Anticipation ? L’avenir de l’intelligence contre les Nations

787960289.jpg

Société. Les technologues numériques favorisent la constitution d’une petite élite intellectuelle, volontairement coupée du reste de la société – le quotient intellectuel des nations ayant, lui, tendance à diminuer. La mondialisation va-t-elle faire émerger deux humanités divergentes ? 

Dans un livre controversé publié en 1994, The Curve Bell, le politologue Charles Murray et le psychologue Richard J. Herrnstein soutiennent une thèse qui va rester dans les annales : le quotient intellectuel, c’est-à-dire l’intelligence, va devenir de plus en plus déterminant pour se situer sur l’échelle sociale.

Le grand bouleversement en cours s’est accéléré ces dernières décennies pour prendre la forme d’un marché mondial des plus intelligents et des plus compétents entre la Californie des GAFA, l’Inde ou encore la Chine des BATX. Cette nouvelle compétition, qui est aussi une compétition entre puissances politiques, est en train de détruire la cohésion des anciennes nations au profit d’une « élite cognitive » mondialisée dont les faveurs garantissent croissance et prospérité.

La transformation du capitalisme

La montée en puissance de cette « élite cognitive » va de pair avec la transformation du capitalisme et les accélérations technologiques qu’elle a provoquées. Pour Edmund Phelps, le passage au XIXe siècle d’un capitalisme essentiellement marchand à un capitalisme moderne a eu pour effet de faire de l’innovation la locomotive du système économique.

Lire la suite « Anticipation ? L’avenir de l’intelligence contre les Nations »

Antisémitisme : des gens ont nommé l’islamisme, ils ont été insultés et trainés dans la boue

Antisémitisme : des gens ont nommé l’islamisme, ils ont été insultés et trainés dans la boue

Vidéo intégrée

Tancrède ن@Tancrede_Crptrs
« C’est faux de dire que l’antisémitisme issu de l’islamisme n’a pas été nommé.
Des gens l’ont nommé, ils ont été insultés et trainés dans la boue. » – Charlotte d’Ornellas
Et certains s’indignent de l’antisémitisme alors qu’ils continuent la complaisance envers l’islamisme …
589 personnes parlent à ce sujet

https://www.lesalonbeige.fr/antisemitisme-des-gens-ont-nomme-lislamisme-ils-ont-ete-insultes-et-traines-dans-la-boue/

Russie : Vladimir Poutine seul contre tous – Journal du jeudi 21 février 2019

https://chaine.tvlibertes.com/widget/russie-vladimir-poutine-seul-contre-tous-journal-du-jeudi-21-fevrier-2019

Russie : Vladimir Poutine seul contre tous

Un an après sa réélection haut la main, le président russe, Vladimir Poutine affronte une nouvelle vague de critiques. Face aux provocations, le pensionnaire du Kremlin prépare la riposte.

Venezuela, un conflit qui peut durer

Nicolas Maduro tient bon face à l’ingérence humanitaire américaine. Alors que Donald Trump a menacé les militaires vénézuéliens fidèles au président élu, ceux-ci ont maintenu leur position… cette nouvelle opération de déstabilisation de Washington en Amérique du sud pourrait finalement s’avérer plus périlleuse que prévue.

Compteur Linky : quand Enedis monnaie vos données

Mardi, 120 personnes se sont rendues au tribunal de Paris pour dénoncer l’usage des compteurs intelligents Linky par Enedis. En plus des doutes sur l’impact sanitaire de ces installations, la filiale indépendante d’EDF envisagerait de faire du commerce avec les données récoltées par les compteurs.

L’actualité en bref

https://www.tvlibertes.com/russie-vladimir-poutine-seul-contre-tous-journal-du-jeudi-21-fevrier-2019

Bobards d’or 2018 : et si le père du fact-checking, c’était Jean-Yves Le Gallou ?

IMG_6619-845x475.jpg

Elisabeth Guillaume Boulevard Voltaire cliquez ici

Le papa de Décodex, Checknews, AFP Factuel, finalement, c’est lui. Même si ses enfants, bien ingrats, peinent sans doute à reconnaître cette paternité spirituelle. Il est le premier chasseur de « fake news », et ce, depuis dix ans. À l’époque, on parlait le franchouillard et non le globish. On appelait ça, bêtement, des bobards.

Surtout, si ces fact-checkers institutionnels, grands donneurs de leçons devant l’éternel, comme tous les gens gonflés d’importance, sont drôles comme un sermon de pasteur calviniste, papa Jean-Yves Le Gallou a choisi l’arme de la dérision parce que l’esprit français, c’est cela : grave sur le fond, léger dans la forme. Et cet esprit séduit au-delà des frontières et même de l’Atlantique, puisque les Américains ont repris la formule. Le 17 janvier 2018, c’est Donald Trump lui-même – parce que là-bas, on voit toujours grand – qui a annoncé le nom des lauréats des Fake News Awards.

Pour cette 10e cérémonie française des Bobards d’or qui avait lieu mardi, à Paris, au théâtre du Gymnase, il n’y avait pas Emmanuel Macron – quelle déception – mais abondance de candidats, du fait d’un contexte bien particulier, tant international que national : les populistes et les gilets jaunes rendent productifs et fébriles les addictifs. Lire la suite « Bobards d’or 2018 : et si le père du fact-checking, c’était Jean-Yves Le Gallou ? »

Perles de Culture : Saint Marc, un grand soldat et bonne nouvelle pour la peinture

Perles de Culture :  Saint Marc, un grand soldat et bonne nouvelle pour la peinture
Ce soir, retrouvez “Perles de Culture”. Roger Saboureau, secrétaire général de Secours de France, présente un film hommage intitulé “Hélie de Saint Marc – Témoin du siècle”. Louis-Marie Lécharny propose ensuite les bases d’un nouvel académisme en peinture pour en finir avec les fausses valeurs.

Islamisme : très peu de mosquées salafistes ont été réellement fermées en France

mosquees-1212-600x338.jpg

Les Républicains dénoncent l’inaction des autorités face à l’islamisme. Laurent Wauquiez affirme que seules sept mosquées salafistes ont été fermées par le gouvernement, sur une centaine recensées (mais en réalité les chiffres sont bien plus importants…).

Des chiffres qui sont confirmés. Le ministère de l’intérieur recense en effet un peu plus de cent mosquées tenues par un imam salafiste. Et seules sept d’entre elles ont été fermées depuis octobre 2017, c’est à dire depuis l’adoption de la loi qui a mis fin à l’état d’urgence et qui autorise à fermer les lieux de culte en cas d’appel à la haine.

Mais qu’est-ce qui explique que ces dernières soient encore en activité ? Déjà parce que le salafisme n’est pas interdit. Il s’agit d’un courant religieux certes intégriste, mais pas illégal. Pour fermer une mosquée, il faut établir que l’imam a tenu des propos punis par la loi, des appels au jihad ou un discours haineux. C’est loin d’être toujours le cas. Sans ces éléments, une fermeture de mosquée est jugée abusive et peut être annulée en justice.

Grand Débat, grand enfumage

Et si le Grand Débat, c’était la dernière astuce de l’élite pour se maintenir au pouvoir ? Débattre, c’est laisser les gens se défouler verbalement pur mieux les ignorer. Une technique « absolument moderne »…    

Quand Macron s’est exprimé pour la première fois devant une grande salle, c’était trop sincère pour être vrai. L’homme enfermé depuis plusieurs mois dans le bunker élyséen comptait ainsi retrouver sa virginité de candidat à la présidentielle. Son habileté de Jupiter, c’est d’avoir pu renouer avec cette campagne électorale qui l’avait fait élire. Habilement, le Grand débat lui permet de changer de costume. De troquer celui de Président contesté contre celui du candidat moins corseté. Macron, comme beaucoup de politiciens, n’est pas terrible dans la routine politique. Comme Sarkozy ou Hollande, il perd son aura entre les conseils des ministres et les sommets internationaux. Mais s’il gouverne mal, il se défend bien. Le président de la République s’est transformé en candidat En Marche. Il entame ainsi la deuxième campagne présidentielle, non à la fin du mandat, mais à ses débuts (un drôle d’effet du quinquennat). Au fond, le Grand Débat national, c’est une réserve inépuisable de temps de parole pour un Président devenu clairement inaudible. Un atout pour exercer à nouveau sa séduction. La solution inespérée pour intervenir plus souvent et dans de meilleures conditions. Macron a au moins compris une chose dans cette crise à la différence des Gilets jaunes, il a un visage. Ce qui lui permet de se mettre seul en scène face à des interlocuteurs qui ne tiennent que parce qu’ils jouent « collectifs » et qui ne pourront que disparaître si des têtes émergent (ce que comporte précisément le risque d’une liste « Gilets jaunes » aux européennes). On ne s’en étonnera pas c’est en faisant du théâtre qu’il est tombé amoureux de Brigitte. Macron a compris qu’il excellait quand il jouait son propre rôle. On comprend mieux pourquoi l’amazone Schiappa est prête à discuter avec Hanouna. Les ministres se ruent à la suite du chef de l’État le théâtre vous dis-je ! Certes Edouard Philippe s’est fait huer. Mais au fond, ça fait partie du théâtre. Lire la suite « Grand Débat, grand enfumage »

« C’est ignoble ! »: La grosse colère de Finkielkraut contre Schiappa qui a comparé la Manif Pour Tous aux terroristes islamistes

Colère de Finkielkraut contre Schiappa qui a comparé la Manif Pour Tous aux terroristes islamistes.
«C’est ignoble ! Ils auraient voulu que mes agresseurs soient La Manif Pour Tous (…) La gauche bien-pensante rêve de mettre [La Manif Pour Tous] dans un même bloc que ceux qui sont contre les juifs»
Source: – Europe 1, 20 février 2019 (YouTube)

Devant l’imbroglio du Brexit

6a00d8341c715453ef022ad3e409c9200b-320wi.jpgJour après jour la perspective du Brexit, du Brexit sans accord, précise son caractère d’improvisation irresponsable. Cette évidence inattendue se révèle accablante pour les dirigeants de la démocratie parlementaire réputée la plus solide et la mieux enracinée du monde.

Les conséquences et les questions pratiques, de toutes sortes, ont commencé à se poser sans que les gouvernements, et en premier lieu celui du 10 Downing street, ne se montrent en mesure de donner des réponses claires.

Ce 18 février, par exemple, chef du gouvernement écossais, Mme Nicola Sturgeon vient à Paris, clairement hostile à la rupture, afin de jeter les bases d’une coopération bilatérale. Or, ceci annonce une nouvelle perspective d’indépendance pour l’Écosse, revenant sur l’échec du référendum de 2014.

À Calais on se prépare tant bien que mal à construire une nouvelle forme de lutte contre l’immigration clandestine, sur la base d’une coopération franco-britannique, la région rebaptisée Hauts de France réclamant la création d’une brigade policière spéciale.

Une autre faille dans le système institutionnel britannique est intervenue ce 18 février. Toute petite en apparence elle se limite au départ de 7 députés du parti travailliste, mais elle remet en cause le rôle du deuxième parti dans un équilibre parlementaire devenu singulièrement instable depuis quelque 10 ans. Lire la suite « Devant l’imbroglio du Brexit »