Il faudra bien qu’un jour, on fasse passer les exigences d’une démocratie efficace avant les illusions

hands-in-handcuffs-1462608384jCK.jpg

Rien n’est simple, je l’admets, en politique.

Alors qu’on affirme que le président de la République est toujours honni par une majorité de Français et que les gilets jaunes donnent leurs remèdes univoques pour sortir de la crise – alors que, sans doute, le gros de celle-ci est derrière la République -, LREM, aux élections européennes, selon un dernier sondage, distancerait nettement le RN, 25 % et 19 %, alors que LR peinerait à atteindre 10 % (BVA-Le Point).

Il faut se garder de prendre ses convictions et ses détestations pour celles de la France tout entière. Et, si les gilets jaunes se sont accrus à proportion du mépris inepte qu’ils ont inspiré à quelques influenceurs, il n’est pas interdit, aujourd’hui, de les considérer lucidement, sans les sanctifier ni les vouer aux gémonies.

Pendant les débats et les polémiques – notamment celle, scandaleuse, que le gouvernement a initiée en donnant une leçon de séparation des pouvoirs à la commission sénatoriale au moment même où lui-même la violait -, des projets s’élaborent, des dangers se précisent et la naïveté prospère.

Il y a une douceur infinie dans le fait de ne jamais tirer le moindre enseignement du réel. On se sent bien, on se sent mieux. Il est capital pour certains – malheureusement, ils décident pour nous ! – d’avoir une belle âme. Alors que le cours de ces dernières années démontre qu’il convient de changer le logiciel judiciaire et social en privilégiant une forme de rigueur plus que la facilité de la mansuétude dont d’autres feront les frais. Dans cette sévérité, donner sa part à la compréhension, tant qu’on veut, mais non l’inverse.

Lire la suite « Il faudra bien qu’un jour, on fasse passer les exigences d’une démocratie efficace avant les illusions »

Salon de l’Agriculture : la prolongation du grand débat macronien ? – Journal du 25 février 2019

https://chaine.tvlibertes.com/widget/salon-de-lagriculture-la-prolongation-du-grand-debat-macronien-journal-du-25-fevrier-2019

Salon de l’Agriculture : la prolongation du grand débat ?

Comme chaque année, le salon de l’agriculture draine l’essentiel du paysage politique. Dans la lignée du grand débat, Emmanuel Macron s’est prêté à un véritable marathon avec une visite de 14 heures.

Gilets Jaunes : un acte XV qui tient toujours

Après une semaine médiatique compliquée, les gilets jaunes ont de nouveau battu le pavé, samedi. Malgré la pluie de critiques, l’acte XV a rassemblé plus de monde et prouve que la motivation reste intacte.

Venezuela : la guerre des images

De violents affrontements ont éclaté samedi aux frontières brésilienne et colombienne. En cause l’arrivée de camions humanitaires à destination du Venezuela… un chao entretenu par l’opposant Juan Guaido, plus que jamais soutenu par Washington.

L’actualité en bref

https://www.tvlibertes.com/salon-de-lagriculture-la-prolongation-du-grand-debat-macronien-journal-du-25-fevrier-2019

Pacte de Marrakech. Libération reconnaît le rôle de lanceur d’alerte de Polémia

Pacte-Marrakech-liberation-polemia-lanceur-alerte-588x330.jpg

Par André Posokhow, consultant ♦ Sur le thème des migrations, le parti immigrationniste a dénoncé la fake news du « délire anti-immigrationniste qui a suivi la signature de l’accord non contraignant par Macron » du pacte de Marrakech. C’est en référence à une investigation d’une agence Netscouade que, dans un article du 14 février dernier, fidèle au tropisme flicard et coercitif de la gauchosphère, Libération journal subventionné par l’Etat, dont un actionnaire de référence est le milliardaire israëlien Drahi, et le directeur de rédaction Laurent Joffrin, s’est livré à une entreprise de mouchardage.

Netscouade, en effet, a entrepris de reconstituer le trajet des réactions de la droite à ce pacte, qualifiées de fake news. Son point de départ serait un article d’avril 2018, publié dans Polémia et l’aboutissement dans les échanges Facebook et vidéo des gilets jaunes et de leurs leaders.

Bien entendu, nous sommes flattés qu’une telle réussite soit involontairement soulignée par le camp du bien. En revanche, comme nous allons le voir, la bobardisation de Libé consiste à fermer les yeux sur le contenu du pacte et en occulter les réalités. Lire la suite « Pacte de Marrakech. Libération reconnaît le rôle de lanceur d’alerte de Polémia »

L’asymétrie politiquement correcte

6a00d8341c715453ef022ad3e4950d200b-320wi.jpgAu cours de la même semaine, deux débats totalement biaisés ont souligné la permanence des hypocrisies parisiennes. La première affaire s’est développée autour de l’agression verbale dont a été victime l’un des plus remarquables intellectuels de notre pays.

L’intéressé, auteur de « L’Identité malheureuse »[1]s’est vu grossièrement, et ajoutons : stupidement[2], injurié par un militant de l’islamisme radical, vite identifié.

Au secours ! il ne faut pas présenter ainsi les choses. Ce serait qualifié d’islamophobie : quelle horreur.

Et, tout un montage médiatique et politicien s’est déployé. Au centre du dispositif s’est agitée la survivance du parti socialiste, qui croit pouvoir par ce subterfuge se refaire une santé et s’est employé à retourner cette séquence.

On a même entendu sur BFMTV le soi-disant humoriste Yassine Bellatar lancer une sorte d’hallali, pour ne pas dire une petite fatwa personnelle contre Éric Zemmour[3]. Lire la suite « L’asymétrie politiquement correcte »

Acte XV des Gilets jaunes : l’AFP reconnaît une participation en hausse

gilets-jaunes-16564735.jpg

 FRANCE (NOVOpress avec le bulletin de réinformation de Radio Courtoisie) : 
Ils étaient 46.000 dans toutes la France, selon les chiffres bien incertains du ministère de l’Intérieur. Et si la plupart des grandes villes de province étaient mobilisées, la palme revient à la ville d’Alain Juppé avec une participation record d’au moins 4000 personnes.

Peut-on dire que le mouvement se soit assagi samedi dernier, comme l’a laissé sous-entendre le ministre Christophe Castaner ?

Pas vraiment, la fin de la manifestation a été émaillée de heurts avec les forces de police, notamment au Trocadéro où des pavés ont été enlevés pour être utilisés comme projectiles. La police a répliqué avec des gaz lacrymogènes et des grenades de désencerclement. On dénombre plusieurs blessés dont un « street medic ». A Clermont-Ferrand, des casseurs ont tenté de retirer des planches de protection en bois pour piller des magasins, et à Paris, un policier de la BAC a été surpris en train de viser des manifestants à la tête.

Et comme chaque samedi, les gardes à vue se sont multipliées ?

Oui notamment celle de Julien Terrier, porte-parole des Gilets jaunes à Grenoble, pour avoir lancé une opération de péage gratuit sur une autoroute. Mais le phénomène le plus marquant aura été le pique-nique citoyen sur les pelouses du château de Chambord, là où Emmanuel Macron avait fêté son quarantième anniversaire en décembre 2017. Priscillia Ludosky était présente, aux côtés de Charles-Emmanuel de Bourbon Parme, descendant de Louis XIV. Après avoir dénoncé l’enfer fiscal français, il a déclaré que « les Gilets jaunes aiment la France, aiment leur histoire sans être les pillards que nous voyons dans nos villes ».

https://fr.novopress.info/

Menace de dissolution du Bastion social. : Bruno Gollnisch réagit

safe_image.jpg

Un communiqué de Bruno Gollnisch :

Emmanuel Macron était hier soir au très décrié dîner du Crif comme de nombreux membres du gouvernement et de la classe politique, à l’exception de représentants du RN et de LFI. Dans son discours, le président de la république a dit avoir demandé « au ministre de l’Intérieur d’engager des procédures visant à dissoudre des associations ou groupements qui par leur comportement nourrissent la haine, promeuvent la discrimination ou appellent à l’action violente. » Il a notamment cité le cas du Bastion social, dont les antifas et l’ensemble de l’extrême gauche réclamaient violemment la dissolution depuis plusieurs mois. Au nombre des autres annonces, M. Macron a précisé que Laëtitia Avia (LREM) allait déposer une proposition de loi pour lutter contre la haine sur internet « dès le mois de mai », et le lancement par le gouvernement d’un « audit des établissements scolaires touchés par la déscolarisation des enfants de confession juive »… dans les quartiers à forte population musulmane, ce qu’il n’a pas précisé. Le chef de l’Etat était, il y a encore quelques jours, défavorable à toute pénalisation de l’antisionisme, comme cela était proposée notamment par le député LREM Sylvain Maillard. Mais il a semblé moins catégorique hier soir. Comme le rapporte encore Le Figaro, et comme le lui avait expressément demandé le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahou, « La France (…) avec ses partenaires européens, mettra en œuvre la définition de l’antisémitisme adoptée par l’Alliance internationale pour la mémoire de la Shoah (IHRA) (qui intègre l’antisionisme, NDLR), a-t-il dit, martelant que l’antisionisme est une des formes modernes de l’antisémitisme ». Soit la reprise de la formule qui fut la sienne lors 75e anniversaire de la rafle du Vél d’Hiv en juillet 2017. Lire la suite « Menace de dissolution du Bastion social. : Bruno Gollnisch réagit »

Arme fatale, fenêtre de tir

vote-urne.jpgLe site atlantico interrogeait Stephan Sylvestre, ingénieur en physique appliquée, professeur à l’ESG Management School et spécialiste en risques énergétiques, sur la découverte par les britanniques dans leurs eaux territoriales, en Mer du Nord, d’un énorme gisement de gaz de schiste, «l’équivalent d’un siècle de consommation britannique. »  Un ballon d’oxygèneune divine surprise pour le gouvernement de Theresa May, apte à ragaillardir les milieux économiques en cette période d’incertitude sur les modalités et les conséquences du Brexit. «Dans le contexte du bras de fer américano-européen sur les accords commerciaux notait aussi M. Sylvestre, cette découverte va servir les Européens, même après la sortie de la Grande-Bretagne de l’UE. En effet, les Américains exercent une forte pression pour obliger l’Europe à s’approvisionner en gaz naturel liquéfié yankee à la place du gaz russe délivré par le (gazoduc) Nord Stream 2. Mais si l’Europe parvient à produire son propre gaz, l’argument tombera et l’administration américaine aura plus de mal à justifier sa politique douanière actuelle. Quant à l’Allemagne, elle ne se désengagera pas pour autant du projet Nord Stream 2 ; mais elle disposera d’un atout supplémentaire pour négocier avec (la compagnie russe) Gazprom le prix et les volumes de son gaz. (…). »

Tensions et pressions sont aussi au menu du parti populaire européen (PPE), écartelés entre ses différentes tendances, menacés par des forces centrifuges qui fragilisent cette coalition de circonstance. Un PPE rapportait Euractiv cette fin de semaine, qui peine de plus en plus, à l’approche des élections du 26 mai, à gérer le cas Viktor Orbán  dont les élus de son parti, le Fidesz, siègent au PPE en compagnie de parfaits eurofédérastes immigrationnistes. Lire la suite « Arme fatale, fenêtre de tir »

Youtube dans la tourmente

Youtube dans la tourmente

Mercredi, plusieurs sociétés, dont Disney, Epic Games, McDonald’s et Nestlé, ont suspendu leurs publicités sur YouTube après que le blogueur Matt Watson a révélé que des pédophiles ont formé des communautés autour de vidéos de jeunes enfants. Il explique comment

« l’algorithme de recommandation de YouTube facilite la possibilité pour les pédophiles d’entrer en contact entre eux, d’échanger des informations sur les enfants et de publier des liens vers de vrais contenus pédophiles dans les commentaires ».

Le terrain de jeu de ces pédophiles : des vidéos d’enfants, dont le contenu n’est pas pédopornographique. Mais dans les commentaires, les prédateurs s’expriment… Matt Watson souligne que l’algorithme de recommandation de YouTube propose automatiquement d’autres vidéos de ce type à toute personne en ayant regardé une. Il insiste également sur le fait que des publicités s’affichent à côté de certaines de ces vidéos, pour de grandes marques, comme Disney ou Nestlé.

Certains des annonceurs ont réagi en suspendant leurs publicités sur YouTube.

Ce n’est pas la première fois que YouTube est confronté à ce problème. En 2017, le Times et la BBC avaient publié le même jour deux enquêtes à ce sujet. Même cause, mêmes conséquences : d’importants annonceurs, comme Adidas, HP ou encore Cadbury, avaient temporairement cessé de publier sur YouTube.