Molenbeek, l’arbre qui cache la forêt islamiste

molenbeek-bruxelles-belgique-islamisme-1200x728-600x364.jpg

Tristement célèbre depuis les attentats de 2015 et 2016, la commune bruxelloise de Molenbeek présente un double visage. Bobo d’un côté, ghetto islamisé de l’autre, la ville d’origine de nombreux terroristes reflète les contradictions de la Belgique. Reportage de Causeur.

« Quand Trump dit que Molenbeek est un trou à rats et Zemmour qu’il faut nous bombarder, ça va loin ! » s’insurge Ali, 30 ans. Depuis quelques années, Molenbeek-Saint-Jean s’est attiré la réputation de plaque tournante du djihadisme. Et pour cause : le noyau dur du commando de l’État islamique à l’origine des attentats de novembre 2015 (Paris) et septembre 2016 (Bruxelles) a grandi dans cette commune de 100 000 habitants. Passés de parcours délinquants ou criminels à Daech, Abdelhamid Abaaoud, les frères Abdeslam et Mohamed Abrini formaient une bande de copains molenbeekois originaires du Maroc, comme 60 % de la population locale. Leur équipée barbare a symboliquement pris fin le 18 mars 2016, jour de la capture de Salah Abdeslam dans la cave de son cousin… à Molenbeek. Lire la suite « Molenbeek, l’arbre qui cache la forêt islamiste »

I-Média n°237 – Matraquage, occultation : les manip’ médiatiques décryptées

https://chaine.tvlibertes.com/widget/i-media-n-237-matraquage-occultation-les-manip-mediatiques-decryptees

Incendie chez Richard Ferrand et antisémitisme : le matraquage de la semaine

Le matraquage médiatique est une manipulation classique. En choisissant de promouvoir certaines informations plutôt que d’autres, les médias orientent l’opinion.
Cette semaine, 2 exemples clairs : le prétendu incendie criminel chez Richard Ferrand et la montée de l’antisémitisme.

Zapping

Pour Anne-Claire Coudray et les équipes du JT de TF1, c’est la fameuse « ultra droite » qui serait à la manœuvre dans les manifestations des Gilets Jaunes. Dans la réalité, c’est bien l’extrême gauche qui casse et agresse.

Profanations d’églises et attaque de la Nouvelle Librairie : les infos fantômes de la semaine

Occulter des événements qui contreviendraient au discours politiquement correct est une spécialité des médias. Au menu cette semaine : refus de parler des profanations d’églises et attaque de la Nouvelle Librairie par l’extrême gauche.

Tweets

En France, les mots « père » et « mère » remplacés par « parent 1 » et « parent 2 » dans les formulaires scolaires.
En Hongrie, les femmes avec quatre enfants ou plus seront exemptées de tout impôt sur le revenu à vie.

Docteur bien-pensant et Mister Ligue du LOL

Des journalistes des rédactions les plus bien pensantes de France étaient en fait des adeptes de l’humour vulgaire et du harcèlement de femmes sur les réseaux sociaux.
Une affaire qui agite la presse !

https://www.tvlibertes.com/i-media-n237-matraquage-occultation-les-manip-mediatiques-decryptees

Enfin de bonnes nouvelles d’Espagne … Elles intéressent la France et l’Europe

1586684911.2.jpg

Sur les événements d’Espagne, nous attendons toujours avec intérêt les analyses de Javier Portella, grand connaisseur des dossiers et du terrain. On lira celle-ci avec un certain enthousiasme car semble se lever en Espagne un vent de réveil et de réaction. L’actualité, on le verra, n’est pas à la question rebattue en France du transfert des cendres de Franco. L’Espagne moderne s’occupe de son unité menacée, de son identité et de son destin. [Boulevard Voltaire, 13.01].   LFAR 

 Par delà le procès des putschistes catalans 

Il vient de commencer à Madrid, devant le Tribunal Supremo (équivalent de la Cour de cassation), le procès contre les douze principaux dirigeants de la Generalitat de Catalogne au moment du putsch d’octobre 2017 par lequel ils ont essayé de scinder la Catalogne de l’Espagne.

Seul est absent, caché à Waterloo (dont il devait ignorer que le seul nom est déjà synonyme de défaite), Carles Puigdemont, le chef de la bande à ce moment-là. Lire la suite « Enfin de bonnes nouvelles d’Espagne … Elles intéressent la France et l’Europe »

La vieille gauche gauche

Tartuffe.jpgLe vieux monde fait de la résistance: c’est François Fillon, alors Premier ministre de Nicolas Sarkozy,  qui avait accepté que  la mention mademoiselle, par trop discriminante  en l’absence de damoiseau,  soit interdite sur les formulaires administratifs. La vieille garde progressiste fémino-freudo-gauchiste a arraché une nouvelle victoire à l’Assemblée avec l’adoption le 12 février d’un amendement qui consacre l’homoparentalité dans les formulaires scolaires. Ces derniers  devront porter les mentions «parent 1 et parent 2», en lieu et place des fascisants  «père et mère», dans le cadre du projet de loi sur «l’école de la confiance». Sur un mode  extatique, Valérie Petit, député LREM à l’origine du texte, a déclaré que  « cet amendement vise à ancrer dans la législation la diversité familiale des enfants dans les formulaires administratifs soumis à l’école» Quelle régression!,  pardon quel progrès!

Vieux monde qui bégaie encore quand on apprend que   sur proposition de l’irréprochable mutuelliste breton et  président de l’Assemblée nationale nationale Richard Ferrand, l’ex Premier ministre du calamiteux Jacques Chirac, Alain Juppé, va prendre la tête du Conseil constitutionnel.  Le très macrono-compatible maire de Bordeaux abandonne donc  ce mandat et  a fait part hier, lors d’une courte allocution, essayant de refouler ses   sanglots, de son soulagement de quitter la politique en cette période de  «haine» et de remise en cause des «élites»… La faute à qui M. Juppé? 
Lire la suite « La vieille gauche gauche »

La police tire sur les Gilets jaunes, mais protège les casseurs gauchos…

Capturecasseur-300x186.png

Sophie Durand, Riposte laïque, cliquez ici

Lors de l’acte XIII des Gilets jaunes, un casseur a été suivi depuis le début de la manifestation et pendant des heures par la police. Il a pu faire ainsi des dégâts astronomiques. Sans être arrêté, ce qui laisse totalement pantois.

« Nous avons différé son interpellation au vu de la présence hostile de très nombreux manifestants » écrit la police dans son rapport. De très nombreux casseurs alors ? Pourtant la police n’a pas eu de ces précautions lors des nombreuses interpellations de Gilets jaunes…

Le casseur porte un masque et des lunettes de protection qui lui cachent le visage et à intervalles réguliers il enfile un gilet jaune par-dessus sa tenue toute noire de casseur. Il l’enlève pour casser, c’est moins voyant. On l’a laissé passer avec ce masque, alors qu’on a enlevé aux Gilets des écharpes qui auraient pu les dissimuler…

Le casseur sort d’abord un marteau de son sac. Ah bon ? On ne le lui a pas confisqué, alors qu’on a confisqué aux Gilets jaunes des masques en papier très dangereux ?… Son pied de biche non plus n’a pas été confisqué. Lire la suite « La police tire sur les Gilets jaunes, mais protège les casseurs gauchos… »

La Russie va se déconnecter d’Internet dans le cadre d’un test planifié

russie-déconnectée-20190214-1728x800_c.jpg

En vue des préparatifs contre une éventuelle guerre cybernétique

Le test de déconnexion planifié consisterait à vérifier que la transmission des données entre les citoyens russes et les organisations russes reste à l’intérieur du pays plutôt que d’être acheminée à l’étranger. Il a été prévu par les autorités russes et les principaux fournisseurs d’accès à Internet. Les différents acteurs seraient d’accord pour déconnecter brièvement le pays d’Internet afin de recueillir des informations et de fournir des commentaires et des modifications à un projet de loi présenté au Parlement russe en décembre 2018, a rapporté l’agence de presse russe RosBiznesKonsalting (RBK) la semaine dernière.

L’année dernière, le Parlement russe a été saisi d’une loi imposant aux fournisseurs d’accès à Internet russes d’assurer l’indépendance de l’espace Internet russe (Runet), de sorte à pouvoir déconnecter le pays du reste de l’Internet en cas d’agression étrangère. Dans le cadre de ces changements techniques majeurs, les entreprises russes de télécommunications devraient également mettre en place des « moyens techniques » pour réacheminer tout le trafic Internet russe vers des points d’échange approuvés ou gérés par Roskomnazor, l’organisme russe de surveillance des télécommunications. Il incombe à cet organisme, la charge d’inspecter le trafic afin de bloquer les contenus interdits et s’assurera que le trafic entre les utilisateurs russes reste à l’intérieur du pays, et qu’il n’est pas dirigé vers des serveurs à l’étranger, où il pourrait être intercepté. Lire la suite « La Russie va se déconnecter d’Internet dans le cadre d’un test planifié »

Permanences ou domiciles de parlementaires visés: les députés LREM paient leur trahison

images.jpgJ’ai établi une petite liste chronologique des députés LREM menacés depuis le  17 novembre, jour où le mouvement Gilet jaune commença.
Il y a un mois, j’évoquais la fin de la légitimité des institutions. Car des institutions qui ne sont plus reconnues par le peuple ne sont plus légitimes, on ne le répétera jamais assez.
D’autant que les députés ne servent pas le  peuple qui les a élus  mais leurs seuls partis qui ne sont pas des représentants du peuple, cela conduisant aujourd’hui une bonne partie de nos élus à adopter des mesures opposées aux légitimes intérêts des Français.
Je donnais alors quelques noms  de députés contestés et plus ou moins menacés. Aujourd’hui, leur nombre a sensiblement augmenté. J’en ai certainement oublié un certain nombre, mais la liste suivante montre que partout sur le territoire national, dans toutes les régions, du nord au sud et de l’est à l’ouest,  la contestation bat son plein. Le message est clair : « démissionnez, partez, foutez le camp, on ne veut plus de vous ». J’ai établi une petite liste chronologique des députés LREM menacés depuis le  17 novembre, jour où le mouvement Gilet jaune commença.
Le 20 novembre  2017, il semble que ce soit  Carole Bureau-Bonnard, députée de l’Oise, qui ait été la première à se trouver contestée, lorsqu’une trentaine de Gilets jaunes vinrent scander devant son domicile  « Bonnard au placard ». On appréciera la rime.
Deux jours après, le 22 novembre, Christophe Lejeune, député de Haute-Saône, crut sa dernière heure venue lorsqu’une vingtaine de Gilets jaunes tentèrent de forcer la porte de son domicile, finissant par la cadenasser.
– Le même jour, Olivier Gaillard, député du Gard, eut le bonheur de voir devant sa permanence un cercueil avec la pancarte: « Macron, Gaillard, dehors ».

Lire la suite « Permanences ou domiciles de parlementaires visés: les députés LREM paient leur trahison »