Gilets jaunes réunis en AG à Saint-Nazaire : vers la gauchisation définitive du mouvement ?

Le jour de l’acte XXI qui, selon les chiffres du gouvernement, marquait la plus faible mobilisation du mouvement, des délégations de 235 groupes de gilets jaunes se réunissaient à Saint-Nazaire.

Ils étaient donc 700 représentants à être venus débattre. 
Et Le Monde rendait compte de cette « professionnalisation » du mouvement en ces termes :
« L’organisation nazairienne aux faux airs de festival altermondialiste soulignait ce changement d’envergure : badges de couleurs pour différencier les statuts des participants – vérifiés à l’entrée –, tente pour les nombreux médias “accrédités” avec des “points presse”, trois cantines extérieures pour contenter végétaliens et carnivores, et même un “off” pour les citoyens et les “gilets jaunes” n’ayant pas pu rentrer. »
À regarder les images, les thématiques débattues, l’ambiance, on a plutôt l’impression que l’altermondialisme et le gauchisme ont bien récupéré le mouvement, ou tout au moins cette partie du mouvement.
Un mouvement populaire (dans tous les sens du terme) sans chef et sans ligne, ça attire forcément les chefs et les lignes sans peuple. 
Et ils sont nombreux : anticapitalistes de toutes obédiences, unissez-vous pour récupérer !
Aline Leclerc, l’envoyée spéciale du Monde, a bien noté ce glissement : « C’est que la lutte a aussi changé d’échelle : partie d’un combat contre les hausses des taxes contre le carburant, ils revendiquent désormais un changement de système, et reprennent en cœur les “anti-anti-anticapitalistes” entendus dans les manifestations. Inimaginable les premiers temps. »
Et l’entrisme gauchiste ou altermondialiste se voit gros comme le nez au milieu de la figure, même si certains gilets jaunes sincères font preuve d’une naïveté remarquable :
« On savait qu’ici, on trouverait des gens calés, des professeurs, des scientifiques. C’est ça, la mixité du mouvement, y a des gens de la base et puis des gens qui savent plein de choses. »
Ah, des gens qui savent plein de choses… et qui savent mieux que vous ce que vous voulez et les raisons de votre révolte, bien sûr, et qui vont vous aider !
Dernier indice de cette récupération gauchiste bien avancée ? 
Les interrogations – assez naïves, aussi – sur la baisse de la mobilisation, du soutien dans l’opinion. Les délégués gilets jaunes la mettent sur le compte des violences. 
« On a perdu beaucoup de femmes qui avaient peur de la répression. », explique une déléguée au Monde.
Peut-être avaient-elle senti, aussi, la récupération et la trahison de l’impulsion initiale, non ? 
Dominique Monthus

Le cardinal Sarah, très critique sur l’afflux d’immigrés clandestins en Europe

migrants_9131-gr-p5-600x400.jpg

 INTERNATIONAL (NOVOpress avec le bulletin de réinformation de Radio Courtoisie) : 
Contrairement au pape François, le cardinal Sarah, originaire de Guinée, ne mâche pas ses mots quant au déferlement migratoire que subit l’Europe depuis quelques années.

À l’occasion de la sortie de son dernier livre, « Le soir approche et déjà le jour baisse», le cardinal a déclaré, sans langue de bois, à nos confrères de L’Incorrect que « Dieu ne veut pas la migration… Vous êtes envahis par l’islam ».

Scandalisé par l’utilisation des Évangiles à des fins politiques et immigrationnistes, le préfet de la Congrégation pour le Culte Divin et la Discipline des Sacrements, craint qu’une trop grande arrivée de personnes étrangères à la culture européenne ne bouscule l’identité du vieux continent, et donc le christianisme qui a contribué à la façonner.

Voilà des mots qui émoustillent le politiquement correct qui n’est malheureusement pas étranger à la plupart des discours de la hiérarchie ecclésiastique et qui aurait pourtant fait frémir plus d’un pape.

Macron, le fossoyeur de la Police ? – Journal du mardi 9 avril 2019

https://chaine.tvlibertes.com/widget/macron-le-fossoyeur-de-la-police-journal-du-mardi-9-avril-2019

Macron, le fossoyeur de la Police ?

Un suicide tous les quatre jours dans la police. Depuis le début de l’année, déjà 31 membres des forces de l’ordre se sont données la mort… La perspective d’une année noire se profile sans qu’aucune décision politique ne soit à l’ordre du jour.

Retrouvez le Zoom avec Laurent Cassiau « Un commandant de police à visage découvert »

L’État d’urgence fiscale : la nouvelle boîte à outils ?

Alors que le Grand Débat National touche à sa fin, le premier ministre, Edouard Philippe, a présenté les premières conclusions. Pour esquisser une sortie de crise, le chef du gouvernement met le cap sur l’exaspération fiscale. Une parade loin de répondre aux principales revendications des gilets jaunes.

Retrouver l’émission Politique & Eco avec Philippe Nemo : L’impôt est-il légitime ?

Institut Iliade : un 6e colloque pour la route

L’actualité en bref

https://www.tvlibertes.com/macron-le-fossoyeur-de-la-police-journal-du-mardi-9-avril-2019

Grand blabla national : tout ça pour ça

Grand blabla national : tout ça pour ça

Lors d’un bref discours prononcé à l’issue de la cérémonie de restitution du grand débat national, le Premier ministre a constaté :

«La première exigence, c’est en fait une immense exaspération fiscale». «Mon gouvernement en assume sa part de responsabilité, et en a tiré conséquence en annulant la hausse de la taxe carbone»… de 2019 mais pas de 2018…

«Notre pays a atteint une sorte de “tolérance fiscale zéro”. Les débats nous indiquent la direction à prendre: nous devons baisser, et baisser plus vite les impôts».

Il a donc fallu 4 mois de grand débat, des dizaines de déplacements du président, des centaines de réunions et des heures de soliloque, pour que Emmanuel Macron constate que les Français veulent payer moins d’impôts ? Que des Français, asphyxiés par des taxes en tout genre, ne parviennent plus à joindre les deux bouts, notamment avec la hausse des prix à la pompe ?

Et donc, on baisse les impôts ? Édouard Philippe a expliqué qu’«il reviendra au président de la République de donner les grandes orientations» de la sortie du grand débat, lors d’une expression qui est prévue à la mi-avril. Il reviendra ensuite au gouvernement de travailler avec le Parlement, les partenaires sociaux, les élus locaux, et les acteurs associatifs pour apporter des réponses concrètes. Bref, ce n’est pas encore pour demain…

https://www.lesalonbeige.fr/grand-blabla-national-tout-ca-pour-ca/

Les croire serait pire qu’une erreur, ce serait une faute

rodin-le-penseur.jpgDepuis le Grand Palais hier, le Premier ministre Edouard Philippe s’est livré à l’exercice dit de « restitution du Grand débat » après deux mois de consultation citoyenne qui ne fut que poudre aux yeux et diversion pour gagner du temps. En septembre 2007 à Calvi (Corse), François Fillon  avait créé l’émoi en confessant qu’il était «  à la tête d’un Etat qui est en situation de faillite sur le plan financier (…) qui est depuis 15 ans en déficit chronique, (…) qui n’a jamais voté un budget en équilibre depuis 25 ans. Ça ne peut pas durer ». Faut-il croire que oui, finalement, ça peut durer douze ans après ce constat,  alors que la situation économique de notre pays s’est encore aggravée ? Et peut-on encore alourdir, pour rétablir les comptes de l’Etat, taxes et impôts qui matraquent les Français et ce, avec un résultat particulièrement délétère pour les catégories populaires et les classes moyennes en voie de déclassement ? Lire la suite « Les croire serait pire qu’une erreur, ce serait une faute »

Alliance atlantique : soixante-dix ans, ça suffit !

Screen-Shot-06-16-17-at-10.15-PM.jpg

Jean-François Touzé

Délégué national du Parti de la France aux Études et Argumentaire
Le 4 avril 1949, était signé le Traité de l’Atlantique Nord, ouvrant la porte à la création de son organisation militaire intégrée, l’OTAN.
Soixante-dix ans plus tard, la menace soviétique disparue, les divergences entre les États-Unis et l’Europe, tant au niveau stratégique qu’économique et commercial allant en s’élargissant, les intérêts des uns, en matière diplomatique ou militaire, ne rencontrant pas spontanément ceux de l’autre, rien ne subsiste plus de la nécessité d’un Pacte euro-atlantique.
Face à la menace d’une extension du communisme soviétique vers l’Europe d’ouest, l’Alliance atlantique fut un outil de résistance et d’endiguement (Containment Strategy). Elle fut la marque d’une volonté de solidarité du monde libre, et c’est pourquoi, dans son immense majorité, la Droite nationale, jusqu’à la fin des années 1980, eut pour position constante d’y être favorable (Jean-Marie Le Pen, par anticommunisme et par réaction à la position gaulliste, fit, très logiquement, de la réintégration de la France au sein du commandement intégré de l’OTAN, un point fort de sa première campagne présidentielle en 1974). Une position largement partagée dans notre camp même si, dès le début de la mise en exercice du Traité, de sérieux doutes se firent jour sur l’automaticité d’une riposte militaire venue de la lointaine Amérique en cas d’attaque soviétique sur le vieux continent, et malgré la pleine conscience qu’avaient les diverses organisations nationales du caractère humiliant d’une situation de protégés, autrement dit de vassaux, dont les États-Unis jouaient pour maintenir Europe de l’ouest en état de dépendance, comme finit par le reconnaître John Foster Dulles, Secrétaire d’État de 1954 à 1959.
Le départ, en 1966, de l’organisation intégrée, voulue par De Gaulle, si elle eut pour effet de réjouir le Kremlin et de provoquer la colère de Washington, ne changea pas profondément la donne si ce n’est en rendant une indépendance de façade et d’apparence à la France.

Lire la suite « Alliance atlantique : soixante-dix ans, ça suffit ! »

Espagne : la Reconquista avance

flag_flagpole_spain-1077258-845x475.jpg

Alors que Vox, le parti souverainiste qui croît sans cesse, réunit des milliers de gens lors de ses rassemblements (15.000 à Barcelone, presque 9.000 à Leganés, ceinture rouge de Madrid), les partis du Système ne parviennent, en revanche, qu’à en rassembler quelques centaines. Voilà des chiffres qui contredisent ceux que les instituts de sondage donnent pour les élections du 28 avril, où ils ne créditent Vox que de 15 % des suffrages. Il est vrai que, lors des dernières élections andalouses, ils n’accordaient à Vox que 1 ou 2 députés, alors qu’il en a obtenu 12. Si le même pourcentage d’écart devait se répéter maintenant, Vox aurait… la majorité absolue au Parlement !

Que se passe-t-il, en Espagne ? Il se passe que quelque chose d’énorme vient d’exploser. Et ce quelque chose a un nom : le sentiment national. Appelez-le nationalisme, si vous préférez, mais à la condition de lui enlever toute connotation chauvine : il n’en a aucune. Et lorsque ce qui éclate tient aux sentiments du cœur – à l’identité, à l’être – plutôt qu’à de simples raisons ou intérêts, c’est alors, et alors seulement, que les grandes choses, les grands mouvements historiques peuvent éclore. Lire la suite « Espagne : la Reconquista avance »

Châteaumeillant (18) : Comment s’habillaient les Gaulois ?

Comment s’habillaient les Gaulois ? Comment étaient leurs métiers à tisser ? Leurs tissus étaient-ils colorés ? Et si oui, pourquoi ? C’est tout cela que cherche à comprendre la tisserande Marie-Pierre Puybaret, une passionnée d’archéologie expérimentale. […]

[…] Face à ce métier inédit, Marie-Pierre Puybaret retrouve les gestes d’un autre âge. « On tisse vers le haut et non vers soi ! Les gens du néolithique possédaient un savoir faire très pointu. Cela rend humble. » En Suisse, en Allemagne, au Danemark, elle découvre des livres non traduits qui la guident. « J’ai reconstitué des vêtements de l’âge de bronze, qui étaient en lin parfois, et très souvent en laine brune. À l’époque, la mode change tous les mille ans ! »

A l’âge du fer, une nouvelle mode coïncide avec l’arrivée de Celtes, venus d’Europe de l’Est. Dans leurs bagages, il y a des moutons à toison blanche et cela va tout changé. Car cette laine blanche, on va pouvoir la teindre. « Les Gaulois maîtrisaient la teinture végétale. Le rouge de la garance?; le jaune de la camomille ou des fleurs de sureau. Le jaune est la couleur la plus facile à faire ! » Sur les vêtements gaulois apparaissent les carreaux, les rayures. Les Gaulois inventent les pantalons, « les brais ». « Avant, on portait un pagne et une tunique de laine. » Les brais vêtiront les Mérovingiens, les Carolingiens, « les gens simples du Moyen-Âge ».

Les gens du néolithique tissent selon leur besoin, « il n’y avait pas de surproduction. » À l’âge de bronze, il n’y a pas d’artisan. Dans chaque famille, quelqu’un tisse. Les vêtements se transmettent de génération en génération. « On a retrouvé des tuniques reprisées quarante fois. Chez les Gaulois, pour un vêtement, entre le filage, la teinture et le tissage, il faut compter huit semaines de travail. » […]

Le Berry

http://www.fdesouche.com/1183743-chateaumeillant-18-comment-shabillaient-les-gaulois