Les Réprouvés d’Ernst Von Salomon : Grandeurs et limites de l’activisme

Bréviaire de plusieurs générations d’aventuriers et de militants (de « gauche » comme de « droite »), « Les Réprouvés » est l’analyse la plus fine des grandeurs et des limites de l’activisme. A travers le récit d’Ernst Von Salomon, on découvre une époque troublée où les explosifs les plus violents étaient les esprits embrasés et où les hommes pouvaient encore jouer à avoir un destin. « Nous croyons aux instants où toute une vie se trouve ramassée, nous croyons au bonheur d’une prompte décision ».

« Peu importe ce qu’on pense. Ce qui compte c’est la manière de le penser »

L’épopée romantique, ne doit pas faire oublier que ce récit est surtout un témoignage sur une expérience personnelle à laquelle l’Histoire a donné une dimension tragique. Von Salomon se garde de tomber dans le manichéisme, sachant par expérience que les idéologies ne sont que des masques pudiques pour les passions humaines. Reconnaissant la valeur de l’adversaire, que ce soit les insurgés communistes poursuivant sous d’autres drapeaux un combat comparable au sien ou bien Walter Rathenau, à qui il rend un hommage riche d’enseignement, il tire de son époque une morale de l’action qui transcende les clivages : « Agir, agir n’importe comment, tête baissée, se révolter par principe, tendre ses énergies par tous les moyens, avec toutes les audaces, le sang ne coule jamais en vain ! ». Les seuls être qui ne trouvent nulle grâce à ses yeux sont les bourgeois, leur lâcheté les lui rend à jamais méprisables. Lire la suite « Les Réprouvés d’Ernst Von Salomon : Grandeurs et limites de l’activisme »

L’Étatisme relais du paritarisme moribond

6a00d8341c715453ef022ad3c4a8a4200d-320wi.jpgDans la crise actuelle de l’assurance-chômage, et bien au-delà dans toutes les contradictions que subit le prétendu modèle social français, il semble qu’il faille détecter la part de responsabilité de l’Étatisme. En apparence, en effet, cette rencontre entre patronats et syndicats qu’on appelle paritarisme pourrait être vue comme échappant à l’État : en réalité, dans le contexte hexagonal, il fonctionne de plus en plus comme un simple relais de la haute administration.

Ah certes on soulignera l’attitude particulièrement destructrice de la CGT. Son chef Martinez exige du patronat, et, à défaut de l’État, qu’il mette en place un système de malus pénalisant le recours aux emplois courts.

Cette démagogie épargne les secteurs où l’implantation cégétiste reste puissante : non seulement ceux dont le personnel est doté d’un statut comme dans le ferroviaire ou dans les entreprises électriques ou gazières mais aussi dans une partie de la grande industrie. En revanche elle peut faire beaucoup de mal dans toutes les corporations aux activités saisonnières, à commencer par l’hôtellerie-restauration – dont on doit rappeler qu’elle assure une part importante du commerce extérieur, c’est-à-dire des apports financiers venus de l’étranger sans que les statistiques douanières ne les fassent évidemment apparaître. Rappelons d’ailleurs que les structures qui génèrent le plus de précarité sont sans doute la poste et l’école, fleurons du secteur public. Lire la suite « L’Étatisme relais du paritarisme moribond »

Le Samedi Politique – Carlos Ghosn, un complot au sommet ? Avec Loïk Le Floch Prigent

Capitaine d’industrie de génie ou patron cupide, qui est vraiment Carlos Ghosn ? Est-il responsable de cette descente aux enfers ou a-t-on cherché à le faire trébucher ? Y a-t-il eu un complot contre le PDG de Renault, le 19 novembre 2018 ? Emmanuel Macron aurait-il joué un rôle dans cette dégringolade ?

Depuis 2015, et la montée des participations de l’Etat dans l’entreprise Renault, actionnaire de majoritaire de Nissan, les tensions étaient palpables avec le gouvernement Japonais.
Carlos Ghosn aurait-il fait les frais d’une décision autoritaire d’Emmanuel Macron quand il était ministre de l’économie ?

Loïk Le Floch Prigent, ancien PDG d’Elf, de Gaz de France et ancien président de la SNCF nous livre son analyse sans détour.

https://www.tvlibertes.com/le-samedi-politique-avec-loik-le-floch-prigent

Lettre ouverte de Marie-France Lorho à Marlène Schiappa : “La seule convergence avec le terrorisme, c’est la vôtre.”

Lettre ouverte de Marie-France Lorho à Marlène Schiappa : “La seule convergence avec le terrorisme, c’est la vôtre.”

Lettre accessible ici :

Dans un entretien avec Valeurs Actuelles, daté du 21 février 2019, vous avez souligné l’existence d’une convergence idéologique entre La Manif pour tous et les terroristes islamistes.

Vos propos relèvent, au mieux de l’ignorance, au pire de l’inconscience. Dans un contexte où les questions de sécurité et du terrorisme sont particulièrement sensibles, faire des rapprochements aussi scandaleux ravivent des divisions qui marquèrent notre pays à l’heure où il doit être uni contre le terrorisme.

Faire le rapprochement entre des personnes ayant démocratiquement exprimé leur opinion par l’exercice du droit de manifester et des personnes égorgeant des enfants sur la place publique, voilà une insulte supplémentaire à l’endroit des français. Votre responsabilité en tant que Secrétaire d’Etat est aussi de mesurer les mots que vous prononcez. Inutile de dire que, si vous ne les mettez pas sur le même plan, à la seconde où vous faites le rapprochement, le mal est fait.

Vous soulignez la recrudescence des violences homophobes en énonçant une augmentation de 64% des violences l’année dernière, en 2018 donc, et rejetez la faute sur les slogans de La Manif pour tous dont les mobilisations se sont faites… en 2013.

Cette insulte est d’autant plus grave qu’elle soulève une absence de maîtrise, de votre part, des concepts qui relèvent pourtant de votre compétence. Le fait d’avoir participé aux Manifs pour tous ne fait pas de vous, de facto, un homophobe, sauf à considérer que Madame Simone Veil était homophobe, ce qui n’est pas, j’ose l’espérer, votre cas. Manifester contre l’adoption d’une loi, c’est un droit fondamental. L’homophobie, c’est un délit. Le meurtre et le terrorisme, ce sont des crimes. Le combat de la Manif pour tous est celui contre l’adoption d’une loi visant à autoriser le mariage entre les personnes de même sexe. L’homophobie c’est la haine et le rejet des homosexuels, en raison de leur condition homosexuelle.

Lire la suite « Lettre ouverte de Marie-France Lorho à Marlène Schiappa : “La seule convergence avec le terrorisme, c’est la vôtre.” »

Acte 15 des Gilets jaunes : quelques heurts à Paris, Toulouse et Clermont-Ferrand

Acte 15 des Gilets jaunes : quelques heurts à Paris, Toulouse et Clermont-Ferrand (EN CONTINU)
© Meriem Laribi / RT France
Des Gilets jaunes rassemblés à Paris, ce 23 février.

Après un acte 14 qui a vu un petit essoufflement de la mobilisation, les Gilets jaunes vont tenter de mobiliser les troupes pour le 23 février. Le sursaut aura-t-il lieu ?

Mise à jour automatique
  • Dans le cadre d’un face à face très tendu place du Capitole à Toulouse, les forces de l’ordre ont essuyé des tirs de cocktails molotov.

Lire la suite

La Chambre des députés italiens a adopté jeudi un texte permettant aux citoyens de proposer des lois

(Belga) La Chambre des députés italiens, dominée par les populistes du Mouvement 5 Etoiles (M5S, antisystème) et de la Ligue (extrême droite) a adopté jeudi un texte permettant aux citoyens de proposer des lois, une possibilité qui n’existe pas aujourd’hui.

Le texte adopté prévoit qu’un projet de loi découlant d’une initiative citoyenne et ayant recueilli au moins 500.000 signatures doit être approuvé dans les 18 mois par le Parlement qui ne peut pas y apporter des modifications substantielles. Si le Parlement ne l’adopte pas dans ces délais ou s’il le modifie en profondeur, un référendum +propositif+ est alors organisé. La loi est considérée comme adoptée dans sa forme originelle si plus de 25% des électeurs ont voté et si le +oui+ l’emporte lors de ce référendum. A l’heure actuelle, la constitution italienne ne prévoit qu’un référendum abrogatif, visant à supprimer des lois, entièrement ou en partie, et le quorum est fixé à 50% plus un des électeurs. Ce projet de loi, qui modifie deux articles de la Constitution, doit pour cette raison encore passer l’examen du Sénat, puis retourner à la Chambre des députés et de nouveau au Sénat. Toutes les modifications de la Constitution italienne exigent une double approbation des deux chambres du Parlement. Cette idée de loi d’initiative citoyenne, ou référendum +propositif+ comme il a été baptisé en Italie, est un cheval de bataille du M5S qui a fait de la démocratie directe et de l’implication des citoyens dans le processus décisionnel une de ses priorités lors de la dernière campagne électorale. Théoriquement, le référendum peut porter sur n’importe quel type de loi, pourvu que ces dernières respectent la Constitution. Un jugement préventif sur l’admissibilité, ou non, du projet de loi sera demandé à la Cour constitutionnelle dès que le document aura recueilli au moins 200.000 signatures et avant qu’il n’arrive au Parlement. Le référendum d’initiative citoyenne, le RIC, est une des revendications majeures des « gilets jaunes » en France. (Belga)

http://www.fdesouche.com/1164021-litalie-veut-permettre-aux-citoyens-de-proposer-des-lois-au-parlement

Éric Ciotti : « Notre pays est au bord de la faillite »

Capture ciotti.pngEntretien décapant avec un élu qui assume une position de « franc tireur », à droite toute.
Le Point : La France est-elle au bord de la guerre civile ?
Éric Ciotti : La crise des Gilets jaunes exprime une légitime colère face à l’assommoir fiscal. J’ai soutenu ce mouvement, mais malheureusement, aujourd’hui, il a été dévoyé par la violence de quelques-uns et la manipulation de groupes extrémistes. Le bilan humain est très lourd : 1 400 blessés parmi les forces de l’ordre, plus de 2 000 chez les manifestants, et 11 morts. C’est inédit en métropole depuis la guerre d’Algérie. Les raisons de cette colère sont, certes, anciennes. Mais Emmanuel Macron porte aussi une très lourde responsabilité. Il a mené une politique économique et sociale profondément injuste et inefficace. Et il a été un pyromane qui a allumé l’incendie par ses provocations verbales, son comportement clivant et stigmatisant.
En qualifiant le chef de l’État de pyromane, n’ajoutez-vous pas de la violence  ?
C’est malheureusement le constat que dressent les Français. Il me semble d’ailleurs qu’Emmanuel Macron l’a compris puisque nous assistons à une forme d’acte de contrition et de changement dans sa communication. Jupiter se veut moins arrogant et plus humble, ce qui signe l’échec des deux premières années du quinquennat. Le président de la République a trompé les Français. Pour certains, dont je ne fais pas partie, il a suscité une vraie espérance qui reposait sur un rêve de concorde… et c’est tout le contraire qui s’est produit. On attendait un rassemblement des forces de notre pays et le macronisme s’est réduit au culte de la personnalité.
Pourquoi la parole publique est-elle discréditée  ?
La communication s’est trop souvent substituée à l’action. Notre vie publique souffre d’une overdose de communication impuissante. Certains ont promis le rêve et les Français se réveillent avec des lendemains qui déchantent. Arrêtons de masquer la réalité ! Il faut dire que notre pays est au bord de la faillite, comme l’avait diagnostiqué François Fillon, et que l’on ne peut pas préserver notre système grevé par 1 300 milliards d’euros de dettes et 100 milliards de déficit budgétaire. La démocratie retrouvera de la force lorsque les citoyens auront enfin le sentiment que ce gouvernement ne leur ment pas. Nous devons en finir avec le temps de l’esbroufe et des politiques saltimbanques.
[…]
Entretien complet dans lepoint.fr

Flicage sur internet : le rapport Avia/Taieb/Amellal et sa mise en œuvre

censure-1984-internet-1-600x338.jpg

Flicage sur internet : qui a entendu parler du rapport élaboré par Laetitia Avia députée LaRem (dont la famille est originaire du Togo), Gil Taïeb vice-président du Crif et Karim Amellal écrivain ? Ce rapport, commandé par Emmanuel Macron lui a été remis en septembre 2018 et prévoit d’encadrer au plus près la liberté d’expression sur internet sous couvert de lutte contre le racisme. Explorons quelques pistes liberticides parmi d’autres proposées dans le rapport.

Les réseaux sociaux sous surveillance

Les grands opérateurs auraient un délai de 24h pour supprimer un « contenu haineux ». Rappelons pour mémoire que le fameux pacte de Marrakech considère de facto que tout propos hostile à l’invasion migratoire ou simplement négatif doit être considéré comme délictueux et que les médias qui les propageraient doivent être punis financièrement. Lire la suite « Flicage sur internet : le rapport Avia/Taieb/Amellal et sa mise en œuvre »