui ouvrit à Hitler l’invasion de la Pologne, plongeant l’Europe dans les ténèbres que l’on sait.

Lire la suite « Notre capacité à nier le danger devient spectaculaire »

Nouveaux clivages certes

6a00d8341c715453ef0240a461bd60200c-320wi.jpgToute une partie, que l’on situe à droite sur l’éventail des opinions politiques, restera toujours convaincue de l’absence de nouveauté sous le soleil. Pour un réactionnaire digne de ce nom, les choses ne sauraient se reproduire qu’à l’identique. Pour son adversaire de gauche, au contraire, on repartira toujours à zéro, car les leçons du passé, outre que l’idéologie cherchera de façon perpétuelle à en effacer la mémoire, ne servent à rien.

La cause de la vérité et de la liberté ne peut se confondre, bien sûr, avec ces deux types d’aveuglements symétriques. Héraclite semble l’avoir déjà située dans les fulgurants fragments qui nous ont été transmis, à plus de 2 500 ans de distance, aux alentours de la 70e olympiade : « la seule chose qui ne change pas c’est le changement ».

Des clivages évolutifs, on pourrait en évoquer pas mal.

D’autres reviendront à reprendre le combat des mêmes contre les mêmes, sous des apparences différentes.

Ainsi l’affaire Vincent Lambert déchaîne-t-elle de vraies passions. Sans doute n’existerait-elle pas sans le progrès médical des dernières décennies. Or, elle recrée un partage des eaux, à la fois inédit et renouvelé, entre défense de la vie et hantise de la déchéance. Lire la suite « Nouveaux clivages certes »

Le chanteur Christoff BZH va bientôt sortir un nouvel album CD

IMG_4139.jpeg

Christoff, guitariste et chanteur politiquement incorrect qui avait donné un concert lors de la 11e journée de Synthèse nationale en octobre 2017, a annoncé aujourd’hui qu’il donnait une suite à son premier album l’armée du silence, un album professionnel et sans concession que nous conseillons à tous nos lecteurs. Cet album s’intitulera au crépuscule des braves.

Pour suivre l’artiste, abonnez-vous à sa page Facebook.

Pour le découvrir, voici un de ses clips :

Site Kroc blanc cliquez ici

http://synthesenationale.hautetfort.com/

Européennes. En Europe centrale, victoire des identitaires

communisme-europe-javier-portella-illiberalisme-588x330.jpg

Par le Visegrád Post ♦ Si les médias français ont consacré la quasi-intégralité de leur temps d’antenne à analyser les résultats nationaux des élections européennes, le scrutin ne s’est évidemment pas limité aux frontières de l’hexagone ! Le Visegrád Post nous offre une bouffée d’air frais en analysant avec minutie les résultats des pays du groupe de Visegrád : Hongrie, Slovaquie, Tchéquie et Pologne.
Dans ces pays, les scores des partis opposés à l’immigration sont très élevés.

Comme partout dans l’Union européenne, le taux de participation à l’élection européenne a été faible dans les pays du V4. Cependant, dans chacun des quatre pays du Groupe de Visegrád, l’élection européenne de 2019 a connu une participation record, comme le montre le tableau ci-dessous :

  Hongrie Slovaquie Tchéquie Pologne
2019 43,37 22,74 28,72 42,96
2014 28,97 13,05 18,20 23,83
2009 36,31 19,64 28,22 24,53
2004 38,50 16,96 28,32 20,90

Taux de participation en pourcentage, par pays et par année, aux élections européennes. Record de participation dans chacun des pays du V4.

Hongrie

Source : resultats-elections.eu

Lire la suite « Européennes. En Europe centrale, victoire des identitaires »

Le Rassemblement national est désormais un parti du Système

768px-logo_rassemblement_national-svg.png

« J’ai siphonné les voix du Front national », se vantait Nicolas Sarkozy, après son élection en 2007. On se demande ce qu’il siphonne, désormais, contemplant la débâcle de son parti aux élections européennes.

Du côté du Rassemblement national, on peut dire, à juste titre : mission accomplie. Au terme d’une lutte de plus de quarante ans, ce parti fondé sur un nom – Le Pen – et sur un thème – l’immigration – vient de s’imposer comme le champion unique de la droite populaire.

De fait, selon un sondage Ifop-Fiducial pour Paris MatchCNews et Sud Radio publié ce mercredi 29 mai, Emmanuel Macron et Marine Le Pen s’opposeraient de nouveau, avec des scores supérieurs à ceux de 2017, si le premier tour de l’élection présidentielle avait lieu dimanche prochain.

Renforcé par l’état sécuritaire du pays, qui lui donne raison tous les jours, autant et plus que par la tactique de LREM visant à en faire son adversaire principal, le Rassemblement national se maintient en tête des suffrages, élection après élection, dans les scrutins proportionnels.

Le changement de nom, en 2018, fut une opération bénéfique. Parvenu à ces sommets électoraux, il ne s’agit plus de faire « front » contre mais d’unir et de rassembler pour la conquête réelle du pouvoir, qui est en soi un exercice de pacification et d’unité.

Les Républicains, de leur côté, sont pris en étau entre le parti libéral libertaire créé par Emmanuel Macron et le RN, parti conservateur et populaire. Leur réservoir de voix s’amenuise comme peau de chagrin. La bourgeoisie mondialisée a choisi son camp, et la bourgeoisie conservatrice, espèce aussi brillante que menacée, pèse moins de deux millions de voix.

Il est temps de le constater : la compétition au suffrage universel tendant inexorablement au bipartisme, RN et LREM font désormais système. Le Rassemblement national est le nouveau parti de la droite.

Ce nouveau statut est un défi pour le RN. Encore structuré comme une tribune d’opposition, le parti doit se doter des cadres, locaux et nationaux, qui rendront l’alternance crédible et rassurante.

Des cadres qui ne se satisfassent pas de réagir, de critiquer, de dénoncer, mais des cadres qui proposent, rassemblent, construisent, perçoivent la complexité de l’action, savent l’inscrire dans le temps long, travaillent avec compétence et lucidité.

Théophile Morel

https://www.bvoltaire.fr/le-rassemblement-national-est-desormais-un-parti-du-systeme/

Dossier Trump : La preuve que Mueller est une ordure

mueller-cartoon-ben-garrison_1_orig.jpg

Prenant la parole pour la première fois en deux ans, le procureur spécial Robert Mueller a affirmé mercredi que « Si nous avions eu la conviction que le président n’avait clairement pas commis de délit, nous l’aurions dit ». En d’autres mots, Mueller refuse d’exonérer le président en dépit de l’absence de preuves qu’il a, en vain, mis deux ans à chercher.

Honte à Robert Mueller d’avoir abusé de son rôle

La déclaration du procureur spécial, Robert Mueller, lors d’une conférence de presse mercredi (29 mai), selon laquelle « si nous étions confiants que le président n’a manifestement pas commis de crime, nous l’aurions dit », est pire que la déclaration faite par James Comey, alors directeur du FBI, concernant Hillary Clinton pendant la campagne présidentielle de 2016.

Comey avait déclaré lors de sa conférence de presse de juillet 2016 :

« Bien que nous n’ayons pas trouvé de preuves claires que la secrétaire d’État Clinton ou ses collègues avaient l’intention de violer les lois régissant le traitement des informations classifiées, il est prouvé qu’ils ont été extrêmement négligents dans leur traitement des informations hautement confidentielles très sensibles ».

Comey a été universellement critiqué pour avoir outrepassé sa responsabilité en se prononçant sur le fait qu’il y avait suffisamment de preuves pour inculper Clinton.

Mueller, cependant, a fait pire. Il est allé au-delà de la conclusion de son rapport et a fait un cadeau politique aux Démocrates du Congrès qui cherchent à entamer des procédures de destitution contre le président Trump. Lire la suite « Dossier Trump : La preuve que Mueller est une ordure »

Vous avez aimé la machine à perdre ? Avec Geoffroy Didier, vous allez la garder

Vous avez aimé la machine à perdre ? Avec Geoffroy Didier, vous allez la garder

Geoffroy Didier, secrétaire général des Républicains, s’est livré à une charge contre “la droite”, dans une tribune publiée sur le site du Monde. N’ayant pas encore compris que les électeurs libertaires de LR sont partis chez Macron tandis que les autres se rallient au RN, il appelle à gauchir encore plus son parti :

Je propose que la droite se pose au moins la question de l’ouverture de la procréation médicalement assistée, qui serait une avancée sociale comme le furent de fait le mariage pour tous, et avant le PACS, et avant l’IVG”.

https://www.lesalonbeige.fr/vous-avez-aime-la-machine-a-perdre-avec-geoffroy-didier-vous-allez-la-garder/